Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Un monde formidable, fort minable

Publié par David Jarry - Webmaster sur 29 Janvier 2014, 13:20pm

Catégories : #Société

 
 
 

1969-2014Qui a dit que le monde d'aujourd'hui était meilleur que celui des années 60-70 ? Il est probable que cela soit vrai sur une quantité de thèmes. Pourtant à lire ce qui va suivre, il y a bien des choses qui pourraient nous rendre nostalgique.

Tout ceci dans un contexte où l'on parle du mode de vie que nous aurons dans les années 2030, à l'heure où on estime que la viande grandira en laboratoire, où le "bio" se sera généralisé grâce à la toute puissance des agroalimentaires qui auront tout racheté, l'agriculture dépendra de l'énergie toujours plus chère et se développera dans la puissance de la biotechnologie.

Mais revenons à l'année 1969, et que s'est il passé en 45 ans ? Voici un petit voyage dans le temps pour nous rappeler dans quelle époque nous vivons. Bienvenue dans un monde si formidable, fort minable...

 



1969-2014

Du lait, du beurre et des œufs

1969 :

Tu vas chercher du lait chez le crémier, qui te dit bonjour, avec ton bidon en alu, et tu prends du beurre, fait avec du lait de vache, coupé à la motte.

Puis tu demandes une douzaine œufs qu'il sort d'un grand compotier en verre.

Tu paies avec le sourire de la crémière, et tu sors sous un grand soleil.

Le tout a demandé 10 minutes.

 

2014 :

Tu prends un caddie de merde dont une roue est coincée et qui le fait aller dans tous les sens, sauf celui que tu veux.

Tu passes par la porte qui devrait tourner mais qui est arrêtée par ce qu'un benêt l'a poussée, puis tu cherches le rayon crémerie où tu te les gèles, pour choisir parmi 12 marques le beurre qui devrait être fait à base de lait de la communauté. Et tu cherches la date limite...

Pour le lait :

Tu dois choisir avec des vitamines, bio, allégé, très allégé, nourrissons, enfants, malades, ou mieux en promo avec la date dessus et la composition....

Pour les 12 œufs:

Tu cherches la date de la ponte, le nom de la société et surtout tu vérifies qu'aucun œuf n'est fêlé ou cassé, et paf !!! tu te mets plein de jaune sur le pantalon !!!

Tu fais la queue à la caisse, la grosse dame devant toi a pris un article en promo qui n'a pas de code barre... Alors tu attends, et tu attends...,

Puis toujours avec ce foutu caddie de merde, tu sors pour chercher ton véhicule sous la pluie, tu ne le retrouves pas car tu as oublié le N° de l'allée....

Enfin après avoir chargé la voiture, il faut reporter l'engin pourri et là, tu vas t'apercevoir qu'il est impossible de récupérer ta pièce de 1 euro...

Tu reviens à ta voiture sous la pluie qui a redoublé...

Cela fait plus d'une heure que tu es parti.

 

Faire un voyage en avion.

1969 :

Tu voyages dans un avion d'Air France. On te donne à manger et t'invite à boire ce que tu veux, le tout servi par de belles hôtesses de l'air, et ton siège est tellement large qu'on peut s'asseoir à deux.

2014 :

Tu entres dans l'avion en continuant d'attacher ton ceinturon qu'on t'a fait retirer à la douane, pour passer le contrôle.

Tu t'assois sur ton siège, et si tu éternues un peu trop fort, tu mets un coup de coude à ton voisin.

Si tu as soif, le steward t'apporte la carte et les prix sont ahurissants.

 

Michel doit aller dans la forêt après la classe.

Il montre son couteau à Jean avec lequel il pense se fabriquer un lance-pierre.

1969 :

Le directeur voit son couteau et lui demande où il l'a acheté pour aller s'en acheter un pareil.

2014 :

L'école ferme, on appelle la gendarmerie, on emmène Michel en préventive.

TF1 présente le cas aux informations en direct depuis la porte de l'école.

 

Discipline scolaire.

1969 :

Tu fais une bêtise en classe. Le prof t'en colle deux.

En arrivant chez toi, ton père t'en recolle deux autres.

2014 :

Tu fais une bêtise. Le prof te demande pardon.

Ton père t'achète une console de jeux et va casser la gueule au prof.!!!

 

Dominique et Marc se disputent. Ils se flanquent quelques coups de poing après la classe.

1969 :

Les autres les encouragent, Marc gagne.

Ils se serrent la main et ils sont copains pour la vie.

2014 :

L'école ferme. FR3 proclame la violence scolaire, relayée par TF1 au journal de 20 heures

Le lendemain, Le Parisien et France Soir en font leur première page et écrivent 5 colonnes sur l'affaire.

 

Jean tombe pendant une course à pied. Il se blesse au genou et pleure. Sa prof Jocelyne le rejoint, le prend dans ses bras pour le réconforter.

1969 :

En deux minutes Jean va beaucoup mieux et continue la course.

2014 :

Jocelyne est accusée de perversion sur mineur et se retrouve au chômage, elle écopera de 3 ans de prison avec sursis.

Jean va de thérapie en thérapie pendant 5 ans. Ses parents demandent des dommages et intérêts à l'école pour négligence, et à la prof pour traumatisme émotionnel. Ils gagnent les deux procès.

La prof, au chômage et endettée, se suicide en se jetant d'en haut d'un immeuble. Plus tard, Jean succombera à une overdose au fond d'un squat!!!

 

Arrive le 25 octobre.

1969 :

Il ne se passe rien.

2014 :

C'est le jour du changement d'horaire : les gens souffrent d'insomnie et de dépression.

 

La fin des vacances..

1969 :

Après avoir passé 15 jours de vacances en famille, en Bretagne, dans la caravane tractée par une 403 Peugeot, les vacances se terminent.

Le lendemain, tu repars au boulot, frais et dispos.

2014 :

Après 2 semaines aux Seychelles, obtenues à peu de frais grâce aux « bons vacances » du Comité d'Entreprise, tu rentres fatigué et excédé par 4 heures d'attente à l'aéroport, suivies de 12 heures de vol.

Au boulot, il te faut 1 semaine pour te remettre du décalage horaire !


Comme dit l'autre : On vit une époque vraiment formidable !!!

 

http://www.laterredufutur.com

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Commenter cet article

gwendal 31/01/2014 01:37


@lonitoon, salut, tu connais la différence entre une histoire vraie et une histoire illustrative


Dans une histoire vraie (comme la mienne) il n'y a qu'une seule fin: la vraie.


Dans une histoire illustrative, et qui va dans le sens de la morale ambiante, (comme la tienne), il y a autant de fins
possibles que d'imagination...


Je peux donc décider que la fin de ton histoire n'est pas la vraie fin, et la poursuivre comme ceci: "marc, le lendemain, se réveille apparemment frais et se rend à son boulot, lorsque un effet
retard d'extasy se manifeste... Il heurte de face la voiture de 4 collègues de boulot qui font du co-voiturage (c'est mon passage moraliste en adéquation avec la morale ambiante) et les tue tous!"


Conclusion, s'il était mort seul la veille, il n'aurait pas entrainé 4 innocents le lendemain avec lui...


On peut voir les choses de tas de façons différentes, mais ce que je peux t'assurer (pour l'avoir vécu), c'est que, malgré plus de morts sur les routes (mais moins par suicide, complications
médicales, ...) dans les années 70, les gens y-étaient beaucoup plus conviviaux et heureux que maintenant

lonitoon 30/01/2014 14:28


Marc passe une soirée un peu arrossée chez des amis


1969 : il rentre chez lui en voiture completement bourré ,il s'enfout y'a pas de contrôle ,en sortant du village il loupe le virage et tape un mur ,rien de méchant ,il roulais pas très
vite mais comme y'a pas de ceinture de sécurité y passe a travers le pare brise et meurent ...


2014 : marc ne préfère pas prendre la route parce qu'il a peur de ce faire retiré le permis et que ces amis l'en disouade ,il repart le lendemain frais comme un gardon .


et je pourrais en faire plein des exemples comme ça aussi ,tout dépend de l'angle sous lesquels on voit les choses ,bizaremment quand je vais au magasin le caissier ou la caissiere sont
toujours très poli et sympathique et dans la généralité toutes les personnes que je cotoie .quand on tourne tout négativement ,ça s'appelle de la dépression ,un mal de notre époque si fort
minable évidemment .

gwendal 30/01/2014 00:21


Ah la vache! j'ai retrouvé ma jeunesse formidable l'espace de quelques minutes!


je suis né en 1971, et, dès mes 3 ans, j'allais, à pieds, chez le crêmier, avec ma mère (ou plus rarement avec mon père) pour y acheter du lait ...tous les jours après l'école et le
matin le mercredi et le samedi. C'est moi qui portais le pot pour le lait (en joli acier galvanisé, avec ce bouchon si particulier! Le crêmier remplissait le pot avec une grosse louche ovale ...très pratique pour bien viser


J'avais le droit de balancer le pot d'avant en arrière à l'aller, mais c'était interdit au retour ...pour ne pas créer plus de mousse dans le lait qu'il y en avait déjà...! Je chantais sans restriction à l'aller et au retour!


J'aimais bien aussi accompagner ma mère au magasin d'alimentation (juste en face du crêmier), et j'entrais en disant haut et fort "bonjour!" ...on faisait les courses, et ma mère payait, puis la
patrone, à la caisse enregistreuse à grosses touches mécaniques (la caisse, pas la patronne/ faut suivre bordel!) répondait à mon "au-revoir et bonne journée" par un "merci et à toi aussi mon petit"


Maintenant, la caissière dit, quand les centaines de clients précédents ne l'ont pas mise au bord de la dépression, "bonjour, vous avez la carte du magasin?" ...et là je répond bonjour, non je
n'ai aucune carte de magasin!" ...les courses passent ...je paye, et je dis "au revoir, bonne fin de journée" ...et j'ai rarement une réponse... La pauvre, je ne lui en veut pas...


Cette société aura vraiment excellé dans la destruction des relations entre les gens...

lasorciererouge 29/01/2014 18:48


http://www.blogapares.com/espagne-quand-lausterite-tue/

ummite 29/01/2014 14:02


dans l'acien temps , des difficultés bien plus grandes existaient , dans chaque période se trouvent des avantages et
des inconvénients qui sont souvent décuplés par l'indifférence des individus qui pare au plus facile .


puis l'usage de nouvelles technique , fait que ces techniques sont dévoyées par certains malins vivants dans les hautes sphères .


vous m'aurez sans doute compris .

Nous sommes sociaux !

Articles récents