Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Séoul réagit à la mort de Kim Jong-il en plaçant ses troupes en état d'alerte

Publié par Dav sur 19 Décembre 2011, 13:56pm

Catégories : #Nouvel ordre mondial

Les nouvelles sur la Corée du Nord sont suivies avec beaucoup d'intérêt en Corée du Sud.

 Les nouvelles sur la Corée du Nord sont suivies avec beaucoup d'intérêt en Corée du Sud. © AFP/KIM MI-OCK

 

La Corée du Sud a placé son armée en état d'alerte et renforcé la surveillance le long de la frontière avec le Nord, lundi, quelques heures après l'annonce officielle de la mort du leader nord-coréen Kim Jong-il.

Le président sud-coréen Lee Myung-bak, dont les relations avec Pyongyang sont tendues, a pour sa part annulé tous ses rendez-vous et convoqué un Conseil de sécurité national à sa résidence officielle, la Maison Bleue.

Séoul a également demandé à Washington, qui maintient 28 500 soldats dans le pays, d'accroître la surveillance par satellite et avion, a indiqué à l'Agence France Presse un porte-parole de l'État-major des armées sud-coréennes.

« La surveillance et la sécurité des zones frontalières ont été renforcées. Nous sommes très attentifs à tout mouvement de l'armée du Nord », a déclaré à l'agence française un porte-parole du ministère de la Défense. « Tous les commandants sont en alerte et le Sud et les États-Unis accentuent leur partage de renseignement militaire ».

Aucun mouvement suspect n'a cependant été observé jusqu'ici.

Les deux Corées restent techniquement en état de guerre, puisqu'ils n'ont signé qu'un armistice au terme de la guerre de Corée, en 1953. Le conflit a fait environ des centaines de milliers de morts et de blessés.

« Plus de 26 000 soldats canadiens ont participé à la guerre de Corée. Parmi eux, 516 sont morts et 1558 ont été blessés. » — Le Canada et la guerre de Corée

Les armées des deux pays s'observent depuis de part et d'autre de la frontière démilitarisée, qui établit une zone tampon de 2 kilomètres entre les deux pays, à la hauteur du 38e parallèle, sur une distance de 240 kilomètres. Pyongyang y a massé l'essentiel de ses 1,1 million de soldats. L'armée sud-coréenne compte 650 000 hommes.

En Corée du Nord, les médias officiels nord-coréens, instrument de la propagande du régime stalinien, rapportent lundi la « tristesse indescriptible » des quelque 25 millions de Nord-Coréens.

« Ils n'essaient même pas de sécher leurs larmes, ils se tordent de douleur et de désespoir tant la perte est lourde », écrit l'agence officielle KCNA, qui annonce une période de deuil national jusqu'au 29 décembre.

Les funérailles de celui qui se faisait appeler le Cher Leader auront lieu le 28 décembre, mais aucune délégation ne sera invitée, ajoute KCNA.

L'agence KCNA montre lundi des images de Nord-Coréens en deuil. L'agence KCNA montre lundi des images de Nord-Coréens en deuil. © AFP/KCNA

Alliés et adversaires de Pyongyang réagissent

La Chine, principal allié de la Corée du Nord, a dit avoir appris « avec tristesse la mort malheureuse du très grand dirigeant nord-coréen Kim Jong-il », selon un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ma Zhaoxu.

« Nous faisons part de notre chagrin et adressons nos condoléances au peuple nord-coréen », a ajouté Ma Zhaoxu dans cette brève déclaration à l'agence officielle Chine nouvelle.

Au Japon, le premier ministre Yoshihiko Noda n'a pas rehaussé l'état d'alerte de la défense japonaise. Il a cependant mis sur pied une cellule de crise pour étudier les développements en Corée du Nord.

« Nous espérons que cette mort subite n'aura pas d'effet défavorable à la paix et à la stabilité de la péninsule coréenne », a déclaré le secrétaire général du gouvernement, Osamu Fujimura.

« Le premier ministre Noda a donné instruction aux ministres présents au conseil de sécurité de se préparer à l'inattendu, y compris sur les sujets financiers, les questions intérieures nord-coréennes et les relations frontalières », a-t-il ajouté.

Le Japon est très sensible à la situation en Corée du Nord, Pyongyang ayant régulièrement procédé à des essais de missiles en mer du Japon, qui sépare les deux pays. Des missiles ont même déjà survolé le territoire japonais avant de s'abîmer dans le Pacifique.

Les États-Unis ont réagi avec prudence dimanche soir à la mort de Kim Jong-il. « Nous surveillons de près les informations sur la mort de Kim Jong-il. Le président [Barack Obama] a été mis au courant, et nous sommes en contact étroit avec nos alliés en Corée du Sud et au Japon », a déclaré le porte-parole de la Maison-Blanche, Jay Carney.

« Nous restons engagés à la stabilité dans la péninsule coréenne, et à la liberté et la sécurité de nos alliés », a-t-il ajouté.

Le républicain Don Manzullo, qui préside la sous-commission chargée de l'Asie orientale à la Chambre des représentants, a réagi plus promptement. « Kim Jong-il était le summum du Mal, un dictateur de la pire espèce qui dirigeait son pays d'une main de fer et infligeait constamment douleur et souffrance à son peuple », a-t-il affirmé.

« Nous espérons que sa mort marquera l'ouverture d'un nouveau chapitre pour la Corée du Nord. C'est l'occasion pour la Corée du Nord de sortir d'un cycle d'oppression et d'emprunter un nouveau chemin vers la démocratie », a-t-il indiqué.

En France, le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, a aussi exprimé lundi l'espoir « qu'un jour le peuple de la Corée du Nord pourra retrouver sa liberté ».

« La mort d'un homme ce n'est jamais réjouissant, mais la souffrance d'un peuple m'attriste, c'est cela qui est important », a-t-il souligné, en précisant que les autorités françaises seront « très vigilantes sur les conséquences de cette succession ».

Selon le ministre Juppé, la Corée du Nord est « un régime totalement verrouillé, l'un des tout derniers régimes [communistes] de la planète », et qui possède l'arme nucléaire donc « c'est pourquoi nous sommes vigilants ».

Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a pour sa part estimé dans un communiqué que la mort de Kim Jong-il « pourrait être un tournant pour la Corée du Nord ».

« Nous espérons que le nouveau pouvoir réalisera que c'est en s'impliquant dans la communauté internationale qu'il aura les meilleures chances d'améliorer les conditions de vie du peuple nord-coréen », a déclaré M. Hague.

« Nous encourageons la Corée du Nord à travailler à la paix et à la sécurité et à prendre les mesures nécessaires pour permettre la reprise des pourparlers à six sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne », a-t-il poursuivi.

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/12/19/001-seoul-pyongyang-reactions.shtml

B-calendrier-maya-completDav  "2012 un nouveau paradigme"

 

Commenter cet article

mani 21/12/2011 22:12


La 3è partira peut être de la coré du nord... .

Nous sommes sociaux !

Articles récents