Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Sécheresse : déficit des aquifères et premiers arrêtés sécheresse

Publié par Dav sur 20 Mars 2012, 13:02pm

Catégories : #Environnement

 

Le BRGM fait état de niveaux inférieurs à la normal pour 80% des nappes phréatiques françaises. Trois premiers arrêtés de limitation des usages de l'eau ont été pris en Essonne et Seine-et-Marne.

 

"Une grande majorité des réservoirs (80%) affichent un niveau inférieur à la normale (…) résultat de plusieurs années de déficit pluviométrique". Tel est le bilan dressé vendredi 16 mars 2012 part le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) dans son Etat mensuel des nappes phréatiques au 1er mars .

Au-delà de ce commentaire global, le BRGM précise que la situation "est hétérogène d'une région à l'autre" : les grands aquifères du Bassin parisien, du secteur du Rhône et du sud-ouest affichent un déficit, alors que ceux de quelques secteurs des régions Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Provence-Alpes-Côte-D'azur (PACA), Franche-Comté et Alsace affiche des niveaux proches de la normale.

 

 

Baisse des niveaux en février

 

Le Bureau constate que sur l'ensemble du territoire, 51% des aquifères affichent des niveaux en baisse par rapport au bilan précédent, 26% des niveaux stables et 24% des niveaux en hausse. "On note ainsi, à l'échelle nationale, que la période de recharge hivernale des nappes n'est pas encore effective", constate le Bureau, soulignant que cela "risque d'affecter la capacité d'exploitation des eaux souterraines dans les mois à venir".

 

Pour le mois de février, le BRGM rapporte que les nappes phréatiques en baisse sont situées sur le pourtour sud du Bassin Parisien, dans le sud-est de la France et au nord du bassin Aquitain.

Le constat global conduit l'établissement public à qualifier de "très éphémère", la période de recharge des nappes.

Déficit pluviométrique historique

 

Pour expliquer une telle situation, le BRGM avance des précipitations "fortement déficitaires" en février 2012 sur l'ensemble de la France. "En moyenne sur la France, le déficit est le plus remarquable depuis 1959", alerte l'établissement public, ajoutant que la pluviométrie de février affiche "des valeurs n'atteignant généralement pas 25% de la normale", mis à part quelques zones  affichant "une pluviométrie entre 25% et 50% de la normale".

Par ailleurs, "sur l'ensemble de la France, le cumul des pluies efficaces depuis septembre 2011 est déficitaire par rapport à la normale". Un déficit qui représente 50 à 75% de la normale dans la plupart des régions et qui dépasse les 75% dans certaines parties de la région de Marseille (Bouches-du-Rhône). Seules trois régions affichent un cumul des pluies excédentaire : la plaine des Pyrénées-Orientales, la région de La Porta (Haute-Corse) et l'ouest du Var.

Premiers arrêtés en Ile-de-France

 

Dans certaines zones du Bassin parisien, le BRGM évoque des niveaux particulièrement bas des nappes phréatiques, avec notamment des recharges hivernales 2011/2012 très faibles, voire inexistantes sur certains des points suivis. En conséquence, deux départements d'Ile-de-France, l'Essonne et la Seine-et-Marne, ont pris des arrêtés de restriction de certains usages de l'eau.

 

Les arrêtés pris correspondent à un état de "crise renforcée", c'est à dire que pour les zones concernées, les préfets peuvent imposer des réductions des prélèvements supérieurs à 50%, une interdiction des prélèvements pour l'irrigation 3,5 jours par semaine et parfois une limitation encore plus forte des prélèvements pour l'arrosage des jardins ou des espaces verts. Pour certains usages, les restrictions peuvent aller jusqu'à l'interdiction.

 

 

Commenter cet article

France 21/03/2012 09:06


Je vais sans doute enfoncer une porte ouverte mais si on en venait ENFIN à une agriculture raisonnée les périodes de secheresse seraient plus supportables, les cultures de mais pompent je ne sais
pas combien de litres d'eau par ex, a-t-on besoin de ces milliers d'hectares cultivés et récoltés par ces machines monstrueuses? Je ne dis pas qu'il faut en revenir à la faux évidemment, mais
simplement être raisonnable.


A-t-on besoin aussi de ces horribles usines de torture animale en Bretagne et ailleurs , qui non seulement élèvent les pauvres animaux dans des conditions innomables mais en plus polluent les
rivières et les plages du littoral?   C'est très facile d'être végétarien, il suffit de manger équilibré et simplement, et très vite on oublie la viande et le poisson.


C'est à nous de faire un effort et de cesser de faire bêtement ses courses rapido presto au supermarché. Il faut privilégier les légumes de saison et n'acheter que ce dont a on besoin,
privilégier la qualité à la quantité ( et je ne parle pas du bio totalement exagéré et très cher)

Nous sommes sociaux !

Articles récents