Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Un écologiste est tué chaque semaine dans le monde!

Publié par Dav sur 24 Juin 2012, 18:18pm

Catégories : #Société

  •  

Triste bilan...

La défense de l'environnement n'est pas toujours sans risque. Doux euphémisme, notamment dans les pays où les pouvoirs publics jugent qu'elle va à l'encontre de ce qu'on appelle communément les intérêts supérieurs de la nation et où la presse n'est pas libre.

Les meurtres de militants anti-déforestation qui se sont multipliés ces derniers mois au Brésil, démontrent que certains, dans le mauvais sens du terme, ne badinent pas avec l'écologie. Rares toutefois sont ceux qui sont en mesure d'en nommer ne serait-ce qu'un seul.

En Russie et en Chine, des journalistes ont par ailleurs été molestés ou ont fait l'objet de menaces pour avoir eu l'outrecuidance de dénoncer des scandales environnementaux. Paradoxalement peu médiatisé, le phénomène n'en est pas moins très préoccupant.

 

Il ne fait pas bon défendre l'environnement dans certains pays. Le Brésil en particulier...

 

Le contrôle des ressources naturelles est passible de mort

Publié à l'occasion du sommet Rio+20, dont les mauvaises langues ou plutôt ceux qui n'ont pas la langue dans leur poche diront qu'il est bien parti pour déboucher lui aussi sur un « massacre », un rapport publié par l'ONG Global Witness fait quant à lui état de quelque 711 activistes, journalistes ou animateurs de collectivités locales défendant le droit à la terre et à la forêt assassinés lors de la dernière décennie, soit une moyenne insupportable d'environ un par semaine.

106 acteurs de la protection de l'environnement auraient de surcroît été exécutés rien qu'en 2011, soit environ le double des trois années précédentes. Ironie du sort : hôte de Rio+20, le Brésil serait également l'État où le plus grand nombre de meurtres d'écologistes a été commis (NDLR : près de la moitié, mais leur nombre aurait légèrement baissé l'an passé) depuis dix ans devant la Colombie, les Philippines et le Pérou.

« Cela montre la réalité et l'étendue choquante de la compétition pour l'accès aux ressources naturelles », a sobrement commenté Billy Kyte, militant de Global Witness, cité par nos confrères du Guardian.

L'association évoque une véritable « culture de l'impunité » entretenue par l'absence de sanctions pénales des auteurs et fatalement des commanditaires.

Elle dénonce en outre le traitement de faveur accordé par les décideurs aux entreprises minières, gros exploitants forestiers, grands propriétaires terriens et autres multinationales de l'agri-business. Tout en reconnaissant que ses statistiques sont peut-être erronées en raison du manque d'informations disponibles dans certains pays concernés au tout premier chef, notamment la Chine...

Alors que débute la conférence carioca, il serait de bon ton que les chefs d'États qui ont daigné se déplacer se penchent sur cette invraisemblable hécatombe. Même s'ils ont bien d'autres problèmes à tenter de solutionner.

 

 

 

 Zegreenweb

publi 3-4Vers un nouveau paradigme

2012 et aprés

Commenter cet article

lasorciererouge 26/07/2012 07:19


Paul Watson, le militant écologiste et le fondateur de l'organisation Sea Shepherd, est en fuite. Vive Paul Watson
!


 





 


La justice allemande a réclamé
mercredi l'extradition vers le Costa Rica du militant écologiste Paul Watson, en fuite depuis deux jours alors qu'il était assigné à résidence à Francfort (ouest).


La cour d'appel de Francfort a expliqué avoir été informée par le garant de Paul Watson qu'il avait quitté le pays pour une destination non spécifiée.


Puisque Watson a montré par sa fuite que la confiance mise en lui n'était pas justifiée, le mandat d'arrêt émis contre lui doit être remis à exécution, a déclaré la cour dans un communiqué.

Le fondateur de l'organisation Sea Shepherd, 61 ans, avait été arrêté à l'aéroport de Francfort le 13 mai, en vertu d'un avis d'arrêt international émis par le Costa Rica qui l'accuse d'avoir mis
en danger l'équipage d'un bateau lors d'une opération contre la chasse aux requins en 2002.

Le Canadien avait été remis en liberté contre une caution de 250.000 euros quelques jours plus tard, avec obligation de pointer deux fois par jour au commissariat, en attendant la décision de la
cour d'appel.

Or il ne s'est plus présenté à ces contrôles depuis le 22 juillet, a indiqué la Cour.


On est évidemment très déçus de cette décision. S'il est parti c'est qu'il n'avait pas le choix, a déclaré à l'AFP Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, ajoutant : on n'a pas de
commentaire à faire sur sa destination.


Dans un communiqué Brigitte Bardot a elle dénoncé mercredi la décision de la justice allemande comme une injustice totale, estimant que Paul Watson n'avait fait que du bien dans son combat pour
la protection des baleines et requins.


M. Watson est accusé par le Costa Rica d'avoir violé le droit maritime lors du tournage du film documentaire Les Seigneurs de la mer (Sharkwater), qui dénonce la pratique du shark finning
consistant à pêcher les requins pour leur couper les ailerons puis à en rejeter les corps à la mer.


Selon le site internet allemand de Sea Shepherd, l'incident a eu lieu au large du Guatemala et concernait un bateau de pêche costaricien, le Varadero, dont les membres d'équipage ont accusé
l'organisation d'avoir voulu les tuer. Sea Shepherd affirme avoir des preuves du contraire en vidéo.

Dans un entretien à l'AFP en mai, Paul Watson s'était inquiété pour sa sécurité s'il devait être extradé.

Je n'ai aucune raison de croire que le système judiciaire du Costa Rica ne m'offrira pas un procès équitable, avait-il dit, ajoutant: Mon inquiétude ne concerne pas le système judiciaire mais le
fait que la mafia de la nageoire de requin a mis ma tête à prix et qu'une prison costaricaine fournirait une excellente occasion pour exercer ce contrat mortel contre moi.


Avant d'insister: nous avons fait perdre pas mal d'argent aux chasseurs de requins au cours des 20 dernières années et ils veulent se venger. Je veux l'assurance absolue que les autorités
costaricaines ne me mettront pas dans une position où ma sécurité sera en jeu.


La présidente du Costa Rica Laura Chinchilla, en visite à Berlin en mai, avait assuré que si Paul Watson est extradé vers le Costa Rica, il bénéficiera d'une procédure judiciaire qui s'en tient
strictement aux principes de l'Etat de droit et aux normes internationales qui s'appliquent dans ce type d'affaires.


Réputée pour ses coups de force contre des bateaux de pêcheurs, Sea Shepherd (Berger de la mer) est une organisation non gouvernementale consacrée à la protection des océans. Basée aux
Etats-Unis, elle a été fondée en 1977, après le départ de M. Watson de Greenpeace.


Celui que les membres de l'ONG appellent affectueusement le Capitaine avait déclaré dans un autre entretien avec l'AFP en 2010 n'avoir de comptes à rendre qu'aux baleines et aux phoques.




Source ©AFP / 25 juillet 2012 16h29


Site de Sea Shepherd France
http://www.seashepherd.fr/



Signez la pétition...C'est
maintenant urgent...Faite passer...


Stoppons l'extradition du Capitaine
Watson vers le Costa Rica!:


http://www.avaaz.org/en/petition/FREE_CAPTAIN_WATSON_FROM_SEA_SHEPERD/


 


Source: Nature alerte

Paloma 24/06/2012 20:52


 


Nos choix nous ont déjà  amenés sur le bûcher..etc....etc....


 


Puissions-nous inverser et ou ralentir le mouvement afin d' ETRE dans le point zéro ou dans le cerveau du coeur !


 


Amourtiés Cher Dav et merci.

Dav 24/06/2012 22:18



Oui rien ne doit nous freiner surtout pas la peur! amourtiés Paloma



Nous sommes sociaux !

Articles récents