Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Un Général de l'armée américaine avertit d'une catastrophe imminente à Fukushima

Publié par Dav sur 17 Mai 2012, 17:01pm

Catégories : #Environnement

Un Général de l'armée américaine avertit de la catastrophe imminente de Fukushima

Dans un communiqué de presse, le major et général Albert N. Stubblebine estime que la situation à Fukushima est une menace immédiate pour tout l'hémisphère Nord.
Président de la Fondation des solutions naturelles, une organisation non gouvernementale, le retraité de l'armée américaine a publié une estimation de la situation à Fukushima, en mettant l'accent sur les émanations de produits hautement radioactifs provenant des 5 réacteurs nucléaires.
Il explique, dans une vidéo, que lorsque les barres de combustible usé hautement radioactives sont exposées à l'air, il peut y avoir des explosions massives libérant des rayonnements radioactifs dans l'air, plus importants que ce que l'on a relevé jusqu'à présent. Bizarrement, les barres de combustible sont stockées à trois étages au-dessus du sol, dans des piscines de béton ouvertes. Que ce soit par évaporation de l'eau dans les piscines, ou en raison de l'effondrement inévitable de la structure, il y a un risque grave. Les autorités de la santé publique des États-Unis conviennent que des dizaines de milliers d'Américains du nord sont déjà morts de la catastrophe de Fukushima. Et lorsque le cataclyme final se produira, tôt ou tard, tout l'hémisphère nord pourrait devenir en grande partie inhabitable.
Source:
 
publi 3-4"Vers un nouveau paradigme"
2012 et aprés

Commenter cet article

lasorciererouge 15/06/2012 23:40


Fukushima: 40 millions de japonais en extrême danger pourraient être évacués en Russie !





Des officiels japonais sont actuellement engagés dans des pourparlers avec des diplomates russes sur la possible délocalisation de dizaines de millions de japonais dans le cas très probable d’un
effondrement total de l’unité 4 de Fukushima Daiichi. Selon un rapport récent de EUTimes,net, les autorités japonaises ont indiqué qu’au moins 40 millions de japonais sont en “extrême danger”
d’empoisonnement radioactif, et que de nombreuses villes de l’est, y compris Tokyo, peuvent devoir être évacuées dans les prochaines semaines ou mois pour éviter un empoisonnement à des
radiations extrêmes.


Comme nous continuons de le rapporter, la situation à Fukushima est désespérée, c’est peu de le dire. Le réacteur 4 est sur le point de s’effondrer complètement, ce qui enverrait dans
l’atmosphère du combustible provenant de milliers de barres. Ces barres, après tout, sont déjà exposées à l’air libre, mais la libération de leur combustible causerait non seulement une
catastrophe régionale, mais aussi un holocauste mondial.


Le Mainichi Daily a récemment rapporté : “Un rapport publié en février par la commission indépendante d’investigation sur l’accident a déclaré que la piscine de stockage du réacteur 4 était le
maillon faible dans les crises de réaction en chaîne de la catastrophe nucléaire ».


“Le scénario du pire établi par le gouvernement inclut non seulement l’effondrement de la piscine du réacteur 4, mais aussi la désintégration des barres de combustible de tous les autres
réacteurs de la centrale. Si ceci devait arriver, les habitants de la zone métropolitaine de Tokyo seraient obligés d’évacuer.”


Pour mettre en place des solutions pour les japonais les plus proches du danger, les autorités envisagent de reloger des dizaines de millions de japonais dans les îles Kouriles, situées dans la
région de Sakhaline, ou même en Chine, où des centaines d’habitations de villes fantômes non utilisées pourraient abriter au moins 64 millions de réfugiés. Si cette délocalisation devait se
produire, le Japon deviendrait en grande partie une friche stérile.


Une “vague” de déchets hautement radioactifs se dirigerait vers la côte ouest des US.


Pour les japonais, la catastrophe de Fukushima représente une disparition complète de leur nation, alors que pratiquement rien n’est fait pour contenir les milliers de barres de combustible
exposées qui pourraient exploser avec la chute du réacteur 4. Mais les conséquences de tout ceci ne sont pas limitées seulement au Japon, car le reste du monde, y compris les US, supporteront le
poids de cette bombe nucléaire aussi. Nous souffrons déjà, en fait, des conséquences de cette guerre nucléaire qui n’est pas une guerre.


À la fin de l’année dernière, par exemple, il a été rapporté que des officiels américains ont ordonné à TEPCO de relâcher 10 millions de litres de déchets radioactifs dans l’océan Pacifique.
Aujourd’hui, selon The Intel Hub, ces déchets arriveront bientôt sur les grèves de la côte ouest, à l’insu de millions d’américains vivant dans cette région, qui y seront exposés.


Cette nouvelle »vague » de radiations est, bien sûr, en supplément de vagues plus anciennes qui ont déjà tué des milliers de gens, beaucoup d’entre eux étant des enfants, et provoqué une
augmentation considérable de cas de cancers. Et avec le temps de plus en plus de gens vivant en Amérique vont commencer à développer des maladies chroniques en résultat d’un empoisonnement
perpétuel par Fukushima et beaucoup mourront, alors que les médias de masse restent volontairement silencieux sur le problème.


Et le gouvernement fédéral a toujours su que la catastrophe devenait la plus mondialement sévère de l’histoire, comme il l’a été prouvé par la récente demande d’une loi sur la liberté de
l’information. Non seulement les autorités fédérales sont conscientes des extrêmes dangers venant de Fukushima depuis les premiers jours, mais elles ont aussi orchestré des campagnes de
désinformation pour garder les américains et le reste du monde dans l’obscurité au sujet de la vérité.


Comme ni les US ni les gouvernements japonais semblent vouloir vraiment gérer Fukushima, et en particulier la condition du réacteur 4, NaturalNews en appelle aux Nations-Unies pour mener une
action rapide. Une nouvelle pétition presse les NU d’organiser un sommet sur la sécurité nucléaire pour s’occuper du problème du réacteur 4, et établir aussi une équipe indépendante d’évaluation
pour le stabiliser et empêcher son combustible de détruire potentiellement toute vie sur terre.


(NaturalNews)


Traduction par Chantalouette et Hélios du Bistro Bar Blog


 


Lire aussi:


18% des évacués de Fukushima ne seront pas en mesure de rentrer chez eux, même après 10 ans.

lasorciererouge 06/06/2012 21:44


A. Gundersen, Fukushima Daiichi la vérité et l’avenir 12.05.2012





 


Publiée le 6 juin 2012 par kna60


Dans le cadre d’une présentation dans le Kansai au Japon le 12 mai 2012, Maggie et Arnie Gundersen de Fairewinds Energy Education ont répondu aux questions spécifiques posées par les
organisateurs du colloque sur l’état de la piscine de combustible usé de l’unité 4 de Fukushima Daiichi.
Fairewinds analyse l’explosion à l’unité 3 de Fukushima Daiichi.
En outre, Arnie discute de quel peut être l’avenir du Japon s’il choisit une voie sans énergie nucléaire.


Vidéo et transcripts originaux en Anglais :http://fairewinds.com/content/fukushima-daiichi-truth-and-future
Traduction & sous-titrage Fr par Kna60 , avec l’autorisation de Fairewinds Energy Education.


Lire aussi:


Fuksuhima :
suite à une panne prolongée, la température de la piscine n°. 4 a augmenté de 8 degrés en 45 heures – gen4 – Les quatre vérités et les mille mensonges du nucléaire


Source: Scoop.it

lasorciererouge 04/06/2012 21:03






Les inquiétudes au sujet
du risque d’effondrement de la piscine de l’unité 4 de la centrale de Fukushima Daiichi sont-elles fondées ? Au Japon, tout le monde parle de ce danger et, pour répondre à cette question, des
journalistes d’investigation de l’émission « Hodo Station », sur la chaîne de télévision TV Asahi, ont réalisé une enquête dont les résultats ont été diffusés le 25 mai
2012.


Cet article présente les principales informations tirées de cette recherche puis une extrapolation sur
ce qui pourrait advenir si Tepco ne réussissait pas son pari de récupérer les barres de combustibles d’ici trois ans.


.


Avant toute chose, je tiens à remercier Kna qui nous permet d’avoir accès, par son travail de traduction, de sous-titrage et de diffusion de vidéos, à des informations qui,
jusqu’à présent, restent taboues en France dans les grands médias.


Une émission remarquable : une problématique,


des témoignages d’experts, des expériences, des conclusions


Comme on aimerait voir ce type d’émission télévisée en France, où des experts et des chercheurs en ingénierie
nucléaire parleraient librement de leurs angoisses à propos des risques de l’atome. Pour rappel, l’unité 4 possède une piscine de désactivation contenant 1535 assemblages, soit
environ 264 tonnes de
combustible. Cette piscine est perchée à 20 mètres au dessus du sol, mais sa structure a subi d’énorme contraintes mécaniques et thermiques lors desexplosions et incendies qui ont eu lieu le 15 mars 2011, sources des inquiétudes sur son état.




Masashi Goto,
ex-ingénieur Toshiba expert en conception de centrales nucléaires résistantes aux séismes, a conçu le confinement des réacteurs nucléaires. Voici ce qu’il pense de la solidité du bâtiment
réacteur n°4 :




« Même si les murs existent, il n’y a pas de manière simple d’en connaître la stabilité. A quel point
la stabilité a-t-elle été compromise par la haute température de l’incendie ? Il est essentiel d’avoir toutes les données quand vous travaillez sur un calcul structurel. Chaque fois que Tepco
publie des données, ils disent toujours « Nous avons calculé ceci, voici le résultat de ce que nous avons fait donc il n’y a pas de danger ». Mais ils n’ont jamais publié une donnée que
quelqu’un de l’extérieur pourrait utiliser pour vérifier leurs conclusions. »


.


Yukiteru Naka,
directeur de Tohoku Entreprise, travaillait à l’origine comme ingénieur chez General Electric. Spécialisé dans les systèmes de tuyauterie, il a été fortement impliqué dans la construction de la
centrale de Fukushima Daiichi (réacteur 1, 2 et 6). Il est maintenant engagé dans les travaux de démantèlement. Connaissant l’état réel du bâtiment réacteur 4, il fait des aveux sur la
dangerosité d’une possible fuite d’eau de la piscine de refroidissement de combustible :


« Je dois dire qu’il y a un risque concernant l’unité 4. La piscine est actuellement refroidie par un système
temporaire. Mais les conduits s’étendent sur des dizaines de kilomètres et étant donné que c’est une construction provisoire, ce n’est pas censé résister aux secousses sismiques. Il n’y a pas
assez de maintenance. Les tuyaux courent à travers les décombres. J’estime qu’il faudrait peu de temps pour vider la piscine si les tuyaux étaient endommagés et causaient une fuite. Les
émissions de matières radioactives seraient si élevées que personne ne pourrait s’approcher. (…) J’aimerais que le gouvernement et Tepco se préparent avec une notion de crise imminente
à l’esprit. (…) Si la piscine se vide, aucun travailleur ne pourra s’approcher du bâtiment réacteur 4, ni des bâtiments 1, 2 et 3. »


.


H

lasorciererouge 02/06/2012 23:06


Nouveau danger découvert à l’unité 4 de Fukushima Daiichi 25.05.2012





Extrait du pgm “Hodo Station” de TV Asahi du 25 Mai 2012.
Devant les inquiétudes grandissantes suscitées par la piscine de combustibles usagés de l’unité 4 de Fukushima Daiichi, le bâtiment très endommagé, et l’impossibilité d’obtenir des données
fiables et complètes de TEPCO, la chaîne a décidé de mener sa propre enquête auprès d’experts, ingénieurs et travailleurs de Fukushima, et de faire réaliser ses propres expériences sur les barres
de combustible.
Il a ainsi été révélé qu’elles peuvent subir de graves dommages au delà de 700 °C ou si choc thermique, donc bien avant d’en arriver à leur fusion à 1800 °C.
S’il n’y a plus d’eau dans la piscine de stockage, le refroidissement par convexion naturelle dans l’air limiterait l’échauffement des barres à une plage entre 150 et 300 °C. Mais les radiations
émises seraient mortelles sur tout le site. Sans refroidissement par l’air, la destruction des barres et la libération des matières radioactives signerait probablement le début de la fin.






Vidéo originale postée par Irwin Miller : http://youtu.be/jOEkyTPLWzA
Traduction Anglaise par Goldieluvmj : http://youtu.be/zuxFQewzPjk
Merci à eux.
Traduction et sous-titrage Fr par Kna60 ( travail remarquable sur Fukushima )

Pierre 21/05/2012 15:47


DAV,


C'est trés inquiétant, je ne comprend pas pourquoi c'est l'hémisphère nord qui sera le plus touché, alors que le gulf stream circule dans les deux hémisphères. C'est vraiment navrant, comment ne
pas être en colère, plus d'un an que le probléme persiste. Si c'est une question de budget, déplacer 4 millions de personnes, va être une note collossale. Aller en Russie, pourquoi ? c'est dans
l'hémisphère Nord. Amour et lumière pour tout ce peuple qui peut souffrir. Pierre

Dav 21/05/2012 19:10



jE ME SUIS POSE AUSSI LES MËME QUESTIONS..?



lasorciererouge 21/05/2012 10:44


Tepco confirme la fusion du réacteur n°4 de Fukushima


 



Il y a 4 jours,



Tepco rend public un document alarmant sur l'état du réacteur n°4 de la centrale de Fukushima. Résultat: Celui-ci est en fusion.



Un document de TEPCO révèle la libération de l'iode 131 radioactif, et donc confirme une fusion nucléaire, le combustible de la piscine du réacteur nucléaire n° 4 est usé.


Ce graphique montre un niveau très élevé de l'iode radioactif 131 libéré de la piscine du réacteur 4, ce qui
signifie qu'il est en fusion nucléaire.





 




Radiation d'iode à Fukushima ldans le réacteur 4

lasorciererouge 21/05/2012 10:32


Fukushima : Des preuves visuelles de fissures importantes sur le mur Sud de l'unité n°. 4


Le 16 mai 2012, Tepco publiait un dossier en anglais évoquant la campagne de mesures au niveau du bâtiment n°. 4 de
Fukushima-Daiichi. Nous avons d'ailleurs publié un billet le 17 mai reprenant quelques-unes des informations obtenues dans ce document. Quelques jours plus tard, nous sommes tombés par hasard sur la version Japonaise de ce fichier qui est beaucoup plus
complète (19 pages contre 9 en anglais).

le jeu des 7 erreurs de la page n°. 15




Le cliché de gauche a été pris en juillet 2011 (平成23年7月) et celui de droite en avril 2012 (平成24年4月). Durant cette période de 9 mois,
Tepco a à l'évidence accompli au niveau de l'unité n°. 4 bon nombre de travaux de déblayage de gravats ; les courageux ouvriers ont retiré des structures branlantes et ont ainsi nettement dégagé
et allégé la structure extérieure de ce fameux bâtiment dont on dit par ailleurs qu'il est si fragilisé qu'une secousse moyenne pourrait compromettre définitivement le précaire équilibre. Ainsi,
par exemple, le tunnel de manutention du combustible a manifestement été démoli sur le mur Ouest au niveau du sol.

Un des détails qui nous a frappé réside dans cette ligne noire verticale apparemment anodine qui démarre 3m environ sous le plancher
du niveau 5 (ligne rouge pointillée) et se prolonge jusqu'au sol.



L'extrait à droite du cliché originale est agrandi de 300%. De quoi s'agit-il ? Cette ligne semble démarrer de nulle part et
se trouve brisée à plusieurs niveaux dans sa partie inférieure, il ne peut donc à priori s'agir d'un câble électrique ni d'une des armatures du béton. Il s'agit peut-être d'une énorme fissure
(environ 20 m de hauteur) qui aurait par la suite été colmatée lors des "travaux" car un peu trop évidente sur les documents et probablement de nature à "induire des rumeurs erronées"
?

Une fissure ça va ; deux fissures, bonjour les dégâts !
Toujours sur le même mur Sud mais beaucoup plus discret, un autre crack semble courir selon une diagonale de 45° environ.
Ce dernier est visible sur la quasi-totalité des photos disponibles, y compris sur les plus récentes, ce qui tend à prouver qu'il ne s'agit pas d'une simple fissure que l'opérateur aurait pu
facilement maquiller mais bien d'un défaut dans l'épaisseur de la structure du mur. La différence de teinte est nette : l'éclairage est différent au-dessus et en-dessous de la
fissure donc le mur présente à ces niveaux des inclinaisons différentes. Ce défaut est d'autant plus fâcheux qu'il se situe à la base du BR4 et non dans sa partie haute et il
explique probablement pourquoiune certaine tension est palpable au niveau de ce bâtiment.





photo HD : cryptome


Croyez-vous que Tepco va effectuer un contrôle de planéité du mur Sud à ce niveau ? Je parierai que non ! D'ailleurs,
rappelez-vous comment l'opérateur visualise le bâtiment n°. 4 dans son document en anglais : il est parfait, élégant, quasiment opérationnel ; l'opérateur entend même faire un
contrôle optique au niveau de parois qui n'existent plus ! A ce niveau de déni systématique, s'il s'agissait d'un particulier, ce dernier aurait sûrement droit à une consultation
"psy" ! Quant à nous, nous nous contenterons de noter que Tepco agit parfois de manière assez irrationnelle et ridicule, au point en fait de susciter une curiosité sur des faits qu'il
voudrait banaliser.






En passant, les documents nous confirment qu'une explosion s'est bien produite au niveau de l'angle S-O de la piscine
1F4

Tous les documents nous montrant la face Sud du BR4 après l'explosion sont édifiants : une paroi située dans le prolongement de
l'angle Sud-Ouest de la piscine de désactivation a été soufflée ; les blocs de béton formant ces parois mesurent environ 8m x 8 et pèsent environ 150 tonnes. Une
chose est sûre : ce n'est pas un simple courant d'air qui a causé cette ouverture, la piscine n°. 4 a frôlé la méga-catastrophe !





Tepco confisquera les appareils de journalistes indépendants lors de la prochaine visite au pied du
BR4

Faut-il y voir une conséquence de quelques photos compromettantes "volées" lors des rares visites autorisées à la presse
indépendante ? Iori nous apprend ce jour que Tepco vient d'interdire les prises de vue aux deux seuls journalistes indépendants accrédités pour la prochaine visite de presse
planifiée le 26 mai sur le site. Cette-fois ci, le bus de journalistes devrait passer au plus près de ce fameux mur Sud du bâtiment n°. 4. L'opérateur explique -
très benoîtement - qu'il ne dispose pas de suffisamment de personnel pour surveiller les 2 journalistes en question (sic) aussi leurs caméras et appareils photos seront purement
et simplement confisqués à l'entrée du site.

Source :

Tepco Press Handles (Japonais), 16 mai

lasorciererouge 19/05/2012 01:15


40 millions de japonais en extrême danger par empoisonnement aux radiations, évacuations de masse probables


 





 


Des officiels japonais sont actuellement engagés dans des pourparlers avec des diplomates
russes sur la possible délocalisation de dizaines de millions de japonais dans le cas très probable d’un effondrement total de l’unité 4 de Fukushima Daiichi. Selon un rapport récent de
EUTimes,net, les autorités japonaises ont indiqué qu’au moins 40 millions de japonais sont en "extrême danger" d’empoisonnement radioactif, et que de nombreuses villes de l’est, y compris Tokyo,
peuvent devoir être évacuées dans les prochaines semaines ou mois pour éviter un empoisonnement à des radiations extrêmes.


Comme nous continuons de le rapporter, la situation à Fukushima est désespérée, c’est peu de
le dire. Le réacteur 4 est sur le point de s’effondrer complètement, ce qui enverrait dans l’atmosphère du combustible provenant de milliers de barres. Ces barres, après tout, sont déjà exposées
à l’air libre, mais la libération de leur combustible causerait non seulement une catastrophe régionale, mais aussi un holocauste mondial.


Le Mainichi Daily a récemment rapporté : "Un rapport publié en février par la commission
indépendante d’investigation sur l’accident a déclaré que la piscine de stockage du réacteur 4 était le maillon faible dans les crises de réaction en chaîne de la catastrophe nucléaire ».


"Le scénario du pire établi par le gouvernement inclut non seulement l’effondrement de la
piscine du réacteur 4, mais aussi la désintégration des barres de combustible de tous les autres réacteurs de la centrale. Si ceci devait arriver, les habitants de la zone métropolitaine de Tokyo
seraient obligés d’évacuer."


Pour mettre en place des solutions pour les japonais les plus proches du danger, les
autorités envisagent de reloger des dizaines de millions de japonais dans les îles Kouriles, situées dans la région de Sakhaline, ou même en Chine, où des centaines d’habitations de villes
fantômes non utilisées pourraient abriter au moins 64 millions de réfugiés. Si cette délocalisation devait se produire, le Japon deviendrait en grande partie une friche stérile.


Une "vague" de déchets hautement radioactifs se dirigerait vers la côte ouest des
US.


Pour les japonais, la catastrophe de Fukushima représente une disparition complète de leur
nation, alors que pratiquement rien n’est fait pour contenir les milliers de barres de combustible exposées qui pourraient exploser avec la chute du réacteur 4. Mais les conséquences de tout ceci
ne sont pas limitées seulement au Japon, car le reste du monde, y compris les US, supporteront le poids de cette bombe nucléaire aussi. Nous souffrons déjà, en fait, des conséquences de cette
guerre nucléaire qui n’est pas une guerre.


À la fin de l’année dernière, par exemple, il a été rapporté que des officiels américains ont
ordonné à TEPCO de relâcher 10 millions de litres de déchets radioactifs dans l’océan Pacifique. Aujourd’hui, selon The Intel Hub, ces déchets arriveront bientôt sur les grèves de la côte ouest,
à l’insu de millions d’américains vivant dans cette région, qui y seront exposés.


Cette nouvelle »vague » de radiations est, bien sûr, en supplément de vagues plus anciennes
qui ont déjà tué des milliers de gens, beaucoup d’entre eux étant des enfants, et provoqué une augmentation considérable de cas de cancers. Et avec le temps de plus en plus de gens vivant en
Amérique vont commencer à développer des maladies chroniques en résultat d’un empoisonnement perpétuel par Fukushima et beaucoup mourront, alors que les médias de masse restent volontairement
silencieux sur le problème.


Et le gouvernement fédéral a toujours su que la catastrophe devenait la plus mondialement
sévère de l’histoire, comme il l’a été prouvé par la récente demande d’une loi sur la liberté de l’information. Non seulement les autorités fédérales sont conscientes des extrêmes dangers venant
de Fukushima depuis les premiers jours, mais elles ont aussi orchestré des campagnes de désinformation pour garder les américains et le reste du monde dans l’obscurité au sujet de la
vérité.


Comme ni les US ni les gouvernements japonais semblent vouloir vraiment gérer Fukushima, et
en particulier la condition du réacteur 4, NaturalNews en appelle aux Nations-Unies pour mener une action rapide. Une nouvelle pétition presse les NU d’organiser un sommet sur la sécurité
nucléaire pour s’occuper du problème du réacteur 4, et établir aussi une équipe indépendante d’évaluation pour le stabiliser et empêcher son combustible de détruire potentiellement toute vie sur
terre.


(NaturalNews)


Traduction par Chantalouette et Hélios du Bistro Bar Blog

Nous sommes sociaux !

Articles récents