Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Une tempête géomagnétique attendue avec des vents solaires exceptionnels!

Publié par David Jarry - Webmaster sur 9 Janvier 2014, 12:57pm

Catégories : #Magnétosphère

Les prévisionnistes de la NOAA estiment qu'il existe une chance de 90 % pour de puissants orages géomagnétiques le 9 janvier, suite à la CME de mercredi 8 janvier en direction de la Terre.

 

La vitesse du vent solaire autour de la terre pourrait atteindre les 700 km/s (1,6 millions mi/h) du rarement vu peu de temps avant l'impact, comprimant fortement la magnétosphère terrestre.

 

Les aurores polaires (boréales dans l’hémisphère nord, australes dans l’hémisphère sud) sont une première manifestation de la précipitation des particules du vent solaire dans la basse atmosphère de la Terre. Les aurores sont des phénomènes courants. Elles se produisent même en période de Soleil calme. Elles ne sont généralement observables qu’aux environs des cercles polaires (nord et sud) formant ainsi un ‘ovale auroral’. En cas de très fortes éruptions solaires, les aurores peuvent être observées à beaucoup plus basses latitudes et remplir l’intégralité de l’ovale auroral.

 

 Meteo-Espace_lowres2.jpg

 

Explications

 

La Terre possède un champ magnétique propre (engendré par les mouvements du noyau liquide de fer) dont les pôles nord et sud sont proches (mais non confondus) avec les axes de rotation de la planète. Cette enveloppe magnétique entourant notre planète s’appelle la magnétosphère. Elle permet de dévier les particules du vent solaire. Elle est donc comme une sorte de bouclier magnétique qui protège notre planète des particules très énergétiques et dévastatrices pour toute forme de vie.

La magnétosphère subit aussi la pression du vent solaire : elle est comprimée du côté «jour» et allongée du côté «nuit». La limite extrême de la magnétosphère dans la direction du Soleil est située environ 60 000 km et s'étend sur des distances beaucoup plus considérables dans la direction anti-solaire. La Lune qui gravite à 300 000 km autour de la Terre est donc à l’intérieur ou à l’extérieur de ce bouclier magnétique.

Mais, selon l’orientation relative des lignes de champ magnétique terrestres et interplanétaires, des particules peuvent pénétrer le bouclier magnétique terrestre.

 

Le risque

 

 

Black-out électrique

Lorsque de très fortes éruptions solaires, l'intrusion brutale et massive de particules énergétiques dans l'environnement magnétique de la Terre induit des fluctuations importantes du champ magnétique de la Terre. Ces fluctuations induisent des champs électriques qui créent eux-mêmes des différences de potentiel (voltage) d'autant plus importantes sur des structures conductrices de grande dimension. Des nouveaux courants, induits par ces perturbations magnétiques, vont s’écouler le long de structures conductrices, comme par exemple les lignes à haute tension, les oléoducs ou gazoducs, les cables sous marins etc.

Les centrales électriques fonctionnent très souvent en régime maximum (ou très proche du maximum). Un gros surplus de courant peut alors provoquer des surtensions dans les transformateurs et conduire à leur rupture totale. C’est ce qui s’est passé au Canada le 13 mars 1989 : en l'espace de 90 secondes, le Québec a été privé de la moitié de sa production électrique plongeant la population dans un black-out électrique qui a duré près de neuf heures.

Des études récentes ont montré qu'une éruption équivalente à celle qui s'est produite en mai 1921 priverait d'électricité près 130 millions de personnes aux US.

L'écoulement de courant le long des oléoducs provoque des corrosions prématurées des conduites. Passant souvent dans des régions protégées, ces structures nécessitent donc une maintenance particulière

 

 

Black-out des communications

Les communications longues distances (radio par exemple) utilisent l’ionosphère comme « miroir » pour renvoyer les signaux vers la Terre. Lors de fortes éruptions, les courants ionosphériques sont perturbés entraînant par la même occasion des perturbations des transmissions, voire des coupures totales. Les grandes stations de radio françaises ont pour cela des services chargés du suivi de l’activité solaire pour mettre en place les mesures nécessaires à la bonne transmission des programmes.

Les avions peuvent également subir des black-out de communication (l'exemple le plus célèbre étant celui de Air Force One en 1984, avec le Président de Etats-Unis à son bord).

 

 

Aviation

Enfin, les vols longues distances passent souvent près des pôles, là où viennent se précipiter les particules. Comme ils s’effectuent en plus à haute altitude, les passagers et équipages d’avion peuvent être irradiés. Le problème se pose surtout dans le cas de multiples expositions (vols réguliers, pour les équipages par exemple). C’est une question prise très au sérieux. La Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) en partenariat avec l’IPEV (Institut Pole Emile Victor), l’IRSN (L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), l’Observatoire de Paris et le GSF (GSF-National Research Center for Environment and Health) collabore au service SIEVERT d’évaluation de l’irradiation et des conséquences sur la santé humaine.

 

 

Vols habités et conquête spatiale

Bien sûr, ce problème d’irradiation devient particulièrement critique pour tous les voyages habités en dehors de l’atmosphère et surtout de la magnétosphère terrestre. Comme nous l’avons vu, la Lune passe une partie de son temps en dehors de cette protection. Donc même pour aller sur la Lune, des mesures de protection importantes doivent être prises. Que dire alors de voyages vers d’autres planètes, telle que Mars…

 

 

Références:

obspm observatoire de Paris

Spaceweather NASA

 

David Jarry ©2014

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Si les aurores sont sans danger, la pénétration de particules énergétiques dans notre environnement peut avoir des conséquences plus dramatiques pour nombre de systèmes industriels et technologiques.

 

A lire aussi

Trés forte activité solaire au 8 janvier 2014

En bref: la forte éruption solaire retarde une mission spatiale!

Commenter cet article

ummite 09/01/2014 16:30


je ne pense pas qu'il y aura des dégâts important , sauf sur certains produits électronique très bas de game , les
instruments très spéciaux  ( médicaux , militaire ,) sont protégés par des blindages

Jophiel 09/01/2014 13:56


Outre le fait que ces ouragans solaires ( puisqu'il est attendu des vents exceptionnels ) peuvent perturber au plus hauts points notre technologie et nous plonger dans un black-out total, elle
n'est pas sans risques non plus pour les personnes souffrantes de problèmes cardiaques. La corélation entre les deux phénomènes ,tempêtes solaires importantes et mortalité des personnes
cardiaques fragiles a été confirmée depuis plusieurs années.

David Jarry - Webmaster 09/01/2014 15:51



Merci de ton expertise Jophiel


En effet les vents solaire se situent habituellement dans les 300km/s, ils peuvent être supèrieurs aux 700 estimés par la NASA mais cela ne c'est pas vu depuis assez longtemps apparemment
associés à une Forte CME dirigée vers la Terre


Néanmoins je ne pense pas que le black out soit pour cette fois, la magnétosphère bien que fragilisée nous protège encore suffisamment



Nous sommes sociaux !

Articles récents