Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Quel a été le rôle du pape François durant la dictature argentine?

Publié par Dav sur 14 Mars 2013, 18:34pm

Catégories : #Société

 


Une photo de Jorge Bergoglio, le 3 mars 2013, avant qu'il ne devienne le pape François 1er. L.THIEBERGER/AP/SIPA
Des médias et experts pointent son rôle trouble durant cette période noire de l'histoire argentine...

A peine élu que déjà, des voix se font entendre pour rappeler un passé gênant. Le pape François, décrit comme le «pape des pauvres», est réputé pour prendre des positions politiques, notamment contre le néo-libéralisme ou le mariage homosexuel défendu par la présidente argentine Cristina Kirchner. Mais ce portrait forcément laudateur recèle quelques zones d'ombres que certains médias et experts ont relevé dès mercredi, évoquant un passé trouble de Jorge Mario Bergoglio durant la période de la dictature militaire entre 1976 et 1983.

Le Guardian a rappelé qu'un livre, sorti en 2005 en Argentine, El silencio (Le silence), accuse le nouveau pape d'avoir retiré sa protection à deux prêtres et donné son feu vert en 1976 à l'armée pour l'enlèvement de ces deux jésuites qui travaillaient dans les bidonvilles, une activité mal vue par le pouvoir à l'époque. C'est l'un de ces deux prêtres, qui a survécu, qui tenait ces accusations. Il est mort en 2000 et Jorge Mario Bergoglio, qui parle de «diffamation», a toujours clamé son innocence dans ce dossier. Il a même expliqué qu'au contraire, il avait caché des dissidents politiques et ainsi pu les sauver des escadrons de la mort.

Mais, même en Argentine, certains restent persuadé qu'il a joué un rôle trouble. «Bergoglio est un homme de pouvoir et il sait comment se positionner parmi les puissants. J'ai encore beaucoup de doutes sur son rôle concernant les jésuites qui ont disparu sous la dictature», a témoigné mercredi à une radio argentine Eduardo de la Serna, représentant d'un groupe de prêtres de gauche. L'agence de presse Reuters a rappelé des propos de Fortunato Mallimaci, l'ancien doyen des sciences sociales à l'Université de Buenos Aires, selon lequel «l'histoire le [Jorge Mario Bergoglio, ndlr] condamne». «Il s'est opposé à toute innovation dans l'Eglise et, surtout, pendant la dictature, il s'est montré proche des militaires», a-t-il ajouté.

L'Eglise argentine, «l'une des plus contestées d'Amérique latine»

En France, Christian Terasse, le rédacteur en chef de la revue Golias, hebdomadaire catholique progressiste, est revenu longuement sur France info sur le rôle qu'aurait tenu le nouveau pape durant la dictature de Videla. «Cet homme n'a pas eu les paroles, les attitudes qui convenaient pour protéger certains de ses confrères engagés contre la dictature militaire de Videla. (...) J'ai un document qui montre que l'Eglise d'Argentine [dont le nouveau pape était l'un des responsables, ndlr] se réunissait avec la dictature pour consigner un certain nombre de dispositions par rapport à des opposants catholiques jugés marxistes parce que subversifs par rapport à l'ordre chrétien qui soutenait le général Videla». Pour ce spécialiste, cela ne fait aucun doute, «la soutane blanche de Bergoglio est entachée symboliquement: à la fois au niveau de son positionnement personnel qui n'a pas été très courageux parce qu'il n'a pas protégé certains de ses confrères mais aussi de ce qu'il représente du rôle politique qu'a joué l'église d'Argentine dans sa complicité avec la dictature».

L'Eglise argentine, dont le nouveau pape était l'un des responsables, «est l'une des plus contestées d'Amérique latine pour sa passivité, voire sa complicité, à l'égard de la dernière dictature militaire de 1976-1983», a expliqué à Sipa la spécialiste Paula Paranagua. «Le national-catholicisme était l'idéologie dominante des forces armées, qui comptaient avec la bénédiction de la hiérarchie de l'Église. Contrairement aux Églises du Brésil et du Chili, qui ont joué un rôle capital dans la défense des victimes de la répression et dans la lutte pour les libertés, le clergé argentin a montré une indifférence coupable face aux horreurs commises. Les religieux et religieuses solidaires des Mères de la place de Mai n'étaient pas soutenus par leurs supérieurs, et ont payé parfois de leur vie leur fraternité», analyse-t-elle.
20minutes
NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

Jérémie 15/03/2013 18:18


Quel est avant tout le rôle de chacun aujourd'hui et selon la dictature des divers marché mondiaux de l'agroalimentaire ?

christian 14/03/2013 18:50


IL y en a un qui part ,et on en reprend un autre, plus ou moins le même passé ....cela promet.....

Nous sommes sociaux !

Articles récents