Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Un fertilisant naturel aux multiples vertus gagne du terrain en France

Publié par Dav sur 19 Mars 2012, 19:17pm

Catégories : #Environnement

 
L'éleveur Marcel Mezy présente son fertilisant naturel le 5 mars 2012 près de Rodez. © AFP Remy Gabalda

 

GRIOUDAS (Aveyron) - (AFP) - Secret de fabrication bien gardé, unité de transformation fermée à double-tour: l'éleveur Marcel Mezy commercialise depuis l'Aveyron un fertilisant naturel qui a déjà convaincu des milliers d'agriculteurs de se détourner des engrais chimiques classiques.

 

A ce jour, 5.000 exploitations sur 350.000 en France utilisent les granulés certifiés Agriculture biologique renfermant un cocktail de micro-organismes élaboré à partir de composts de matières végétales par ce chercheur-paysan dans sa ferme de Grioudas.

Les clients vont du producteur d'échalotes du Finistère à l'endivier du Pas-de-Calais, en passant par les chefs Sébastien et Michel Bras, trois étoiles au Guide Michelin à Laguiole (Aveyron).

 

Marcel Mezy, 70 ans, veut "rendre aux agriculteurs fierté et dignité", eux qui sont régulièrement traités de pollueurs.

"Pour la première fois, on a un produit naturel et efficace, supérieur en terme de rendement aux engrais classiques (...) C'est une innovation d'une grande portée", estime Marcel Mazoyer, professeur émérite à AgroParisTech.

 

Selon cet agronome, s'il est produit à grande échelle, "on pourra dire que c'est un procédé de fertilisation qui est de nature, dans le siècle à venir, à changer radicalement la perspective en matière de fertilisation", sans toutefois "éliminer l'usage des engrais classiques et pesticides", mais cela "permettrait de les réduire, ce qui est nécessaire".

 

Les ventes de Bactériosol (à incorporer dans la terre) et de Bactériolit (à mélanger au fumier), par sac de 600 kg pour les agriculteurs ou en boîte de 1,2 kg pour les jardiniers amateurs, augmentent de 20% environ par an.

 

Le chiffre d'affaires de la Sobac, l'entreprise fondée en 1992 par Marcel Mezy et ses associés, a atteint 15 millions d'euros en 2010 et table sur 17 à 18 millions d'euros cette année, grâce également aux marchés européens. La production est passée de 7.000 tonnes en 2001 à 35.000 en 2011.

 

Résistances

 

L'eurodéputé écologiste José Bové loue l'"efficacité de ce procédé d'avenir" pouvant "valoriser l'agriculture biologique" et lui prédit un chemin semé d'embûches car "il va à l'encontre de l'agrochimie".

 

"Il y a des résistances", abonde M. Mazoyer. Les producteurs d'engrais classiques, les distributeurs "n'ont pas intérêt de vendre un produit moins cher, dont ils vendront des quantités moindres".

 

Le secrétaire de la FNSEA, premier syndicat agricole, Dominique Barrau, dit ne pas connaître les fertilisants de la Sobac.

Philippe Eveillard, responsable agronomie à l'Union des industries de la fertilisation (Unifa), qui regroupe 95% de producteurs d'engrais français, estime que ces produits "ne doivent pas remplacer un engrais" car ils "peuvent aider la plante à se nourrir, mais ne lui donnent pas d'éléments nutritifs".

 

Les frères Mathieu et Paul Causse, éleveurs de vaches à Merlet (Aveyron), témoignent de "résultats exceptionnels": "Ca nous a permis de tirer de meilleurs revenus. Ca revient moins cher à l'hectare (...) Et le cheptel est en meilleure santé."

A Marans (Charente-Maritime), dans une exploitation inondée d'eau de mer après la tempête Xynthia en 2010, Maryse et Yves Baudouin estiment "être sortis de la catastrophe" grâce au fertilisant aveyronnais.

Marcel Mezy regrette que les chambres d'agriculture et la FNSEA ne s'intéressent pas plus à ses fertilisants. "L'agriculture est un long fleuve tranquille", dit-il. "Des fois, il faut deux ou trois générations pour changer les choses établies."

© AFP goodplanet

 

publi 3-4"Vers un nouvzeau paradigme"

2012 et aprés

Commenter cet article

lasorciererouge 12/10/2012 22:27


http://www.youtube.com/watch?v=qSRIX8zLy64&feature=player_embedded#!

lasorciererouge 07/10/2012 21:11


LES MOISSONS DU FUTUR : Comment l’agroécologie peut nourrir le monde



Les moissons du futur, est un documentaire (1h35) de Marie-Monique Robin qui s'intéresse aux exemples d'agriculture sans pesticides ayant fait leur preuve
grâce aux agriculteurs du monde entier qui pratiquent l'agroécologie, une approche positive pour le futur de l'alimentation et de la planète.

lasorciererouge 16/05/2012 08:50


http://sos-crise.over-blog.com/article-un-editeur-a-connaitre-eco-habitat-vacances-ecologiques-alternatives-105190385.html

vanessa 12/04/2012 22:32


ben moi j'ai pas encore arrêté la viande...


ça va pas être la chose la plus facile même si je commence à avoir une prise de conscience....


disons que je les élève avec amour, je les aime pour la beauté de leur plumage, ou la douceur de leur poil, ils me font sourire, je les respecet et je n'aime pas quand ils sont tristes ou mal
menés par leurs congénères...


ils ont le temps d'avoir une belle vie en semi-liberté...


mais en général, vient un moment où il y a surpopulation.... alors on passe à la casserole!... après un dernier câlin....

lasorciererouge 12/04/2012 13:00


http://www.mystere-tv.com/detruire-pour-consommer-toujours-plus-v2606.html


Je ne mange plus foie gras, cuisses de grenouilles ,escargots......beaucoup moins de viande.


Plus de légumes...etc mais bio,j'ai diminuée les quantités et je m'en porte très bien!!


Cet été je cultive sur mon balcon, tomates, concombre, melons..graines bio aussi!


Herbes aromatiques....le tout sans produits chimiques et sans pesticides..j'attends des invités !!


(coccinelles, papillons, abeilles..etc)


Ce que j'aurai en trop je l'offrirai à mes voisins ....elle est pas belle la vie ?!

nadine 20/03/2012 13:32


Je suis pour la libération des canards!

vanes 19/03/2012 20:46


et ben voilà ! on va y arriver !


en plus aujourd'hui, grande nouvelle ! mon mari va se convertir en bio !!


youpi! y'a p't-être une chance pour qu'on suive la même ligne temporelle...


et Gaïa n'aura plus à se tracasser sur notre cas dysharmonieux...


il ne nous reste plus qu'à trouver qu'est-ce qu'on va faire de nos 35 canards....


mais ça,  c'est une autre histoire...

Dav 19/03/2012 22:24



Il doit y avoir du bon foie gras par chez vous!!!



Nous sommes sociaux !

Articles récents