Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Une sculpture humaine extraordinaire découverte en Turquie

Publié par Dav sur 4 Septembre 2012, 08:30am

Catégories : #Mythologies - Civilisations anciennes

Une sculpture humaine colossale est l'un des derniers trésors culturels exhumés par l'équipe internationale du projet archéologique Tayinat (TAP).

Ce chantier de fouilles se trouve en Turquie du sud-est.
 

La tête et le torse de la figure humaine, intacte juste au-dessus de sa taille, mesurent environ 1,5 mètres de hauteur, ce qui suggère une longueur totale du corps de 3,5 à 4 mètres.
La base semi-circulaire d'une large colonne, richement décorée d'un côté, a également été découverte.

Ces deux pièces proviennent d'une porte monumentale d'un complexe qui donnait accès à la citadelle supérieure de Kunulua, capitale du royaume néo-hittite de Patina (1000-738 avant JC).

"Ces sculptures de Tayinat nouvellement découvertes sont le produit d'une tradition sculpturale néo-hittite," a déclaré le professeur Tim Harrison, directeur du projet Tayinat et professeur d'archéologie du Proche-Orient au Département des civilisations du Proche et Moyen Orient à l'Université de Toronto, "cela donne un aperçu vivant du caractère novateur et sophistiqué des cultures de l'âge de fer qui ont émergé dans la Méditerranée orientale après l'effondrement des grandes puissances impériales de l'Age du Bronze à la fin du IIe millénaire."

La tête et le torse de la figure humaine, intacte au-dessus de sa taille, fait environ 1,5 mètres de hauteur, ce qui suggère une longueur totale du corps de 3,5 à quatre mètres.

Le visage du personnage est barbu, avec des yeux magnifiquement incrustés en pierre blanche et noire. Ses cheveux sont coiffés en une série de boucles complexes alignées en rangées linéaires.

Les deux bras sont tendus vers l'avant à partir du coude, chacun avec deux bracelets ornés de têtes de lion. La main droite du personnage tient une lance, et dans sa gauche se trouve un épi de blé.

Un pectoral en forme de croissant orne sa poitrine.

Une longue inscription hiéroglyphique en louvite, sculptée en relief sur son dos, enregistre les campagnes et les réalisations de Suppiluliuma, probablement le même roi qui a fait face à une attaque néo-assyrienne de Salmanasar III dans le cadre d'une coalition syro-hittite en 858 avant JC.

La deuxième sculpture concerne une grande base semi-circulaire d'une colonne, d'environ un mètre de hauteur et de 90 centimètres de diamètre, couchée sur le côté près de la figure humaine.
Un taureau ailé est gravé sur le front de la colonne et il est flanqué d'un sphinx sur sa gauche.
Le côté droit de la colonne est plat et sans décor, ce qui indique qu'elle devait être à l'origine contre un mur.

"Les deux pièces semblent avoir été enterrées rituellement sous la surface pavée en pierres du passage central à travers la porte du complexe de Tayinat" a déclaré Harrison.

Le complexe aurait fourni une approche cérémoniale monumentale à la citadelle supérieure de la ville royale.
Tayinat, un grand monticule à basse altitude, est situé à 35 kilomètres à l'est d'Antakya (ancienne Antioche) le long de la route Antakya-Alep.

La présence de statues colossales humaines, souvent à cheval sur des lions ou des sphinx, dans les passages des citadelle des villes royales néo-hittites de l'âge du fer syro-anatolien est une tradition de l'âge du bronze hittite.

Le complexe de la porte de Tayinat semble avoir été détruit à la suite de la conquête assyrienne de la région en 738 avant J.-C.

Ces sculptures monumentales brisées et mises à terre concernent également un lion magnifiquement sculpté qui avait été découvert l'an dernier ainsi que des stelae (dalles de pierre ou piliers utilisés à des fins commémoratives) portant des inscriptions hiéroglyphique louvites.

Toutes ces découvertes donnent l'image d'un ancien complexe néo-hittite qui aurait pu faire face à une passerelle.

TAP est un projet international, impliquant des chercheurs provenant d'une dizaine de pays, de plus de 20 universités et instituts de recherche, en étroite collaboration avec le ministère de la Culture de la Turquie.

Source:

 



Commenter cet article

lasorciererouge 18/09/2012 22:26


Turquie : découverte d’une immense mosaïque romaine


 





 


Après de nombreuses années sous terre, une mosaïque géante
qui ornait autrefois le sol d’un établissement thermal, a été mise à jour dans le sud de la Turquie. L’œuvre ornée de motifs géométriques complexes témoigne une grande influence de l’Empire
romain à son apogée.


Depuis un an, une équipe d’archéologues s’attèlent à mettre à jour une mosaïque géante située dans un champ non loin
de la ville antique d'Antioche ad Cragum, au sud de laTurquie. L’œuvre, probablement datant du troisième ou quatrième siècle, jouxte une piscine en marbre de sept mètres de long qui aurait appartenu à
l’époque à un établissement de bains. "Honnêtement, j'ai été complètement bouleversé par sa grandeur" confie à Live Science, Michael Hoff, professeur à l'Université du Nebraska-Lincoln, et directeur des travaux d’excavation. Et pour cause, la mosaïque s’étend sur une
surface de 149 mètres carrés. Pour l’heure, seuls 40% ont d'ailleurs pu être déterrés.


La découverte de cet impressionnant ouvrage remonte à 2002. En traversant le champ fraichement labouré, le
professeur Nick Rauh de l'Université Purdue, aux Etats-Unis, a observé des morceaux de carreaux parsemés à travers la surface cultivée. Le chercheur a alors fait part de ses observations à
d’autres experts qui sont finalement parvenus à obtenir l’autorisation de creuser mais seulement une petite parcelle du champ, faute de fonds. L’an passé, toutefois, l’arrivée de nouveaux
financements a permis aux archéologues de poursuivre le travail inachevé et compléter leurs fouilles. La mosaïque fraichement excavée, se divise en grands carrés arborant de complexes motifs
géométriques sur fond blanc.


"L'existence de cette mosaïque suggère que Antioche ad Cragum était beaucoup
plus influencée par les Romains que ce qu’on ne pensait jusqu’à présent" souligne Michael Hoff. La ville, fondée au premier siècle, présente un certain nombre de vestiges caractéristiques de
l’Empire romain à son apogée, y compris les saunas et les marchés. 

L'équipe d’archéologues devrait poursuivre les travaux en juin 2013, aidée par
des renforts d'étudiants et de bénévoles. Une fois la mosaïque complètement déterrée, les chercheurs espèrent pouvoir y construire tout autour un abris en bois afin de la protéger et ouvrir le
site aux visiteurs.

















 





 


 


Source: Maxisciences

Nous sommes sociaux !

Articles récents