Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Une masse coronale massive à frolé la terre, une catastrophe magnétique a été évitée de justesse

Publié par Dav sur 3 Août 2013, 13:48pm

Catégories : #Soleil

Merci à Maitre Confucius pour tous ses liens que je n’ai malheureusement pas le temps de traduire, mais en voici un capital. Nous avons dans le plus grand silence médiatique échappé à une catastrophe planétaire puisque l’impact direct d’une masse coronale aurait pu mettre hors service l’ensemble des systèmes électriques et électroniques de la planète.

 

sun

 

La terre a raté de peu « un coup de poing solaire massif dans les dents » il y a deux semaines, une « impulsion électromagnétique » tellement grande qu’il aurait mit hors service tout ce qui est électrique, les voitures et les iPhones à travers les États-Unis.

Deux experts  du « PEM » expliquent que la masse coronale traversa l’orbite typique de la terre autour du soleil environ deux semaines avant que la planète n’atteigne cette position là.

«Le monde a échappé à une catastrophe EMP », a déclaré Henry Cooper qui a mené les négociations sur les armes stratégiques avec l’Union soviétique sous le président Reagan, et qui dirige maintenant « Hight Frontier », un groupe poussant à la défense antimissile.

« Il y a eu une quasi-collision il y a environ deux semaines, une éjection de masse coronale de classe Carrington a traversé l’orbite de la Terre et nous a manqué de peu», a déclaré Peter Vincent Pry qui a siégé à la Commission de la menace d’EMP du Congrès de 2001 à 2008. Il faisait allusion à l’EMP 1859 du nom de l’astronome Richard Carrington qui a fondu des lignes télégraphiques en Europe et en Amérique du Nord.

 

Pry, Cooper, et ancien directeur de la CIA James Woolsey, ont récemment exigé que Washington prépare le réseau électrique de la nation pour un EMP, soit venant du soleil, soit d’une bombe nucléaire ennemie. Ils souhaitent que les transformateurs 2000-3000 du réseau soient protégés par un boîtier en métal de haute technologie et que des pièces de rechange soient prêtes à reconstruire le système. Woolsey a déclaré que seulement 20 transformateurs hors services bloqueraient l’électricité dans plusieurs parties de la nation « pour un long moment. »

Mais Washington reste de marbre, en particulier l’administration. Woolsey a déclaré que seuls certains membres du Congrès se sentent concernés par la question, mais l’administration quand à elle commence juste à s’y intéresser.

Woolsey a déclaré que Air Force One et les aéronefs utilisés par le Strategic Air Command pour contrôler les missiles à tête nucléaire sont renforcées contre un EMP.

 

L’effet EMP n’est pas rare. L’un est survenu au Canada en 1989, perturbant le système de transmission électrique du Québec. Et la Corée du Nord aurait testé un dispositif d’attaque contre les Etats-Unis avec une attaque EMP.

Article original en intégralité: washingtonexaminer.com

Traduction: les moutons enragés

 

L’éruption de 1859 reste une référence absolue dans l’histoire moderne:

L’éruption solaire de 1859 est une série d’éruptions solaires ayant eu lieu à la fin de l’été 1859 et ayant notablement affecté la Terre. Elle a notamment produit de très nombreuses aurores polaires visibles jusque dans certaines régions tropicales et a fortement perturbé les télécommunications par télégraphe électrique. Elle est considérée comme la plus violente tempête solaire enregistrée ayant frappé la Terre1. Sur la base de certaines observations, ce type d’événement serait susceptible de se reproduire avec une telle violence seulement deux fois par millénaire2. Cette éruption est utilisée comme modèle afin de prévoir les conséquences qu’une tempête solaire extrême serait susceptible de causer aux télécommunications à l’échelle mondiale, la stabilité de la distribution d’électricité et le bon fonctionnement des satellites artificiels3. Une étude de 2004 estime que son niveau est supérieur à la classe X104,5. Une étude publiée en février 2012 évalue les chances de survenue d’un événement semblable à environ 12 % pour la décennie qui suit.

Toujours issu de la même page, on peut apprendre les conséquences directes qui résultèrent de cette éjection coronale:

On estime que 5 % de l’ozone stratosphérique fut détruit lors de la tempête, ozone qui mit plusieurs années à se reformer dans la haute atmosphère. La température très intense de l’éruption (50 millions de degrés à sa naissance) permit d’accélérer les protons issus du Soleil à des énergies dépassant les 30 MeV, voire 1 GeV selon certains. De tels protons énergétiques furent en mesure d’interagir par interaction forte avec des atomes d’azote et d’oxygène de la haute atmosphère terrestre qui libérèrent des neutrons et furent également à l’origine de la formation de nitrates. Une partie de ces nitrates se précipitèrent ensuite et atteignirent la surface terrestre. Ils furent mis en évidence par des carottages glaciaires effectués au Groenland et en Antarctique révélant que leur abondance correspondait à celle ordinairement formée en 40 ans par le vent solaire.

 

Les aurores générèrent ensuite des courants électriques dans le sol qui affectèrent les circuits électriques existants, notamment les réseaux de télégraphie électrique. De nombreux cas de télégraphistes victimes de violentes décharges électriques furent rapportés, ainsi que plusieurs incendies de station de télégraphie causés par les courants très intenses qui furent induits dans le sol.

Source: Wikipedia

 

Quand aux autres conséquences possibles:

Les éruptions solaires peuvent provoquer des ondes de Moreton visibles depuis la surface de la Terre.

En dehors de la perturbation des transmissions radioélectriques terrestres déjà évoquée, les éruptions solaires ont certaines conséquences néfastes :

  • Les rayons durs émis peuvent blesser les astronautes et endommager les engins spatiaux
  • Les radiations des UV et des rayons X peuvent réchauffer l’atmosphère extérieure, créant une résistance sur les satellites en orbite basse et réduisant leur durée de vie.
  • Les éjections de masse coronale, provoquant des tempêtes géomagnétiques, peuvent déranger le champ magnétique terrestre dans son ensemble et endommager des satellites en orbite haute.
  • Les fluctuations du champ magnétique terrestre peuvent induire des courants telluriques dans les longues lignes de transmission électriques, engendrant des tensions et des courants d’intensité considérable pouvant excéder les seuils de sécurité des équipements de réseau.

Source: Wikipedia

 

Dernier apport d’informations sur le sujet, les différentes classes puisque nombreux sont ceux qui ignorent tout de la classification des tempêtes solaires:

Les éruptions solaires sont classées en différentes catégories selon l’intensité maximale de leur flux thermique (en watts par mètre carré, W/m2) dans la bande de rayonnement X de 1 à 8 angströms au voisinage de la Terre (en général, mesuré par l’un des satellites du programmeGOES).

Les différentes classes sont nommées A, B, C, M et X. Chaque classe correspond à une éruption solaire d’une intensité dix fois plus importante que la précédente, où la classe X correspond aux éruptions solaires ayant une intensité de 10-4 W/m2. Au sein d’une même classe, les éruptions solaires sont classées de 1 à 10 selon une échelle linéaire (ainsi, une éruption solaire de classe X2 est deux fois plus puissante qu’une éruption de classe X1, et quatre fois plus puissante qu’une éruption de classe M5). Ces sigles correspondent à la mesure de la puissance du rayonnement X, telle que déterminée par le système GOES.
Deux des plus puissantes éruptions solaires ont été enregistrées par les satellites du programme GOES le 16 août 1989 et le 2 avril 2001. Elles étaient de classe X20 (2 mW/m2 ). Elles ont cependant été surpassées par une éruption du 4 novembre 2003, la plus importante jamais enregistrée, estimée à X28.
La plus puissante des éruptions solaires observée au cours des 5 derniers siècles est probablement l’éruption solaire de 1859, qui eut lieu fin août-début septembre de cette année, et dont le point de départ fut observé entre autres par l’astronome britannique Richard Carrington. Cette éruption aurait laissé des traces dans les glaces du Groenland sous forme de nitrates et de béryllium 10, ce qui a permis d’en évaluer sa puissance1.

Source: Wikipedia

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

valdor 05/08/2013 07:24


Le système de classification des éjections solaires est une échelle logarithmique; donc, une X2 n'est pas deux fois plus puissante qu'une x1. La plus puissante mesurée : x40 (voire plus).

gwendal 04/08/2013 23:45


Ouai dommage, mais une autre est envisagée pour le 12 ...

geronimo 04/08/2013 14:17


tic tac tic tac.....

snicker 04/08/2013 10:16


dommage...

Nous sommes sociaux !

Articles récents