Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Une énorme surprise aux confins du système solaire

Publié par Dav sur 23 Juin 2011, 11:54am

Catégories : #Sciences

 

champ_magnetique_systeme_solaire

 

Les visions anciennes et nouvelles du fourreau hélicoïdal. Les spirales rouges et bleues correspondent aux élégantes lignes de champ magnétique proposées par les modèles orthodoxes. Les nouvelles données transmises par les sondes font état d'une écume magnétique (au sein) du mix.
© NASA

Les sondes Voyager de la NASA explorent des zones encore totalement inconnues. Dans son silencieux voyage stellaire, à plus de 14 milliards de kilomètres de la terre, les sondes transmettent des informations recueillies aux extrêmes confins du système solaire. Les chercheurs de la Mission Voyager viennent de révéler des informations aussi capitales qu'inattendues.

Un milieu gazeux

"La sonde Voyager semble avoir pénétré un immense territoire formé de bulles magnétiques glacées," rapporte Merav Opher, astronome de l'université de Boston. "Cela nous laisse perplexes."

Selon ses modèles informatiques, les bulles sont gigantesques, atteignant 160 millions de kilomètres de diamètre(1). Une sonde rapide mettrait plusieurs semaines pour en traverser une.

C'est grosso modo en 2007 que la sonde Voyager 1 a abordé la "région écumeuse", atteinte environ un an plus tard par la sonde Voyager 2. Au début les chercheurs avaient du mal à interpréter les données transmises par les sondes, mais aujourd'hui ils visualisent assez bien ces informations.

"La force du champ magnétique solaire s'exerce jusqu'aux extrémités du système," explique le Dr Opher. "Sous l'effet de la rotation, le champ magnétique solaire s'enroule et se plisse, un peu comme la jupe d'une ballerine. Et dans la zone très éloignée du soleil que traversent actuellement les sondes Voyager, les plis de la jupe sont extrêmement serrés."

Lorsqu'un champ magnétique est comprimé aussi fortement que celui du soleil dans cette zone, on peut s'attendre à des phénomènes étranges. Les lignes de force magnétique s'entrecroisent et se "reconnectent". (La re-connection magnétique est un processus énergétique similaire à celui qui est responsable des explosions sur la surface du soleil.) Les plis serrés de la « jupe » se réorganisent, parfois par suite d'explosions, pour former des bulles d'écume magnétique.

"Jamais nous n'aurions imaginé découvrir ce type d'écume aux confins du système solaire, et pourtant, c'est bien ce qu'on voit !" confirme un collègue du Dr Opher, le physicien Jim Drake, de l'université du Maryland.

Les théories échafaudées dans les années 50 postulaient un scénario bien différent : le champ magnétique distant du soleil était sensé s'incurver en arcs relativement harmonieux, avant de se replier vers le soleil. Or, les bulles qu'on observe semblent largement autonomes et déconnectées du reste du champ magnétique solaire.

Les données transmises par les détecteurs de particules d'énergie semblent indiquer que les sondes Voyager plongent et émergent tour à tour de l'écume — ce qui tend à conforter les hypothèses antérieures. Mais il est bien évident que les vieux modèles ne suffisent pas à expliquer les découvertes des sondes Voyager.

"Nous cherchons toujours à saisir les implications de ces découvertes."

Le Dr Drake ajoute : "Nous cherchons toujours à saisir les implications de ces découvertes."

La structure du champ magnétique distant du soleil — en écume ou pas— est de la plus haute importance scientifique car elle détermine notre mode d'interaction avec le reste de la galaxie. Les chercheurs appellent désormais la région que traversent les sondes Voyagers le fourreau hélicoïdal ("heliosheath)." Il correspond en fait à la frontière entre le système solaire et le reste de la Voie Lactée. Des objets de toutes natures tentent d'y pénétrer — nuages interstellaires, noeuds magnétiques galactiques, rayons cosmiques, etc. Ces intrus trouvent-ils sur leur route un dédale de bulles magnétiques (la nouvelle hypothèse) ou d'élégants arcs de force magnétique qui conduisent au soleil (l'ancienne hyphothèse) ?

Le cas des rayons cosmiques est une bonne illustration. Les rayons cosmiques galactiques sont constitués de particules sous-atomiques accélérées par les trous noirs distants et les explosions de supernovas et atteignant une vitesse proche de celle de la lumière. Lorsque ces boules de canon microscopiques tentent de pénétrer dans le système solaire, elles doivent se frayer un chemin à-travers ce champ magnétique avant d’atteindre les planètes à l'intérieur du système solaire.

"Les bulles magnétiques pourraient bien fonctionner comme notre première ligne de défense contre les rayons cosmiques," fait remarquer le Dr Opher. "Nous ne savons pas encore si c'est plutôt une bonne ou une mauvaise nouvelle."

D'un côté, les bulles semblent former un bouclier assez peu étanche, laissant passer une vaste quantité de rayons cosmiques. De l’autre, les rayons cosmiques pourraient être capturés par les bulles, l'écume faisant alors efficacement office de rempart.

"Nous saurons probablement à quoi nous en tenir quand les sondes auront pénétré plus profondément dans l'écume magnétique et que nous comprendrons mieux sa structure(2)," conclue le Dr Opher. "Nous n'en sommes qu'au commencement, et je m'attends à de nouvelles surprises."

Source: http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2870_Voyager_bulles_magnetiques_systeme_solaire.php

Dav   "2012 un nouveau paradigme"

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents