Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Voici les zones les plus polluées de notre planète

Publié par Dav sur 28 Septembre 2013, 20:15pm

Catégories : #Environnement

 


 

 

media_xll_6158587.jpg

 

 

La pollution atmosphérique est responsable chaque année de 2,1 millions de décès prématurés dans le monde, selon une nouvelle étude, mais les taux de mortalité peuvent varier considérablement d'un pays à l'autre. Pour mettre en évidence ces risques, l'Earth Observatory de la NASA a créé une carte de la pollution de l'air qui dévoile comment les niveaux de particules fines diffèrent à travers le globe.

 

Sur base de données compilées entre le 1er janvier 1850 et le 1er janvier 2000 indiquant le nombre moyen de décès pour 1.000 kilomètres carrés par an, le chercheur Jason West, professeur adjoint des sciences environnementales à l'Université de Caroline du Nord, dont l'étude a été publiée dans les Environmental Research letters, estime que près de 2,1 millions de décès par an sont liés aux niveaux de particules fines.

Les particules fines sont constituées de microparticules de moins de 0,25 micromètre de diamètre, telles que la poussière et la suie. Elles causent de graves problèmes de santé car elles sont assez petites pour pénétrer jusque dans les poumons. Elles proviennent du trafic routier (et plus particulièrement des moteurs diesel), mais aussi de l'industrie, de l'agriculture et de la combustion (cheminées, chauffage, etc.).

D'après le graphique de la Nasa, les zones en brun foncé connaissent le plus de décès prématurés. Les zones bleues, quant à elles, ont vu une amélioration de leur qualité de l'air depuis 1850. "Les particules fines sont particulièrement désastreuses dans l'est de la Chine, dans l'Inde du Nord et en Europe (des zones où l'urbanisation a apporté son lot de pollution)".

L'Earth Observatory de la NASA ajoute que les particules fines peuvent s'attarder dans l'air pendant des "jours, voire des semaines" et qu'elles fragilisent petit à petit la santé des populations.

La pollution atmosphérique est responsable chaque année de 2,1 millions de décès prématurés dans le monde, selon une nouvelle étude, mais les taux de mortalité peuvent varier considérablement d'un pays à l'autre. Pour mettre en évidence ces risques, l'Earth Observatory de la NASA a créé une carte de la pollution de l'air qui dévoile comment les niveaux de particules fines diffèrent à travers le globe.

© reuters.© epa.

 

Sur base de données compilées entre le 1er janvier 1850 et le 1er janvier 2000 indiquant le nombre moyen de décès pour 1.000 kilomètres carrés par an, le chercheur Jason West, professeur adjoint des sciences environnementales à l'Université de Caroline du Nord, dont l'étude a été publiée dans les Environmental Research letters, estime que près de 2,1 millions de décès par an sont liés aux niveaux de particules fines.

Les particules fines sont constituées de microparticules de moins de 0,25 micromètre de diamètre, telles que la poussière et la suie. Elles causent de graves problèmes de santé car elles sont assez petites pour pénétrer jusque dans les poumons. Elles proviennent du trafic routier (et plus particulièrement des moteurs diesel), mais aussi de l'industrie, de l'agriculture et de la combustion (cheminées, chauffage, etc.).

D'après le graphique de la Nasa, les zones en brun foncé connaissent le plus de décès prématurés. Les zones bleues, quant à elles, ont vu une amélioration de leur qualité de l'air depuis 1850. "Les particules fines sont particulièrement désastreuses dans l'est de la Chine, dans l'Inde du Nord et en Europe (des zones où l'urbanisation a apporté son lot de pollution)".

L'Earth Observatory de la NASA ajoute que les particules fines peuvent s'attarder dans l'air pendant des "jours, voire des semaines" et qu'elles fragilisent petit à petit la santé des populations.

 

http://www.7sur7.be/7s7/fr/2765/Environnement/article/detail/1712559/2013/09/27/Voici-les-zones-les-plus-polluees-de-notre-planete.dhtml

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents