Lundi 30 avril 2012 1 30 /04 /Avr /2012 11:29

 

 

xindiennemedecine.jpg

La sagesse des Indiens d'Amérique du Nord a survécu pour nous apporter une réponse spirituelle très réconfortante.

 

Sur ce chemin du coeur, les voix de la nature se font entendre dans une harmonie qui repose l'âme. Comme un héritage spirituel transmis aux générations futures pour qu'elles n'oublient jamais le rôle primordial de la nature et le bonheur apporté par celle-ci quand l'homme la respecte et sait s'harmoniser à elle.

 

Apprends à observer. Chaque matin, la nature t'enseigne le retour de la vie

 

Chaque arbre est un objet de respect.

 

Ne retiens pas les mauvaises pensées, les sentiments de colère, de crainte ou de culpabilité. Regarde les passer comme les oiseaux du ciel, sans laisser de traces.

 

 

 

La paix n'arrive jamais par surprise. Elle ne tombe pas du ciel comme la pluie. Elle vient à ceux qui la préparent.

 

La simplicité n'est jamais banale ni ennuyeuse.

 

Sa richesse est infinie, sans cesse nouvelle pour celui qui regarde le monde avec des yeux neufs.

 

Sois attentif au silence, protège-le car il contient tous les rêves des hommes.

 

Descends en toi et tu découvriras des soleils oubliés par les hommes,

qui pourtant n'ont jamais cessé de briller. Arrache les rideaux d'ombre,

contemple l'univers dans son infinie sagesse.

 

L'homme de sagesse ne se détourne pas de ses frères.

Il les considère comme faisant partie de lui-même.

Sans eux, il devient comme l'oiseau privé d'ailes,

comme le poisson rejeté par la rivière,

qui meurt asphyxié sur la berge.

 

L'Indien préfère le doux son du vent s'élançant comme une flèche à la surface d'un étang,

et l'odeur du vent lui-même, lavé par la pluie de midi ou parfumé par le pin.

L'air est précieux à l'homme rouge car toutes choses partagent le même souffle :

la bête, l'arbre, l'homme, tous épousent le même souffle.

 

La fraternité n'est pas réduite à la communauté des hommes, à son environnement immédiat.

Elle s'étend jusqu'aux étoiles les plus lointaines.

 

Quand tu médites, le ciel s'ouvre à l'intérieur de toi

 

Trouvé sur Terre nouvelle

 

 

Encore de quoi méditer....

 

Etincelle

 

"publi 3-4Vers un nouveau paradigme"

2012 et aprés


REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 11 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Plein de bonheur pour tous!

Commentaire n°1 posté par nadine le 01/05/2012 à 11h43

Merci Nadine trés jolie!

Réponse de Dav le 01/05/2012 à 19h02

ooooh! merci nadine! c'est très gentil! plein de bonheur pour toi aussi ! 

Commentaire n°2 posté par vanessa le 01/05/2012 à 22h54

Merci Nadine pour cette jolie pensée

Commentaire n°3 posté par France le 02/05/2012 à 13h41

Pout toi Dav,

NOUS? Samian (Integral) 67/76

NOUS? est un évènement unique de prise de parole, de réflexion sur l’état du Québec, sa démocratie, tenu le 7 avril dernier.

http://www.nouspointdinterrogation.com/

 

 

 

“Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson pêché, le dernier animal tué alors vous découvrirez que l’argent ne se mange pas.” Sitting Bull

 

Commentaire n°4 posté par lasorciererouge le 07/07/2012 à 23h10

Merci de cet hommage RED! GROSSES BISES AFFECTUEUSES

Réponse de Dav le 08/07/2012 à 11h58

C'est un réel plaisir de partager avec toi, avec vous cette vidéo que je ressent jusque dans mes tripes .

La terre ce meurt et nous mourrons avec elle, la fin de l'histoire est bien triste

Nous avons encore beaucoup d'amour à partager, mais nous n'avons plus le temps car d'autres en ont décidé autrement ! 

C'est une douleur IMMENSE comme un puits sans fond qui nous arrache un cri de désespoir qui résonne au delà des limites du temps et de l'espace.

Ne plus ce battre, accepter l'inéluctable et laisser nos âmes ce libérer de ce monde de souffrance !

Oui, comme tu vois, j'ai l'âme chagrine de la perte de cette magnificence..mais quand la douleur est trop forte il faut savoir lâcher prise !!

TOTAL respect pour les peuples premiers qui eux n'ont pas brisé les liens avec Gaïa

...peut être n'avons nous perdu qu'une bataille!

Amour et compassion Dav !

Commentaire n°5 posté par lasorciererouge le 09/07/2012 à 20h44

2012 - PROPHÉTIES ET CHANGEMENT D'ÉRE

Aigle Bleu, avez-vous des information sur le 21 décembre 2012? Certain pense que beaucoup vont mourir à cause des catastrophes. Notamment à cause de la collision avec la planète nibiru et l'inversement des pôle magnétique! Pouvons nous éviter cette catastrophe?

Thomas


AB : En effet, quelques prophéties des Premières Nations parlent de la possibilité d'une inversion des poles. La fonte des glaces sur le pole nord et sud dues au rechauffement climatique favorise d'ailleurs cette éventualité. J'ai écrit une page sur ce que je pense de ces prophéties 2012. Mais brièvement, New Imageil est important de comprendre que l'être humain est le co-créateur des événements et de la vie sur terre. Il est maître de sa destinée et il ne tient qu'a lui de transformer les événements. Rien dans l'avenir n'est coulé dans le béton, pour reprendre une expression québécoise. Les prophéties ne sont que des possibilités, des potentialités, et ne sont utiles qu'à nous donner un support pour prévenir les événements indésirables. A preuve de cela, au cours des 30 dernières années la terre a été très proche d'être détruite à 3 reprises. A chaque fois, l'activité consciente et chaleureuse de quelques Hommes et Femmes a suffi pour éviter cela. Jamais nous n’avons été plus proches de retrouver la vie qui peut transformer la terre en paradis terrestre, telle qu'elle était à l'origine. Il ne tient qu'à nous d'être gardiens de nos pensées afin qu'elles soient remplies de joie, de lumière, de paix et d'amour. Nos pensées façonnent le monde qui nous entoure. Si vous accordez de l'importance à ces paroles de malheur et de catastrophe, vous favorisez cela. Si vous visualisez un monde de beauté, d'harmonie avec la nature et avec tous les êtres, vous favorisez cette réalité. Il ne tient qu'à nous de faire de ce monde le paradis que nous voulons léguer à nos enfants.
Nous avons maintenant en main toute l'information nécessaire, grâce à notre merveilleuse Anastasia et aux innombrables Hommes et Femmes qui oeuvrent pour la paix et la lumière, pour accomplir cela. Ainsi, nul besoin de vivre dans la peur ou l'appréhension. Assumons notre nature divine, co-créatrice du monde et nous vivrons dans la joie et la béatitude. Nous pouvons dissiper les désastres et créer un monde de beauté rempli de bonheur et de santé.

Ainsi l'a promis le Grand Esprit à tous les Hommes et Femmes qui assument leur nature divine. Ainsi en est-il.

Paix

Aigle Bleu

Commentaire n°6 posté par lasorciererouge le 11/07/2012 à 19h35

...un peu d'histoire !

Le peuplement de l'Amérique s'est fait depuis la Sibérie

 

 

 

media_xll_4981928.jpgLes progrès de la génétique auront une fois de plus permis d'enterrer la hache de guerre dans un débat historique houleux: le peuplement de l'Amérique s'est bien fait depuis la Sibérie par des populations venues d'Asie, mais en trois vagues successives et non pas une seule.

 

Ce modèle de peuplement avait été proposé dès 1986 par des linguistes mais n'avait pas convaincu à l'époque la communauté des chercheurs. Publiée mercredi par la revue britannique Nature, une étude retraçant l'histoire du patrimoine génétique des populations amérindiennes, menée par un consortium international de plus de soixante scientifiques, démontre qu'ils avaient raison, du moins en partie.

En analysant les génomes de 500 personnes provenant de 52 populations amérindiennes et 17 sibériennes, passés dans une puissante moulinette informatique, les chercheurs ont pu obtenir une vue d'ensemble de leur patrimoine génétique, explique le CNRS dans un communiqué. La comparaison de plus de 364.000 marqueurs a notamment "permis d'établir le degré de différence ou de ressemblance génétique de ces populations", tout en prenant en compte, pour la première fois, les traces génétiques laissées par le métissage africain et européen depuis l'arrivée de Christophe Colomb en 1492.

Selon le CNRS, qui a contribué à cette étude, "les analyses confirment que la majorité des populations amérindiennes, des Algonquins du Québec aux Yaghans de Terre de Feu, en passant par les Mayas-Kaqchiquel du Guatemala", sont issues d'une vague de migration provenant de Sibérie il y a environ 15.000 ans, lors d'un épisode de glaciation qui rendait à l'époque le détroit de Bering facilement franchissable.

Les résultats mettent aussi en évidence une plus grande diversité génétique parmi les individus du nord de l'Amérique, tandis que les populations les plus homogènes génétiquement sont celles de l'Amérique du Sud, ce qui confirme "l'axe Nord-Sud de peuplement du continent". L'étude démontre surtout l'existence de deux autres vagues de peuplement asiatique, survenues ultérieurement (voici 15.000 à 5.000 ans), ce qui confirme le modèle suggéré en 1986 par Greenberg, Turner et Zegura, souligne le CNRS. Ces deux vagues "sont toutefois restées cantonnées à l'Alaska, au Canada et au nord des Etats-Unis".

Et contrairement à ce qu'affirmait ce modèle de 1986, les nouveaux arrivants se sont bien mélangés aux populations qui étaient déjà présentes dans ces régions, formant les peuples Eskimo-Aléoutes et Chipewyans. Quelle que soit la période concernée, la génétique montre que les populations ont colonisé le continent vers le sud, en suivant les côtes et en se séparant en cours de route. Après cette séparation, les échanges génétiques entre les différents groupes sont restés très réduits, particulièrement en Amérique du Sud.

Deux exceptions notables à cette tendance: les indiens de langue Chibchan du Panama ont des ancêtres issus à la fois d'Amérique du Nord et d'Amérique du Sud. Ils seraient en fait issus du métissage de groupes descendant du Mexique en ayant croisé d'autres remontant depuis le Vénézuela et la Colombie. Autre exemple de "rétro-migration", les Naukan et Chukchi, côtiers du nord-est de la Sibérie, sont porteurs d'ADN amérindien, preuve que certains groupes Eskimo-Aléoutes ont fait demi-tour vers l'Asie à un moment ou un autre.

 

 

 

Source; 7s7

Commentaire n°7 posté par lasorciererouge le 12/07/2012 à 20h56

Résistance politique: Disparition d’un grand résistant qui a perpétué la lutte contre le terrorisme des natifs amérindiens depuis 1492 jusque dans les XXème et XXIème siècles…


Mardi 23 Octobre 2012

Résistance politique: Disparition d’un grand résistant qui a perpétué la lutte contre le terrorisme des natifs amérindiens depuis 1492 jusque dans les XXème et XXIème siècles…
Russell Means (1939-2012) activiste Sioux n’est plus
 
“L’univers qui contrôle toute vie a un équilibre mâle, femelle qui est prévalent sur notre grand-mère sacrée: la Terre.
Cet équilibre doit être reconnu et doit devenir le facteur déterminant dans toutes les décisions que chacun prend, qu’elles soient spirituelles, sociales, sanitaires, éducationnelles ou économiques.
Une fois que l’équilibre est devenu une partie intégrante de la vie de chacun, toute plannification, recherche, action directe, et suivi devient une suite logique. Les buts ciblés deviennent des réalités de manière consistante. De bonnes choses arrivent aux bonne personnes, rappelez-vous toujours que le temps est de votre côté.
Mitakuye Oyasin (Nous sommes tous inter-reliés)”
(Russell Means, repose en paix – 10 Novembre 1939~22 Octobre 2012)
 
Les Etats-Unis ne sont qu’une grande réserve indienne et nous sommes tous dedans. Ainsi pensait Russell Means (Oglala, Lakota Sioux), activiste politique légendaire, leader du American Indian Movement (AIM) dans les années 1970, dont il fut un des fondateurs avec son compère Dennis Banks et accessoirement acteur de cinéma (rôle de Chingakook dans “Le Dernier des Mohicans” aux côtés de Daniel Day Lewis). Means mena le blocage du QG du Bureau of Indian Affairs (BIA) à Washington D.C en 1972 et fut un des activistes qui tint tête au gouvernement américain et ses forces de l’ordre à Wounded Knee en 1973 dans la Dakota du Sud, sur le territoire de la réserve de Pine Ridge, au même endroit qui vit le massacre en 1890 de plus de 200 Sioux Lakota, hommes, femmes, enfants et vieillards par le 7ème de cavalerie de l’armée des Etats-Unis.
L’Amérindien Russell Means a donné une interview édifiante de 90 minutes expliquant comment les nations natives de l’Amérique du nord et les Américains eux-mêmes de manière générale, sont tous emprisonnés dans une énorme réserve. Means fut le leader de la République des Lakotas, un mouvement politique qui a déclaré son indépendance des Etats-Unis et a refusé de reconnaître l’autorité de ses présidents ou de ses gouvernements, se retirant de manière unilatérale de tous les traités signés avec le gouvernement fédéral et redéfinisant ses frontières, qui couvrent  des milliers de kilomètres carrés entre les états du Dakota du nord, Dakota du sud, le Nebraska, le Wyoming et le Montana.
Means a expliqué comment les Amérindiens ont été mis en esclavage dans des camps de prisonniers de facto ceci étant le résultat de la restriction de leur ressource de nourriture par le gouvernement fédéral et l’application de tactiques colonialistes, un processus qui a maintenant aussi été infligé sur les Etats-Unis dans leur ensemble, ceux-ci sont maintenant devenus une “énorme réserve indienne”, d’après Means.
Means a prévenu que les Américains avaient complètement perdu la capacité de toute pensée critique et que chaque génération devient moins responsable que la précédente et en conséquence moins libre en ignorant un document presque parfait: la constitution, qui est en fait un dérivé des lois natives (n’oublions pas que Benjamin Franklin s’inspira beaucoup de la constitution des nations Haudonosaunee ou iroquoises pour écrire la constitution des Etats-Unis. La constitution iroquoise ou « La grande loi de la paix  » existe depuis environ l’an 1000 et est la plus vieille  constitution de l’histoire de l’humanité.). Dans son interview, Means fait la chronique des pertes de libertés depuis les années 1840, année qui marque la naissance des corporations, la déclaration de la loi martiale par Lincoln, jusque vers la fin du XIXème siècle et dans le XXème siècle lorsque le congrès américain “commença à donner le droit aux banques à régner sans partage” et que les intérêts privés commencèrent à imprimer la monnaie et à mettre tout le monde sous la coupe tyrannique de la dette.
Vidéo interview de Russel Means (96 min): “Bienvenue dans la réserve” (Welcome to the reservation) en suivant le lien ci-dessous.
La vidéo est en anglais. Il est possible d’activer les sous-titres en français en cliquant sour l’icône “captions”, en sélectionnant d’abord de mettre les sous-titres en anglais, puis de cliquer sur “translate” puis choisir “French, français” dans le menu.
Avertissement: le sous-titrage français est très approximatif…

Russel Means a publié (avec le journaliste Marvin J. Wolf) en 1995 son autobiographie “Where White Men Fear to Tread” que l’on pourrait traduire par “Là où les hommes blancs ont peur de s’aventurer”, qui raconte de manière franche et sans détours sa vie, son activisme, ses forces et ses faiblesses (qui furent nombreuses de son propre aveu).
Son style franc et direct ne lui a pas fait que des amis, mais il n’en était que plus respectable pour cela.
Là où Gandhi ré
Commentaire n°8 posté par lasorciererouge le 25/10/2012 à 22h14

KOYAANISQATSI

Koyaanisqatsi, est un film document (1h26), une réflexion qui s’inspire des prophéties indiennes Hopis sur les méfaits de la technologie moderne, une vision du rapport de l’homme au monde, sa beauté, son exploitation, sa destruction, réalisé en 1983 et produit par Francis Ford Coppola.

Commentaire n°9 posté par lasorciererouge le 05/11/2012 à 19h41

Les Indiens du Canada: « Respectez notre existence ou attendez-vous à de la résistance »


 

 

indienscanada5114163-7631314-copie-2.jpg“Respectez notre existence ou attendez-vous à de la résistance”, scandent les natifs canadiens qui se préparent à une éventuelle confrontation avec le premier ministre canadien Harper le 11 janvier.

Le soulèvement des Indiens du Canada déclenché par la grève de la faim de la Chef d'Attawapiskat, Theresa Spence, sur la minuscule île "Victoria" près de la Colline du Parlement à Ottawa, -qui dure depuis trois semaines- est en fait la dernière tentative des peuples colonisés de la planète pour essayer de se libérer de l'impérialisme. C'est un évènement exaltant et de première importance pour nous tous.

Leur combat rappelle celui des musulmans égyptiens qui luttent contre leur vieille garde, favorable à l'occident et à Moubarak, depuis la révolution de janvier 2011, ou celui des Palestiniens contre le vol de leur territoire par Israël. Il est aussi dans la droite ligne de la lutte du peuple iranien contre l'acharnement subversif de l'Occident. Ce n'est pas un hasard si des Egyptiens du Caire sont venus aux manifestations devant les Ambassades canadiennes, ni si le leader militant autochtone, Terrance Nelson, a récemment été soutenu par Téhéran dans son effort pour obtenir un siège à la table de l'OPEC pour les véritables propriétaires des ressources en pétrole et en gaz du Canada.

La lutte dure depuis plus de deux siècles. Au Canada, elle a vraiment commencé au 19ième siècle quand les colons se sont mis à arriver en masse et que le vol de la terre s'est accéléré. En Egypte, elle a commencé en 1789 avec l'invasion de Napoléon est s'est accentuée en 1875 quand le premier ministre britannique, Benjamin Disraeli a "importé" le Canal de Suez -qui a coûté la vie à des milliers de travailleurs égyptiens esclavagisés. En Iran, la lutte a aussi commencé au début du 19ième siècle, quand la Russie s'est emparée du nord de l'Iran (qu'on appelle aujourd'hui Azerbaïdjan) et elle a pris de l'ampleur quand Reuter et d'autres hommes d'affaire ont soudoyé le Shah pour obtenir des concessions lucratives. La Palestine, quant à elle, est au centre d'une lutte anti-impérialiste depuis que les puissances occidentales ont imposé illégalement un état juif au coeur du monde musulman.

Les Indiens natifs du Canada se sont battus pour leur terre, mais ils ont été submergés par les colons avides de terre; aujourd'hui ils ne représentent plus que 3% de la population canadienne et ils sont obligés de passer leur vie, une vie courte et amère, dans les lambeaux de terre que les vainqueurs leur ont laissé et le plus souvent dans une profonde misère.

Mais la résistance est vivante et vivace. "Idle no more*" (Passons à l'action) se propage rapidement au Canada depuis que Spence a planté sa tente près de la Colline du Parlement. Les Egyptiens se sont soulevés quatre fois depuis le coup de main de Disraeli, et ont réussi à reprendre le Canal et aujourd'hui ils élaborent un nouvel ordre politique qui n'est pas subordonné aux diktats impérialistes, mais d'inspiration coranique. L'Iran a aussi eu sa révolution en 1979 et a affronté le monstre impérialiste depuis en disant leur fait à ceux qui se prétendent les maîtres du monde.

Les machinations des impérialistes n'avaient toutes qu'un seul but: voler la terre d'autres peuples et lier de force leurs économies à un ordre mondial régi par leurs fusils et leur argent. Ils possèdent toutes sortes d'armes, y compris la bombe atomique qui peut détruire toute vie sur terre encore et encore; leur dernière invention, les drones armés, larguent des bombes à uranium "appauvri" anti-bunker** (dont l'irradiation est garantie pour des milliers d'années).

La dernière trouvaille de l'impérialisme post-moderne, c'est de prétendre lutter pour les "droits humains" et contre le armes de destruction massives (ADM) et le terrorisme. Mais c'est encore un subterfuge comme on l'a vu avec l'invasion conduite en l'Irak (et celles qui sont prévues en Iran et en Syrie) au prétexte d'éradiquer les ADM. Au contraire, des centaines de milliers d'innocents ont été tués par les invasions dirigées par les Etats-Unis sans que personne n'ait eu de comptes à rendre, sans qu'on ait trouvé d'ADM et sans qu'on en voit la fin.

Les flagrantes violations israéliennes de toutes les normes internationales restent tout aussi impunies, et sont même financées par les Etats-Unis et soutenues avec enthousiasme par le Canada.

Commentaire n°10 posté par lasorciererouge le 12/01/2013 à 12h44

Le Sage et le Scorpion

 

Un Sage voyant un scorpion se noyer, décida de le tirer de l’eau mais lorsqu’il le fit, le scorpion le piqua.

Par l’effet de la douleur, le Sage lâcha l’animal et celui-ci tomba à l’eau une seconde fois.

Il tenta de le tirer à nouveau et l’animal le piqua encore. Quelqu’un qui était en train d’observer se rapprocha et lui dit :

« Excusez-moi, mais vous êtes têtu ! Ne comprenez vous pas qu’à chaque fois que vous tenterez de le tirer de l’eau il vous piquera ? »


Le Sage répliqua : « La nature du scorpion est de piquer, et cela ne va pas changer la mienne qui est d’aider. »


Alors, à l’aide d’une feuille, il tira le scorpion de l’eau et le sauva de la noyade.

Puis il dit: « Ne change pas ta nature si quelqu’un te fait mal, prends juste des précautions. Les uns poursuivent le bonheur, les autres le créent. Quand la vie te présente mille raisons de pleurer, montre-lui que tu as mille raisons pour sourire. Préoccupe-toi plus de ta conscience que de ta réputation. Parce que ta conscience est ce que tu es, et ta réputation c’est ce que les autres pensent de toi… Et ce que les autres pensent de toi…c’est leur problème. »

 

Auteur inconnu

 

Commentaire n°11 posté par lasorciererouge le 16/04/2013 à 14h59

facebook-logo-webtreats mail-webtreats youtube twitter-webtreats

   

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés