Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Se ressourcer auprès des arbres

Publié par Dav sur 22 Novembre 2012, 21:12pm

Catégories : #Environnement

Et si vous profitiez des vacances pour vous rapprocher de la nature, et en particulier des arbres ? Savez-vous qu'il est possible de communiquer et de se ressourcer auprès d'eux ?
 © Joëlle Chautems / Ed. Favre
De tout temps, les hommes ont toujours entretenu une relation privilégiée avec les éléments de la nature. Aujourd'hui, avec l'urbanisation et la modernisation de la société, ce lien s'est perdu. Certaines personnes fuient même ces étendues de paysages magnifiques de peur de s'ennuyer. Pourtant, la nature a tellement à nous offrir et à nous apprendre. En cas de stress, de fatigue ou de surmenage, une petite « cure de vert » nous étonne toujours par ses nombreux bienfaits.
Et si vous profitiez justement des vacances pour vous rapprocher de la nature, et en particulier des arbres ? Savez-vous qu'il est possible de communiquer et de se ressourcer auprès d'eux ? C'est ce qu'explique Joëlle Chautems dans son livre « Guide des arbres extraordinaires de Suisse romande » aux éditions Favre. Que ce soit dans votre jardin, ou dans une forêt, prenez le temps de vivre ces moments uniques.

Osez vous lancer !


La première des démarches consiste bien sûr à vous lancer ! Se rapprocher des éléments de la nature n'est plus trop dans nos habitudes. Alors, prendre dans ses bras un tronc d'arbre, l'idée peut paraître saugrenue. Surtout dans un lieu public, pensez-vous... N'ayez pas peur du regard des autres, la période des vacances est aussi faite pour s'aventurer sur de nouveaux chemins. Trouvez le moment et le lieu idéal pour vivre cette expérience.

Choisissez votre arbre


 Dirigez-vous de préférence vers un arbre majestueux et puissant régnant pleinement sur son territoire. Un arbre qui respire la santé vous transmettra une belle énergie. A contrario, il n'est jamais bon de se connecter avec un arbre malade, cassé, ou étrangement petit. Cela peut être le signe qu'il se trouve sur un site malsain (croisement de réseaux telluriques négatifs, ancien champ de bataille...).

Le rituel du salut


Les arbres sont vivants, comme nous. Certains disent qu'ils ont une âme, un esprit. Ainsi, saluer un arbre est une manière de se présenter à lui, de lui témoigner votre respect et de lui demander l'autorisation d'entrer en contact avec lui. Avant de vous approcher, vérifiez bien qu'il accepte votre présence ! Pour cela, mettez-vous à une certaine distance de lui de façon à respecter son champ énergétique. Essayez de ressentir cette délimitation, en vous aidant par exemple de vos mains. Il est possible de ressentir une densité d'air différente à ce niveau-là. Une fois cette zone déterminée, saluez cet arbre ! Vous vous sentirez ensuite comme appelé vers lui, ou bien juste accepté.

A l'écoute de vos sens


Approchez doucement l'arbre. Prenez contact avec lui. Faites ce qui vous passe par la tête : appuyez-vous contre son tronc, de dos ou de face, posez vos mains sur ses branches, votre front contre son écorce. Utilisez ensuite vos différents sens pour découvrir la nature de cet arbre. Joëlle Chautems recommande ainsi : « Sentez son parfum, caressez son écorce, écoutez le chant du vent dans les feuillages, mettez-vous pieds nus et sentez la terre sous vous ». Que vous apprend cette expérience ? Dans la vie quotidienne, nous prenons rarement le temps d'être à l'écoute de nos sens et de nos perceptions. Offrez-vous ce cadeau, savourez ces délicieux moments.

Ressourcez-vous auprès de lui


L'auteur nous informe qu' « une fois le contact établi, la circulation d'énergie est directement active entre l'arbre et vous-même. ». Si vous souhaitez vous ressourcer profondément, appuyez-vous contre son tronc ou tenez une de ses branches dans votre main en fonction de sa taille. Mettez-vous ensuite dans un état de calme intérieur. Essayez de ressentir la respiration de l'arbre en respirant profondément à ses côtés. Selon Joëlle Chautems « un nettoyage inconscient de vos centres énergétiques pourra se faire grâce à cette cohésion respiratoire ».


© Joëlle Chautems / Ed. Favre

Dialogues intérieurs


Après ces différentes expériences, vous pouvez aussi essayer de communiquer avec cet arbre. Pour Joëlle Chautems, « un arbre peut vous aider à développer votre sensibilité et vous ouvrir aux mondes subtils rien que par sa présence. Il suffit de lui demander de vous enseigner. » Faites le vide en vous et posez une question. Soyez ensuite à l'écoute ! Certains entendront directement une phrase dans leur tête ou au fond de leur coeur. Pour d'autres, ce sera sous forme d'énergie, sans qu'il y ait forcément de compréhension intellectuelle. Faites l'expérience !

Enfin, remerciez- le !


L'auteur insiste, ne partez jamais sans remercier l'arbre pour tout ce qu'il vous a apporté. Elle aime comparer l'arbre à un hôte : « quand on rend visite à un arbre, c'est comme aller boire un thé chez un ami : on sonne, on attend qu'on nous ouvre la porte, on respecte son lieu, on partage, on ne fait pas que prendre mais on donne aussi de soi, et quand on repart on le salue, on le remercie pour son accueil et on lui dit au revoir. »

Guides des arbres extraordinaires de Suisse romande, Joëlle Chautems
Editions Favre (2012 ; 320 pages)

INREES

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

lasorciererouge 05/01/2013 20:22



Communiquer avec la nature



05/01/2013







© Gawrav Sinha



Développant sans cesse la communication virtuelle, nous nous sommes coupés de l’expérience sensorielle de la nature. Celle-ci a pourtant tellement à nous apprendre.



 Instinctivement, l’être humain accorde à la nature une place privilégiée. On a retrouvé des jouets en forme d’animaux datant de l’Antiquité. Nos enfants
grandissent l’imaginaire peuplé de héros animaliers : le pingouin d’Happy Feet en quête de destinée, Nemo le poisson-clown, Kung-Fu Panda, sans parler des indémodables Rox et Rouky,
Bambi, Flipper et autres Willy, Lassie… Une nature virtuelle mais omniprésente. Quant à la nature réelle, nombre de parents ont pu constater combien leur progéniture semble s’épanouir au
contact du monde végétal et animal. Il ne s’agit pas seulement de salutaires bols d’air. Il y a comme un échange à un niveau subtil, une atmosphère de retrouvailles entre deux amis trop
longtemps séparés.


Et en effet, nous sommes pour beaucoup complètement séparés de la nature. Nous tentons de nous en rapprocher en fréquentant les rayons bio des supermarchés. Le week-end, nous rejoignons
parfois un coin de campagne – « en voiture le plus souvent », souligne non sans ironie le biologiste Rupert Sheldrake. Pour lui, la séparation remonte à Descartes, pour qui l’esprit
était l’apanage de l’homme, de Dieu et des anges, tandis que la nature, les animaux, le corps humain, étaient ravalés au rang de matière sans âme.



.


Aujourd’hui, ce n’est plus notre nature divine qui justifie notre complexe de supériorité sur le reste du monde vivant, et notre utilisation abusive des ressources de la terre : c’est la
science. Ou du moins une vision matérialiste qui nous parle d’un monde objectif que des chercheurs tout-puissants, surhommes au- dessus des passions humaines, observent au microscope et
autopsient au scalpel. Et pourtant, voilà que la science elle-même est en train de démolir cette conception : nous ne saurions nous abstraire de ce que nous observons. Tant de témoignages et de
découvertes nous incitent aujourd’hui à repenser notre rapport au vivant, à nous inclure de nouveau dans ce vaste règne.


.


Nous avons beaucoup à partager avec les non-humains. « Le cerveau émotionnel des animaux est très proche du nôtre », nous apprend Temple Grandin. Cette autiste qui pense en images et
non en langage a développé sa compréhension des animaux en se mettant physiquement et mentalement à leur place. Lorsqu’elle était adolescente, souffrant de terribles problèmes de communication,
elle a été rejetée par les humains. Ce sont les chevaux, mais aussi les vaches, qui lui ont permis de dépasser ce handicap. Se rapprocher d’eux lui a permis de prendre contact avec sa nature
humaine, puis avec les autres êtres humains. « Plus je connais les hommes, plus j’aime mon chien », disait Pierre Desproges. Pour Temple Grandin, ce fut le contraire. Toutefois, elle
ne parle pas de communication, au contraire de Laila del Monte, communicatrice animale qui affirme qu’un véritable échange en images est possible entre l’être humain et l’animal. Fermiers et
simples propriétaires peuvent souvent témoigner de phénomènes de télépathie entre eux et l’animal.


.


Le cas des plantes est encore plus troublant. Ces organismes silencieux dialoguent parfois selon des modalités mal connues. Entre eux et nous, il se produirait un échange
énergétique d’une grande richesse, qui expliquerait le bien-être que nous ressentons lors de nos promenades en forêt. Selon le chercheur canadien Pier Rubesa, qui étudie ces échanges, «
les recherches scientifiques pourraient nous permettre de reprendre conscience du lien qui nous unit à la nature ».


.


Un lien largement exploré par les chamanes amazoniens, qui ont avec les plantes une relation de maître à élève et apprennent d’elles, au cours de voyages
dans d’invisibles dimensions, le secret de préparations et de remèdes d’une grande complexité. En juillet dernier, une déclaration signée par plusieurs scientifiques a concédé au règne animal
une part de conscience. Et si l’ensemble du monde vivant était conscient ? et si comme le suggère Sheldrake, tout organisme était modelé de l’extérieur par un champ morphogénétique invisible
qui l’entourerait et contiendrait le plan de sa forme finale ?


.


Et si les habitudes de comportement social étaient régulées par d’autres champs, auxquels tous les membres de l’espèce contribueraient par résonance ? Ces champs les
relieraient les uns aux autres de manière instantanée, quelle que soit la distance. Dans le modèle de Sheldrake, des champs peuvent également se créer entre des espèces différentes, un chien et
son maître, par exemple. Sans le savoir, nous serions pris dans un réseau, une multitude de fils invisibles, semblables à ces fins tissages de toiles d’araignées superposées les unes aux autres
qu’on trouve dans les recoins humides. Quelle que soit la théorie qui a votre préférence, nous espérons que la lecture des articles qui suivent vous inspirera avant tout le besoin d’une balade
au grand air.


.


Car il n’y a au fond rien à penser. Des concepts erronés sur nous-mêmes et notre rapport au monde nous ont éloignés de la nature. Y retrouver notre juste place passe par la
sensualité de l’expérience.


(Source : INREES)

lasorciererouge 01/12/2012 00:10


....auprès de mon arbre je vivais heureux, j'aurai jamais du le quitter mon arbre !!


Brassens.


Il avait tout compris, et je pense que les arbres captent les énergies telluriques qui nous permettent de nous recharger "positivement"...ah, souvenirs d'enfance !!!

labichedesbois 23/11/2012 18:08


cela fait des années que je me ressource aupres des arbres , surtout les chênes !!


après l'hiver quand l'arbre se met en feuilles et que la seve innonde l'arbre , c'est le meilleur moment pour recharger les batteries et de repartir plein de vigueur !!


j'y emmene des amies depressives et l'effet est spectaculaire !


rapprochez vous de la nature , protegez la et votre vie changera !!

Sylvie 23/11/2012 14:39


Un article qui nous amène une bouffée d'oxygène et nous ressource.


On se sent plus léger après lecture.


Merci Dav

Ben.c 22/11/2012 23:52


Synchronicité en effet mais à quel point! J'ai grandi dans le meme quartier que l'auteure de ce livre et, si
je me rappelle bien, elle était dans la classe de ma soeur...


Je partage son avis. et vous invite à expérimenter

Theinstanton 22/11/2012 23:18


Bonjour.


Une fois de plus un magnifique article ! Le seul regret que j'ai et de ne pas avoir connus ce site avant...


Merci mille fois.


Cordialement Theinstanton

Dav 23/11/2012 07:03



Merci



Ben.c 22/11/2012 22:38


Dav' t'es un Génie, j'écris un commentaire où je dis qu'il faut aller dans la nature, je retourne sur ta page d'acceuil et je vois cet article que je vais me faire un plaisir de lire!

Dav 22/11/2012 22:43



Cela s'appelle la SYNCHRONICITE!



Nous sommes sociaux !

Articles récents