RÉALITÉ ET ILLUSION

Publié le 14 Juillet 2012

 

Une partie importante de l’humanité est actuellement victime d’une nouvelle forme de pandémie. Ce fléau qui ronge principalement notre jeunesse est né du développement ultra-rapide des nouvelles technologies. C’est un mal très pernicieux parce qu’il est de nature psychique et que ses symptômes sont particulièrement difficiles à déceler. Il consiste à percevoir le monde de l’image comme un monde réel et à considérer que les lois auxquelles sont soumises les créatures virtuelles s’appliquent de la même manière aux hommes et aux femmes qui partagent avec nous la réalité vivante de l’incarnation terrestre.

 

Il suffit d’observer tous ces jeunes déambulant la tête baissée et le regard rivé sur leur smartphone, totalement indifférents au spectacle merveilleux que la nature ne demande qu’à leur offrir. La science semble avoir peu à peu réussi à éliminer la conscience, la perception de la beauté du monde et la communication avec les esprits de la nature en tant que facteurs déterminants de l’évolution. De fait, l’antique adoration du Veau d’Or est aujourd’hui remplacée par le culte de l’image. Pourtant, si rien n’est fait pour enrayer cette addiction, ses conséquences risquent de s’avérer bien pires encore !

 

 

La perception de la beauté du monde passe par la communication avec les esprits de la nature

 

La question qui se pose dès lors est : vers quel avenir souhaitons-nous nous diriger ? Carune civilisation où seule compte l’image tridimensionnelle que les êtres projettent d’eux-mêmes, et non la qualité de leur aura ni la vibration de leur âme, est nécessairement vouée à l’échec et à la disparition. Ainsi, le besoin de voir des extraterrestres physiques et des ovnis matérialisés avant d’y croire, de rencontrer physiquement la Vierge Marie ou de côtoyer des Maîtres spirituels dont la principale qualité ne serait pas la Lumière de leur enseignement mais le fait d’être présents physiquement sur la Terre et susceptibles d’y être filmés par des caméras, a progressivement privé une grande partie de l’humanité du contact avec la réalité du monde subtil. C’est la raison pour laquelle nos prédateurs sont aujourd’hui devenus légions : ils trouvent de nouvelles proies quotidiennement et sans avoir à faire beaucoup d’efforts.


Les Guides enseignent à ceux qui ont déjà commencé à se mettre à l’écoute de la voix intérieure qu’il est bien plus facile et bien plus salutaire de sortir de notre quarantaine galactique en apprenant à établir un contact approprié avec les êtres des autres dimensions. S’élever vibratoirement et communiquer selon leurs fréquences, plutôt que recourir à des subterfuges tels que l’envoi de signaux dans l’espace pour les contraindre à se manifester physiquement, peut d’ailleurs apporter une forme d’extase spirituelle.

 

004

 

Il existe deux grandes formes d’illusion qui empêchent l’humanité de se libérer complètement et d’entrer de plein pied dans l’Ère Nouvelle. La première consiste à considérer les créatures monstrueuses qui peuplent aujourd’hui les jeux vidéos et le monde virtuel comme des personnages réels. Jouer à des jeux vidéo violents ou malsains aboutit à parasiter le discernement et amène insidieusement les enfants et les adolescents à s’identifier à des mondes illusoires construits autour d’élucubrations mensongères. Sous prétexte de « se distraire » ou de développer une certaine forme d’agilité cérébrale, on parasite le système nerveux et on l’empêche de s’élever jusqu’à véritable conscience.

 

Le second écueil possible consiste à s’imaginer que seul ce qui est physique est réel, et qu’il n’existe aucune réalité en dehors de la 3D. Quelle erreur ! L’Âge d’Or vient maintenant, et il permettra à toutes les âmes humaines incarnées sur notre planète de comprendre enfin que la réalité de l’univers est éthérique autant que physique. Ceux que certains théurges nomment « les Énochiens » sont des Êtres lumineux des éthers supérieurs qui, sous l’autorité du Grand Conseil d’Andromède, ont accepté la mission d’être à la fois les Gardiens et les Garants de tout le processus d’infusion de la Connaissance à l’humanité. Ils ont notamment la tâche d’éveiller l’ensemble de l’humanité à la Connaissance du Cœur, car c’est de cet éveil que dépend l’avènement prochain de la Nouvelle Époque.

 

Bien sûr, de nouvelles et prodigieuses technologies continueront à se développer, à commencer par la construction de machines à énergie libre, mais l’accès à ces technologies ne deviendra réalité que lorsque les consciences accepteront comme une évidence la nature multidimensionnelle de notre univers. On a parlé de « révolution du numérique », mais ni la découverte du numérique ni le recours à l’énergie libre ne devraient être considérées comme des révolutions. Accepter cette idée revient tout simplement à faire le choix de rester cramponnés au plan de l’illusion.

 

Nikola Tesla avait parfaitement compris que l’énergie libre n’est qu’un moyen de développer de nouvelles technologies et non la Panacée Universelle.

 

 

Tant de choses ont été dites à propos de l’illusion et la réalité que la plupart d’entre nous n’arrivent plus à s’y retrouver. Nous restons, dans notre immense majorité, prisonniers de l’apparence, de l’écorce, incapables de percevoir la splendeur de la nature dans son extraordinaire simplicité. Car c’est uniquement cela, la réalité.

 

La réalité n’est que Beauté, Amour et Lumière. Toute autre chose, tout ce qui ne vibre pas en plein accord et en totale harmonie avec la Lumière et l’Amour est illusion. C’est aussi simple, aussi fondamental et aussi direct que cela. Il n’existe rien d’autre à savoir. Mais nous nous sommes créés tellement d’illusions, nous nous sommes tellement séparés de l’Unité de la Source Divine que c’est au contraire tout ce que nous voyons autour de nous dans notre monde, toute cette dysharmonie, tout ce qui n’est pas Amour, Lumière et Beauté, que nous appelons justement « réalité ».

 

Réfléchissez un moment : combien de temps passons-nous chaque jour à regarder les nouvelles à la télévision ou sur Internet, à évoquer la dernière catastrophe mondiale, à étudier les autres et à les juger ? En agissant ainsi, ne sommes nous pas précisément en train de fabriquer un monde d’illusion autour de nous – un monde créé en dehors de la véritable Harmonie et de la véritable Beauté – et ne sommes-nous pas en train d’appeler cela « la réalité du monde » ? Depuis notre plus tendre enfance, nous avons tellement été induits en erreur ! On nous a dit et répété que vous devions « regarder la réalité en face », que vous devions « nous pencher » sur la dysharmonie qui s’est emparée de nombreuses régions de la Terre pour pouvoir y remédier.

Nous étions censés évaluer le mal qui ronge notre planète, établir un diagnostic, découvrir où elle n’est pas traitée avec respect et amour, afin de corriger cette situation ! Du point de vue des Âmes rayonnantes de la Grande Communauté, cela n’est pourtant pas si utile… Il n’est pas indispensable d’observer, de mesurer ni de répertorier toutes sortes de choses ni d’étudier toutes sortes d’êtres. Le seul être dont nous devrions évaluer en permanence l’attitude et le comportement, c’est nous-même ! Ce qui nous est demandé, c’est de contrôler nos propres pensées, nos propres émotions et nos propres actions envers les autres. Car c’est là que se trouve notre réalité, la seule et unique réalité possible pour nous.

 

Certains d’entre vous seront sans doute scandalisés par cette manière de présenter les choses : ils n’accepteront pas que l’on vienne leur dire que les actions des autres ne les concernent pas. Pourtant, si vous y réfléchissez bien, elles n’ont vraiment qu’une importance toute relative. Elles ne sont que la réalité dérivée de notre monde et n’en font partie de qu’à partir du moment où nous choisissons de les y intégrer. Il est par contre très intéressant d’observer nos propres pensées, nos propres sentiments et les réactions que les actions des autres provoquent en nous. Car c’est uniquement de ces pensées, de ces sentiments et de ces réactions que nous avons la responsabilité ; c’est cela, et seulement cela qui devrait être notre souci.

 

Supposons qu’une personne vienne nous rendre visite et accomplisse un acte que nous considérions comme déplacé, un acte sans amour à notre égard, alors pourquoi ne pas considérer qu’il s’agit simplement et tristement de « la réalité de cet être » à ce moment-là ? Car ce qui devrait nous intéresser, ce n’est pas tant l’acte que l’autre a commis, que comment nous le ressentons dans notre cœur. Si à ce moment, sous prétexte que l’on nous a manqué de respect, que l’on nous a offensé d’une manière ou d’une autre, nous nous sentons blessé, alors c’est nous, et seulement nous qui créons ce sentiment, qui décrétons que cet état d’être est notre réalité. Mais si nous ne réagissons qu’avec amour et beauté, vérité et harmonie, alors quelle que soit l’action entreprise contre nous, notre réponse, notre réaction, nos sentiments à propos de cette situation ne seront qu’amour, vérité, beauté et harmonie. Si vraiment nous ne sommes rien d’autre que cela, nous ne pouvons pas obtenir une autre réponse que celle-là, parce que c’est la seule qui puisse vibrer avec ce que nous sommes nous-même. Et cela devient notre réalité.

 

C’est pourquoi les grands Maîtres spirituels, qu’ils soient incarnés, ascensionnés ou descendants, ont tous un message unique et commun à destination de notre humanité. Ce message peut se résumer par ces quatre mots : « Créez votre propre réalité ». Ce que nous n’avons pas encore compris et réalisé, c’est que depuis toujours, nous ne faisons que cela : créer notre propre réalité. Car la réalité n’est jamais qu’une conséquence de la manière dont nous choisissons de répondre, dans notre cœur, à chaque situation qui se présente à nous.

 

 

Créez votre propre réalité !

 

Considérons un instant un couple d’êtres qui viennent de « tomber amoureux » l’un de l’autre. Que disent les gens, lorsqu’ils croisent ce couple « d’amoureux » ? Ils disent qu’ils voient « la vie en rose », n’est-ce pas ? Car à ce moment, tout ce qui les entoure leur apparaît merveilleux! Leurs cœurs sont légers, leurs êtres sont joyeux, ils chantent dans la rue. Et dans ces moments, cette joie qu’ils montrent à tous ceux qui les observent est leur réalité. C’est la vibration qu’ils émanent, leur véritable nature. Et c’est donc ce qu’ils attirent à eux, cette nouvelle réalité, cette vision et ces perspectives d’amour, de joie, de beauté et d’harmonie. Car pour eux, à ce moment, rien d’autre n’existe.

 

Jusqu’à présent, notre expérience a toujours été que cet état ne pouvait pas durer très longtemps. Rapidement, quelque chose s’infiltrait dans notre conscience, dans notre monde, qui n’était pas cet état, qui était en dysharmonie avec cet état. Et parce que nous avons autorisé ce sentiment dysharmonieux à pénétrer dans notre conscience et que nous avons focalisé notre attention dessus, cet état de joie et d’extase s’est peu à peu transformé en vague souvenir. Mais c’était notre choix ; c’est notre réaction à une nouvelle situation qui a produit ce changement d’état. Et puisque c’était notre choix que de permettre qu’il en soit ainsi, pourquoi notre choix ne pourrait-il pas être différent désormais ? Notre choix peut être de permettre à cet état d’extase, d’harmonie et de paix de rester en nous constamment, de devenir notre nouvelle et constante réalité du monde. Cela dépend de nous et uniquement de nous ! De la même manière, ou bien l’Âge de Fer se prolongera ou bien l’Âge d’Or viendra. Cela dépend aussi de nous et de nul autre que nous !

 

Voici comment le Maître du Rayon Rouge explique l’épisode biblique de « la Chute » originelle : « Bien des choses ont été dites à propos de la Chute des premiers hommes, mais cet épisode de l’expérimentation humaine n’a jamais été clairement compris par vos religions. La Chute s’est produite uniquement parce que l’humanité a choisi de vivre une nouvelle réalité. A ce moment, des millions d’âmes sont arrivées sur Terre, provenant d’autres planètes, d’autres systèmes solaires, d’autres univers. Il s’agissait d’âmes qui ne voulaient plus progresser ni poursuivre leur ascension vers les régions supérieures de la conscience. Grâce à une dispense divine, ces êtres ont eu l’autorisation de venir sur la planète Terre, qui offrait un espace tridimensionnel adapté à leur choix d’évolution, afin d’y poursuivre leur progression et leur voyage vers l’Illumination.

Durant cinq cents années, de grands enseignants et de grands prêtres préparèrent l’humanité, qui se trouvait à cette époque dans un état extraordinaire de beauté, d’harmonie et de paix, et qui vivait son premier Âge d’Or, à recevoir cet afflux d’âmes. Mais hélas, au moment de leur arrivée, le choix des humains fut de renoncer à cet état de paix, d’amour et d’harmonie, à cet Âge d’Or qu’ils avaient connu précédemment.

 

Certains en effet, après avoir observé que les nouvelles âmes venues possédaient une technologie très poussée et des méthodes permettant d’agir directement sur la matière qui leur étaient encore inconnues, commencèrent à les admirer, à les envier et à vouloir les imiter, sans se rendre compte que cette technologie risquait de détruire leur amour et leurs qualités spirituelles. Et la plupart décidèrent ainsi de se conformer à ce nouveau mode de vie, d’idéaliser la technologie, et ils acceptèrent désormais de mettre des enfants au monde et de perpétuer l’espèce humaine sans plus se soucier de la Source Divine.

C’est à ce moment que se produisit la Chute de la moitié de l’humanité. L’autre moitié, qui avait choisi de ne pas suivre la voie de ses frères et sœurs, se mit toutefois à émettre des jugements vis-à-vis d’eux. Après avoir accepté leur décision, ils commencèrent à dire : « Cela n’est pas juste, cela n’est pas correct ! » Mais ils ne le firent plus avec le même amour ni avec la même compassion qu’ils avaient toujours manifestés auparavant. Ils le firent avec des sentiments d’amertume et de réprobation. Et c’est l’expérience de ces nouveaux sentiments et de ces nouvelles émotions qui marqua le commencement de ce que l’on a appelé « la Chute ». »

 

002

 

Représentation allégorique de la chute

 

La colère n’est jamais justifiée, c’est une émotion dont nous n’avons pas besoin. Le sentiment de colère est tout simplement le signal que nous avons perdu le contrôle et la connexion avec notre état d’être supérieur – cet état où nous ressentons et expérimentons des émotions d’amour, de paix et de beauté, cet état qui est le seul à correspondre à la vérité et à la réalité de notre Moi spirituel. Et puisque c’est là que réside notre nature véritable, pourquoi ne pas faire le choix, aujourd’hui même, d’être désormais uniquement conscient de notre propre vérité intérieure, de votre véritable état d’être. Et pourquoi ne pas essayer de placer nos colères, nos haines et nos peurs en harmonie et en résonance avec la vibration de l’Amour Inconditionnel ? C’est cela, la véritable alchimie. C’est cela, le véritable sens de la transformation des métaux vils en or. Si tous, nous acceptions de nous rendre ce service à nous-mêmes, quel somptueux cadeau offririons-nous à l’ensemble de l’humanité ! Car dès que des êtres choisissent de se transformer eux-mêmes en Amour et en rien d’autre, cela devient leur nouvelle réalité et cette réalité se projette autour de la Terre tout entière et touche la totalité de l’humanité.

 

Étant donné que nous possédons le libre-arbitre, il est indispensable que nous demandions intérieurement que ces énergies, ces vertus de vérité, de paix, d’harmonie, de beauté, de pureté et de force nous soient transmises. C’est cela notre véritable tâche, celle à laquelle nous avons décidé de nous consacrer lorsque notre âme a choisi de revenir s’incarner en cette période de grande transition.

Au moment de la Chute, une partie de l’Énergie divine a été retirée de l’humanité, lorsqu’il a été observé qu’elle ne l’utilisait plus pour créer dans la beauté, la perfection et la pureté. Mais aujourd’hui, puisque nous nous réveillons et commençons à nous souvenir de notre essence divine, de notre Être divin, nous avons le pouvoir de retrouver et d’ancrer à nouveau l’Énergie créatrice sur notre planète.

Le nom de cette Énergie créatrice, c’est l’Amour. Plus nous devenons Amour, plus l’Amour se déverse sur nous ; et plus il se déversera, plus nous créerons avec puissance la réalité de l’humanité de demain, LA RÉALITÉ DE L’AMOUR. Car l’ascension de l’humanité n’est pas autre chose que cela : la découverte de LA RÉALITÉ DE L’AMOUR.

 

Olivier de Rouvroy
Avril 2012

 

vIA http://cquantique.com/2012/06/08/realite-et-illusion/#more-1450

N’oubliez pas, utilisez toujours votre discernement par rapport à ces textes.
Vous avez un Libre Arbitre, alors utilisez le et surtout, écoutez ce que vous dicte votre coeur ; Il détient la vérité, laissez le vous guider.

 

publi 3-4Vers un nouveau paradigme

2012 et apres

 

 

Rédigé par Dav

Publié dans #Partage

Commenter cet article

Sarroub Mourad 14/07/2012


Le coeur a ses raisons que la raison ignore !....


La neuroscience nous apprend que cela est faux - Que croire ?...

garogori 15/07/2012


Texte génial et plein de vérité,oui oui,rien à rajouter,aller vers le soi ,que l'on ose être,à cause  du regard   des autres serait une erreur,nôtre réalité au présent
c'est chacun à son niveau car nous sommes comme des etoiles dans la nuit ,alors brillons


ne nôtre feu divin afin que resplendisse toute la création et que soit rejetées les  tênebres pour toujours

Majéro 15/07/2012


Bonjour,


Je trouve cet article très beau et je suis à 300% d'accord avec l'auteur.


Depuis deux ans maintenant j'ai pris conscience de beaucoup de choses et ma vie s'est de beaucoup facilité depuis que je suis exclusivement dans l'amour de soi et des autres. Mais dans notre
société actuelle pas toujours simple de rester serein car même si ce qu'on vit sur le plan matériel est illusoire, ça a malgré tout un impact sur notre mental. Il faut donc aujourd'hui faire
l'effort de penser avec le coeur et non plus avec le mental et même si au début, ça n'est pas toujours simple, à force, sa devient un réflexe et il est vrai que sa change la vie.


Quoiqu'il en soit, les êtres prendront tous bientôt conscience de leur origine (la soucre), de leur puissance créatrice par le coeur et l'esprit et alors, pour cela, le monde changera.


Je vous souhaite à tous un monde plein d'amour...

Grel Nicolas 15/07/2012


Oui d'accord à tous ces texte mais moi jene suis pas le fruit il suffit que je pense,


c'est ainsi que la nature hummainne m'a -t-elle placée.Alors quand on dit que les informmations du monde ne nous concernent pas jes uis bien d'accord avec cela car je sui dans mon état naturrel
normal!!


 

bassiste 15/07/2012


Dans ma vie j'ai pas mal lu d'article sur l'amour inconditionnel, la spiritualité... j'en passe d'autre et des meilleur  mais c'est l'un des texte les plus beau que j'ai lu, il est simple et complet. Tout se que j'aime !!!! 

Cabotine 16/07/2012


Merci pour cette "piqure de rappel" car parfois avec notre quotidien, on "peut" oublier d'être dans l'Amour.


Ca fait un bien fou de lire ce style d'article.


Des étoiles d'amitié virtuelle pour toi Dav. Bises.

lasorciererouge 19/07/2012


Le monde moderne dans le piège de l’Hyperrealit  Publié par: Néo Trouvetout


L’hyperréalité caractérise la façon dont la conscience interagit avec la réalité. Tout particulièrement, quand la conscience perd sa capacité à distinguer la réalité de l’imaginaire et commence à
s’engager avec ce dernier sans comprendre ce qu’il fait, elle s’introduit alors dans le monde de l’hyperréel. La nature du monde hyperréel se caractérise par une amélioration de la réalité. Jean
Baudrillard, Daniel Boorstin, Albert Borgmann et Umberto Eco sont de célèbres théoriciens de l’hyperréalité.Selon Baudrillard, le monde dans lequel nous vivons a été remplacé par une copie du
monde, nous y recherchons des stimuli simulés et rien de plus.


 







SIMULACRE ET SIMULATIONSIl est vain de tenter de résumer l’oeuvre de Baudrillard en quelques lignes, mais on pourra ici au moins s’essayer à une définition des termes
simulation et simulacre.
La simulation se veut l’expérience du réel à travers ce qui nous en est rapporté (soit l’essentiel de l’expérience du réel tel que la vit un sujet contemporain), le simulacre en étant la
représentation figurée (l’objet, l’image). Selon Baudrillard, les sociétés se sont à ce point reposées sur ces simulations, se sont à ce point constituées sur la base de ces signes de la réalité,
qu’elles en ont perdu le contact avec le monde réel. Le simulacre, d’abord reconnu comme représentation du réel, s’est vu multiplié, systématisé par l’avènement industriel, contribuant à
brouiller les repères entre l’image et ce qu’elle représente (ce qu’elle simule), jusqu’à ce que, » dans la société post-moderne, le simulacre ne finisse par précéder et déterminer le réel. »


 


» Il ne s’agit plus d’imitation, ni de redoublement, ni même de parodie, mais d’une substitution au réel des signes du réel, c’est-à-dire d’une opération de dissuasion de tout processus réel par
son double opératoire, machine signalétique métastable, programmatique, impeccable, qui offre tous les signes du réel et en court-circuite toutes les péripéties. » (Jean Baudrillard. Simulacres
et Simulation – Galilée 1981)


« VALEURS SIGNES » ET SOCIETE DE CONSOMMATION


Plusieurs aspects de l’hyperréalité peuvent être pensés comme une « réalité par proxy ». Par exemple, un amateur de films X vit dans le monde non-existant de la pornographie. Même si celle-ci
n’est pas une description précise du sexe, pour les personnes qui les regardent, la réalité du sexe devient quelque chose de non-existant. Autre exemple : le M de McDonalds crée un monde avec la
promesse d’une quantité sans fin de nourriture identique. En réalité, le M ne représente rien : la nourriture produite n’est ni infinie ni identique.
Les objets de consommation ont une valeur-signe, ce qui signifie qu’ils indiquent quelque chose au sujet du propriétaire, dans le contexte d’un système social (voir Baudrillard). Par exemple, un
roi qui porte une couronne utilise celle-ci comme un signe indiquant qu’il est le roi (alors que dans la réalité, elle est dénuée de sens). La valeur-signe n’a pas de sens inhérent ou de valeur
au-delà de ce qu’il convient. Ainsi, par exemple, les bijoux de la couronne ne valent rien jusqu’à ce que quelqu’un soit d’accord pour les vendre pour tant de diamants ou de pièces d’or. Alors
que les valeurs-signes deviennent plus nombreuses, l’interaction devient de plus en plus basée sur des choses sans signification intrinsèque. Ainsi, la réalité devient de moins en moins
importante, alors que l’échange des signes prend l’ascendant. Si des grains de sable sont mis un par un sur une table, à un certain moment arbitraire, les grains deviennent un tas de sable. De la
même façon, quand la valeur-signe devient plus complexe, la réalité se transforme en hyperréalité et il devient alors de plus en plus difficile de distinguer ce qui est « réel ».


L’hyperréalité est significative comme paradigme éclairant la condition culturelle américaine. La consommation, parce qu’elle dépend de la valeur-signe (par exemple, une marque X montre que untel
est à la mode, la voiture Y que untel est riche), peut être vue comme un facteur contribuant à la création de l’hyperréalité ou de la condition hyperréelle. L’hyperréalité trompe la conscience en
la détachant de tout engagement émotionnel réel. A la place, elle opte pour des simulations artificielles et des reproductions sans fin d’apparences fondamentalement vides. Par essence (bien que
Baudrillard lui-même s’opposerait à l’usage de ce mot), on trouve mieux l’épanouissement ou le bonheur dans la simulation et l’imitation d’un simulacre de la réalité, plutôt que confronté à une
réalité « réelle ».


LIEUX HYPERREELS


Un lieu hyperréel, tel qu’un casino à Las Vegas, donne au sujet l’impression qu’il marche dans un monde imaginaire où tout le monde est en train de jouer. Le décor n’est pas authentique, tout est
copie, l’ensemble ressemble à un rêve. Le casino, en revanche, encaisse l’argent et ceci n’est pas un rêve, mais on est plus disposé à le dépenser lorsque la conscience ne comprend pas réellement
ce qui se passe. Autrement dit, bien que l’on puisse intellectuellement comprendre ce qui se passe dans un casino, la conscience n’arrive pas à concevoir la réalité de l’argent dépensé dans ce
monde si loin du réel. Il est dans l’intérêt des décorateurs d’accentuer le caractère non-authentique du lieu, de sorte que l’expérience entière semble fausse. Le casino s’enrichit en faisant de
l’argent un objet dénué de valeur intrinsèque.


Il y a quelques temps sortait une application qui représente ce qui se fait de « mieux » dans le domaine de l’Hyperralité et l’on s’aperçoit combien les fabricants rivalisent d’ingéniosité pour
nous y enfermer. On pouvait lire ceci sur un site traitant d’actualité des mobiles :



Qui ne s’est pas déjà perdu à Disneyland ou a fait un grand détour pour aller de Frontierland à Adventureland? (baissez tous la main). Soyez heureux, cela ne vous arrivera plus car la nouvelle
application iPhone DisneyLand Paris est là pour vous aider. Outre un affichage du plan du parc, vous pourrez être guidé vers le point d’intérêt (POI) de votre choix (plus de 250) grâce à la
réalité augmentée.



 





 



Et l’auteur poursuit : « je trouve l’idée sympa et on va voir de plus en plus d’applications de ce type et je pense surtout aux magasins/grandes surfaces. Il est toujours difficile de se
repérer dans les rayons, acheter un paquet de pâtes devient un vrai parcours du combattant lorsque l’on ne connait pas l’endroit, et avec la réalité augmentée on pourrait enfin être guidés
facilement (rappelez-vous des prototypes de caddies avec écran intégré) et pour les vendeurs un plus énorme : Mise en avant de promotions, proposition de produits similaires, …
Les années à venir sont prometteuses » (Source : http://www.la-realite-augmentee.fr)



Effectivement tout est fait pour que nous évoluions comme un poisson dans l’eau ou plutôt dans un aquarium puisque bien évidemment tout est fait pour que nous restions dans les chemins balisés.


LE SEXE . UNE REALITE NON ASSUMEE ?L’amour, la haine, etc…, ne sont pas en nous mais provoqués intent