Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Renaissance de l'herboristerie, métier disparut depuis 1941!

Publié par David Jarry - Webmaster sur 30 Janvier 2014, 18:08pm

Catégories : #Société

 

L'herboristerie refleurit

L'herboristerie refleurit F. Scheiber / 20 Minutes

 

Après des années d’absence, une boutique a ouvert à EsquirolOfficiellement, leur profession n’existe plus depuis 1941. Pourtant, les herboristes ont le vent en poupe depuis une dizaine d’années, les consommateurs étant de plus en plus sensibles aux médecines douces. Pour répondre à cette demande, une boutique de ce type a ouvert à la mi-décembre dans le quartier Esquirol. C’est le groupe Natura Mundi, spécialisé dans la vente de compléments alimentaires, qui s’est lancé dans ce nouveau marché.

 

Entretien du corps

 

«Notre connaissance des plantes n’est pas en opposition avec les compétences du médecin ou du pharmacien mais plutôt complémentaire, souligne Jean-François Astier, le gérant du Nouvel Herbier. Nous ne cherchons pas à soigner une maladie ou faire de la prévention mais seulement à participer à l’entretien du corps.»

Tisane hépatique apaisant les douleurs au foie, jus de grenade pour la prostate ou rhodiola stimulant le système nerveux, près de 300 produits sont disponibles dans cette boutique. C’est cette approche douce qu’apprécie Fabienne, qui recherche une tisane pour drainer le foie. «Cela fait dix ans que j’utilise les plantes car je ne veux plus absorber d’agents chimiques, explique cette Toulousaine. Je prends par exemple des tisanes calmantes le soir pour m’aider à dormir.
Avant je m’approvisionnais sur les marchés mais j’apprécie d’avoir des conseils dans ce nouveau magasin.»  

L’herboristerie n’a donc pas vocation à soigner les malades mais plutôt à améliorer le bien-être des clients. Si certains pharmaciens proposent déjà des plantes dans leur officines, l’installation d’un commerce spécialisé dans ce secteur est loin de les inquiéter. «On constate en effet qu’il y a de plus en plus d’adeptes intéressés par ces méthodes alternatives, concède Claude Malgouyard, coprésident du syndicat des pharmaciens de Haute-Garonne. Il vaut mieux se soigner avec des plantes que de prendre des médicaments nocifs.»

 

Réglementation

 

Il existe une différence entre la plante à usage thérapeutique (ou médicinal) et la plante à usage physiologique. La législation actuelle permet à des non-médecins et des non-pharmaciens de vendre ces produits, à condition de ne pas conseiller de plantes médicinales sous monopole pharmaceutique. 148 plantes de la pharmacopée peuvent actuellement être vendues en herboristerie.

 

Julie Rimbert

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Commenter cet article

gwendal 01/02/2014 01:00


@Yann, salut, tu a raison sur la fainéantise ...car c'est vraiment ce qui explique le "succès" du chimique, dans une
société où prendre le temps de vivre est considéré comme un défaut...: faire une tisane prend 5 minutes alors qu'avaler un cachet prend 2 secondes...


Quand les gens auront compris que leur vie vaut plus que 4 minutes et 58 secondes de gagnées, ils auront fait un beau
progès

Yann 31/01/2014 13:02


Juste un peu de pub pour une nouvelle herboristerie ? elles n'ont jamais totalement disparu en réalité. Je suppose que les clients les ont quitté par fainéantise et les grands labos se sont jetés
sur l'occasion pour vendre des produits phytosanitaires en grandes surfaces. Reste à savoir si les jeunes générations voudront bien y retourner.

KosmOnaUt 31/01/2014 08:45


Là où je m'interroge, c'est pourquoi laisser en faire la promotion aujourd'hui ?
Si c'est pour nous balancer des plantes avec des effets amoindris, le citron par exemple, en ogm a vu quasiment disparaitre ses principes antiseptiques, à se demander pourquoi.
Ne pensez pas vous tourner vers le Bio, on peut cultiver avec la "méthode" bio mais la variété est F1 donc pas naturelle et oblige à se tourner vers les semenciers qui retouchent la plante à
souhait. 

KosmOnaUt 31/01/2014 08:37


Ils viennent d'où selon vous les médicaments originaux ? Un remède issu directement d'une plante n'est pas brevetable car le vivant est protégé par la loi, le même remède reproduit par un
apprenti sorcier grâce à ses bidons chimiques est brevetable.
Par contre, ça doit pas être un Article Français car l'herboristerie faisait encore de la résistance et il en existait encore quelques une, en Allemange et en Italie, il y en a encore 6000 à peu
près.

gwendal 31/01/2014 01:56


"Il vaut mieux se soigner avec des plantes que de prendre des médicaments nocifs"


...Et c'est un pharmacien qui le dit (si les guillemêts sont bien placés, et le reste de la ponctuation de la phrase
semble bien aller dans ce sens)


Au fait, n'est-il pas évident que s'il y a "monopole" c'est parce que sans "monopole" l'activité protégée par "monopole" aurait disparue d'elle-même... ...ensuite on peut se demander pourquoi elle aurait disparue d'elle-même...

bobo 30/01/2014 19:23


 BRAVO....BRAVO....BRAVO...BRAVO,  en esperant que bruxelles n'interdira pas les plantes et autres,vu que ces gens sont vraiment dangereux et interdisent tout...au rythme ou va
l'arbitraire et avec 'l'appui de nos politiques pantins,une colonie de produits naturels ont deja ete retiré...nous esperons que pour une fois le bon sens l'emportera...d'ailleurs il n'en tien
qu'a nous de refuser cet arbitraire....

David Jarry - Webmaster 31/01/2014 07:03







Nous sommes sociaux !

Articles récents