Les mesures des variations de formes de Titan suggèrent l'existence d'un océan d'eau liquide dans ses profondeurs.

L'eau dans le système solaire - et probablement dans l'Univers - est abondante. Et ce n'est pas notre chère planète bleue qui en possède le plus ! Elle doit son surnom à l'eau liquide présente à sa surface. Apparence trompeuse car en réalité, dans l'espace, l'eau est partout. Généralement sous forme de glace. Mars, par exemple, qui en possède encore devait, selon les recherches, être recouverte d'eau dans sa prime jeunesse. Les comètes errantes sont très riches en eau. Sans oublier, un nombre important de satellites naturels des planètes géantes parmi lesquels se distinguent Europe (d'ailleurs, de récents calculs montrent qu'elle possède plus d'eau que la Terre !) et Encelade. Possibles mondes océaniques habitables (les conditions pourraient être favorables ...). Sous leur épais manteau de glace, les scientifiques soupçonnent l'existence d'océan d'eau liquide.


Effet de marée sur Titan
Dorénavant, il faudra aussi inclure Titan. De nouvelles mesures réalisées avec la sonde spatiale Cassini suggèrent que Titan n'est pas faite que de roches rigides sous son "plancher" de glace d'eau ... Les données suggèrent fortement l'existence d'un océan d'eau liquide caché dans ses profondeurs. Peut-être pas très épais mais suffisamment influent pour être trahi par les données collectées durant plusieurs années. En mesurant l'effet gravitationnel des variations du renflement au cours de son orbite de 16 jours autour de Saturne, les chercheurs ont relevé que Titan se déforme davantage. Les calculs révèlent que si le deuxième plus grand satellite naturel du système solaire n'était constitué que de roches dans ses entrailles, les renflements ne pourraient ne dépasseraient pas un mètre. Or les "soulèvements" observés atteignent 10 mètres. Puisque comme on l'a vu, beaucoup de corps du système solaire sont riches en eau, il apparait très probable que la masse fluide enfouie dans les profondeurs soit ... de l'eau liquide. Bien sûr, il est encore trop tôt pour avancer l'hypothèse qu'il y existe des formes de vie. Les chercheurs espèrent trouver des réponses à la présence abondante de méthane à la surface de cette lune pourvue d'une atmosphère.

Crédit photo : NASA/ESA/JPL.
X. Demeersman
Le Cosmographe
publi 3-4Vers un nouveau paradigme
2012 et apres