Sciences

Vendredi 28 mars 2014 5 28 /03 /Mars /2014 18:36

Un crâne imprimé en 3D implanté à une femme (vidéo)

Par La Voix de la Russie | Les chirurgiens hollandais du centre médical de l'Université d'Utrecht ont effectué avec succès une opération unique.

Ils ont supplanté la partie supérieure du crâne d'une patiente de 22 ans l'ayant remplacée par un implant en plastique imprimé en 3D.

Le crâne de la jeune femme devenait de plus en plus épais (5 cm au lieu de 1,5) ce qui provoquait la perte de vue et des maux de tête.

Selon les spécialistes, c'est la première implantation réussie d'un crâne imprimé en 3D qui n'a pas été rejeté par l'organisme.

L'opération a été réalisée il y a trois mois.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_03_28/Un-crane-imprime-en-3D-implante-a-une-femme-video-7631/NP-le-nouveau-paradigme-copie-1


REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 2 commentaires
Jeudi 20 mars 2014 4 20 /03 /Mars /2014 12:59

Univers parallèles

Vous souhaitez mettre les deux pieds dans un univers disruptif et empli de science fiction ? Vous n'avez qu'à mettre vos orteils sur le premier parquet qui arrive. Selon les dernières découvertes, nous vivons dans un monde qui tolère... Les univers parallèles. 

 

Bienvenue dans Sliders, Star Gate, Doctor Who ou encore Code Quantum, tout ceci n’est pas encore extrêmement clair. Ce que l’on sait pour l’heure, c’est que ces conclusions proviennent de la récente découverte concernant l’expansion de l’univers, une équipe d’astronomes de Harvard aurait trouvé la première preuve directe de l’inflation cosmique juste après le Big Bang !

 

BOOM. Cette même étude va plus loin, puisqu’elle suggère également la présence d’univers parallèles. Des univers comme le nôtre ? Par exactement et Miriam Kramer va faire lumière sur la chose.

« La nouvelle recherche accrédite l’idée d’un multivers. Cette théorie révèle le postulat suivant, quand l’univers a grandi de façon exponentielle dans la première minuscule fraction de seconde après le Big Bang, certaines parties de l’espace-temps se sont élargies plus rapidement que d’autres.

Cela aurait créé des «bulles» d’espace-temps, qui se seraient ensuite développées… dans d’autres univers. L’univers connu a ses propres lois de la physique, tandis que d’autres univers pourraient avoir des lois différentes, selon le concept de multivers. »

 

http://www.gizmodo.fr

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1


REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 2 commentaires
Mercredi 19 mars 2014 3 19 /03 /Mars /2014 13:00

Une étude du Centre de vols spatiaux Goddard de la NASA relayée par la RTBF explique que la civilisation tel que nous la connaissons aujourd'hui pourrait bien disparaître dans les prochaines décennies en raison d'un problème de gestion des ressources naturelles et d'une mauvaise répartition des richesses. (Le Monde Blogs)


Selon une étude – La NASA prévoit la FIN DE LA CIVILISATION
L'étude se fonde sur un nouvel outil analytique, baptisé "HANDY", pour Human and Nature Dynamical, mis au point par le mathématicien Safa Motesharrei du Centre national de synthèse socio-environnemental. L'étude a été publiée dans le Elsevier Journal Ecological Economics.
En étudiant l'histoire des civilisations, les chercheurs ont ainsi mis en évidence les raisons qui ont contribué à leur chute, que ce soit les Mayas ou encore l'empire romain. Une série de facteurs liés entre eux seraient donc à prendre en compte, parmi lesquels le climat, la population, l'eau, l'agriculture ou encore l'énergie.
 
Selon la RTBF, Safa Motesharri et ses collègues expliquent qu'il y a deux scénarios possibles pour l'homme du XXIe siècle. Le premier serait la réduction, par la famine, des populations pauvres. "Dans ce cas, la destruction de notre monde ne serait donc pas due à des raisons climatiques, mais à la disparition des travailleurs", note le site belge d'information.

"Le second scénario catastrophe repose sur la surconsommation des ressources qui entraînerait un déclin des populations pauvres, suivi par celui, décalé dans le temps, des populations riches", ajoute-t-il

Fait notable, selon les chercheurs, plusieurs empires ont disparu notamment à cause de l'aveuglement des élites qui, jusqu'au bout, se croyaient protégées et ont refusé de réformer leur système de vivre-ensemble.

Si ces scénarios paraissent difficiles à éviter, les scientifiques mettent en avant la nécessité urgente de "réduire les inégalités économiques afin d’assurer une distribution plus juste des ressources, et de réduire considérablement la consommation de ressources en s’appuyant sur des ressources renouvelables moins intensives et sur une croissance moindre de la population."


NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 4 commentaires
Mardi 18 mars 2014 2 18 /03 /Mars /2014 19:09
Un chimpanzé bat des humains aux jeux vidéo

Panzee, la championne de jeux vidéo au
Language Research Center à l'université Georgia State

 

Est-ce un premier signe que nous sommes à l'aube de la Planète des singes?

 

Des chimpanzés ont obtenu d'aussi bons résultats à un jeu vidéo que des enfants âgés de 3 à 6 ans, selon une étude publiée dans le American Journal of Primatology.

Le jeu consistait à trouver son chemin dans un labyrinthe virtuel en 3D en s'orientant grâce à des symboles placés à des endroits stratégiques.

(...)

Or, lorsque vint le temps de s'orienter dans des labyrinthes plus complexes, Panzee, une femelle de 22 ans, battait facilement tous les humains, peu importe leur âge. Elle trouvait toujours le chemin le plus court à travers les méandres du parcours.

(...)

Dans la nature, les chimpanzés femelles doivent utiliser leur intelligence afin de trouver de quoi manger dans des endroits difficiles d'accès pour ne pas se faire voler leur butin par les mâles.

C'est pourquoi les chimpanzés femelles obtiennent de meilleurs résultats que les mâles (et les humains) dans les jeux vidéo qui font appel au sens de l'orientation.

D'accord, on peut bien leur concéder ce petit avantage cognitif sur nous, et même souhaiter l'avènement de jeux en ligne où ces primates doués pourront s'amuser avec nous dans le monde virtuel.(...)

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 

Un article de Paul Therrien, publié par fr-ca
NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 3 commentaires
Mardi 18 mars 2014 2 18 /03 /Mars /2014 11:50



Imaginez une maison sans prise électrique, sans câble trainant un peu partout. Imaginez votre bureau d’aujourd’hui avec sa lampe, l’ordinateur, votre box internet débarrassé de son bloc multiprises disgracieux. Imaginez votre cuisine avec la cafetière, le grille-pain, le four à micro-ondes fonctionnant sans fils. Imaginez enfin un transplanté du cœur qui ne soit plus obligé de se promener avec une batterie extérieur dans un sac à dos. Il se pourrait bien que WiTricity règle votre problème de câbles dans quelques années.


Voici une traduction de l’article de Matthew Ponsford et Nick Glass dans l’édition numérique de CNN du 17 mars 2014.
Katie Hall a été choqué à la seconde, elle l'a vu : une ampoule brillant au milieu d'une pièce, sans fils ni raccordement.
Avec le recul, c'était une expérience incroyable, se souvient-elle : une petite salle remplie de gigantesques bobines de cuivre - le genre que vous verriez si vous ouvriez l'arrière de votre congélateur. Elle allait et venait entre les bobines et l'ampoule - et l'ampoule brillait encore.


" J'ai dit : « Nous allons travailler là-dessus. C'est l’avenir. ».
Quel est le truc ?


" Nous allons transmettre l’électricité sans aucune sorte de fils », dit le Dr Hall, maintenant directeur du département technologie au WiTricity - une Start-up travaillant au développement d’une technologie de " résonance " sans fil.
" Mais, nous ne sommes pas réellement en train de mettre l'électricité dans l’air. Ce que nous faisons, c’est mettre un champ magnétique dans l’air. " dit-elle. Ça fonctionne comme ceci : WiTricity construit une " Résonateur Source " - une bobine de fil électrique qui génère un champ magnétique lorsque le courant est en marche. Si un appareil est placé à proximité, cela induit une charge électrique qui lui permet de fonctionner. Aucun fil n’est nécessaire explique le Dr Hall. De cette manière, l’ampoule s’allume.


Maison sans fils.


N’ayez pas peur de vous faire zapper: Hall assure que les champs magnétiques utilisés pour transférer de l'énergie sont " parfaitement sûr " - en fait, ils sont du même genre que le champ utilisé dans les routeurs Wi-Fi. Dans la maison du futur, le transfert d'énergie sans fil pourrait être aussi facile que l'Internet sans fil. Si tout se passe comme le prévoit WiTricity, votre smartphone se rechargera dans votre poche pendant que vous vous promènerez, votre téléviseur fonctionnera de la même manière, et votre voiture électrique se rechargera sans qu’il soit nécessaire de la rentrer dans le garage.
WiTricity a déjà démontré sa capacité à alimenter les ordinateurs portables, les téléphones cellulaires et les téléviseurs en leur ajoutant un résonateur - et un chargeur pour voiture électrique est en cours de développement.
Le docteur Hall entrevoit un brillant avenir pour cette technologie :
« Nous n’aurons plus à y penser, je vais conduire ma voiture jusqu’à chez moi, et je n’aurais même plus à passer par une station essence ! Je ne peux même pas imaginer comment les choses vont changer quand nous vivrons de cette manière. "

Le monde extérieur

Au-delà de ces applications, Hall voit encore plus loin. Lorsqu’elle a vu l'ampoule sans fil, elle a immédiatement pensé à la technologie médicale - voir que les dispositifs transplantés pourraient se recharger sans accus extérieurs.
WiTricity travaille actuellement avec une compagnie médicale pour être en capacité de recharger un dispositif d'assistance ventriculaire gauche " un cœur - pompe essentiellement. " Cette technologie ouvre également la porte à un certain nombre de dispositifs électroniques mobiles dont le développement a été limité par des problèmes de batteries et de rechargement.
" L'idée d'éliminer les câbles nous permettrait de repenser les choses d'une nouvelle manière, c'est juste concevoir nos appareils et tout ce avec quoi nous interagissons, d’une manière plus efficace, plus pratique et peut-être même trouver de toutes nouvelles fonctionnalités. "

Ensuite ?

Le défi maintenant consiste à augmenter la portée du transfert de l’énergie vers les appareils. Cette distance – explique le Dr Hall - est liée à la taille de la bobine, et WiTricity cherche à perfectionner les mêmes transferts sur de longues distances en comparaison de ce qui peut se faire aujourd’hui à petite échelle. Pour cette raison, l’équipe fonde de grands espoirs pour leur nouvelle création : batteries rechargeables sans fil de la taille de piles AA.
" D’ici quelques années, les enfants qui grandissent aujourd’hui n'auront plus jamais à brancher quoi que ce soit pour le recharger. "

* MISE À JOUR (17 Mars)

C'est formidable de voir sur les médias sociaux tant de discussions autour de cette technologie. Il semble y avoir beaucoup d'intérêt à propos de la contribution des expériences de Nikola Tesla au développement de cette technologie. Le Dr Hall a brièvement évoqué Tesla dans son interview avec Nick Glass :
Nick Glass : Étant donné que Tesla et d'autres ont imaginé tout cela il y a plus d’un siècle, pourquoi ça a pris si longtemps?
Dr Hall: Je ne pense pas qu'ils aient imaginé exactement ce que nous avons fait. Ils ont, bien entendu, pensé au transfert d’énergie sans fil – c’est indiscutable, mais en ce temps là le problème posé était différent, c’est à dire: comment transférer l’énergie de l'endroit où il est généré à l'endroit où il est utilisé. Et dans ce cas, ils auraient pensé aux chutes du Niagara générant la puissance pour la transférer à New York - et c'est une longue distance. Nous ne proposons pas que la technologie que nous avons ici à WiTricity puisse être utilisée de cette manière. Quand nous avons commencé, l’énergie était déjà disponible, par fil, dans les maisons, les chambres etc. Notre problème était très différent, et se situait à une distance beaucoup plus courte.
Comme WiTricity le mentionne sur son site Web, la technologie de transfert de puissance sans fil à haute résonance qu'ils ont développé est distincte des créations de Tesla - et, surtout, est suffisamment efficace pour être économiquement viable.



Sources :
http://edition.cnn.com/2014/03/14/tech/innovation/wireless-electricity/index.html
http://www.witricity.com/pages/more.html

Traduit par Yann pour le nouveau Paradigme

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

 


REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 8 commentaires
Jeudi 13 mars 2014 4 13 /03 /Mars /2014 20:43

 

Exobiologie : un monde de silicium et de cristaux. Une vie (pensante ?) parallèle à la vie carbonée

 

Mise à jour importante du 12 mars 2014 à 02:51. Notamment la note finale...

 

Titre initial :
Bioastronomie : un monde de silicium et de cristaux

 

(...)

Bien que le carbone soit l'élément le plus conciliant de la nature, capable de se lier à quantité d'autres éléments pour fabriquer d'immenses chaînes moléculaires comme les protéines ou les acides nucléiques, on dit également que sans eau toute vie est condamnée à mort. Mais c'est une idée fondée sur la chimie du carbone telle que nous la connaissons.

Nous avons vu à propos de la chimie du silicium que cet élément est également très intéressant. Le silicium existe sur Terre sous forme de dioxyde de silicium, le quartz, qui entre dans la composition du verre. Il est abondant dans l'écorce terrestre (28%) et on le rencontre en grandes concentrations (700 mg de silice par litre) dans les geysers de Yellowstone aux Etats-Unis ou dans ceux d'Islande.

Sur une planète où le silicium joue le rôle du carbone, si on n'y prend garde les éventuelles créatures que nous rencontrerions ressembleront à des quartz géants ou des sculptures modernes en métal. En fait, il s'agira de créatures vivantes !

 

 

Supportant mal les basses températures, le silicium sera en revanche parfaitement à l'aise entre 100 et 1415°C, température au-delà de laquelle il entre en fusion. Ce monde sera recouvert de plaines de quartz et de montagnes cristallines, en somme un paysage très surréaliste semblable à une géode agrandie des milliards de fois mais vivante et en constante évolution. L'atmosphère sera dense, très chaude et la pression atmosphérique atteindra plusieurs centaines de bars. L'homme ne pourrait survivre dans un tel environnement et probablement très peu de bactéries chimio-synthétiques.

Le sol de cette planète sera "vivant" dans le sens où le magma interne entretiendra la croissance des cristaux. Ici la température au sol oscillera entre 100 et 500°C et les plus grands cristaux atteindront plus de 10 mètres de hauteur, à l'instar de ce qu'on découvrit dans la mine de Naica au Mexique. Partout des fleurs de quartz s'élèveront dans le ciel, prenant une coloration qui dépendra des impuretés emprisonnées dans le cristal et parfois de la température dans les zones les plus chaudes.

 

 

Plus étonnantes seraient les créatures mobiles vivant sur ce monde fait de cristaux et de métaux. La chimie du silicium nous est étrangère pourtant nous la cotoyons tous les jours : c'est le côté matériel de l'informatique et de la robotique. Si nous appliquons ce concept à une forme de vie extraterrestre, nous aboutissons à une créature vivante et intelligente, capable de communiquer et de se déplacer de manière autonome.

En effet, à partir du silicium et du germanium nous pouvons fabriquer des processeurs et des transistors. Nous savons que l'arsénide de gallium devient lumineux quand il est chargé. Le sélénide de cadmium sulfureux émet une charge lorsqu'il est éclairé et les impuretés ainsi que les sels de sodium rendent le milieu conducteur.

 

 

En extrapolant, on peut imaginer que pour communiquer et contrôler son environnement, une intelligence extraterrestre fondée sur le silicium manipulerait des ions comme nous manipulons les instructions d'un programme. Finalement, nous aboutissons naturellement au concept d'ordinateur et de toutes ses variantes, de l'entité locale et isolée au système global disposé en réseau neuronal.

Ainsi, sur base de notre idée de la vie, un organisme de silicium ressemblera à un robot ou un androïde. Il aura la taille d'un camion mais sera presque trois fois plus lourd. Cette créature de silicum se nourrira évidemment de substances à base de silicium, donc vitrifiées ou métalliques; elle sera lithovore.

(...)

 

(Keoma. Vue d'artiste)

 

Parmi ses (autres) particularités, cette créature produirait sa propre énergie interne à partir d'une réaction photoélectrique avec le sélénide de cadmium sulfureux et communiquerait avec le monde extérieur en émettant de la lumière à partir d'une réaction électrique de l'arsenide de gallium.

Une forme de vie plus évoluée produirait son énergie à partir d'un réacteur capable de générer quelques kilowatts d'électricité. Elle pourrait également se servir de cette source d'énergie pour capturer ses proies. Elle disposerait d'un détecteur Geiger pour localiser les minéraux radioactifs.

Enfin, sa reproduction suivrait le schéma d'une usine d'assemblage plutôt que la filière "naturelle". Une "reine" se consacrerait à temps plein à la ponte de petits lithovores qui dès éclos mèneraient une vie solitaire dans ce monde de cristal, heureux de trouver dans cette lithosphère de délicieux mets de silice. Ces "bébés usines" seraient autonomes et se répliqueraient sans aide extérieure.

 

 

Dans sa version la plus évoluée, cette société serait peu différente d'un réseau d'usines automatisées, gérées par des robots et fonctionnant de manière autonome. Cette civilisation artificielle serait même capable de s'envoler à la recherche de planètes riches en métaux lourds, aboutissant au concept d'artefacts extraterrestres ou SETA qui viendraient observer la Terre comme nous avons envoyé des sondes explorer le système solaire.

(...)

 

Pour lire la totalité de cet article, cliquer ICI

 

© La reproduction de article de Luxorion, publié par astrosurf.com et déniché par Cèdre, est strictement INTERDITE. SOS-planete a reçu l'accord de l'auteur que nous remercions de tout coeur

 

En savoir plus, du même auteur, sur la bioastronomie, la biologie, l'écologie et l'environnement

 

 

Note de TS : Le saviez-vous ?

Tous les éléments chimiques existant sur Terre proviennent des étoiles, souvent géantes, qui ont explosé. Il n'existe nulle part ailleurs, dans notre Univers en tout cas, d'autres éléments chimiques que ceux répertoriés par la table de Mendeleiev. Mis à part leurs isotopes, généralement radioactifs, dont le temps de vie est si court qu'ils ne sont donc pas stables.

 

La fameuse table périodique des éléments
constituants la matière de notre Univers

 

Table périodique des éléments de Mendeleiev :
un logiciel instructif de ouf (gratuit-en ligne)

 

 

Note de Google mich avec TS et unités carbone@ssociées :

 

Notre ONG est en train de constituer un dossier solide, concernant la vie extraterrestre, qui est beaucoup plus répandue que ne le pensent habituellement astronomes et exobiologistes

 

En effet, la plupart des exoplanètes, découvertes à ce jour, sont des planètes géantes orbitant près de leur étoile. Ce qui interdit toute vie carbonée, puisque la chimie organique carbonée possible ne s'étend que de plus 0°c à moins 100°C.

MAIS c'est sans compter la chimie du silicium qui, aux pressions et températures plus élevées (de l'ordre de 100°c à 580°c) est capable d'organiser des chaînes complexes dans des océans de soufre, de phosphore et d'autres éléments, liquides aux températures relativement élevées de ces presque deux milliers d'exoplanètes, relativement "proches" de chez nous !

 

 

Les possibilités de vie ordonnée autour du silicium donc ont donc l'air particulièrement répandues dans notre Univers

Ceci dit, les petites planètes, comme la Terre, découvertes la semaine dernière (4) ou il y a deux ans à peine (3), doivent être, elles-aussi, très nombreuses et y abriter, comme chez nous, une vie carbonée, pratiquement comme la nôtre, à quelques différences près dues à tout un tas de facteurs dont le hasard !

 

Vue d'artiste

 

Nous devons, pour en avoir la certitude, attendre patiemment que la NASA et Google mettent à nouveau en activité leurs deux "bijoux" quantiques et les relient à l'ensemble de la base de données faramineuses, enregistrées par Hubble et une bonne demi-douzaine d'autres télescopes spatiaux !

Cette quête, évidemment, sur un temps plus long que le temps de dépouillement de la semaine dernière, lequel a tout de même mené à la découverte d'un trésor de 715 nouvelles exoplanètes (alors que l'on en découvre une seule par semaine depuis une dizaine d'années !)

 

 

Nous sommes à la veille d'un bouleversement technologique qui va avoir un impact majeur sur l'ensemble des nations et à côté duquel l'automobile, le téléphone, la téloche, l'Internet, le mobile... vont très bientôt faire pâle figure !!!

De cela, aujourd'hui, seuls les milliardaires, les hommes politiques, certains scientifiques et financiers impliqués, certaines ONG et individus lambda... sont réellement conscients de ce qui est en train de se produire.

Les peuples sont maintenus dans l'ignorance quasiment totale...

 

 

Un réveil rapide serait salutaire

Oui oui, on sait : sortir d'un bocal de formol,
dans lequel on a été grosso-modo plongé dès la naissance,
est une tâche réellement difficile,
surtout lorsque l'entourage te traite de trouillard ou de fou !

 

Vive la vie biologique carbonée !
Vive la chimie des silicates !!!

Vive l'Alliance des deux...

 

A suivre en direct-live sur ce module !

 

Euh ! Vous êtes sûr ?

 

La recherche de la vie sur des planètes "super-habitables"

Qu'est-ce que le Silicium organique ? Et message aux silicates

La Nasa à la recherche de vie extraterrestre sur un satellite de Jupiter

 

 

 

 

Auteur : luxorion. Note de Google mich avec TS et unités carbone@ssociées

Source : www.astrosurf.com

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1


REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 0 commentaires
Lundi 10 mars 2014 1 10 /03 /Mars /2014 09:27

Avec un crâne de 1,15 mètre et des dents acérées de 10 centimètres, le Torvosaurus gurneyi était un redoutable prédateur.Torvosaurus gurneyi

 

Une nouvelle espèce de dinosaure a été découverte au Portugal, selon une recherche publiée mercredi 5 mars aux Etats-Unis. L’animal carnivore mesurait dix mètres de long et pesait entre quatre et cinq tonnes. Ce sont des chercheurs au nord de Lisbonne qui ont mis au jour les os fossilisés. Le dinosaure serait la plus grande espèce ayant vécu en Europe il y a 150 millions d’années.

Initialement, les trouvailles furent attribuées à un Torvosaurus tanneri, une espèce qui vivait en Amérique du Nord. Mais les paléontologues ont finalement déterminé, grâce à l’analyse du tibia, des dents et d’une partie des vertèbres de la queue du dinosaure, qu’il s’agissait d’une espèce nouvelle. Fiers de leur découverte, ils ont baptisé l’animal Torvosaurus gurneyi.

 

Torvosaurus gurneyi

 

Ses dents étaient tranchantes comme un rasoir et pouvaient mesurer jusqu’à dix centimètres. Les paléontologues, Christophe Hendrickx et Octavio Mateus de la Universidade Nova et du Musée da Lourinhã à Lisbonne, en on conclu qu’il devait être en haut de la chaîne alimentaire. Le nombre de dents, ainsi que la taille et la forme de la gueule, pourraient permettre de différencier les Torvosaurus européens de ceux qui vivaient en Amérique du Nord. Le Torvosaurus nord-américain avait onze dents principalement réparties sur la mâchoire supérieure, tandis que son cousin européen en avait moins. Le nouveau dinosaure est la seconde espèce de Torvosaurus à être identifiée.

Avec un crâne de 1,15 mètre, le Torvosaurus gurneyi fût l’un des plus grands carnivores terrestres de cette époque et un prédateur très actif. En découvrant ses dents acérées de 10 centimètres, les auteurs ont pu déterminer qu’il chassait d’autres dinosaures de grande taille. Des fossiles de dinosaures proche de cette espèce, laissent à penser que ce grand prédateur était couvert d’un duvet appelé "proto-plumes". Des embryons fossilisés de Torvodinosaures, découverts récemment au Portugal, sont également décrits comme appartenant à cette nouvelle espèce de Torvosaurus.

Ce n’est pas la grande espèce recensée pour autant. Christophe Hendrickx cite le Tyrannosaure, le Carcharodontosaure et le Giganotosaure, qui étaient les plus imposants carnassiers du Crétacé, période géologique s’étendant de moins 145,5 millions à moins 65,5 millions d’années (quand les dinosaures ont disparu).

 

http://archipeldessciences.wordpress.com/2014/03/06/une-nouvelle-espece-de-dinosaure-decouverte-la-plus-grande-deurope/#more-8649

 

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1


REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 0 commentaires
Lundi 10 mars 2014 1 10 /03 /Mars /2014 09:24

 © thinkstock.

 

Quatre nouveaux gaz fluorés qui détruisent la couche d'ozone, dont trois appartenant à la famille des CFC pourtant bannis depuis 2010, ont été identifiés dans l'atmosphère où ils se sont accumulés à partir des années 60, selon une étude publiée dimanche.

Ces substances creusent les fameux "trous" dans la couche d'ozone au-dessus des pôles, partie de l'atmosphère comprise entre 20 et 50 km d'altitude qui absorbe la plus grande partie du rayonnement solaire ultra-violet.

"Notre recherche a mis en évidence quatre gaz qui ne se trouvaient pas du tout dans l'atmosphère jusque dans les années 60, ce qui suggère qu'ils sont émis par l'activité humaine", écrivent les scientifiques, spécialistes de l'environnement, dans l'étude publiée dans la revue Nature Geoscience.

Ils ont analysé des échantillons d'air non pollués collectés en Tasmanie entre 1978 et 2012, et dans des carottes de neige au Groenland.

"Très inquiétant"
"L'identification de ces quatre nouveaux gaz est très inquiétante car ils vont contribuer à la destruction de la couche d'ozone", estiment-ils.

Leur origine n'a pas été identifiée mais certains hypothèses sont évoquées: produits chimiques utilisés pour la production d'insecticides et des solvants pour nettoyer les composants électroniques.

Les différences de concentration indiquent qu'ils ont été émis principalement dans l'hémisphère nord.

Trois des gaz sont des chlorofluorocarbures ou CFC, utilisés dans les systèmes de réfrigération et les aérosols, dont la production est désormais quasiment nulle, grâce au protocole international signé en 1985 à Montréal.

Le quatrième appartient à la famille des hydrochlorofluorocarbures ou HCFC, également utilisés dans les réfrigérateurs, les aérosols, ou les climatiseurs, et dont l'élimination progressive est en cours.

Plus de 74.000 tonnes de ces nouveaux gaz se sont accumulés dans l'atmosphère jusqu'en 2012. Il s'agit néanmoins d'une quantité très limitée quand on la compare aux émissions des CFC qui s'élevaient à plusieurs millions de tonnes dans les années 80.

Deux de ces gaz, un CFC et un HFCF, s'accumulent encore dans l'atmosphère, précise l'étude.

Jusqu'à présent, sept types de CFC et six HCFC étaient connus pour leurs effets destructeurs sur l'ozone.

La couche d'ozone a cessé de s'affiner à la fin des années 90 et certains signes montent qu'elle commence à se reconstituer, indique un des auteurs de l'étude, Johannes Laube de l'Ecole des sciences environnementales de l'Université d'East Anglia.

 

Source: Belga

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1


REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 3 commentaires
Samedi 8 mars 2014 6 08 /03 /Mars /2014 22:40

Titulaire d'un doctorat de mécanique des fluides, le célèbre physicien Jean-Pierre Garnier-Malet est l'auteur de la fameuse "Théorie du Dédoublement".

Cette théorie trouve sa vérification et sa justification dans le Cosmos et permet à l'homme de comprendre pourquoi et comment il est véritablement un créateur de ses possibilités futures (Cf. le site de Jean-Pierre Garnier-Malet). Son intérêt dans le quotidien résulte dans la possibilité de contrôler un principe vital capable de nous donner en permanence un équilibre salutaire, instinctif et intuitif.

C’est la méconnaissance de ce principe qui déséquilibre actuellement les hommes et notre planète. Pour éviter des désordres d’envergure, individuels et planétaires, il serait urgent d’appliquer ce que nos ancêtres appelaient "Principe de l’Alpha et de l’Oméga" et que la science vient de redécouvrir.

Voici la transcription d'une communication enregistrée en 2001 par Jean-Pierre Garnier-Malet. On y découvre avec émerveillement une incroyable complémentarité entre les dernières découvertes de la physique quantique et l'Enseignement des plus grands Maîtres spirituels de l'humanité.



« J'aimerais vous parler d'une découverte que j'ai faite il y a un peu plus de dix ans et qui vient d'être publiée. Ce n'est pas encore très connu; il y a juste un petit noyau de scientifiques qui sont au courant. Cette découverte est pourtant d'importance, car elle touche un principe vital. Alors, qui dit principe vital dit survie. On sait qu'il faut boire, qu'il faut manger; qu'il faut dormir pour survivre. On sait aussi qu'il faut savoir manger, savoir boire et savoir dormir pour mieux vivre. Cette découverte touche un principe vital qui est complètement ignoré dans nos civilisations actuelles. Or, il était connu autrefois dans les civilisations qui étaient pourtant des civilisations un peu barbares, où il semble que ce principe servait à une meilleure survie; ça ne veut pas dire qu'il servait à bien vivre, mais qu'il servait tout au moins à une meilleure survie.

Tout part d'une propriété du temps. Tout le monde a entendu parler de la relativité du temps : Einstein, E = MC², la bombe atomique, tout ça c'est connu, pas dans les détails, mais personne n'ignore cette relativité du temps et pourtant tout le monde ignore d'où ça vient, en quoi elle est utile à l'homme. Toute propriété physique sert en premier l'homme, son environnement, son temps et son espace. Alors ce temps, cette relativité, je vais en dire juste un petit mot, non pas pour paraître savant ni pour vous rendre savants, mais simplement pour vous montrer que c'est une propriété très intéressante.

Prenez deux jumeaux, l'un qui reste sur Terre et l'autre qui part dans une fusée. Mais il va partir dans une fusée un peu spéciale qui va aller à une vitesse proche de la vitesse de la lumière. S'il part avec une vitesse de 15 kilomètres par seconde en dessous de la vitesse de la lumière qui est de 300.000 kilomètres par seconde, s'il voyage pendant 20 ans, quand il revient sur la Terre, il s'y est écoulé 2.000 ans. Imaginez un contemporain de Jésus qui serait ainsi parti à l'âge de 20 ans. Il reviendrait âgé de 40 ans et il faudrait qu'il connaisse tout d'un coup 2.000 ans de la vie sur la Terre. Vous voyez donc que cette histoire de relativité est vraiment très, très importante. Or, dans la vie courante, dans notre quotidien, nous ne voyons pas du tout le lien entre cette propriété et notre vie, ce qui a fait dire à certains scientifiques que c'était une utopie, que cette théorie n'avait aucune réalité.

Or, des expériences faites en 1972 par deux scientifiques, Haefely et Kittin, ont permis de mettre au point des horloges atomiques très précises donnant le milliardième de seconde. Donc nous pouvons utiliser cet appareillage dans un avion qui tourne autour de la Terre pendant qu'une autre horloge reste sur Terre. On le fait tourner dans le sens de rotation de la Terre puis dans le sens inverse de la rotation de la Terre pour pouvoir mesurer deux accélérations différentes de l'avion qui bénéficie dans un sens de l'accélération du mouvement de la Terre et qui au contraire est contrarié dans l'autre sens, tout ça parce que cette relativité du temps est en fait liée à une différence d'accélération entre les deux observateurs, entre les deux jumeaux, celui qui reste sur la Terre et celui qui part dans sa fusée. S'il n'y avait pas d'accélération, il n'y aurait pas de différence de temps. Seule, l'accélération – il en faut une pour quitter la Terre et atteindre la vitesse de la Lumière – et la décélération pour revenir permet cette différence de temps.


Mise au point en 1955 par Essen et Parry, cette horloge atomique de première génération dépassait déjà la précision du quartz.

Donc, en faisant une expérience avec un avion qui part dans le sens de rotation de la Terre ou dans le sens inverse, nous voyons des différences d'accélération et de ce fait nous pouvons mesurer. En 1972, la démonstration a été faite : la différence entre celui qui restait sur Terre et celui qui partait dans l'avion fut évaluée à 273 milliardièmes de secondes, et il y avait 3 milliardièmes d'écart entre les deux voyages, l'un dans le sens de la rotation et l'autre dans le sens inverse. Donc, depuis 1972, cette histoire de relativité est parfaitement établie. Deux jumeaux qui voyagent à des vitesses différentes sont obligés de vivre un temps différent.

Cela veut dire aussi que si je vous quitte, par exemple là en ce moment, je pars, si je sors et que je reviens, ma vitesse évidemment sera très, très faible, mais j'aurai vieilli différemment. Alors, bien sûr, ce n'est pas sensible, puisque si vous prenez l'expérience d'Apollo, du voyage sur la Lune, les astronautes qui sont partis ont une différence de temps de l'ordre de la seconde. Donc, vous voyez que ce n'est pas très mesurable. Mais tout cela pour vous dire que cette différenciation de temps existe. Alors d'où vient-elle ? Eh bien, cela vient d'une propriété du temps qui n'est pas du tout continu. Nous imaginons un flux de temps continu, or ce qui existe en réalité, c'est une succession de gouttes de temps séparées par du vide.

La matière est pleine de vide, nous le savons. Sin nous prenions l'humanité entière et supprimions le vide, elle aurait la taille d'un petit pois! Nous savons aussi que l'espace est plein de vide. Il y a quand même des millions de kilomètres qui nous séparent des planètes et des étoiles. Et nous savons maintenant, grâce à cette découverte, que le temps lui aussi est plein de vide. Le temps a une densité, le temps c'est comme la masse, c'est comme l'espace, il a une densité, c'est-à-dire que vous pouvez le contracter ou le dilater comme vous pouvez contracter un espace ou dilater une masse.

Si vous prenez par exemple un cosmonaute qui s'en va dans une fusée, avec l'accélération, il pèse une tonne, de même que si vous rentrez à toute vitesse dans un arbre en voiture, vous avez une décélération tellement grande que vous pesez aussi presque une tonne. Cela veut donc dire que vous arrivez à contracter ou à dilater une masse. De même, vous pouvez contracter et dilater le temps. Voilà la grande révolution, si l'on peut dire, de cette découverte.

Cette découverte était connue autrefois. Elle s'appelle maintenant théorie du dédoublement. Autrefois, cela s'appelait le principe de l'Alpha et de l'Oméga. Ça se rejoint; nous avons justement, avec mon ami Philippe Bobola, fait des recherches à ce propos pour nous apercevoir que les Sumériens, les Égyptiens, les Grecs avaient connaissance de cette loi de dédoublement. Alors, pourquoi parle-t-on de dédoublement ? En fait, il s'agit de dédoublement de l'espace et du temps.

Imaginez que vous puissiez avoir des temps différents, à savoir que vous puissiez accélérer le temps. À ce moment-là, vous allez pouvoir vivre une expérience en accéléré qui pourrait être un futur de votre expérience présente. Si cette expérience se situe dans un petit instant entre deux temps observables, c'est-à-dire si vous bénéficiez d'un vide dans le temps pour vous plonger dans ce vide et faire une expérience en accéléré, vous allez bénéficier d'un futur immédiat. L'accélération du temps pourrait ainsi permettre de se créer un futur absolument inobservable, imperceptible, et qui ne serait que potentiel. Donc nous partirions dans ce que nous appellerions des ouvertures temporelles pour voyager dans le temps et revenir avec la connaissance d'un futur.



Vous imaginez l'intérêt d'une telle expérience. Notre vie n'est faite que d'agressions et de temps de réponse. Nous devons à chaque instant trouver la solution à des milliers de problèmes. Notre corps est fait pour trouver des milliers de solutions à des milliers de problèmes instantanément. En bénéficiant d'une accélération du temps dans des ouvertures temporelles, nous pourrions aller chercher les solutions à nos problèmes et les mettre dans notre présent immédiatement. À ce moment-là, cela signifierait que nous vivons en actualisant des futurs potentiels.

Alors vous allez me dire : qu'est-ce que c'est que ces futurs potentiels ? La mécanique de l'infiniment petit, qu'on appelle mécanique quantique, permet de voir ce que peut être un futur potentiel. En effet tout dans l'Univers – dans l'infiniment petit – n'est que particules en perpétuelle agitation. Le repos n'existe pas. Il n'y a pas de repos signifie qu'il n'y a pas de présent, il n'y a que des futurs possibles. Il est absolument impossible de trouver dans une agitation le moindre présent. Tout n'est que potentiel.

Or, il se trouve que si nous effectuons des mesures, nous obtenons bien quelque chose de figé, nous obtenons des mesures précises, nous voyons dans nos appareils des quantités bien remarquables. Cela signifie que l'observateur, le technicien, celui qui expérimente fige un futur dans son présent. Nous savons aussi que si nous prenons deux opérateurs, deux observateurs, ils vont figer deux présents différents, à savoir qu'une même particule pourra avoir deux présents différents. Vous voyez donc que la notion de futur potentiel est très intéressante dans l'infiniment petit. Alors, pourquoi ne serait-elle pas intéressante dans notre quotidien, puisque nous sommes faits de particules et que nous sommes dans un environnement tel que tout n'est constitué que de grosses particules qui nous entourent dans des horizons infinis qui eux-mêmes peuvent être considérés comme particules dans des horizons encore plus grands ?

Vous voyez que la notion de temps et d'accélération possible entre temps différents nous conduit à envisager notre vie sous une autre forme, à savoir que nous serions des machines à actualiser des futurs potentiels. Ces futurs potentiels seraient de notre création dans des ouvertures temporelles, c'est-à-dire que dans notre présent, nous serions en train de fabriquer des futurs potentiels qui nous permettraient dans le futur de survivre. Alors, si cette loi est établie – or, elle est établie! – il faut considérer maintenant la réciproque, à savoir : si nous sommes capables d'aller dans des ouvertures temporelles pour fabriquer un futur potentiel, nous devons considérer que notre temps de vie présent est un temps accéléré dans l'ouverture temporelle d'un temps ralenti. À ce moment-là, nous serions en train de fabriquer un futur potentiel d'un autre nous qui serait dans un temps ralenti.

Alors, ce temps ralenti pose évidemment des questions : est-ce que, avant de naître, nous ne serions pas cet autre nous ? Est-ce qu'après notre mort nous ne rencontrerions pas cet autre nous ? Vous voyez apparaître la notion de dédoublement qui utiliserait en fait une différenciation des temps. Cette différenciation des temps aurait besoin d'un phénomène physique pour exister, d'un mouvement, d'une dynamique. Or, le système planétaire est justement fait pour nous permettre d'accélérer ou de ralentir le temps et de différencier le temps.



À ce stade, il faut envisager autre chose au niveau scientifique; ça a été fait, ça a permis de voir qu'il y avait un cycle de 25.000 ans. Pendant 12.500 ans, les temps se différencient – passé, présent, futur – Pourquoi passé, présent, futur ? Temps ralenti, c'est un passé. Notre présent, nous le connaissons. Et le futur, c'est un temps accéléré. Donc, différenciation des temps pendant 12.500 ans pour avoir une très grande liberté dans le présent avec des futurs lointains et des passés lointains. Puis accélération des temps afin que cette différenciation des temps se résorbe en 12.500 ans pour arriver enfin à ce qu'on appelait autrefois "la fin des temps", qui n'a rien à voir avec la fin du monde ni avec une catastrophe quelconque. C'est tout simplement que tout d'un coup, ce cycle permettrait d'avoir une perception du futur et du passé instantanée; çà nous donnerait nos potentialités immédiates.

Or, il se trouve que nous vivons actuellement cette "fin des temps", ce qui permet à l'humanité d'aller très vite, de disposer d'un potentiel absolument prodigieux, et surtout d'avoir la possibilité d'utiliser dans la vie courante les intuitions et les prémonitions. Car réfléchissons à une chose : si nous sommes capables de nous projeter dans des ouvertures temporelles, dans des temps accélérés et d'en revenir avec une solution à un problème, comment peut-on avoir trouvé cette solution ? Cela s'est fait dans un temps imperceptible; il n'est pas question de mémoriser une longue expérience dans un temps imperceptible. Il faut donc ne retenir que l'essentiel. Cet essentiel va nous apparaître sous forme d'intuition ou de prémonition, s'il y a danger.

Vous pouvez expliquer ainsi toute la partie instinctive de l'homme, toute la partie réflexes, toute la partie que le bébé possède dès sa naissance : il n'a pas besoin de réfléchir pour trouver le sein de sa mère; il sait qu'il faut téter; il sait aussi qu'il faut manger, il faut boire; il ne réfléchit à rien de sa survie; tout est instinctif. Tout n'est que réflexes. Et cela vient justement par une partie d'un principe vital ignoré qui se trouve dans le sommeil. Car où peut-on accélérer le temps ? Nous savons tous que le rêve accélère le temps. Les expériences le montrent : on rêve une longue histoire, et en fait cette histoire n'a duré qu'un millième de seconde. Donc nous savons que le rêve accélère le temps.

L'enfant sait que s'il ne rêve pas, il meurt. C'est pour cela que le nouveau né qui dort à peu près vingt heures par jour, a besoin de rêver 50% de son temps. L'adulte le fait beaucoup moins, le vieillard encore moins. Cela signifierait qu'à la naissance, on a besoin de beaucoup d'informations, et qu'ensuite on a une liberté dans notre présent qui nous permet d'actualiser les meilleurs futurs en fonction de notre passé. En fait, la vie ne devrait être qu'une recherche d'équilibre entre le futur qu'on est capable de créer et le passé que nous avions avant de naître.

Vous voyez que maintenant, avec cette théorie du dédoublement, les questions métaphysiques se posent d'une façon totalement différente. Il ne s'agit plus de savoir si nous vivons ou non avant et après la vie terrestre, mais de savoir pourquoi nous vivons, comment nous vivons, et comment se servir d'un principe vital pour bien vivre. Alors, ça pose un autre problème évidemment : d'où vient ce dédoublement ? Comment cela se produit-il ?

C'est toujours la même question : ce dédoublement nous permet d'être créateurs, c'est-à-dire que nous créons notre futur pour le vivre dans le présent en fonction d'un passé; mais ce passé, d'où vient-il ? Il vient d'un dédoublement. Or, la théorie montre que pour dédoubler, il faut à l'origine une pensée unique, un créateur unique, disons : un créateur d'un premier dédoublement. Je ne veux pas dire créateur dans le sens des religions, des différentes métaphysiques et philosophies; ça c'est un autre problème qui touche à la liberté de chacun. La seule chose que je veux dire, c'est que cette théorie, qui est vérifiée, puisqu'elle a même permis de calculer des constantes universelles, prouve qu'on a besoin d'un créateur du premier temps d'un dédoublement.

Or, comme on sait maintenant qu'il faut diviser le temps sept fois pour obtenir la différenciation passé-présent-futur, nous retrouvons des choses bibliques, des choses sumériennes très intéressantes et qui montrent qu'à une époque où la technologie était apparemment très peu poussée, les gens bénéficiaient d'un principe vital qui faisait qu'ils organisaient leur présent en fonction du futur, et cela avec une maestria qui nous paraît maintenant enfantine, dans ce sens que, comme ces civilisations anciennes ne se posaient pas du tout nos questions matérielles, il nous semble que leur mode de vie était vraiment peu intéressant par rapport à notre mode de vie actuel.

Or, c'est exactement l'inverse : les conditions de vie étaient tellement hostiles, tellement dures que s'ils n'avaient pas eu ce principe vital pour survivre, ils auraient connu une barbarie bien plus grande encore. Nous, nous pensons que nous ne sommes pas des barbares, que nous sommes des gens civilisés, sous prétexte que l'on a supprimé la peine de mort, que l'on s'intéresse à des principes d'égalité, de liberté, de fraternité. En fait, nous vivons très mal puisque nous ne savons pas que la moindre de nos pensées présentes fabrique un futur potentiel actif, que si je veux nuire à quelqu'un, je nuis à mon futur et je nuis au futur de ce quelqu'un. Car en fait, réfléchissons à une chose : si je suis capable de créer un futur potentiel, ce futur potentiel est disponible dans l'humanité entière. Donc cela signifie que l'humanité entière me crée des futurs potentiels où je vais puiser pour survivre. Qui me dit que ces futurs potentiels sont bons pour moi, puisqu'ils ont été fabriqués par d'autres personnes que moi ?

Donc, vous voyez : cela pose un autre problème : il faut vivre également en fonction des futurs potentiels générés par d'autres individualités que la nôtre. Celui qui pense détenir une vérité et qui veut l'imposer est obligatoirement dans l'erreur, puisqu'il crée un futur potentiel pour les autres, alors que cette soi-disant vérité ne concerne que son propre futur potentiel. Nous sommes dans un futur collectif parce que nous devons comprendre les autres. Mais celui qui veut imposer son idée devient forcément quelqu'un de dangereux pour la collectivité.

Alors vous voyez bien que ce principe scientifique bête et simple, à savoir trouver du vide dans le temps (en science, on parle d'un temps "stroboscopique", comme dans les boîtes de nuit, vous savez, où l'on alterne les flashs avec les temps obscurs) n'est pas si simple à mettre en œuvre. La réalité que vous voyez n'est pas la vraie réalité puisqu'il manque les temps obscurs; ça vous donne l'impression d'une agitation par soubresauts, d'un temps ralenti.

Notre perception du temps est également une chose qui est tout à fait subjective. Nous ne percevons que 24 images par seconde. Si on nous en transmet une vingt-cinquième, évidemment, elle disparaît. Elle disparaît tellement bien qu'on appelle cela "le subliminal". Il permet d'influencer les gens sans qu'ils ne s'en rendent compte. Cela a été utilisé par les politiciens en périodes électorales, cela a été utilisé pour les concepteurs de publicité et dans d'autres domaines. Cela signifie que nous pouvons, hors de la perception des temps présents, agir sur la conscience des gens. Nous pouvons perturber la pensée des gens par des images subliminales. Eh bien nous pouvons également perturber la pensée des gens par des temps subliminaux, puisque ces ouvertures temporelles font en fait partie de l'imperceptible.









Exemple de publicité subliminale insérée dans un film à la fin des années 1950.











Donc, cette théorie a l'avantage de rendre l'invisible visible, de rendre accessible ce que les gens classent habituellement dans le paranormal. L'intérêt de mélanger passé, présent et futur vous montre que la clairvoyance est absolument nécessaire pour vivre. Les animaux le savent; ils ne réfléchissent pas, ils ont des prémonitions; ils ont par exemple des migrations; on sait que, lors d'un tremblement de terre, les oiseaux se cachent. On peut avancer l'explication qu'il y ait des ondes telluriques les incitant à se cacher avant que les tremblements de terre n'aient lieu; mais on sait aussi que les rats quittent les navires bien avant le déclenchement de la tempête, on sait qu'à Hiroshima, les rats ont quitté la ville alors qu'il n'y avait aucune prémisse de bombardement. Donc, les animaux sont capables de clairvoyance. On a fait des expériences à ce sujet, personne ne le nie.

Nous, les hommes, nous avons tendance à nous méfier du concept de "principe vital". Pourtant, visualiser le futur avant de le vivre correspond à une démarche essentielle que nous accomplissons tous les jours sans le savoir, car notre survie en dépend. Mais ce principe vital que nous sommes obligés d'utiliser, nous l'utilisons dans l'ignorance, et de ce fait, nous nous rendons malades.

Il faut bien comprendre que la science, c'est une chose, mais que si elle ne sert à rien dans le quotidien, elle devient inutile. Par contre, si nous pouvons nous équilibrer, retrouver des intuitions, retrouver des prémonitions, pour supprimer tout déséquilibre – et les déséquilibres, à l'heure actuelle, sont violents; la recrudescence du cancer en est une preuve – si nous pouvons aider les gens en leur inculquant l'idée qu'ils peuvent se stabiliser tout seuls, à ce moment-là, cette théorie devient très importante, bien plus importante que toutes ces publications scientifiques qui n'ont d'intérêt que de permettre à des érudits de se glorifier d'une connaissance un peu supérieure.

Avec mon ami Philippe Bobola – qui est physicien comme moi, mais également chimiste et biologiste, et qui s'intéresse donc de très près au vivant et à l'homme – nous avons mis en avant l'intérêt de cette application dans le quotidien de la vie pour essayer de donner aux gens l'idée qu'ils pouvaient profiter de cette fameuse "fin des temps" que nous vivons actuellement, et qui a été mise en évidence par des explosions solaires, pour s'équilibrer eux-mêmes.

Je ne rentrerai pas dans le détail, mais disons qu'il y a une approche dangereuse de cette fin des temps, puisque nous fabriquons les futurs potentiels qui vont venir à nous avec un temps accéléré, c'est-à-dire que plus nous allons vivre ou penser des choses dramatiques, plus nous allons vivre des choses dramatiques. Il est donc de première nécessité de faire connaître aux gens la possibilité qu'ils ont de se stabiliser, de s'équilibrer, et surtout d'équilibrer les futurs potentiels pour que l'humanité se calme. Car en fait la planète est en train de se dérégler très, très vite. Quand, il y a dix ans, je disais qu'il allait se produire un réchauffement planétaire de 1°, je n'étais pas tellement pessimiste, puisqu'il se trouve que maintenant, c'est prouvé. Le réchauffement climatique n'est plus une histoire de supposition; la fonte des glaciers est là; la montée des eaux est envisagée; les changements de paramètres magnétiques sont là; l'activité solaire devient exponentielle. Tout cela nous prouve que nous accélérons nous-mêmes cette "fin des temps" et que, de ce fait, nous rentrons dans une période dangereuse.

N'oubliez pas une chose : autrefois les gens disaient qu'à la fin des temps, nous allions découvrir des potentiels importants, découvrir le caché, c'est-à-dire découvrir notre passé et notre futur potentiel. En grec, cela se disait "Apocalypsos". Donc nous allions connaître une "Apocalypse", une révélation. Maintenant l'Apocalypse est devenue synonyme de chaos, car en effet, à chaque fin ou commencement des temps, il y a des périodes dangereuses, des périodes telles que chaque fois l'humanité en prend un coup.

C'est vraiment quelque chose de prépondérant, de primordial; il faut absolument faire connaître le sens de cette notion de "fin des temps" pour que nous puissions ajuster nos futurs à nos passés et nous équilibrer. Nous avons déjà obtenu à notre petite échelle, avec l'aide de cancérologues, de médecins, des résultats prodigieux qui feraient penser à des miracles s'il n'y avait pas derrière cette théorie scientifique sur la stroboscopie du temps. Mais ce ne sont que des miracles apparents pour celui qui sait utiliser les ouvertures temporelles. Comment les utiliser ? Simplement à l'aide du sommeil paradoxal qui permet d'avoir cet échange d'informations entre passé, présent et futur.

Alors comment utiliser un sommeil paradoxal, puisque nous n'y avons pas accès ? Nous ne pouvons pas contrôler quelque chose qui se passe pendant notre sommeil. Et pourtant, pendant ce sommeil s'effectue quelque chose d'important, puisque nous savons que le temps s'y accélère. C'est donc un moment privilégié pour ces échanges d'informations. Oh, les ouvertures temporelles, nous les rencontrons à chaque instant de notre vie, puisque le corps en a besoin perpétuellement, mais celui qui arriverait à avoir un échange informationnel permanent utilisant le sommeil paradoxal maîtriserait les échange d'informations entre passé, présent et futur.

Il est prouvé que le sommeil paradoxal est vital; si vous supprimez le sommeil paradoxal à un animal (On n'a pas tenté l'expérience sur l'homme, évidemment) on s'aperçoit qu'il meurt en très peu de temps. Par exemple, le rat meurt en 19 jours; vous pouvez le nourrir comme il faut, lui faire danser les danses de son choix, si vous lui supprimez le sommeil paradoxal, il meurt. On sait aussi qu'il y a une maladie chez l'homme, l'insomnie fatale, qui le fait mourir en 7 à 24 mois. Donc on sait que le sommeil paradoxal est vital. Évidemment qu'il est vital puisque c'est là que se passe l'information.

L'enfant qui vient de naître utilise chaque jour 10 heures de son temps pour recevoir des informations. Il en a besoin parce qu'il arrive dans un espace qu'il ne connaît pas, dans un temps qu'il ne connaît pas. Donc il doit utiliser l'accélération du temps pour recevoir des informations. Par quel intermédiaire ? Par l'intermédiaire de ce que l'on peut appeler "un autre moi", un double.

Je donnerai à ce propos une information intéressante sur le passé et sur le grec, puisque nous nous sommes "amusés" – "amusés" est un terme qui n'est pas vraiment adapté à mon propos –grâce au grec. Le grec était une langue qui permettait de retrouver des éléments de la théorie mathématique du dédoublement, qui s'appelait donc jadis théorie de l'Alpha et de l'Oméga. Le dédoublement du premier – le premier, en grec, c'est Alpha (α) – donc l'Alpha qui se dédouble devient Alpha-Alpha. Il faut à Alpha-Alpha une bifurcation pour revenir à la position première, cette bifurcation étant le Nu en grec (ν) ou le N dans notre alphabet. Ce qui nous donne ANA. Curieusement, ANA en grec veut dire le Très-Haut, l'Inaccessible. Or, si vous allez à un deuxième dédoublement qui fait intervenir la deuxième lettre de l'alphabet, le Bêta (β), vous obtenez ANA-BÊTA. Or ANA-BÊTA, en lui rajoutant quelques voyelles vous donne une notion d'éternité, Anabaina ou une notion de reptation sinueuse, d'échange. Pourquoi pas d'échange d'informations ? Surtout si vous allez ensuite à une troisième différenciation du temps par un troisième dédoublement qui vous donne le Gamma en grec (γ), ANA-GAMMA; si cet échange d'informations vient d'ANA, c'est à dire du haut, de l'inaccessible, à ce moment-là, c'est envoyé par le haut. En grec, envoyé se dit "Elaho", qui veut dire "le poussé en avant". En hébreu, "Elohim" signifie les envoyés, les dieux. Donc, celui qui est envoyé en avant par deux dédoublements successifs l'ANA-GALOS qui contracté donne ANKGELOS (ανκγελος), ce qui, traduit en latin, donne ANGELUS. C'est l'Ange que les religions nous ont transmis. Mais cette connotation angélique actuelle n'a évidemment plus rien à voir avec l'ANKGELOS. L'ANKGELOS ne signifiait pas du tout en grec l'Ange; ça signifiait "le Messager du temps". Or, s'il y a un Messager du temps, c'est que le temps doit servir à quelque chose d'important dans notre vie.




C'était juste une petite parenthèse pour vous dire que les gens qui parlent d'ange gardien sans trop savoir ce que ça signifie ne sont pas si loin d'une réalité. Seulement le problème, c'est que l'ange gardien, avec toute la connotation religieuse qu'il y a derrière, fait penser à un être extérieur, un être auquel nous n'avons pas accès. Or, si nous pensons au dédoublement, nous avons chacun de nous une autre partie de nous qui est en fait la partie créatrice qui est en nous, qui permet de contrôler à la fois le futur et le passé. Ce n'est pas un étranger, c'est nous. C'est à peu près la seule personne que nous pouvons injurier, que nous pouvons maltraiter. C'est ce qui nous permet de survivre et de bien vivre.

Mais si nous ne faisons aucun échange d'informations avec cette autre partie de nous, nous ne savons même plus pourquoi nous vivons et ce que nous devons faire sur Terre pour fabriquer des futurs potentiels qui, à notre mort, deviendront notre réalité.

Pour terminer cet entretien un peu scientifique, pas vraiment scientifique en fait, mais surtout utile pour la vie courante, j'aimerais dire une chose, c'est que ce futur, ce passé, ce présent sont les nôtres, car nous sommes une trinité. Alors, comment se fait-il que cette trinité marche si mal ? Tout a été fait pour nous permettre d'ajuster notre futur à notre passé, et nous voilà avec des maladies, avec des souffrances, ce qui veut dire que nous sommes vraiment très mal placés pour utiliser ce principe vital.

Or, il faut être conscient que tous les 25.000 ans, il y a donc "fin des temps" et commencement d'un "temps nouveau". Cela n'a rien d'ésotérique au sens où je le dis maintenant, puisque cela correspond à une découverte scientifique parfaitement établie. Mais cela signifie que nous avons tout d'un coup la possibilité de voir tous les potentiels qui sont nôtres et de repartir avec cette connaissance pour un cycle nouveau. Or, il se trouve qu'en cette période trouble, un peu chaotique, puisqu'on y découvre à la fois le passé et le futur, on a la possibilité d'aller visiter, explorer le futur lointain qui est dangereux, qui est, on peut le dire, inutile ou interdit, et cela pour 25.000 ans. Ceux qui vont dans cette exploration dangereuse laissent dans leur futur celui qui aurait dû être dans leur passé, à savoir leur double, leur ange gardien.

Donc, vous voyez qu'il y a une autre notion à prendre en compte, à savoir qu'une faute fut commise lors du dernier commencement des temps et que nous n'avons plus du tout de gardien de notre futur. Nous avons quelqu'un pour nous protéger dans le passé et nous sommes en train de fabriquer son futur. Notre vie sert à fabriquer le futur d'un autre nous-même, et si ce futur ne correspond pas à ce que nous recherchons, lorsque arrive la fin des temps, nous ne pouvons plus regagner le passé que nous avions pourtant décidé de vivre.

Vous voyez qu'il y a un mélange des temps qui est très, très important, et qu'il est primordial de rechercher absolument cet équilibre quotidien pour adapter le futur au passé dans notre présent, sans chercher à modifier quoi que ce soit chez autrui. Or, pour conclure, nous pourrions dire qu'à l'heure actuelle, chacun pense trouver sa vérité et essaye de l'imposer à autrui en pensant qu'autrui n'a pas la bonne vérité, alors qu'en fait la vérité, c'est l'ensemble de toutes les parcelles créatrices qui sont dans chacun de nous.

Si nous voulons connaître le Créateur, il faudrait connaître chaque créature. Or, vous voyez que l'univers est composé de milliards de milliards d'étoiles; il n'y a aucune raison pour que nous soyons les seules créatures dans l'Univers. Si nous voulions connaître ce Créateur, il faudrait connaître les milliards de milliards de créatures qui peuplent l'Univers. Donc vous voyez que celui qui penserait détenir la vérité se tromperait totalement puisqu'il n'a accès qu'à une faible, très, très faible partie des futurs potentiels créés à chaque instant par chacune de nos pensées.

Donc, ce qu'il faut chercher, c'est d'abord à se connaître soi-même pour pouvoir connaître et aimer les autres. Aimer, non pas dans le sens d'un "amour New Age", mais avec cette compréhension que créer un futur potentiel dangereux pour quelqu'un, c'est se perdre, puisque ce futur potentiel dangereux sera un jour utile pour nous pour survivre. Alors, autant essayer de créer des futurs agréables et calmer ainsi la planète qui ne connaîtra pas alors d'apocalypse dramatique.

C'est en fait le message auquel aboutit notre découverte scientifique, mais la science actuelle est encore loin de vouloir promouvoir une telle idée, puisqu'elle est devenue "la religion de la fin des temps", une religion terriblement dogmatique.

Retenez, en tout cas, qu'il est préférable de se transformer soi-même avant de chercher à transformer les autres, et que l'on peut à tout instant de sa vie s'équilibrer en utilisant ce principe vital. »

Extrait  Conférence de Jean-Pierre Garnier-Malet 2010
NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 3 commentaires
Samedi 8 mars 2014 6 08 /03 /Mars /2014 22:15

shutterstock_161208872

 

 

Certaines personnes prétendent avoir vécu des expériences dites de décorporation, sorte de voyage astral en dehors du corps et donnant l’impression de flotter et de le regarder de haut. Une équipe de scientifiques a déniché une patiente apte à le faire à volonté et lui a fait passer des scanners. Ce qu’ils ont découvert est étonnamment étrange. 

Les chercheurs savent que les expériences de décorporation peuvent être induites  »par des traumatismes du cerveau, la privation sensorielle, les expériences de mort imminente, les médicaments dissociatifs et psychédéliques, la déshydratation, le sommeil, et la stimulation électrique du cerveau », entre autres. Elle peut également être délibérément induite par certains !

C’est la première fois que ce type d’expérience a été analysée et documentée scientifiquement.

Andra M. Smith et Claude Messierwere de l’Université d’Ottawa décrivent la capacité de ce sujet dans leur article, publié dans Frontiers of Human Neuroscience :

« Elle a pu tourner en l’air au-dessus de son corps, à plat et glisser le long d’un plan horizontal. Elle a signalé être restée consciente de son corps physique et n’a pas fait état d’émotions particulières pouvant être liées à l’expérience. »

Est-ce possible ? Cela peut-il être réel ? Les chercheurs ont effectivement constaté qu’il se passait quelque chose dans son cerveau ! L’IRM a montré une « forte désactivation du cortex visuel », et a contrario, « l’activation sur le côté gauche de plusieurs domaines liés à l’imagerie kinesthésique », qui comprend notamment l’imagerie mentale du mouvement corporel.

Précisément, c’est grâce à cette partie du cerveau qu’il nous est possible d’interagir avec le reste du monde. En somme, ce qui vous fait sentir que votre corps est en relation avec l’extérieur.

cerveau

Alors, réel ou pas réel ?

On peut considérer cette expérience comme réelle au sens où la patiente l’expérimente, son cerveau prouve qu’il s’agit de sensations tangibles pour elle. Les scanners cérébraux démontrent que ce qu’elle prétend ressentir est effectivement induit par son cerveau. En revanche, cela ne signifie pas que son ‘âme’ est sortie de son corps. Ce n’est pas un voyage astral comme décrit par les mystiques. Il n’y a pas d’activité paranormale, c’est même parfaitement empirique.

Avant, les scientifiques pensaient que ces expériences hors du corps étaient un type d’hallucination provoquée par un mécanisme neurologique. Il s’avère que ledit mécanisme est présent chez le tout-un-chacun et qu’il suffit de se former à l’activité pour pouvoir planer.

Bon, il n’y a plus qu’à… Voilà une excellente raison pour justifier une bonne petite sieste à votre patron. Pour la science que diable !

 

SourcesSploid 
gizmodo.fr
NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 5 commentaires

facebook-logo-webtreats mail-webtreats youtube twitter-webtreats

   

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés