Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Sortir de la lampe

Publié par Dav sur 30 Janvier 2012, 13:13pm

Catégories : #Partage



Nous sommes la cause première de l’apparente réalité du monde dans lequel le corps humain que nous chevauchons est plongé. Nous sommes individuellement et collectivement l’Energie créatrice de ce monde.
Ce monde d’apparence, que l’on qualifie de réalité matérielle commune, est la manifestation holographique d’une matrice, rêvée par l’orientation focalisée des esprits individuels engagés dans un destin collectif. Tel le génie de la lampe d’Aladin, les esprits individuels y ont été, depuis la nuit des temps, enfermés par le dessin d’une forme sonore. Les concepteurs de la partition qui sont également les exploitants de la matrice ont ainsi pu apprivoiser une forme d’énergie inépuisable et éternelle que constitue l’Esprit Source.

Ce que nous sommes véritablement est de cet Esprit Source qui s’est offert en capture comme s’offre l’inépuisable et incorruptible joie d’être : sans apriori et sans crainte d’aucune sorte. La trompeuse illusion de mort qui sert de garde corps aux limites de la « Lampe d’Aladin »n’a pour finalité que d’entretenir artificiellement la peur et le doute dans la prison fleurie des sens.

Mais rien de cela n’est définitif car l’emprisonnement artificiel de l’Esprit Source ne peut être maintenu que par des manipulations incessantes, des adaptations permanentes du moule et allant sans cesse crescendo dans le rythme. C’est l’unité qui caractérise l’Etre où finissent par se fondre tous les champs de force. Tôt ou tard l’homogénéité de la conscience sera retrouvée, sans effort, par simple effet osmotique. L’étanchéité du système de contrôle donne déjà des signes de fuite et les éveils des consciences qui pointent dans les actualités des nations en sont les prémices. Les maîtres de l’illusion qui nous gouvernent le savent, rongés qu’ils sont pas la peur de la pénurie énergétique qu’engendrerait pour eux notre libération. C’est notre isolement artificiel d’avec la Source qui assure la polarité créatrice de l’énergie dont ils vivent en parasite.

Comme le génie de la Lampe d’Aladin, nous attendons plus ou moins patiemment qu’une main extérieure frotte le métal illusoire de notre prison pour nous en faire sortir. C’est l’option commune entretenue par les religions, les systèmes politiques et sociaux pyramidaux, les systèmes monétaires et financiers centralisés, les mécanismes biologiques de reproductions qui induisent les hiérarchies familiales et claniques.

Mais quel est le pouvoir de ces structures artificielles face à l’insaisissable intelligence créatrice de la source ? Le pouvoir que nous nous résignons à leur laisser, par oubli de notre nature véritable, par paresse de redresser notre échine, par confort adipeux, par lassitude et sans doute principalement par peur de perdre ce que de toute façon nous perdrons.
Si l’amour est notre étendard nous devons être physiquement le glaive acéré qui perce le voile de l’illusion.

Comment tolérer pour ses enfants l’oppression organisée et sans cesse reconduite du genre humain ? Comment abandonner son pouvoir de décision individuel à un système politique centralisé et électif qui dévoie par nature le sens même du mot de démocratie? Comment accepter, pour l’esprit de grâce qui nous anime, les limitations visqueuses d’un moule précontraint et mortel ? Pourquoi renoncer à l’autonomie et à la liberté créatrice infinie ? Pourquoi soumettre la majesté de notre Etre aux fausses autorités extérieures ? Pourquoi entretenir la mort quand seule existe la vie ?

L’amour est le feu de l’Esprit Source. Il n’est pas le sentiment fragile et versatile que le sens commun dévoyé lui donne. Il est la puissance en expansion de l’univers. Il est la violence de l’ouragan qui arrache ses miasmes morbides aux pensées sclérosées des serviles. Il est l’implacable vérité de l’Etre par rapport à la mesquinerie dérisoire de l’avoir. Il est l’éclosion sans concession de la vie sur les immondices de nos peurs.

L’amour toujours est efficace. Il est sans compromis. Incarnons-le dans notre chaire, dans nos actes, dans nos paroles et dans nos pensées. Reprenons la main sur ce monde en abandon qui espère en nous comme le veilleur espère l’aurore.

Erik Gruchet, Saint Pierre le lundi 30 janvier 2012.

HorizonForet-3"Vers un nouveau paradigme"

2012 et après

Commenter cet article

Bé@ 30/01/2012 15:46


Intér'essant, mais cela sonne un peu "sectaire" à mon goût. Vous écrivez "incarnons-nous dans notre chaire" ; j'imagine que vous voulez dire "dans notre CHAIR (sans
"e")"...

Dav 30/01/2012 18:18



Vous pouvez directement contacter l'auteur par le lien en bas de texte merci....



vanes 30/01/2012 15:06


ce midi j'étais contente car j'ai enfin compris le sens de "tendre l'autre joue" quand ton ennemi t'a giflé...


une fois que nous avons compris comment fonctionne la matrice, où se positionne l'être humain dans cette alchime d'ondes, de vibrations, d'atomes et d'énergie, des textes qui nous paraissaient
ringards et dotés d'une faiblesse et d'une soumission de l'homme apparaissent sous un jour nouveau...


quand on sait, quand on compris que c'est notre égo qui nous commande la plupart du temps dans nos actes et nos réactions, tendre l'autre joue n'est pas douloureux...


je dirais même qu'au moment où je fais cela, j'éprouve de la compassion pour mon adversaire qui ne sait pas à quel point il est ignorant de la réalité de ses actes!


je le surprend, le désarçonne et moi je n'ai pas mal.... qu'est-ce qu'une giffle? à part me froisser dans mon orgueil, que m'a t-elle apporté? rien.


par contre de ne pas rentrer dans le jeu malsain de mon adversaire m'a apporté beaucoup...et avec un peu de chance cela apportera aussi du sens et de la reflexion à mon protagoniste, qui
réfléchira peut-être la prochaine fois...


par giffle, j' entends tous affronts verbaux, toutes attaques morales et autres bassaisses psychologiques.


quand on sait que la Vie va bien au-delà des apparences, on ne perd pas son temps et son énergie pour des querelles inutiles.


on utilise notre temps et notre énergie à produire de l'Amour qui inonde notre entourage. (et en plus , il parait que c'est contagieux! )


ps: par contre si c'était une bonne giffle bien méritée pour te remettre les idées en place, ça , ça compte pas ! 


allez à +

Dav 30/01/2012 18:17



Je vais aussi dans ce sens; merci pour ce témoignage amitiés



Nous sommes sociaux !

Articles récents