Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Politique Galactique -2ème partie- Quelle solution à la domination?

Publié par Dav sur 8 Janvier 2012, 09:23am

Catégories : #Nouvel ordre mondial

 

Nous avons montré que l’empire mondial est désormais représentatif de l’espèce humaine aux yeux des puissances extraterrestres tout comme des hiérarchies invisibles. Il faut tirer la leçon de cette situation. Cela veut dire que nos autorités internationales — qu’on appelle illuminati par commodité depuis la révolution française — détiennent les clés de notre avenir, au plan matériel (et peut-être plus encore), et qu’en raison de la règle de non-intervention, nous, qui aurions beaucoup à objecter sur la direction prise par le gouvernement planétaire, nous ne comptons pour rien.

Aucune instance extra planétaire, visible ou invisible, ne traite avec des individus isolés, mais seulement avec les Etats.

A titre individuel, on peut se croire missionné par une instance « supérieure », mais au final, que représentons-nous ?

Cette situation pourrait paraître désespérée à ceux qui rêvent d’une autre vie. Les instances galactiques sont-elles donc insensibles au fait que l’humanité est maintenue dans l’ignorance de son origine et de sa destination ultime ? Il faut admettre que notre sort ne préoccupe pas grand monde dans la galaxie.

Va-t-on laisser nos chefs « légitimes » tout détruire pour installer leur « meilleur des mondes » ? Oui, on les laissera faire. Nulle puissance ne s’y opposera puisque nous ne nous y opposons pas nous-mêmes. On va donc les laisser faire tant que l’humanité n’exprime pas un autre souhait !

Puisque le soleil brille pour les bons et les méchants, le conseil inter-galactique regroupe sans distinction des races disparates qui ne se saluent que de loin. Imaginons quelques centaines de peuples dont certains ont dès le début suivi une ligne d’évolution régulière sans passer par la case « chute et rédemption ». Et imaginons-en d’autres, bizarres et effrayants, constitués d’entités génétiques en bout de course, prêtes à tout pour assurer leur survie. L’imagerie ufologique est pleine de méchants « gris » et de « reptiliens d’Orion », ou au contraire d’andromédiens débonnaires et jupitériens. Les projections mentales sont fréquentes, sans compter les arnaques…

Puisque ces groupes extraterrestres ne daignent pas se faire connaître publiquement, ce qui serait une violation du principe de non-intervention, il ne faut pas s’attendre à ce qu’ils grimpent sur des tribunes dans leurs uniformes de la « grande flotte des Pléiades » ou bien en combinaison de lézard !

Qu’on se le dise, il n’y a pas de débarquement extraterrestre, mais seulement des contacts diplomatiques avec nos autorités sans que nous en soyons informés. L’autorité ne traite qu’avec l’autorité légitime.

Les puissances extraterrestres régulières n’ont aucune raison d’ouvrir des échanges avec nos cultures primitives. Cela ne servirait qu’à nous perturber encore plus, et mettre en danger notre libre arbitre, car nous ne manquerions pas de nous mettre à genoux comme à notre habitude pour adorer ces « grands êtres ».

Le fossé est trop large. Seule, notre arrogance scientiste nous donne une image évoluée de notre civilisation. Or, pour les races extra planétaires, nous ne sommes rien d’autre qu’une espèce dégénérée, nécessitant de constantes interventions « divines » pour l’empêcher de tomber plus bas.

Si des vaisseaux nous observent avec intérêt, c’est à cause de notre délinquance et non pour nos « grandes réalisations ».
La science des extraterrestres bienveillants est en harmonie avec les lois universelles. Ils n’ont jamais songé à fissurer l’atome, car ils sont dotés d’une conscience morale qui évalue les paramètres de l’ordre universel avant d’agir.

Ils ne tirent pas leur énergie de la combustion de grossières substances chimiques.

Leur science n’est pas violente, et ces civilisations ont passé avec succès le cap de la mise à l’épreuve de leur puissance. Leur subsistance ne dépend pas de la capture d’autres espèces vivantes et de leur massacre. Ils connaissent l’usage de l’énergie universelle. Leurs vaisseaux ne fonctionnent pas avec du carburant ou des piles, mais ils connaissent les circuits magnétiques attractifs et répulsifs qui relient les planètes et les systèmes de l’univers. Ils s’introduisent dans l’atmosphère terrestre par la « porte des dieux », le pôle Nord, et s’en échappent par le pôle Sud où s’évacuent les courants magnétiques.

Leur morale, leur philosophie, leur religion et par conséquent leur politique, sont en harmonie avec leur haut niveau de conscience, laquelle est connectée sur la source universelle. Ils n’ont donc pas besoin de hiérarchies sacerdotales ni d’un référentiel mythique ou religieux. Essayons d’imaginer ce que serait une humanité qui n’aurait pas connu l’accident originel qui fit exploser notre système spirituel individuel. Pas de perturbation violente, pas d’oubli de notre origine, ni de nécessité de « réparation », et aucun besoin de s’enliser dans la matérialité dense. Pas de ruse destructrice, cette arme qui fait de l’homme un monstre et un danger pour lui-même.

Une humanité vivant dans une conscience multidimensionnelle, utilisant des corps énergétiques renouvelables, et capable de naviguer dans les dimensions de l’univers !


LA DEPOLLUTION ATMOSPHERIQUE

Quel genre de travail ces visiteurs bienveillants – nous ne parlons pas des prédateurs – accomplissent-ils dans notre atmosphère ? Leur souci essentiel est de ligaturer certaines brèches énergétiques et de réparer des circuits magnétiques endommagés par l’activité humaine.

En effet, notre activité « consciente » est de l’ordre de l’inconscience pure, parce qu’elle ignore les lois de l’écologie universelle.

Comment une humanité qui ne prend conscience de la pollution que lorsqu’elle est au bord de la suffocation, pourrait concevoir la pollution spirituelle qu’elle génère par ses pensées et ses pulsions émotionnelles ?

C’est pourquoi, nous avons été relégués ici pour la sécurité des autres systèmes. Mais, nos pollutions psychiques, magnétiques et atomiques commencent à déborder sur d’autres dimensions, troublant la sécurité d’autres races galactiques.

Les plus évolués parmi nos spécialistes de l’environnement sont encore loin de reconnaître l’action polluante des émotions et des pensées ! Ils auraient du mal à admettre que depuis de nombreux millénaires, notre activité psychique collective s’est accumulée aux deux pôles du bien et du mal, constituant ainsi deux bombes à retardement. Car notre « bien » chargé d’illusion est une pollution pour les sphères supérieures. C’est sans doute le point le plus difficile à admettre pour les adeptes du New Age si pleins des « bonnes intentions » dont l’enfer est pavé.

Ils veulent un « monde meilleur », mais ils ne connaissent pas le Bien véritable. Or, si l’on pousse la dynamique du bien relatif d’un côté, on renforce d’autant le pôle négatif. Les esprits humains les plus intelligents ne peuvent pas concevoir ces choses, car ils sont identifiés à la bonté humaniste superficielle, laquelle n’est à l’origine qu’une réaction face à la peur.

Le Bien véritable et l’Amour réel sont au-delà du bien et du mal. Ainsi, la peur et le désir se sont accumulés autour de la planète, générant au fil du temps des formes de vie parasitaires matérialisées — insectes, virus — et nourrissant des entités anormales de l’astral, ainsi que des désincarnés, hâtivement considérés comme des créatures spirituelles – anges et êtres de lumière – mais qui ne sont que des parasites ayant l’avantage de l’invisibilité. Cette situation est indescriptible et l’on s’étonne que nos « voyageurs de l’astral » et autres channels n’en donnent pas plus de détails. Sans doute, leurs explorations dans l’invisible sont semblables à ces touristes qui contemplent un lac pollué depuis le rivage en s’émerveillant sur la jolie couleur turquoise de l’eau. Or, ils s’extasient devant un cloaque radio-actif !

La pollution de la Terre et de son atmosphère dépasse de très loin les observations des écologistes les plus alarmistes.

Cette contamination invisible de nature psychique est restée cachée au cours des temps, mais elle est en train d’apparaître, générant des maladies inconnues.

Ceux qui ont adopté un comportement entièrement nouveau par rapport à la vie sont sans doute immunisés, car il s’agit d’une pollution qui répand des germes spirituels — de la vermine psychique qui retombe sur ceux qui l’ont générée. La créature revient toujours vers son créateur. Ce processus « apocalyptique » va prendre une ampleur considérable, non maîtrisable malgré la propagande médicale.
Dans ces conditions d’alerte maximale, et alors que l’humanité s’enfonce toujours plus dans l’apathie et la narcose de ses divertissements médiatiques, certains extraterrestres bienveillants ont pris position dans l’atmosphère et œuvrent en secret pour limiter les dégâts. Ils agissent ainsi pour autant que la règle de non-intervention l’autorise, donc rien de spectaculaire selon notre point de vue.

C’est pour eux une mesure d’auto-défense et de protection de leur espace qui pourrait être atteint par nos poisons psychiques et magnétiques. Quel scientiste pourrait le comprendre ? Quel politicien borné et corrompu pourrait en avoir conscience ? Quel humain courbé sur sa survie à court terme se soucie de ces problèmes au point d’agir ? Quel humaniste ivre de son rêve de progrès peut reconnaître son absolue ignorance ?

Seule une minorité en est consciente et en souffre, quoiqu’elle soit encore plongée dans l’ignorance des mystères de la vie.

Cette minorité de conscience n’a pas droit à la parole. On se moque de ses intuitions et elle supporte avec une douloureuse patience les outrages de la civilisation moderne. A travers l’épreuve de l’existence actuelle, cette minorité s’éveille à la réalité du monde et à la fausseté des apparences trompeuses. Elle s’approche doucement de la limite où elle devra abandonner ses illusions anciennes pour faire face à un nouveau jour.

A ce point de notre réflexion, n’allons pas commencer un sermon politicien car la solution ne repose que sur l’individu et sur sa capacité d’affirmer sa force de caractère.

La solution est individuelle, et qu’on aille à droite, à gauche ou au milieu, le meilleur chemin est toujours celui que nous voulons suivre sans qu’on nous oblige à aller dans une autre direction. Le chemin de la vérité, c’est celui de notre désir essentiel.

La politique galactique et le choix individuel ne sont pas éloignés. Fais ce que tu dois faire comme tu le sens, et si la vie ne te plaît pas, n’en dégoûte pas les autres. C’est la règle partout. Chacun doit vivre selon sa vérité. C’est la règle dans tous les univers, et c’est aussi la règle dans notre coin mal famé de la banlieue galactique.
 
Auteur: Joël Labruyère
HorizonForet-3"Vers un nouveau paradigme"
2012 et après

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents