Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Une décennie marquée par le réchauffement et les catastrophes

Publié par Dav sur 7 Août 2013, 12:58pm

Catégories : #Changements terrestres

© ap.

La première décennie du 21e siècle a été la plus chaude depuis 1881, avec une accélération du réchauffement climatique et la multiplication des conditions climatiques extrêmes qui ont fait au total 370.000 morts, souligne un rapport de l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

© ap. © ap. © ap. © thinkstock.

L'agence de l'ONU indique que le nombre de victimes de ces vagues de chaleur (Europe 2003 et Russie 2010), ouragans (Katrina aux Etats-Unis 2005) et cyclones (Nargis au Birmanie 2008) est en hausse de 20% par rapport à la décennie précédente (1991-2000).

"A l'exception de 2008, chacune des années de la décennie 2001-2010 compte parmi les dix plus chaudes jamais enregistrées, le record étant détenu par 2010", affirme le rapport. Les données disponibles commencent en 1881. "La décennie se classe au deuxième rang des plus arrosées depuis 2001 et 2010 et est l'année la plus pluvieuse enregistrée à l'échelle du globe depuis le début des relevés instrumentaux", note l'OMM.

Fonte des glaces en Arctique
Cependant, "le printemps froid que nous avons connu en Europe (en 2013) n'est pas en contradiction avec le réchauffement, mais sans doute une manifestation supplémentaire de ce réchauffement, car c'est la conséquence de la fonte des glaces de l'Arctique", a expliqué Michel Jarraud, le Secrétaire général de l'OMM.

Avec le réchauffement plus sensible dans les régions nordiques, la différence des températures avec les régions équatoriennes se réduit, a-t-il indiqué. Cela modifie la circulation atmosphérique et pourrait causer des températures plus froides dans certaines régions, même s'il n'y a pas de consensus entre les scientifiques sur ce point, a dit M. Jarraud.

Chaleur ailleurs
Selon lui, les températures plus froides en Europe et Amérique du Nord se sont accompagnées de températures plus élevées ailleurs sur la planète. "Le climat s'est nettement réchauffé entre 1917 et 2010 et le rythme décennal d'augmentation des températures sur les périodes 1991-2000 et 2001-2010 est sans précédent", a-t-il ajouté. "Les concentrations croissantes de gaz à effet de serre, dont la spécificité est de piéger la chaleur, sont en train de transformer notre climat, avec les bouleversements que cela suppose pour l'environnement et les océans", a-t-il noté.

Il faut s'attendre à ce que «les vagues de chaleur deviennent plus fréquentes et intenses sous l'effet des changements climatiques et nous devons nous y préparer» a averti le responsable de l'OMM. Les vagues de chaleur de cette décennie ont été particulièrement meurtrières, avec 136.000 décès (moins de 6.000 décès pour la décennie 1991-2000).

La température moyenne à la surface des terres et des océans pour la décennie est estimée à 14,47°C soit un écart de +0,47°C par rapport à la normale calculée pour la période 1961-1990. Le rythme décennal d'augmentation de la température est de 0,21°C.

Multiplication des inondations
Les inondations ont été le phénomène extrême le plus fréquemment observé pendant cette décennie. Mais la sécheresse a aussi frappé, touchant plus de personnes que les autres catastrophes car elle concerne des zones plus étendues et dure plus longtemps. Le cyclone Nargis qui s'est abattu sur la Birmanie en mai 2008 est le plus meurtrier de la décennie. Plus de 138.000 personnes ont été tuées ou portées disparues et il a fait 8 millions de sinistrés.

Avec la fonte des glaces, le niveau moyen de la mer a augmenté au rythme de 3 mm par an en moyenne pendant la première décennie du 21e siècle, soit le double de celui constaté en moyenne sur tout le 20e siècle (plus 1,6 mm par an). Le niveau de la mer est 20 cm plus haut par rapport au niveau des années 1880. La prévision pour ce siècle d'une hausse entre 19 et 58 cm parait maintenant sous-évaluée, a estimé le météorologue.

Les experts continuent à travailler pour savoir s'il faut imputer les phénomènes extrêmes au changement climatique plutôt qu'à la variabilité naturelle du climat. Ils n'ont pas pour le moment de réponse claire, note l'OMM.

© ap.

 


AFP

NP le nouveau paradigme

 

Commenter cet article

daime 08/08/2013 22:22


bonsoir


l'accélération actuel générer par une expanssion magnétique " 100 ua"et de plasma de haute énergie génére ce type de problème donc les flux on changer !sa vibre tres fort actuelement les cervel
sont mise a rude épreuvre-je perçois ce bruit sonore le soir dans mes oreille lorsque je fait le vide , la fréquence qui meux parvient est tres élévé ! LA 3D NE SERA PLUS BIENTOT.Pour les
problème climatique c'est la mème chose tout et liè la matière subi les mème symptome mais a une échel differente .

marzak66 08/08/2013 00:13


une hausse de chaleur tout a fait normale qui precede un age glaciaire, et cela en tres peu de temp; 1000 ans environ, du debut du réchaufement en passant par la glace jusqu'a sa fin.


1000 ans est rien pour une planete comparé a nos 100 ans humains.


personnellement, le seul responsable est le gulf stream, et son moteur qui est en train de s'arreter, ce qui provoque des hausses de t° sur plusieurs decennies.


mais le fait de s'arreter, va produire l'effet inverse, apres les decennies de chaleurs , on entre dans un age de glace !


et une fois tout ceci fini et des milliers d'anées passé, le debut de la fin aura repris.


à cogiter ^^

Nous sommes sociaux !

Articles récents