Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


SeaOrbiter : le projet fou de Jacques Rougerie

Publié par Rédaction sur 28 Novembre 2013, 23:40pm

Catégories : #Sciences

 

Ce vaisseau océanographique futuriste verra le jour en 2014. Haut de 58 mètres pour 550 tonnes, il pourra accueillir jusqu'à 22 scientifiques et hommes d'équipage.

 

Le SeaOrbiter, conçu par Jacques Rougerie, verra le jour en 2014.Le SeaOrbiter, conçu par Jacques Rougerie, verra le jour en 2014. © Jacques Rougerie / AFP

 

Si Jules Verne était encore de ce monde, il aurait sans nul doute fait partie de l'équipage. Non pas du célèbre Nautilus, mais de sa version 2.0, le SeaOrbiter. Ce projet, lancé par l'architecte français et académicien Jacques Rougerie, suscite un engouement mondial. Une partie du financement du vaisseau s'opère grâce à,une vaste collecte publique de fonds lancée cette semaine, sur le mode du "crowdfunding". Elle est destinée à réunir en 90 jours la somme de 325 000 euros. Vous pouvez y contribuer sur le site de KissKissBankBank : à ce jour, plus de 51 000 euros ont déjà été récoltés. Sachant que le coût global est évalué à 35 millions d'euros.

Le SeaOrbiter, qui n'existe pour le moment que sous forme informatique virtuelle, verra le jour en 2014. Il entrera en phase de construction au printemps aux chantiers navals de Saint-Nazaire et Cherbourg. Dérivant à la verticale au gré des courants océaniques, ce gigantesque hippocampe d'aluminium semi-submersible sera doté de la plus haute technologie scientifique pour passer au crible la biosphère marine océanique. "SeaOrbiter sera le sas entre notre monde terrestre et le monde marin", explique Jacques Rougerie, pour qui "c'est de l'océan que naîtra le destin des civilisations à venir".

 

Un immeuble de 58 mètres de haut

 

Haut de 58 mètres pour 550 tonnes, le vaisseau pourra accueillir jusqu'à 22 scientifiques et hommes d'équipage, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Plusieurs étages composent SeaOrbiter, dont la taille est partagée à valeurs quasi égales entre l'aérien (27 mètres) et le sous-marin (31 mètres). Les premières missions devraient concerner les abysses de la Méditerranée, l'étude de 10 000 montagnes sous-marines en Atlantique et l'étude de nouvelles formes de vie sous-marine.

VIDÉO : la présentation officielle de SeaOrbiter

 

Sipa Media

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

 
 

 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents