Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Une anomalie gravitationnelle intense enregistrée dans le noyau terrestre !

Publié par Dav sur 31 Janvier 2012, 20:14pm

Catégories : #Magnétosphère

 

 

gravanomaly01.jpg


Le « Système international de surveillance géodynamique » a rapporté le 15 Novembre 2011 une puissante émission d'énergie dans le noyau de la Terre.

Une intense anomalie de gravité a été enregistrée simultanément à partir du réseau de surveillance Atropatène et dans les diverses stations de géophysique à travers le monde : A Istanbul (Turquie), à Kiev (Ukraine),à Bakou (Azerbaïdjan),à Islamabad (Pakistan) et à Yogyakarta (Indonésie).

  

Selon le professeur Elchin Khalilov, les données enregistrées à partir du réseau Atropatène indiquent une puissante énergie émanant du noyau de la Terre, cette énergie pourrait, selon les scientifiques, intensifier les processus géodynamiques sur notre planète avec pour conséquences une augmentation des séismes, des éruptions volcaniques et des tsunamis.

 

 

Ces anomalies gravitationnelles se produisent en moyenne 3-7 jours avant de forts séismes. Ces anomalies sont générées par des vagues de stress, elles préviennent de l’imminence de grands tremblements de terre, au moment où les contraintes entre elles atteignent des valeurs critiques.

Ces ondes se propagent très lentement, leur vitesse allant d'une moyenne de 30 km / h sur les continents jusqu'à 120 km / h dans couche océanque.

Les vagues de stress sont de basse fréquence et leur durée varie de quelques heures à deux jours en moyenne, ce qui rend impossible pour les stations sismiques de les détecter.

Bien sûr, les stations Atropathena enregistrent le passage de ces vagues, mais hélas trop tard pour prévenir, ces enregistrements ont une précision assez élevée, et calculent l'emplacement de la zone de l'épicentre du tremblement de terre attendu.

 

L'énorme libération d'énergie du coeur de la terre à la fin de l'année dernière était une sorte de signal de départ indiquant la transition de l'énergie interne de la terre vers une nouvelle phase active.

 Source: Terre Real Time

 

______________________________________________________________________________________________

 

Anomalie du champ gravitationnel canadien

sans-titre.png
 
 
Depuis que l'on arrive à mesurer le champ de gravitation terrestre avec précision, une anomalie intrigue les scientifiques : la pesanteur est (très) légèrement réduite dans le nord du Canada, autour de la baie d'Hudson. En voici enfin l'explication.

Il est logique que la gravité ne soit pas rigoureusement égale en tous points de la Terre, car celle-ci est fonction de la répartition des masses aussi bien en surface qu'éventuellement en profondeur. Ainsi, la Laurentide, l'ancienne calotte glaciaire qui recouvrait le nord de l'Amérique jusqu'il y a 20.000 ans, a été rendue responsable d'une telle anomalie.

La confirmation vient d'en être apportée par les satellites jumeaux GRACE (Gravity Recovery Climate Experiment), lancés en 2002 pour une mission nominale de cinq années. Ceux-ci évoluent sur la même orbite à 500 km au-dessus du sol, et la distance qui les sépare est constamment mesurée avec une précision de l'ordre du micron. La course des deux satellites étant influencée par les légères variations de gravitation, cette mesure suffit à les mettre en évidence et ainsi à calculer très précisément la distribution des masses autour de notre planète.

Grâce aux travaux effectués sur ces données par l'équipe de Mark Tamisiea (Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, USA), on sait maintenant que la présence de cette calotte glaciaire avait provoqué une compression des terres sous-jacentes et un déplacement partiel de celles-ci, et que sa fonte a été accompagnée d'un "rebond" post-glaciaire. Cependant, cette remontée, très lente, s'accomplit très progressivement et les chercheurs estiment qu'il faudra encore attendre 300.000 ans pour que les effets en disparaissent complètement. En attendant, cette cicatrice dans l'écorce terrestre constitue une région de moindre épaisseur, donc de faible masse par rapport aux terrains avoisinants, ce qui influence la gravitation locale.

En outre, les données satellitaires ont permis de déterminer que cette calotte glaciaire était constituée de deux dômes de glace, situés de chaque côté de l'actuelle baie d'Hudson, et que leur fonte a provoqué une élévation du niveau des océans d'environ 60 mètres.

Mais d'après l'équipe de recherches, cet élément n'expliquerait qu'une partie de l'anomalie, qui pourrait aussi être provoquée par des mouvements de brassage au sein du manteau de la Terre.

Par Jean Etienne, Futura-Sciences

 

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents