Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Tenir le cap de la Nouvelle Terre

Publié par Dav sur 21 Novembre 2011, 18:09pm

Catégories : #Partage

Intégrer la part d’ombre en nous, faire quelque chose de nouveau des deux polarités qui nous animent, peut sembler un concept insaisissable. Il n’en est rien, tout en fait est toujours si simple lorsque la conscience voit par le cœur et non plus par le mental qui clame les difficultés du Moi.

L’ego s’est bâti pour notre survivance au sein des épreuves nées de notre dualité non comprise. En ce sens, il est essentiellement le fruit de nos corps de souffrance et revêt l’opacité d’un filtre puissant qui déforme largement notre perception au sens le plus large. Tout est perçu à travers ses mécanismes de défense et compris par son outil de réflexion et de décision qu’est le mental inférieur, celui qui s’attache à fonctionner à travers l’énergie de nos trois premiers centres d’énergie ou chakras, alimentant la force vitale, la survivance et l’émotionnel;

 

Nous sommes justement ici dans le temps où il nous est offert d’intégrer dans ce centre d’énergie qu’est le cœur les forces issues des trois centres inférieurs et des trois centres supérieurs. Pour bon nombre de tous ceux qui lisent ces lignes, l’expérience des chakras supérieurs est probablement déjà intégrée et il nous est juste demandé de reconnecter cette connaissance en nous réappropriant notre mémoire.

 

Souvenez-vous que vous venez d’éthers où ces choses étaient acquises et que vous avez accepté d’en déposer la mémoire pour arriver ici, aptes à opérer de l’intérieur ce travail de transmutation qui n’aurait pu se faire autrement que dans l’oubli de qui vous étiez (voir L’Eveil en Soi). Il vous en a fallu du courage et de la foi pour arriver jusqu’à ces jours bénis où l’expansion de lumière commence à toucher tous les êtres vivants. Il en a fallu aussi à notre belle Terre pour accueillir avec tant de bienveillance et de sagesse ce théâtre tumultueux de l’inconscience qui l’a si peu épargnée.

Que dit le cœur alors de l’unité retrouvée en nous ? Beaucoup se débattent aujourd’hui avec de profondes interrogations quant à trouver la voie qui permette l’intégration de nos polarités. Sans doute faut-il déjà rappeler qu’en aucun cas cela doit être une lutte en soi. Il n’y a pas à s’opposer à la part d’ombre qui nous habite tous car, comme déjà évoqué auparavant, entre autres dans Les nouvelles saisons, l’humanité et Gaïa, il n’y a pas de séparation entre nos deux polarités. Il nous appartient d’avoir la sincérité de la regarder pour ce qu’elle est à travers les différents aspects par lesquels elle se manifeste dans notre vie. Et de l’accepter pour ce qu’elle est : le cri de nos corps de souffrance qui sont les murs de notre prison. Pour autant, la laisser nous envahir n’est pas le chemin qui nous mène à la libération. Lui accorder l’omniprésence ne nous conduit qu’à ce que nous avons toujours connu du monde et qui fait se désespérer tant encore le plus grand nombre. Et cette désespérance a fait bien de l’ombre aux lucioles qui ont toujours fertilisé l’obscurité.

 

Lorsqu’on a su regarder sans transiger notre part d’ombre et l’accepter pour ce qu’elle est, peut-on avoir autre chose que de la compassion pour cette part si blessée de nous-mêmes ? Oubliez le jugement, n’ayez jamais de mésestime pour vous, encore moins de dégoût pour ce que vous jugez mal de vous, ça ne peut que vous tirer vers le bas, nourrir vos corps de souffrance et attiser encore les mécanismes réactifs de votre ego. La compassion ne naît pas du jugement, par essence elle ne le peut pas. L’amour épouse bien des formes, et la compassion, lorsqu’elle ne laisse pas la porte ouverte à nos propres failles – par laquelle autrui pourrait littéralement vampiriser notre énergie – est une des formes les plus généreuses de l’amour.

 

Nos failles sont les douleurs non dépassées que la douleur d’autrui éveille en nous et par laquelle peut naître un ersatz de compassion qui est en réalité le besoin de compenser notre propre souffrance. C’est encore l’ego qui se rappelle à lui-même et à son besoin d’être reconnu. A l’inverse, la vraie compassion est le sentiment d’amour né de la douleur reconnue, une fois transmutée en lumière. Par lumière, entendez la compréhension bienveillante de tout le mécanisme qui conduit à l’épreuve de la douleur.

 

Il convient donc que la compassion soit le juste fruit de la maîtrise émotionnelle et non celui du débordement : lorsque l’émotion vient, je la reconnais instantanément et j’en transmute l’essence pour donner ce qu’il y a plus de nourrissant et non ce qui provient de la mémoire encore en douleur de mes propres souffrances. C’est cela la maîtrise des émotions. La lumière ne peut être conservée en soi, elle doit toujours circuler, et ce qui est ainsi redonné avec maîtrise est une lumière transcendée par notre conscience.

 

Ce qui circule de l’énergie cosmique s’est ainsi enrichi de notre expérience de vie. Elle est pour une part notre création propre et ne nous appartient pas. Il est de l’ordre naturel de l’univers que toute création devienne supérieure à son créateur et que celui-ci s’en réjouisse. Là est la vraie noblesse du créateur, dans le don et l’humilité. C’est un concept que nous connaissons bien dans les tréfonds de notre être et que nous reconnaissons dès lors que nous nous sommes suffisamment extraits des douleurs qui nous engluent dans la survivance.

 

 

Vous tous qui en êtes arrivés à vivre dans la joie simple, quel que soit votre environnement, en êtes là, à ce moment intense où vous vous réappropriez votre puissance créatrice en-dehors des murs de la geôle. Vous tous qui n’êtes pas encore tout à fait là, même si à tort vous vous en croyez loin, ne perdez pas courage en vous faisant une montagne des ombres qui vous encombrent. Vous pouvez vous croire abandonnés tant votre volonté ne trouve pas en apparence sa résonance et vous pouvez sentir votre foi s’effriter, c’est tout à fait normal; ramené à l’image du chemin de croix qui symbolise votre parcours de porteur de lumière, c’est en quelque sorte le moment de la crucifixion où Jésus se sent abandonné du Père. En cet instant si intime, ni l’espoir ni le désespoir n’ont plus de sens, l’être passe dans le chas, au-delà du monde de l’illusion.

 

Vos efforts louables ne sont donc pas lettre morte, ils manifestent une intention réelle dont l’énergie résonne là où elle doit. Rien n’est vain et l’époque veut que tout en ce travail sur soi est déjà plus simple qu’autrefois et que tout sera infiniment plus facile d’ici peu à ceux qui s’éveillent. Le poids de la gangue se fera de moins en moins lourd au fur et à mesure que les énergies lourdes vont se dissiper. Elles se dissipent déjà, et va se lever d’ici très peu de temps un vent nouveau dont les premières rafales déjà se manifestent et qui marquera la mémoire de l’humanité en devenir. Ne perdez pas le cap et ne le confondez pas avec l’espoir, qui est encore une attente. Le cap est d’être en ce monde avec force et sérénité sans être de ce monde et de ses résistances et de vous souvenir de la force indestructible qui vous incarne.

 

Ne vous égarez pas dans votre amnésie, il y a au-delà de votre mémoire et de vos pensées une flamme qui toujours vous rappelle à vous, elle est le phare dans la nuit des tempêtes, vous la reconnaissez dans votre intimité, elle est le cap. Ayez confiance en elle, ayez foi en vous, ne laissez pas votre part d’ombre vous rappeler au passé qui n’existe plus par la peur née de ce manque de confiance en vous qu’on vous a toujours inculqué. Vous êtes un être immense dont émane ce que vous représentez ici et maintenant sur le sol de Gaïa, un relais de l’énergie qui est utile à la transformation de tous. Cette énergie qui vous traverse est enrichie de tout ce que vous avez pu intégrer de votre expérience en son sein, vous avez accepté d’en être le réceptacle, réjouissez-vous de ce don en retour, sans autre forme de reconnaissance. Ainsi il vous sera donné bien plus que les seuls fruits pourtant déjà abondants de votre arbre de vie. Et cette fête de l’unité et de l’abondance retrouvées sera célébrée de votre vivant, ici-bas, ici-haut.

Fraternellement,

© Le Passeur – 21 Novembre 2011 – http://www.urantia-gaia.info

B-calendrier-maya-completDav  "2012 un nouveau paradigme"

Commenter cet article

lasorciererouge 04/06/2012 22:43


http://vimeo.com/22439234


 


...du ciel à la terre, que du bonheur !!!

Christiane M 22/11/2011 09:27


Merci pour ce magnifique texte !

Nous sommes sociaux !

Articles récents