Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Préparatifs en vue de la tempête imminente

Publié par Rédaction sur 27 Novembre 2013, 00:45am

Catégories : #Changements terrestres

© sott.net

Graphique des récents rapports de bolides étasuniens (y compris le son et la fragmentation)
     

Certains de ces changements sont reflétés dans les modifications que nous pouvons voir se produire sur d'autres planètes de notre système solaire, et pourraient être liés au comportement bizarre de notre soleil et/ou à la nature de l'espace autour de notre système solaire. Des météorologistes et des scientifiques atmosphériques respectés mettent en garde contre une ère glaciaire imminente - le début de ce qui pourrait se produire rapidement et sans avertissement. Les préoccupations secondaires ont été largement exprimées au sujet de l'approvisionnement alimentaire dans le monde, sans parler de la hausse des prix et de l'instabilité de l'environnement.

Le but ici n'est pas de créer la panique. Le but est de se concentrer sur ce que nous pouvons faire en tant qu'individus et groupes pour préparer un milieu de vie en toute conscience des menaces potentielles. Un environnement que nous pouvons créer avec les moyens du bord qui sont à notre disposition. Il suffit d'en penser et d'en planifier la préparation.

Si (et plus important : quand) une catastrophe s'abat sur nous et que nous nous y sommes préparés, la valeur psychologique est inestimable. Vous pouvez être raisonnablement assuré de ne pas avoir besoin d'une aide immédiate et d'être disponibles pour porter secours aux autres personnes qui ne s'y seront pas bien préparées.

© Tele Atlas
L'intérêt pour de modestes parcelles de terre rurales a augmenté considérablement au cours des dernières années. Pour beaucoup, cet intérêt implique un retrait des milieux urbains qui sont susceptibles de souffrir le plus des catastrophes économiques ou environnementales.

Les emplois sur Internet, le retour à un mode de vie réduit, une réduction de notre consommation, et la retraite anticipée alimentent principalement les motivations nécessaires pour acquérir des terres et les compétences nécessaires dans le but d'apporter une réponse appropriée à tout ce qui vient à notre rencontre. Je pense que beaucoup de ces personnes sont à la recherche d'un mode de vie plus significatif et expérimentent un désir croissant d'aider et de soutenir la communauté locale dans laquelle ils résident.

Donc, dans cet article, je tiens à présenter les critères importants pour choisir l'emplacement et l'étendue de terrain nécessaires à une meilleure chance de succès - à la fois financièrement et opérationnellement. Les sections écrites ci-dessous sont plus ou moins traitées dans un ordre d'importance descendante par rapport au spectre des menaces potentielles.

Localisation générale

© Inconnu
Jetez un œil aux cartes du monde qui montrent les latitudes les plus basses de l'inlandsis au cours de la dernière période glaciaire. Vous voudrez probablement considérer les terrains qui sont au moins à cent soixante kilomètres au-delà de l'inlandsis. Il y a des preuves à partir des carottes de glace pour confirmer que le climat terrestre n'était pas très différent de celui d'aujourd'hui, et que les étés étaient plus frais et plus tolérables plus au sud de la calotte glaciaire.

Il est probablement souhaitable de rester au moins à égale distance (cent soixante kilomètres) des zones côtières en raison de l'incertitude des conditions météorologiques/climatiques et de possibles tsunamis. Cent soixante kilomètres peuvent sembler beaucoup, mais la dévastation côtière se traduira probablement par des migrations massives de réfugiés en provenance de ces zones, et vous voudrez une zone tampon significative. En fait, cent soixante kilomètres peuvent ne pas être suffisant.

Une autre considération importante à prendre en compte pour choisir l'emplacement général est l'eau douce. Les zones avec un taux de précipitation annuel de pluie aux environs de cent à cent cinquante centimètres auront généralement beaucoup d'eau souterraine à faible profondeur. Ces zones seront probablement luxuriantes et appropriées pour élever du bétail sans forte dépendance d'aliments complémentaires. Les criques et les sources naturelles peuvent offrir des avantages supplémentaires. Les oiseaux, les abeilles et la faune abondante sont de très bons signes - en particulier si la chasse devient nécessaire.

Lorsque vous commencez à restreindre les possibilités de terrains plus spécifiques, jetez un œil au niveau du département. Recherchez les départements (ou régions) qui ne contiennent pas de grandes zones métropolitaines. Si le département est principalement rural, il sera alors probablement avantagé pour les puits, la construction, l'infrastructure agricole, la main-d'œuvre à faible coût, etc., les départements « riches » sont bien plus associés avec des niveaux de bureaucratie bien enracinés qui peuvent mettre une vraie pression sur votre temps et budget.

Caractéristiques de l'habitat terrestre

Quelle quantité de terre avez-vous besoin ? Disons que vous souhaitez pouvoir élever deux vaches et une famille de porcs au pâturage (les poulets ne sont pas un facteur prépondérant). Vous voudrez suffisamment de pâturages (et de bonne herbe) afin de nourrir le bétail et des pâturages bordés de forêts qui viendront soutenir l'enclos pour les cochons. Pour cette opération minimale, vous avez probablement besoin d'environ six à huit hectares en fonction de la productivité/qualité de la terre. Gardez à l'esprit que vous souhaiterez probablement avoir plus, et vous aurez besoin de plus si vous prévoyez de vendre beaucoup d'aliments produits par les animaux.

Quel pourcentage de terrain devrait être en pâturages ? Une règle générale que vous pouvez utiliser est de soixante pour cent de pâturages et de quarante pour cent de forêts - mais cela dépendra de ce que vous prévoyez en faire. La partie boisée de la propriété vous sera utile si vous envisagez de vous chauffer au bois.

Si le coût du terrain initial est trop élevé pour votre budget (ou que vous souhaitez le développer plus tard), vous pouvez alors regarder pour louer des terrains adjacents ou proches pour vos animaux. Les taux de location pour ce type d'utilisation des terres sont généralement très faibles. Rappelez-vous, en plaçant les animaux dans des pâturages, vous en améliorez la qualité. Portez une attention particulière au terrain adjacent (et aux voisins) au choix potentiel de l'étendue du terrain.

Si vous devez voyager pour voir un terrain ou un lopin de terre - faites-le ! Rien ne vaut de voir par soi-même et de chausser des bottes pour parcourir le terrain. Et pendant que vous y êtes, regardez les environs - vous pourriez voir quelque chose que vous aimerez encore plus. Si vous voyez quelque chose qui vous satisfait vraiment, contactez le propriétaire et faites une offre. J'ai été surpris de constater à quel point il est facile d'acheter un morceau de terrain à quelqu'un d'autre.

En recherchant le terrain adéquat, il est généralement souhaitable d'avoir des vallonnements. Un puits situé près de la plus haute altitude donne le choix d'une distribution de l'eau qui descendra alimenter les parties nécessaires par gravité naturelle (pour les exploitations d'élevage). Vous voudrez aussi considérer les parties relativement plus élevées pour les structures de vie ou de stockage. Si un puits peut être situé en amont de la maison, il peut alors par gravité naturelle être utilisé pour un usage domestique, en cas de besoin. C'est une bonne idée d'utiliser un sourcier local pour cartographier les ruisseaux souterrains des environs et trouver l'emplacement du puits, et pour s'assurer que vous ne construisez pas une structure d'habitation sur un ruisseau souterrain. [Note : ce type de structure a été associé à des problèmes de santé chroniques chez les occupants.]

Les dénivelés du terrain donnent à l'eau l'opportunité de ne pas stagner en cas de pluies diluviennes. Le choix d'un terrain adjacent à un ruisseau qui ne s'élève pas beaucoup (étang) doit être évité en raison du risque d'inondation. Observez le terrain et imaginez-le avec cinquante centimètres de pluie (dans le pire des cas) en deux jours. Obtenez des cartes topographiques de la région et évaluez le bassin au-dessus des voies de terre que vous envisagez. De ces données, vous pourrez estimer les débits d'eau que les ruisseaux, les rivières, ou des dépressions terrestres auront à supporter. Si l'inondation d'une partie des voies de terre est possible, alors vous aurez besoin d'un plan pour évacuer tous les animaux vers un terrain plus élevé. Un étang près d'un joli ruisseau peut sembler attrayant, mais il peut facilement se transformer en un lac temporaire. Vous pouvez également interroger les voisins sur les pires inondations qu'ils ont vus dans la région.


Une belle crique tranquille...

... se transforme en ceci après trente-trois centimètres de pluie.
L'importance de l'eau, tant en termes d'accès que d'excès, est des plus vitale.

Infrastructure d'une exploitation d'élevage de bétail

Les deux éléments d'infrastructure de base pour les exploitations d'élevage sont la distribution de l'eau et les clôtures. Une grange est commode mais pas nécessaire aussi longtemps que vous avez alloué de l'espace pour votre stockage à l'abri et au sec. Clôturer le périmètre est un plus mais n'est pas non plus nécessaire, car vous aurez probablement besoin de clôtures électriques pour contrôler l'accès des animaux au pré pour un maximum de bénéfice mutuel pour à la fois l'humus et les animaux. La clôture électrique se déploie facilement et permet de laisser place à des enclos personnalisés qui s'adaptent aux besoins fonciers. Cela permet une utilisation des plus efficace et une interchangeabilité des enclos sur toute la surface du terrain. De nombreuses clôtures électriques sont alimentées par des batteries 6V/12V et produisent très peu de courant. Les batteries sont ainsi rechargées facilement avec des panneaux solaires intégrés pour une utilisation en continu. Ainsi, bien que la clôture de périmètre soit toujours une bonne idée, on n'a pas besoin de retarder le déploiement des activités liées aux animaux.

Cependant, la distribution d'eau est très importante pour faciliter l'élevage de bétail et devrait être présente sur tous les terrains qui formeront les futurs enclos. Les conduites d'eau sont faciles à mettre en place en utilisant un tube Pex continu (sous la ligne de gel), et le coût n'est pas un grand critère comparé à une bonne source d'eau.

Un groupe de travail bénévole est d'une grande aide quand il s'agit de la pose de l'infrastructure.

Consultez le site Polyface Farms de Joel Salatin et lisez quelques-uns de ses nombreux livres pour apprendre comment les exploitations d'élevage peuvent à la fois améliorer et guérir la terre ainsi que son terroir. Il a beaucoup à dire sur la façon de réduire votre propre travail tout en maximisant les avantages pour les terres, pour ne pas mentionner la production d'aliments nutritifs qui vous permettra non seulement de survivre, mais de prospérer.

Options de construction


Construction d’une maison-abri montrant les poutres de supports du toit
Il y a beaucoup de bonnes options pour l'érection d'une structure d'habitation modeste, mais je voudrais suggérer d'envisager les options d'une maison-berme [une berme est un petit espace ménagé entre le pied d'un rempart, d'un parapet et d'un fossé, d'une tranchée, pour éviter les éboulements ou servir de retraite - N.D.T.] et celles d'une maison-abri du point de vue du coût, de l'efficacité, de l'entretien, de la résistance et de l'efficacité énergétique. Ces options font usage de la terre comme d'un dissipateur de chaleur pour limiter les effets des variations de température externes, en améliorant le confort et en réduisant l'énergie consommée afin de contrôler l'environnement des espaces de vie. Elles doivent être solides, mais, par nature, elles se fondent dans le paysage naturel. Comme telles, elles résisteront aux risques environnementaux significatifs qui feraient chuter des structures plus conventionnelles. À noter également qu'elles ne nécessitent que peu d'entretien.

Si elles sont formées à haute pression, en béton armé, alors le coût est comparable à celui d'une structure en bois conventionnelle. La version de la maison-abri est recouverte de tous les côtés (y compris le toit) à l'exception de la face avant de la structure. Afin de soutenir une couverture de toit en terre, cette version utilise des éléments de structure tels que des poutres en acier reposant sur des murs épais de trente-trois centimètres. Ces poutres en acier sont disponibles à partir de différents ferrailleurs où elles sont destinées à un retour à la fonderie et peuvent donc être achetées à moindre coût. Voici une photo d'une maison enfouie que j'ai récemment conçue et construite, comme nous venons de le décrire, et qui comprend plus de six cents mètres carrés de surface habitable. Le toit supporte soixante-quinze centimètres de terre (sur lequel pousse actuellement de l'herbe).


Maison enfouie terminée
La version maison-berme est similaire, sauf qu'elle utilise un toit conventionnel (bien isolé), ce qui élimine la nécessité des poutres structurelles en acier. Des murs de quinze centimètres d'épaisseur en béton armé renforcé d'acier soutiennent le toit conventionnel et l'ajout de matières isolantes sur le(s) mur exposé(s) peut être utilisé pour améliorer l'efficacité thermique. Cette version se prête bien aux petites structures de type yourte, mais conserve l'efficacité de l'usage de la terre comme d'un dissipateur de chaleur.

La bonne chose au sujet de ces structures (en plus de leur force et de leur efficacité évidente), c'est que le coffrage peut se monter très vite, ne laissant que le travail de finition intérieur pour la phase finale. La planification est essentielle pour que toutes les lignes, canalisations, etc., soient prises en compte avant le coulage du béton.

Si vous optez pour l'une de ces structures, soyez sûr d'obtenir l'approbation de votre conception du point de vue de l'ingénierie structurelle par ceux qui sont qualifiés pour le faire.

Autres considérations

Lors de l'évaluation d'un terrain, essayer de découvrir son passé au niveau de l'agriculture. Il est vraiment difficile de trouver des terres vierges qui n'ont pas subi de monocultures ou été victimes de l'utilisation agricole abusive d'une façon ou d'une autre. Les engrais chimiques et les pesticides sont utilisés depuis bien longtemps et ont un impact durable sur le sol, mais l'utilisation récente de produits chimiques comme le glyphosate (Roundup) peut être un signal d'alarme sur une étendue de terre en particulier. Interrogez les voisins à propos de l'histoire de ce terrain que vous envisagez d'acquérir. Généralement, plus le terrain est resté en friche, mieux c'est.

Si vous envisagez dans un futur d'intégrer ou de moderniser vers un système d'énergie électrique solaire, vérifiez l'exposition au Soleil (dans la bonne direction) à partir d'emplacements voisins de celui où vous construirez votre maison. Si vous avez également l'intention d'utiliser le réseau électrique, envisager l'installation de deux panneaux de distribution des différents services de la maison, un pour le solaire et l'autre pour le réseau. Cela vous permet d'inter-changer les circuits d'une source d'énergie à une autre en fonction des besoins ou des changements de fiabilité. Vous pourrez également commuter la source d'alimentation d'une boîte à l'autre.

Vous pouvez également envisager des canalisations séparées pour les toilettes (égouts/fosse) et les éviers/douches (eau grise). L'écoulement des lavabos et douches peut être canalisé afin de former un étang depuis la maison. Il existe de nombreuses ressources Internet qui spécifient comment faire cela correctement pour améliorer l'environnement.

Si l'élevage n'est pas pour vous, vous pouvez envisager la création d'un atelier bien fourni ou de tout autre service que vous pourriez offrir à la communauté locale en échange d'une aide, de nourriture, etc.

Si l'argent est un problème, recherchez des personnes aux vues similaires et envisagez de former un groupe. Le travail va beaucoup plus vite et c'est tellement plus agréable que d'essayer de tout faire vous-même.
Avatar

Larry Bowers

Ancien - mais né à Joplin Missouri.

Enseignement/Profession – Ingénieur en électricité

Plus de 15 années de recherche dans les aspects ésotériques de toutes les religions et de la nature de cette réalité – La Vérité. Beaucoup de temps passé à identifier les différents sujets et à les intégrer dans le grand schéma de la réalité – La ponérologie y joue un grand rôle.

Travaille actuellement à la planification d’aménagements de fermes basée sur la gestion des terres qui promeut la diversité et la complémentarité des minéraux et des microbes pour les animaux et l’alimentation dense et nutritive qui en résulte. Ceci étant plus proche d’un des objectifs pour les humains « normaux » vivant sur cette planète.

 

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1 

 

Commenter cet article

lasorciererouge 27/11/2013 07:09


http://fr.sott.net/article/17986-Les-tambours-de-Gaia-se-sont-reveilles

Nous sommes sociaux !

Articles récents