Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Une question de foi!

Publié par Dav sur 6 Août 2012, 10:08am

Catégories : #Société

 foi1.jpg

 

S’interroger sur sa vie, c’est déjà de la spiritualité

 

La foi est un souffle qui aide à vivre, mais si nous ne sommes pas croyants, se poser des questions sur nous-même est un premier pas vers la paix.

Théologienne protestante, Lytta Basset croit en Dieu et en la psychanalyse. Tous deux l’ont aidée à affronter un océan de souffrances, et à en sortir, apaisée.

Anne-Laure Gannac

 

Psychologies : Vous êtes connue comme théologienne, ainsi que pour vos ouvrages qui revisitent des thèmes fondamentaux de notre culture judéo chrétienne. Mais vous venez de m’apprendre que vous faites également de l’accompagnement spirituel individuel.

 

Lytta Basset : Oui, depuis vingt-deux ans. Je ne l’ai cependant pas cherché. Tout celaa commencé quand j’étais pasteure. Après mes prédications, des gens sont venus me voir en m’avouant : « Ce que vous avez dit m’a touché, j’aimerais bien vous parler, et que vous m’accompagniez pendant un certain temps. »

 

 

Vous avez accepté sans difficulté ?

 

L.B. : D’abord, j’ai eu peur. À l’époque, je commençais mon analyse : pouvais-je aider ces personnes en souffrance alors que je n’en avais pas fini avec moi-même ? Mais à mesure que je déblayais devant ma porte, cela faisait comme un appel d’air : les demandes étaient de plus en plus nombreuses. Aujourd’hui, je n’aurais pas assez d’un temps plein pour répondre à toutes !

 

 

Autrement dit, vous êtes psychanalyste…

 

L.B. : On me le dit parfois. Mais je ne veux pas me donner ce titre parce que cela ne changerait rien. Les gens sentent que j’utilise tous les outils de la psychanalyse, c’est suffisant. Je travaille beaucoup sur les rêves, les cauchemars, le symbolisme… Il s’agit d’abord d’un travail en profondeur sur soi, avec les outils freudiens. Car si je n’étais pas allée au plus profond de moi-même en analyse, je ne serais certainement pas là, face à vous. J’avais une histoire personnelle totalement « amnésiée », que j’ai retrouvée essentiellement par les rêves et les cauchemars.

 

 

En quoi cet accompagnement est-il spirituel ?

 

L.B. : Parce qu’il propose une ouverture sur plus grand que soi. Ce que certains appellent Dieu, mais que chacun nomme à sa manière. Même si j’utilise des références bibliques, ce travail ne s’adresse pas qu’aux chrétiens ou aux croyants. Des gens de tous horizons viennent me voir. Certains ont fait un travail de psychothérapie analytique classique, mais ont le sentiment de ne pas avoir avancé ; d’autres ont progressé, mais voudraient aller plus loin – apprendre à aimer davantage, à s’ouvrir aux autres…

 

 

Comment expliquez-vous une telle demande ?

 

L.B. : Regardez autour de vous : dans les livres, les journaux, sur le Net… On ne fait que pointer du doigt ce qui ne va pas. Cela accable un peu plus des gens qui, par ailleurs, portent des problématiques personnelles douloureuses. Dans cette société où il est de bon ton d’être cynique et négatif, ces personnes ont d’autant plus besoin de trouver une écoute pleine et qui leur permette de sortir un peu d’elles-mêmes.

.

Psychologies.com

 

publi 3-4Vers un nouveau paradigme

2012 et apres

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents