Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Une extinction de masse bien plus brève qu'on ne pensait

Publié par David Jarry - Webmaster sur 12 Février 2014, 17:34pm

Catégories : #Sciences

 

 

Selon une nouvelle étude, la grande extinction de la vie animale et végétale qui s'est produite à la fin du Permien il y a 252 millions d'années a été plus courte qu'on ne pense : 60.000 ans. Une période brève à l'échelle géologique. La Terre a connu au cours de son histoire, cinq extinctions massives. La dernière remonte au Crétacé il y a 65 millions d'années et a tué 50% des espèces existantes, y compris les dinosaures. La plus massive s'est produite à la fin du Permien, il y a 252 millions d'années. Celle-ci a conduit à l'extinction de plus de 95% de la vie marine et 70% des espèces terrestres, animales comme végétales. Mais en combien de temps ces espèces ont-elles disparu ?

 

Jusqu'à aujourd'hui, les chercheurs estimaient que cette extinction s'était produite en moins de 200.000 ans. En vérité, elle aurait été bien plus brève. C'est du moins ce qu'estiment des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) après avoir réalisé une nouvelle étude. Selon eux, l'extinction se serait produite en seulement 60.000 ans. "Nous avons pu déterminer le moment et la durée de l'extinction quasiment en terme absolu", a expliqué Sam Bowring qui a dirigé les recherches.

 

 

Une estimation plus précise

Pour en arriver là, les chercheurs ont effectué de nouvelles datations d'échantillons de roches volcaniques prélevés en 2006 à Meishan en Chine. A cet endroit, se trouvent plusieurs types de sédiments remontant à avant, pendant et après l'extinction du Permien. D'où l'intérêt des géologues. Au cours d'une première analyse, les scientifiques du MIT avaient confirmé que l'extinction s'était produite sur une période inférieure à 200.000 ans.Grâce à des techniques plus poussées, ils ont aujourd'hui réussi à préciser leur datation. En étudiant l'uranium contenu dans les cristaux de zircon des roches, ils ont déterminé que la disparition des espèces s'est faite sur environ 60.000 ans. Une durée très courte à l'échelle géologique. Plus précisément, l'extinction aurait démarré il y a 251.941 millions d'années (plus ou moins 37.000 ans) et serait achevée il y a 251.880 millions d'années (plus ou moins 31.000 ans).

Des océans acidifiés

Mais "comment peut-on imaginer la disparition de 96% de tout ce qui vivait dans les océans en quelques dizaines de milliers d'années ? Une extinction exceptionnelle nécessite une explication exceptionnelle", a souligné Sam Bowring repris dans un communiqué. Au cours de leur étude, les scientifiques ont découvert que 10.000 ans avant l'extinction, les océans ont enregistré un accroissement de carbone qui s'explique probablement par une forte augmentation du dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère.Ce changement dramatique a peut-être conduit à une vaste acidification des océans et à une augmentation des températures océaniques de 10°C voire plus, soit largement de quoi éliminer la majorité de la vie marine, estiment les scientifiques dans leurs travaux publiés par la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Une éruption volcanique massive ?


"Il est clair que quel que soit l'évènement qui a déclenché l'extinction, il s'est certainement produit très rapidement", a commenté Seth Burgess, principal auteur de l'étude. Il s'est produit "assez vite pour déstabiliser la biosphère avant que la majorité des plantes et animaux n'ait le temps de s'adapter pour survivre", a t-il poursuivi. Les conclusions obtenues par l'équipe du MIT semblent conforter la principale théorie : des éruptions volcaniques massives en Sibérie qui auraient déversé des substances chimiques volatiles dans l'atmosphère et les océans, dont du CO2. Au vu de la durée estimée, il est possible selon Bowring, qu'une seule éruption massive ait suffi à déclencher l'effondrement des écosystèmes de la planète."Nous avons redéfini notre approche et maintenant nous avons une meilleure précision. Vous pouvez voir cela comme une lente avancée vers la vérité", a indiqué Bowring repris par Science Daily. Désormais, les chercheurs prévoient de tenter de déterminer la date à laquelle les éruptions ont eu lieu en Sibérie afin de comparer le résultat à la nouvelle estimation réalisée pour l'extinction du Permien. (crédits photo : José-Luis Olivares/MIT)

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Émeline Ferard,

Copyright © Gentside Découverte

Commenter cet article

lasorciererouge 14/02/2014 23:13


...la notre risque d'être plus rapide que prévu ! 

Nous sommes sociaux !

Articles récents