Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Raoni ne pleure pas mais se bat!

Publié par Dav sur 7 Juin 2011, 06:21am

Catégories : #Changements terrestres

Raoni ne pleure pas : il se bat !

L'équipe de raoni.fr tient à apporter des précisions à propos d'une photo de Raoni que nous reproduisons ici et qui a circulé avec une légende erronée dans le monde entier ces derniers jours. Si l'on prend l'exemple du site Rue 89, il est indiqué dans leur article intitulé Le Brésil autorise un barrage géant : les larmes d'un chef indien : « Le chef indien Raoni, de la tribu des Kayapos, pleure en apprenant que le Brésil vient d'autoriser mercredi la construction du barrage géant de Belo Monte, au coeur de l'Amazonie. » Le chef Raoni étant dans son village au moment de l'annonce de la validation définitive du projet de barrage de Belo Monte par l'Institut brésilien de l'Environnement (IBAMA)., nous avons voulu en savoir plus quant à la provenance de cette photo. Après enquête et selon nos informations, il s'avère que l'image a bien été détournée. Celle-ci aurait été prise en 2002 lors des obsèques du grand indigéniste Olrando Villas-Bôas, ami et mentor du chef Raoni...

 

Raoni lors des obsèques du grand indigéniste Olrando Villas-Bôas en 2002

Nous sommes conscients de l'émotion et du désarroi causés par cette image car vous êtes très nombreux à vous mobiliser depuis sa large diffusion. Tant mieux si elle a pu entraîner une prise de conscience, mais ce rectificatif nous apparaît nécessaire car on peut légitimement déduire en la visionnant que Raoni est abattu, découragé voir résigné : il n'en est rien. Le chef nous a confirmé être plus déterminé que jamais, malgré cette mauvaise nouvelle à laquelle il s'attendait, à poursuivre le combat contre ce projet dévastateur, qui prétend faire une abstraction totale des droits de l'homme et en particulier de ceux des peuples autochtones.

 

Raoni et les kayapos n'ont pas dit leur dernier mot et comptent sur vous pour continuer à appuyer leurs actions et à diffuser le plus largement possible la pétition mise en ligne sur notre site. Que ceux qui veulent nous aider, et ils sont nombreux, se rassurent : Raoni fera sans aucun doute appel à votre soutien pour d'autres actions dans un futur proche (des choses se mettent en place pour la rentrée).

 

En attendant, afin que l'élan qui s'est levé ces derniers jours ne deviennent pas feu de paille, nous vous invitons à continuer à propager la pétition de Raoni à travers vos comptes Facebook et Twitter et ceux de vos amis, ou à l'intégrer dans vos blogs ou sites, par le biais des icônes que nous avons créé à cette attention :  http://raoni.fr/signature-petition-1.php (voir colonne de gauche).

RAONI ET SON PEUPLE COMPTENT SUR VOUS. LE CHEF VOUS ADRESSERA UN MESSAGE SUR SON SITE DANS LES JOURS QUI VIENNENT.

©2011 raoni.fr

Merci à Paloma pour le lien Dav   "2012 un nouveau paradigme"

Commenter cet article

lasorciererouge 28/08/2012 14:48


Brésil : la Cour suprême ordonne la reprise des travaux du Belo Monte


 


La Cour suprême du Brésil a annoncé hier avoir autorisé la reprise des travaux du barrage de Belo Monte. Cette nouvelle décision de justice suspend le verdict du 14 août émis par le
Tribunal régional fédéral qui avait ordonné l’arrêt du chantier au motif que les indiens n'avaient pas été consultés avant le début des travaux.


C'est une mauvaise nouvelle pour tous les opposants au projet qui avaient cru à une première victoire il y a une
quinzaine de jours. Dans une décision préliminaire, le président du Tribunal suprême fédéral brésilien, Carlos Ayres Britto, a en effet autorisé la reprise des travaux du barrage de Belo Monte,
le troisième plus grand ouvrage de ce type en construction dans le monde. Un pas en arrière alors qu'on avait appris le 15 août dernier que le Tribunal régional fédéral de la première région au
Brésil avait ordonné l'arrêt des travaux.


En prenant cette décision de les reprendre, la Cour suprême a ainsi donné raison à l’avocat général Luis Inacio
Adams qui représentait les intérêts de l'Etat brésilien. Celui-ci a plaidé en expliquant que les travaux devaient reprendre "pour empêcher des dommages
notables et irréparables du patrimoine public, de l'administration, de l'économie et de la politique énergétique brésilienne". C’est cette politique énergétique d’un pays en plein
développement et qui doit accueillir les Jeux olympiques en 2016 qui a donc primé sur la vie de toutes les populations indiennes locales.


En effet, la construction du barrage de Belo Monte, situé au cœur de l'Amazonie brésilienne entraînera l'inondation
de 502 kilomètres carrés. Si les terres des populations qui vivent à proximité ne seront pas directement inondées, leur mode de vie en sera grandement affecté car elles vivent de la pêche. Or,
même si le gouvernement brésilien prévoit d’investir 1,2 milliard de dollars d'ici à la fin des travaux pour réduire les impacts négatifs de la construction, cela risque d’être insuffisant. C'est
pourquoi depuis plus de deux ans maintenant les manifestations et actions se multiplient pour empêcher cette construction mais la bataille semble de plus en plus loin d'être gagnée.


 


....

lasorciererouge 26/07/2012 22:42


Une compagnie minière géante menace la tribu la plus vulnérable du monde


 










La tribu la plus vulnérable du monde sera en danger immédiat si le nouveau projet de Vale est approuvé.
© Survival





Le projet d’une compagnie minière géante d’amplifier une voie de chemin de fer qui a déjà favorisé l’invasion de certaines régions
d’Amazonie brésilienne expose la tribu la plus menacée du monde à un danger imminent.


La compagnie brésilienne Vale qui détient la plus grande mine de fer du monde, transporte son précieux minerai depuis l’Amazonie
jusqu’à l’océan atlantique dans des trains de 2 km de long.


Elle projette aujourd’hui d’étendre son réseau ferré pour permettre à ses trains gigantesques de circuler simultanément dans les
deux sens.


L’un des plus longs trains du monde traverse le territoire awá. Le géant minier Vale projette aujourd’hui d’étendre son réseau ferré
pour permettre à ses trains de circuler simultanément dans les deux sens. © Survival


Toutefois, la forêt des Awá du Brésil, directement située sur son parcours, expose la tribu à un danger immédiat, particulièrement ceux qui vivent encore dans l’isolement.


Les Awá sont opposés à ce projet. Ils affirment qu’il occasionnera davantage de nuisances sonores, fera fuir le gibier dont ils
dépendent pour leur survie et favorisera l’invasion de leur forêt.


Le complexe minier Grand Carajás et sa voie de chemin de fer d’une triste notoriétéont gravement affecté la tribu au début des années 1980 en ouvrant son territoire aux colons, aux éleveurs et aux bûcherons.










Le projet Grand Carajás a gravement affecté les Indiens awá au début des années 1980.
© Survival





Cependant, en dépit de ce sombre précédent et des récentes contestations du projet d’expansion de la compagnie Vale, les Awá n’ont
pas été dûment consultés. La compagnie est partie du principe que cette expansion était inévitable et a proposé de dédommager les Awá.


Cette décision enfreint la législation internationale et le droit brésilien qui exigent que les compagnies consultent les peuples
indigènes avant de réaliser des projets qui peuvent les affecter.


En décembre dernier, les employés de Vale ont installé un campement à l’extérieur du territoire awá sans avoir obtenu l’autorisation
d’opérer dans la région.


Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘La Banque mondiale et l’Union européenne qui ont
financé le projet Carajás ont contribué à la destruction massive de la forêt des Awá. A peine 30 ans plus tard, malgré une voie de chemin de fer déjà en fonctionnement, cet absurde projet
d’expansion soumet la tribu et sa forêt à une pression encore plus forte’.


Note aux rédactions :

lasorciererouge 18/06/2012 21:32



Amazonie : le chantier du barrage Belo Monte investi par des manifestants


 


A deux jours de l'ouverture du sommet Rio + 20, des Indiens soutenus par des écologistes ont investi le barrage Belo Monte. Situé à plus de 3.000 kilomètres de Rio de Janeiro, au
coeur de l'Amazonie, cet ouvrage crée la polémique depuis plus de deux ans.


 


Alors que s'apprête à s'ouvrir à Rio la Conférence des Nations Unies sur le développement durable, vingt ans après
le Sommet de la Terre, les opposants au projet du barrage géant de Belo Monte tentent une nouvelle fois de faire entendre leurs voix. Ainsi, 300 personnes, des membres de communautés
amazoniennes mais aussi des militants écologistes, ont investi le chantier situé à quelque 3.500 kilomètres de Rio de Janeiro.


La construction du barrage a été lancée en janvier dernier après des mois de polémique. Mais il en faudrait plus
pour décourager Indiens et défenseurs de l'environnement, qui depuis la naissance du projet en 2010 n'ont jamais baissé les bras. "Notre lutte est loin
d'être finie. Notre appel au monde est pour que le fleuve reste en vie !", affirme dans un communiqué Antonia Melo, la responsable du Mouvement "Xingu vivant pour toujours" citée par
l'AFP. Le rio Xingu est la rivière brésilienne, un affluent du cours inférieur de l'Amazone, sur lequel le barrage est édifié. Le but de cette occupation du chantier est ainsi de dénoncer
"les crimes sociaux et environnementaux commis par la construction de ces grands projets hydroélectriques en Amazonie", explique t-elle.


Alors que la construction d'un dizaine d'autres barrages est prévue dans la région par le gouvernement brésilien,
les manifestants ont au moyen de pelles et de bêches entrepris d'ouvrir un canal afin de redonner à la rivière son cours naturel. Les militants ont également planté des centaines d'arbres pour
tenter de stabiliser les berges du Xingu. Puis 200 croix en bois ont été installées sur le chantier en hommage à ceux qui ont perdu la vie alors qu'ils se battaient pour préserver la forêt.


Raoni renouvelle son appel


Le célèbre chef Raoni, figure internationale de la lutte contre la destruction de la forêt amazonienne, a lui
aussi réitéré son appel en faveur de l'abandon du projet à l'occasion du sommet Rio +20 auquel il prendra part. "Je vais demander qu'on nous respecte,
nous les indigènes, qu'on respecte nos droits. Et pas seulement nous, mais aussi tous ceux qui vivent près du barrage de Belo Monte. Je vais demander qu'on ne fasse pas ce barrage pour que
l'eau puisse continuer de couler normalement et que les poissons puissent vivre dans les rivières, pour que nous et nos enfants et petits-enfants puissions manger", a t-il affirmé.


Source:Maxisciences

lasorciererouge 12/04/2012 20:26


 



 


Victoire vomitive !


 


C'est l'épilogue de combats vieux de plus de cent ans : les Etats-Unis vontverser 1,023 milliard de dollars à quarante et une tribus amérindiennes, afin de régler une série de
procès. Les tribus avaient deux revendications : percevoirdes
redevances pour les droits d'usage de leurs terres et de leurs ressources naturelles, comme le gaz, le pétrole, les pâturages et le bois, et récupérer l'argent perdu dans leurs comptes de transferts de propriété mal gérés par le gouvernement fédéral
américain. Sur ce dernier point, le quotidien américainCronkite News, qui cite Matt Fletcher,
directeur du centre de droit à l'Université de Michigan, rappelle que "le ministère de l'intérieur a pendant longtemps fait une mauvaise gestion des comptes des Indiens. (...) Ils ne
savaient souvent pas combien d'argent était sur les comptes, où il devait aller et d'où il venait."


Ce règlement met un terme "au long litige qui pesait sur les plaignants et les Etats-Unis", explique dans
un communiqué le ministre de la justice, Eric
Holder."Il résout, de façon juste et honorable, les griefs historiques [des Amérindiens]sur la gestion des fonds alloués aux tribus, de leurs terres et autres ressources non
financières, qui ont été, pendant bien trop longtemps, une source de conflit entre les tribus indiennes et les Etats-Unis", assure le texte.


"Il renforce la relation du gouvernement avec les peuples tribaux et contribue à rétablir une relation de
travail positive avec leurs dirigeants, et donne plus depouvoir aux communautés amérindiennes", a déclaré de son côté le ministre de l'intérieur, Ken Salazar.


UNE NÉGOCIATION DE PRÈS DE TROIS ANS


Le processus de règlement financier a commencé en 2009 après qu'un groupe de tribus a demandé à l'administration
de Barack Obama d'accélérer
les négociations. A l'époque, les Etats-Unis faisaient face à près de cent procès."Toutes les tribus ont de mauvaises relations avec le gouvernement fédéral", a souligné à l'Associated Press Gary Hayes, chef de la tribu Ute des
montagnes, qui va recevoir près de 42,6 millions de dollars. "Mais les graines que nous plantons aujourd'hui nous profiterons à l'avenir et continueront pour les
générations futures", a-t-il ajouté.


Cet accord fait suite aux 3,4 milliards de dollars de règlement proposé en juin 2011 par le gouvernement fédéral à 300 000
Indiens, sur les 4,5 millions vivants aux Etats-Unis. Le Wall Street Journal rappelle que soixante-dix tribus restent encore en litige et que le
ministère de la justice continue à travailler pour résoudre ces
situations.


Pour la tribu des Nez-Percés, citée par le quotidien américain, il existe encore des créances non réglées liées à
la vente de bois ou de calcaire. Les comptes gérés par le gouvernement des Etats-Unis étaient dans "un tel désarroi qu'il était presque impossible de déterminer le montant exact de l'argent
que devaient les Etats-Unis à la tribu", estiment les Nez-Percés.


23 MILLIONS D'HECTARES EN GESTION


Depuis 1887, les autorités américaines sont en charge des 23 millions d'hectares qui appartiennent
&agra

andre 07/06/2011 11:14



voila ce que les riches de cette planette veulent , que cela va rapporter du frics.      cela fera travaillés des gens et ensuite des exclaves de l énergie . il y a 40 ans j ai vu
un reportage sur les dayaks a l abrit de la civilisation , la personne qui a fait ce reportage est revenu plus de trente aprés il a découvert un peuple qui vivait du rmi et la pluparts alcolos ,
j ai vu ce reportage c est désolant


 


 



Paloma 07/06/2011 09:46



Grâce et par ton intermédiaire Cher Dav, tu me permets d'écouter..le chant de mon âme  et de le  transmettre...!


Après, celà ne m'appartient plus; qu'il soit fait ce qui doit ETRE selon des plans...qui ne sont pas a ma portée...consciente !


 


Amourtié


 


 


 


 


 


 


 



Dav 07/06/2011 09:53



Merci



Nous sommes sociaux !

Articles récents