Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Un nouveau calendrier Maya découvert

Publié par Dav sur 12 Mai 2012, 10:31am

Catégories : #Mythologies - Civilisations anciennes

Des chercheurs nous dévoilent le plus ancien calendrier lunaire Maya jamais découvert, preuve de l’avancée astronomique de cette civilisation.

 monticule terreEnfouit sous un monticule de terre au coeur de la forêt tropicale du Guatemala, le plus ancien calendrier lunaire Maya apparaît enfin à la lumière du jour.

 

Une étude, publiée aujourd’hui dans le magazine Science par l’archéologue William Saturno, révèle que les écrits se trouvaient sur les murs d’un édifice résidentiel, vieux de 1200 ans.

 

En Mars 2010, un membre de l’équipe de W. Saturno, l’étudiant Maxwell Chamberlain, remarque des hiéroglyphes sur un pan de mur, dans l’un des bâtiments du site de Xultun. Après plusieurs excavations, trois pièces intactes sont mises au jour. Chaque mur est couvert d’inscriptions. Des peintures de figures humaines – dont un roi Maya – et des colonnes verticales de nombres Maya se côtoient. Les premières analyses digitales montrent que cinq des ces colonnes sont complétées de hiéroglyphes qui désignent des données lunaires. Il s’agirait d’un calendrier cyclique, impliquant principalement les planète Mars et Vénus. L’ensemble de ces notifications astronomiques s’apparente au Codex Dresdensis, un ancien manuscrit Maya.

peinture murale“Nous sommes tous très surpris par cette trouvaille”, raconte Stephen Houston, archéologue à l’université de Brown. Les codex Maya, qui amassent cent ans de connaissance scientifique et mathématiques, sont en effet toujours des manuscrits – compilation de feuilles d’écorce rédigées. Alors pourquoi un scribe Maya aurait-il enregistrer des tables astronomiques sur les murs d’un bâtiment plutôt que sur papier ? S. Houston esquisse un début de réponse : pour créer une archive permanente, plus durable que le manuscrit. Les chercheurs estiment par ailleurs que cette grille de lecture astronomique précèderait d’un demi-siècle les codex Maya connus.

 

Les scribes Mayas utilisaient les cycles astronomiques pour planifier d’importante cérémonies publiques. L’accession au pouvoir d’un nouveau roi Maya pouvait, par exemple, se faire lors d’une éclipse.


Un diaporama des fresques murales est accessible ici, ainsi qu’une vidéo à cette adresse : nationalgeographic.com

 

publi 3-4"Vers un nouveau paradigme"

2012 et aprés

Commenter cet article

lasorciererouge 10/10/2012 20:16



La tombe de la reine Maya K'abel découverte au Guatemala


 


Les archéologues ont découvert la tombe de Dame
K’abel, considérée comme l’une des grandes reines de la civilisation Maya classique.

La tombe a été découverte lors de fouilles dans la cité royale Maya d’El Perù-Waka, dans le nord-ouest du Petén, au Guatemala, par une équipe d’archéologues.
Elles sont dirigées par David Freidel, de l’Université Washington à Saint-Louis, co-directeur de l’expédition.

Un petit pot en albâtre sculpté (photo ci-dessous), trouvé dans la chambre funéraire, a mené les archéologues à conclure que le tombeau était celui deDame K’abel.
Le pot blanc est taillé dans une coquille de conque, avec une tête et les bras d’une femme âgée émergeant de l’ouverture.
La représentation de la femme, mature avec un visage ridé et une mèche de cheveux à l’avant de l’oreille, et quatre glyphes gravés sur le pot, signifient qu'il appartenait à
K’abel.








Dessin des glyphes représentés à l'arrière du pot d’albâtre
par Stanley Guenter.




En se basant sur cet objet, ainsi que d'autres éléments, dont des récipients en céramique trouvés dans la tombe ainsi qu'une stèle sculptée à l’extérieur, les scientifiques en ont conclu que le
tombeau était probablement celui de K’abel.

Freidel explique que la découverte est importante non seulement parce que le tombeau est celui d’un personnage historique dans l’histoire des Mayas, mais aussi parce que la
découverte de ce tombeau est un cas rarissime où l'histoire Maya et les données archéologiques se rencontrent: "la civilisation maya classique est le seul domaine archéologique "classique"
dans le Nouveau Monde - dans le sens où, comme l’archéologie dans l’Egypte ancienne, la Grèce, la Mésopotamie ou la Chine - elle est à la fois un enregistrement de données archéologiques mais
aussi historiques basées sur des textes et des images.
La nature précise des informations textuelles et picturales sur le pot en pierre blanche et le contexte de la tombe constituent une conjonction remarquable et rare de ces deux types
d’informations dans la région Maya.”

La découverte de la tombe de la grande reine a été un "heureux hasard, et c’est un euphémisme,” dit Freidel.

L’équipe d’El Perú-Waka avait mis l’accent sur la découverte et l’étude de constructions rituelles telles que les sanctuaires, les autels et les sacrifices dédicatoires plutôt
que sur la localisation des lieux de sépulture de personnes en particulier.
«En rétrospective, il est logique que les gens de Waka l'aient enterré en ce lieu particulièrement important dans leur ville», rapporte Freidel.


Une découverte qui explique la raison pour laquelle le temple était autant vénéré: K’abel y a été enterrée.

Considérés comme la plus grande souveraine de la période classique tardive, elle a régné avec son mari, K’inich Bahlam, pendant au moins 20 ans (672-692 après JC).
Elle était le gouverneur militaire du royaume Wak, la maison impériale du roi Serpent, et elle portait le titre de “Kaloomte”, qui signifie "guerrier suprême"; elle avait
ainsi plus d’autorité que son mari, le roi.





Stela 34 of El Perú, représentant K'abel



K’abel est également célèbre pour sa représentation sur la célèbre stèle maya,Stèle 34 d'El Perù.

El Perú-Waka, situé à environ 75 km à l’ouest de la célèbre ville de Tikal, est une ancienne cité Maya dans le nord-ouest du Petén, au Guatemala.
Elle faisait partie de la civilisation maya classique (200-900 Après JC) dans les plaines du sud et se compose de près d’un kilomètre carré de places, de palais, de temples pyramides et de
résidences entourées de nombreux kilomètres carrés d'habitations et de temples dispersés.


Source:



Washington University in
Saint-Louis: "Tomb of Maya queen K’abel discovered in Guatemala"


Source française:
Découvertes archéologiques


lasorciererouge 10/10/2012 20:15



La tombe de la reine Maya K'abel découverte au Guatemala


 


Les archéologues ont découvert la tombe de Dame
K’abel, considérée comme l’une des grandes reines de la civilisation Maya classique.

La tombe a été découverte lors de fouilles dans la cité royale Maya d’El Perù-Waka, dans le nord-ouest du Petén, au Guatemala, par une équipe d’archéologues.
Elles sont dirigées par David Freidel, de l’Université Washington à Saint-Louis, co-directeur de l’expédition.

Un petit pot en albâtre sculpté (photo ci-dessous), trouvé dans la chambre funéraire, a mené les archéologues à conclure que le tombeau était celui deDame K’abel.
Le pot blanc est taillé dans une coquille de conque, avec une tête et les bras d’une femme âgée émergeant de l’ouverture.
La représentation de la femme, mature avec un visage ridé et une mèche de cheveux à l’avant de l’oreille, et quatre glyphes gravés sur le pot, signifient qu'il appartenait à
K’abel.








Dessin des glyphes représentés à l'arrière du pot d’albâtre
par Stanley Guenter.




En se basant sur cet objet, ainsi que d'autres éléments, dont des récipients en céramique trouvés dans la tombe ainsi qu'une stèle sculptée à l’extérieur, les scientifiques en ont conclu que le
tombeau était probablement celui de K’abel.

Freidel explique que la découverte est importante non seulement parce que le tombeau est celui d’un personnage historique dans l’histoire des Mayas, mais aussi parce que la
découverte de ce tombeau est un cas rarissime où l'histoire Maya et les données archéologiques se rencontrent: "la civilisation maya classique est le seul domaine archéologique "classique"
dans le Nouveau Monde - dans le sens où, comme l’archéologie dans l’Egypte ancienne, la Grèce, la Mésopotamie ou la Chine - elle est à la fois un enregistrement de données archéologiques mais
aussi historiques basées sur des textes et des images.
La nature précise des informations textuelles et picturales sur le pot en pierre blanche et le contexte de la tombe constituent une conjonction remarquable et rare de ces deux types
d’informations dans la région Maya.”

La découverte de la tombe de la grande reine a été un "heureux hasard, et c’est un euphémisme,” dit Freidel.

L’équipe d’El Perú-Waka avait mis l’accent sur la découverte et l’étude de constructions rituelles telles que les sanctuaires, les autels et les sacrifices dédicatoires plutôt
que sur la localisation des lieux de sépulture de personnes en particulier.
«En rétrospective, il est logique que les gens de Waka l'aient enterré en ce lieu particulièrement important dans leur ville», rapporte Freidel.


Une découverte qui explique la raison pour laquelle le temple était autant vénéré: K’abel y a été enterrée.

Considérés comme la plus grande souveraine de la période classique tardive, elle a régné avec son mari, K’inich Bahlam, pendant au moins 20 ans (672-692 après JC).
Elle était le gouverneur militaire du royaume Wak, la maison impériale du roi Serpent, et elle portait le titre de “Kaloomte”, qui signifie "guerrier suprême"; elle avait
ainsi plus d’autorité que son mari, le roi.





Stela 34 of El Perú, représentant K'abel



K’abel est également célèbre pour sa représentation sur la célèbre stèle maya,Stèle 34 d'El Perù.

El Perú-Waka, situé à environ 75 km à l’ouest de la célèbre ville de Tikal, est une ancienne cité Maya dans le nord-ouest du Petén, au Guatemala.
Elle faisait partie de la civilisation maya classique (200-900 Après JC) dans les plaines du sud et se compose de près d’un kilomètre carré de places, de palais, de temples pyramides et de
résidences entourées de nombreux kilomètres carrés d'habitations et de temples dispersés.


Source:



Washington University in
Saint-Louis: "Tomb of Maya queen K’abel discovered in Guatemala"


Source française:
Découvertes archéologiques


lasorciererouge 30/07/2012 22:01


Un temple Maya aux masques gigantesques trouvé (Vidéo)



     


30/07/2012





 Contrairement aux empires rélativement cililisés des
Aztèques et des Incas la civilisation Maya qui s’étend sur la plupart des territoires de Guatemala et de Belize aussi bien que sur la péninsule méxicaine de Yucatan, était au fond une
agglomération assez libre des Cités-Etats.Les rechercheurs ont découvert le Temple du Soleil de la nuit de Maya qui était considéré comme perdu depuis longtemps. Le Temple a été trouvé dans
les jungles de Guatemala garné de masques gigantesques de divinités semblant à un requin, une sangsue et un jaguar.




C’est seulement pendant les années 1990 que les archéologues et les historiens ont commencé à comprendre que certains royaumes Maya étaient plus importants que d’autres. Ainsi l’Etat de
El-Sozt, situé sur le territoire de Guatemala était l’un des petits royaumes. Pourtant en 2010 les scientifiques travaillant au sommet de la coline près du centre de la ville ancienne ont
découvert une pyramide de 13m qui s’appellait Diablo. Au sommet de la pyramide ils ont trouvé un palais royal et un tombeau qui pouvait appertenir au premier seigneur qui vivaient dès 350
jusqu’à l’an 400.


En meme temps Stephen Huston de l’Université de Brown (Etats-Unis) et ses collègues ont découvert de premiers soupçons du Temple du Soleil de la nuit. Après deux ans de travail les
spécialistes ont enfin pu faire une déclaration officielle.


Les côtés du Temple sont garnés de masques représentant le dieu du soleil qui change d’apparence au cours du jour. Au soleil levant il a l’apparence d’un requin. A midi c’est une sangsue
ancienne et au coucher du soleil c’est un jaguar qui se réveille et commence la chasse de nuit.


M. Huston rémarque que dans la culture Maya le soleil est étroitement lié à la notion du début. D’où l’hypothèse sur ce qu’un homme enterré dans un tombeau près du Temple était en effet le
premier souverain d’El-Sozt.


Les archéologues ont aussi découvert des allusions à ce que les générations suivantes ont ajouté de nouvelles couches au Temple, considérant le batiment comme un organisme vivant. Par
exemple, les nezs et les bouches des masques dans les couches plus vieilles ont été systématiquement défigurées. « C’est bien difficile de trouver une image du roi des Maya qui a échappé à la
défiguration du nez ou des yeux, – dit M. Huston. – Je pense que ce n’est pas l’envie de défigurer qui est en jeu ici, mais la nécéssité de désactiver le roi mort. Avant qu’on ne crée une
nouvelle masque, la masque précédente a été désactivée. Ce n’est pas un acte d’irréverence, mais au contraire ».


Il est à noter que c’est la première fois que les scientifiques trouvent des images du dieu du soleil aux stades différants tous ensemble. En outre, le temple est bien conservé. Normalement
les Mayas bâtissaient les nouveau temples sur la bases des vieux, mais les ouvriers d’El-Sozt, au contraire, rassuraient les couches en bas de terre et de pierres avant de construire
d’autres.


Malgré le fait que le Temple était de valeur pour les habitants d’El-Sozt, Il n’était pas en usage pendant longtemps. Il a été abandonné déjà au 5ème siècle. Cela est, peut etre, lié à la fin
du règne de la dynastie fondée par le roi enterré à l’alentour.


(Source : La Voix de la Russie)








Nous sommes sociaux !

Articles récents