Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Réflexion: un nouveau monde!

Publié par Dav sur 12 Septembre 2012, 07:30am

Catégories : #Partage

rcw0ka10.jpg

 

Ce que je vois du monde au travers des médias n’est qu’un stratagème, un pâle miroir déformé et flétrit qui occulte notre identité réelle. Les médias ne nous révèlent pas à nous-mêmes mais nous imposent une façon d’être.

Une simple réflexion calme et posée sur le monde des médias met en exergue les contradictions qui croisent le feu du mensonge et du conditionnement.

 

Est-ce cela notre devenir en tant qu’homme ? 

Est-ce cela qui nous élèvera à la source de notre véritable identité, dans la fraternité ou, au contraire, nous plongera dans les affres du conflit ?

 

A la fureur lancinante des médias que brandissent nos sociétés, les êtres se déchirent de contradictions et crachent le venin du jugement.

 

Est-ce cela être homme ?

 

Ce monde crie de n’être pas mais le constat s’arrête là. Et puis après ?

 

Nous pouvons exposer l’état même du monde, examiner son cortège d’injustices et de guerres qui fleurissent à chaque instant au sein même du monde. Nous pouvons décrire avec minutie, preuve à l’appui, les stratagèmes qui habillent et nourrissent les grandes barricades sociales. Nous pouvons dénoncer et dire à la face du monde tous les lots d’injustice qui consument inexorablement le monde, au détriment de la vie elle même.

 

Mais ou cela nous mènera t-il si nous restons flétris d’analyse logique ?

Dans le labyrinthe du désenchantement et du désespoir ?

 

Nous pouvons lever une pensée vindicative et rester dans la dénonciation. Mais en cela ne cédons-nous pas à notre propre désenchantement, ne restons-nous pas attaché à notre propre violence ?

 

Car c’est bien de violence intérieure qu’il s’agit ici.

Les conflits et leurs innombrables causes restent des prétextes pour appuyer la violence et la développer à son paroxysme. Car toute chose provient d’abord de l’homme lui-même. Rien ne naît du hasard. Et si nous accusons le hasard, c’est tout simplement que nous n’avons pas suffisamment aiguisé notre discernement.

 

C’est l’humanité qui décide de son avenir à chaque instant.

Nous faudra t-il encore des guerres pour asseoir la paix ?

Et pour combien de temps ?

L’histoire se réécrit et reproduit souvent les mêmes chapitres…

Ou se trouve réellement la paix ?

Une analyse du monde nous donne la croyance que nous pouvons l’améliorer.

Nous levons nos bras pour accueillir l’astre solaire et parfois serrons nos poings pour mieux braver l’enfer. Nous sourions à des vents qui présagent l’éternité et pleurons aux nouvelles qui sillonnent le monde en le peignant d’une pléthore de figures catastrophiques. En tout ceci nous trouvons matière à réflexion, matière à braver les tempêtes sociales.

 

Et sur ce monde, qui ne cesse de se transformer, comme une éternelle éclosion d’amour, car il n’y a que l’amour qui puisse faire éclore, nous essayons à chaque instant de comprendre et de maitriser ce qui finalement nous échappe et nous dépasse.

Un monde de frénésie, un monde consumériste ou le rien devient valeur monnayable, ou tout s’étouffe dans le gouffre de l’indifférence. Trop est synonyme de rien. Trop de vitesse, trop de frénésie nous arrache à nous-mêmes et nous plonge dans la violence qui est un des fils légitime de la peur.

 

Pour que les choses se transforment en profondeur, afin que les lignes de forces visibles et invisibles qui tissent le monde changent et se déploient, nous devons chacun individuellement sortir de la peur et donc de la violence.

D’ailleurs que nous le souhaitions ou non, que nous l’accompagnions ou non, ce changement se produira.

Notre époque est inscrite sous le signe de la Révélation et est entrain de prendre son envol dans la reconnaissance de notre véritable identité.

 

Notre rôle individuel est d’accompagner ce changement. D’accepter et de reconnaitre notre propre conditionnement, d’avoir l’espoir et la foi en ce changement inéluctable.

 

Aussi, au-delà de toutes les théories et les méthodes, lisons dans les signes du monde, dans la clameur des vagues et le sifflement du vent, dans la présence du vivant et dans la constance de cette beauté qui sommeille en toute chose et défie le temps, la nature précieuse et unique du monde.

 

Lisons derrière les châteaux de sable qui s’étiolent lentement sous la poussée d’un souffle nouveau, les signes du renouveau, de la simplicité, de l’humilité et de l’innocence qui sont autant d’expression de la beauté même et restent gage de notre devenir.

 

Au-delà des conflits et des doutes, plongeons notre regard dans la simplicité et le partage. Ne doutons plus et avançons simplement à notre rythme.

Le regard levé d’humilité, la main pétrie d’innocence, c’est le monde maintenant qui nous accueille et nous reconnait. Nous ne sommes pas seuls et nous ne l’avons jamais été d’ailleurs. L’amour naissant dans notre cœur nous apporte la certitude tranquille que le monde nous accompagne en chacun de nos actes, en chacune de nos pensées.

C’est Cela qui arrive maintenant…

 

Fraternellement,

Alain

Son blog:  http://www.atlantide-research.com

publi 3-4Vers un nouveau paradigme

2012 et apres

Commenter cet article

lasorciererouge 25/12/2012 19:16


http://rustyjames.canalblog.com/archives/2012/12/25/25989632.html#utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=rustyjames

lasorciererouge 23/10/2012 22:44


28 bonnes questions que les grands médias devraient poser


Pourquoi fait-on si peu de confiance aux grands
médias ces temps-ci ? Les taux d'audience de CNN ont été au plus bas au cours de ces derniers mois. Un récent sondage Gallup a révélé que 60 %
des Américains « font peu ou pas du tout confiance » aux médias traditionnels. C'est le pourcentage le plus haut jamais atteint, selon Gallup. Alors, pourquoi cela se produit-il ?
Malheureusement, la vérité est que les grands médias ont cessé de dire la vérité il y a longtemps. Les médias traditionnels ont leurs priorités, et plus d'Américains que jamais commencent à le
reconnaître. Autrefois, le contrôle des informations aux États-Unis était au moins quelque peu décentralisé. Mais aujourd'hui il n'y a que six grandes sociétés
médiatiques qui contrôlent presque tout ce que nous voyons, entendons et regardons. La version des « informations » qu'ils nous donnent est conçue pour servir leurs intérêts et ceux des
autres grandes entreprises qui dépensent des milliards de dollars pour faire la publicité de leurs produits par le biais de ces organes de presse. Regarder les nouvelles à la télévision peut être
une expérience extrêmement frustrante de nos jours. Oui bien sûr, il y a de petits éléments de vérité dans ces informations, mais vous devez parcourir péniblement tout un tas de « d'infos
spectacle » pour y accéder. C'est l'une des raisons pour lesquelles les « médias alternatifs » ont complètement explosé ces dernières années. Le peuple américain a soif de vérité, et il se tourne
de plus en plus vers des sources d'informations alternatives sur Internet pour tenter de la trouver.

Nous vivons à une époque où le monde évolue plus rapidement que jamais auparavant. A peu près tout ce qu'il est
possible de bouleverser est en train de l'être, et n'importe quel idiot se rend compte que nous allons au devant de défis que les générations précédentes n'auraient même jamais pu
imaginer.

Les nouvelles ne sont certainement pas ce qui manque, mais au lieu de se concentrer sur les problèmes terriblement
importants auxquels nous sommes confrontés, les grands médias nous alimentent d'un flot ininterrompu de frivolités, de scandales et de célébrités.

Il suffit de consulter certains des gros titres que j'ai trouvés sur les premières pages des principaux sites
d'information grand public du jour...

« Un homme meurt après un concours d'ingestion de cafard »

« L'ex pom-pom girl de la Ligue nationale de football avoue des relations sexuelles avec des mineurs »

« Facebook lance l'outil Pinterest-Like pour acheter des trucs »

« Un chat ronchon devient la coqueluche d'Internet »

Alors, de quoi les grands médias devraient vraiment parler aujourd'hui ?

Voici 28 bonnes questions que les médias devraient poser...

1. Pourquoi le FMI nous avertit-il d'un risque « dangereusement élevé » de ralentissement accru de l'économie mondiale
?

2. Pourquoi la Suisse se prépare-t-elle à des « troubles civils majeurs » dans toute l'Europe ?

3. Si le système financier espagnol s'effondre complètement, qu'est-ce que cela signifie
pour le reste de l'Europe et du monde ?

4. La Turquie est-elle sur le point d'entraîner le reste
de l'OTAN (y compris les États-Unis) vers une guerre avec la Syrie ?

5. Pourquoi les gens ne crient-ils pas au scandale à propos du fait que la dette nationale
américaine a augmenté de plus d'un billion de dollars [mille milliards - Ndt] pour la quatrième année consécutive en 2012 ?

6. Devrait-on s'inquiéter du fait que le gouvernement américain ait rehaussé davantage la dette
nationale américaine le premier jour de l'exercice 2013 qu'il ne l'a fait entre 1776 et 1941, toutes
années confondues ?

7. Si des problèmes temporaires de raffinerie peuvent entraîner la fermeture de certaines
stations-service et faire grimper les prix du gaz à des niveaux records en Californie, qu'est-ce que ferait une réelle crise ?

8. Pourquoi certains analystes prédisent-ils qu'un « effondrement rapide

JBL1960 12/09/2012 11:05


Merci Dav de nous transmettre ce texte d'Alain.


C'est  encourageant de constater que nous sommes de plus en plus nombreux à ressentir cela : l'INCARNATION.


Je suis en phase, connectée et éveillée. J'attends l'étincelle. Je m'y prépare.


Continuez. A+

Nous sommes sociaux !

Articles récents