Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


VISION SYNOPTIQUE DE L'ORGANISATION DES MAITRES DU MONDE

Publié par Dav sur 8 Avril 2012, 10:16am

Catégories : #Nouvel ordre mondial



Ces hommes à synapses interdites ne cessent de commettre des erreurs irréversibles, des crimes contre l'histoire de l'évolution de l'humanité et les pires ignominies à l'échelle de la planète."Le terme "Illuminati" signifie littéralement "les Illuminés" (du latin "illuminare": illuminer, connaître, savoir)".Ces hommes pervertissent les lois de l'univers. De quels savoirs s'agit il?. Nous avons chacun d'entre nous un devoir d'information afin d'inverser les flux et les processus au plus vite.C'est de la physique pure et dure. Nous devons réguler tous les flux physiques, monétaires etc.

"Nous sommes à la veille d'une transformation globale.Tout ce dont nous avons besoin est la bonne crise majeure,et les nations vont accepter le Nouvel Ordre Mondial "David Rockfeller.

Peu de chercheurs, d'intellectuels pensent la crise de manière globale.Pourquoi?. Ne sont ils pas atteints de la maladie de Mannheim. C'est à dire de cécité. Où nous mène le dogme et l'hyperspécialisation?.

“Ce n'est pas un gage de bonne santé que d'être bien intégré dans une société profondément malade” (J. Krishnamurti).

2011, augmentation de la crise pour préparer le chaos social (hyperinflation, crash économique) et augmenter la défaillance générale du système immunitaire. Elle est certes globale mais aussi évolutive surtout provoquée par les hommes à synapses interdites.C'est gravissime l'atteinte à notre système homéostasique celui qui permet d'expurger la désinformation intérieure.

Dans le "meilleur des mondes", Aldous Huxley écrit :

"Les anciens dictateurs sont tombés parce qu'ils ne sont jamais parvenus à donner à leurs sujets assez de pain, assez de cirques, assez de miracles ni assez de mystères. Et ils ne possédaient pas non plus un système réellement efficace de manipulation du mental.

Sous un dictateur scientifique, l'enseignement fonctionnerait vraiment -avec pour résultat que la plupart des hommes et des femmes en viendraient à aimer leur servitude et ne rêveraient jamais de révolution. Il semble qu'il n'y ait aucune raison valable pour qu'une dictature scientifique soit jamais renversée."
{Livre, Ces mondes qui nous gouvernent, Laura Knight-Jadczyk, Ed. Pilule rouge}

Cybernétique, la science des systèmes
Science des systèmes vivants et non-vivants, la cybernétique s'applique à presque tous les domaines: biologie, écologie, économie, ou contrôle de la société...

Jamais l'histoire de l'humanité n'a été confrontée à un effondrement au niveau du global. Pour la première fois l'homme peut sciemment et délibérément changer le cours de l'évolution.

N'est il pas venu le temps d'entrer dans une quête de compréhension du "réel" et du global?.

La liberté n'existe que là où l'intelligence et le courage parviennent à mordre sur la fatalité »,. Roger Caillois. Je ne cautionne pas la violence sous toutes ses formes parce que je pense que la connaissance est une forme de pouvoir et qu'elle doit être partagée dans une Economie de la Connaissance du XXIème siècle avec 7 milliards d'êtres humains. Un oasis de conscience est en train d'émerger à l'échelle planétaire. Avec la volonté et le courage de tous nous allons inverser les flux et les processus. La R-évolution sera d'ordre psychique.

http://www.syti.net/Organisations.html

syti.net
Les organisations du pouvoir planétaire: instances exécutives et réseaux d'influence...
"Vers un nouveau paradigme"
2012 et aprés

Commenter cet article

lasorciererouge 12/12/2012 09:54


La programmation prédictive : l'art d'implanter le mal dans le monde




La programmation prédictive consiste à utiliser les films de science-fiction, les livres et autres médias pour implanter, par l'inconscient, un système de croyance. Par exemple, dans le film «
The Hunger Games », le message subconscient qui y est inséré est que si nous voulons le progrès technologique, il faut être prêt à renoncer à notre liberté pour accepter une forme de
gouvernement totalitaire. Ce message est communiqué dans des centaines de films et émissions de télévision. Le résultat est une attitude d'acceptation et l'attente que la société doit évoluer
de cette façon.

La programmation intuitive est une base du contrôle de l'esprit dont un de ses rôles est de créer une société future fondée sur une philosophie occulte. La « Fabian Society » était un
regroupement éclectique d'écrivains, de philosophes, d'économistes, de poètes et de dirigeants politiques, les architectes du nouvel ordre mondial. Par exemple, HG Wells, chef
du renseignement britannique durant la Première Guerre mondiale, est l'auteur de nombreux romans de science-fiction, instruments de la programmation prédictive.

Il a écrit des livres de science-fiction comme « L'Homme invisible » (1897), « La Guerre des Mondes » (1898), « L'île du docteur Moreau »
(1896) et « La Machine à explorer le temps » (1895). Il a également écrit des livres de non-fiction comme « La Conspiration Ouverte » (1933) et «
Le Nouvel Ordre Mondial » (1940). Les auteurs George Orwell, qui a écrit « 1984 » (1949) et Aldous Huxley, avec son roman «
Le meilleur des mondes » (1932), auraient travaillé pour le renseignement britannique. Leurs livres sont des exemples évident de programmation prédictive.

« L'Institut Tavistock », centre de recherche scientifique sur le contrôle de l'esprit, a été
fondé par les socialistes de la « Fabian Society ». Il existe un lien direct entre l'Institut Tavistock, «
l'École de Francfort » et l'élite financière internationale. Les opérations
basées sur le contrôle de l'esprit ont été financées par la Banque britannique qui serait impliquée dans la mise en place de la Banque Fédérale de Réserve américaine, de
Wall Street et du coeur financier de Londres. La connexion avec les Rockefeller et les Rothschild n'est plus à démontrer.

« L'Institut Tavistock » a produit la contre-culture des années 1960 et est reliée à la musique rock, à Hollywood, à la culture populaire et aux drogues. La «
pharmakeia » est un terme qui décrit le contrôle de l'esprit par l'utilisation du sexe, des drogues et du rock'n'roll ! Il s'agit de pratiques que certains pourraient qualifier de
sorcellerie, et qui allient l'occultisme et la pornographie (voir la « magie sexuelle » d'Aleister Crowley).

« L'Institut Tavistock » est encore très actif aujourd'hui à travers les enseignements du nouvel âge qui enseignent que l'homme n'a pas besoin de Dieu, qu'il est un dieu capable de
s'autodéterminer, et à travers les multiples courants philosophiques et de la psychologie moderne. Les révolutions sociales et les grands conflits ont été fomentés (« false flag ») par
ces « maîtres à penser » et plus près de nous, le mouvement « Occupons », le « Printemps arabe » et le « Printemps érable » ne font pas exception !

La ligne de fond dans tout cela est que l'élite dirigeante, qui semble fortement impliquée dans des pratiques sataniques, utilise le contrôle de l'esprit et la sorcellerie pour détruire la
classe moyenne et pour établir une élite luciférienne avec ses esclaves travailleurs. D'ailleurs, Aldous Huxley a dit ceci lors d'un discours à l'université de Californie :

« Un état totalitaire vraiment efficace serait celui dans lequel le pouvoir exécutif des chefs politiques et de leur armée de directeurs contrôle une population
d'esclaves qui n'ont pas à être contraints parce qu'ils aiment leur servitude. »
C'est grâce au communisme et au fascisme, formés par l'élite dirigeante, les « Illuminati », qu'il y a eu une attaque systématique sur toutes les institutions de Dieu, dont l'unité de
la famille et la morale. La programmation prédictive, en suscitant une « humanité laïque » par la destruction de la foi, prépare l'inconscient collectif à la perte des droits et
libertés individuelles au nom du bien collectif (Agenda 21), à la soumission aux autorités parce que
seules capables de mettre fin aux calamités.

Viendra, très bientôt, la destruction du dollar et l'effondrement économique manufacturé qui serviront à légitimer la venue d'un système économique mondial. Le prochain conflit global, quant à
lui, menaçant la paix et la sécurité des populations, nécessitera une alliance planétaire qui sera commandée et signée par un puissant chef politique, l'Antéchrist. Et bien
sûr, un système de surveillance globale pour assurer la protection du public où tous les citoyens auront l'obligation de détenir une identité biométrique sans quoi ils ne pourront ni vendre ni
acheter.

Les signes des temps s'intensifient chaque jour et nous sommes à quelques pas d'une existence totalement différente. Nous serons témoins et victimes d'épidémies, de famines, de désastres
planétaires et peut être même d'une guerre thermonucléaire...

Texte original par Isabelle (conscience-du-peuple).

lasorciererouge 27/09/2012 20:55


DE LA SERVITUDE MODERNE


 





 


De la servitude moderne est un livre et un film documentaire de 52 minutes produits de manière totalement indépendante ; le livre (et le DVD qu’il contient) est distribué gratuitement dans
certains lieux alternatifs en France et en Amérique latine. Le texte a été écrit en Jamaïque en octobre 2007 et le documentaire a été achevé en Colombie en mai 2009. Il existe en version
française, anglaise et espagnole.


Le film est élaboré à partir d’images détournées, essentiellement issues de films de fiction et de documentaires. L’objectif central de ce film est de mettre à jour la condition de l’esclave
moderne dans le cadre du système totalitaire marchand et de rendre visible les formes de mystification qui occultent cette condition servile. Il a été fait dans le seul but d’attaquer
frontalement l’organisation dominante du monde.


Dans l’immense champ de bataille de la guerre civile mondiale, le langage constitue une arme de choix. Il s’agit d’appeler effectivement les choses par leur nom et de faire découvrir l’essence
cachée de ces réalités par la manière dont on les nomme. La démocratie libérale est un mythe en cela que l’organisation dominante du monde n’a rien de démocratique ni même rien de libérale. Il
est donc urgent de substituer au mythe de la démocratie libérale sa réalité concrète de système totalitaire marchand et de répandre cette nouvelle expression comme une trainée de poudre prête à
incendier les esprits en révélant la nature profonde de la domination présente.


D’aucuns espéreront trouver ici des solutions ou des réponses toutes faites, genre petit manuel de « Comment faire la révolution ? ». Tel n’est pas le propos de ce film. Il s’agit ici de faire la
critique exacte de la société qu’il nous faut combattre. Ce film est avant tout un outil militant qui a pour vocation de faire s’interroger le plus grand nombre et de répandre la critique partout
où elle n’a pas accès. Les solutions, les éléments de programme, c’est ensemble qu’il faut les construire. Et c’est avant tout dans la pratique qu’elles éclatent au grand jour.


Nous n’avons pas besoin d’un gourou qui vienne nous expliquer comment nous devons agir. La liberté d’action doit être notre caractéristique principale. Ceux qui veulent rester des esclaves
attendent l’homme providentiel ou l’œuvre qu’il suffirait de suivre à la lettre pour être plus libre. On en a trop vu de ces œuvres ou de ces hommes dans toute l’histoire du XXº siècle qui se
sont proposés de constituer l’avant-garde révolutionnaire et de conduire le prolétariat vers la libération de sa condition. Les résultats cauchemardesques parlent d’eux-mêmes.


Par ailleurs, nous condamnons toutes les religions en cela qu’elles sont génératrices d’illusions nous permettant d’accepter notre sordide condition de dominés et qu’elles mentent ou déraisonnent
sur à peu près tout. Mais nous condamnons également toute stigmatisation d’une religion en particulier. Les adeptes du complot sioniste ou du péril islamiste sont de pauvres têtes mystifiées qui
confondent la critique radicale avec la haine et le dédain. Ils ne sont capables de produire que de la boue.


Si certains d’entre eux se disent révolutionnaires, c’est davantage en référence aux « révolutions nationales » des années 1930-1940 qu’à la véritable révolution libératrice à laquelle nous
aspirons. La recherche d’un bouc émissaire en fonction de son appartenance religieuse ou ethnique est vieille comme la civilisation et elle n’est que le produit des frustrations de ceux qui
cherchent des réponses rapides et simples face au véritable mal qui nous accable.


Il ne peut y avoir d’ambigüité sur la nature de notre combat. Nous sommes favorables à l’émancipation de l’humanité toute entière, sans aucune forme de discrimination. Tout pour tous est
l’essence du programme révolutionnaire auquel nous adhérons.


Jean-François Brient et Victor León Fuentes

Nous sommes sociaux !

Articles récents