Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le Noé de Sumer

Publié par David Jarry sur 3 Février 2014, 16:08pm

Catégories : #Mythologies - Civilisations anciennes

La tradition sumérienne a fortement influencé les rédacteurs de la Genèse biblique. On y retrouve, à l'identique, le mythe de Noé et de son arche.

 

Gilgamesh, le géant sumérien

 

Au récit de Sumer, nous associerons, en rouge, la version de la Bible.

 

Statuette sumérienneAprès avoir créé les hommes, les dieux ont voulu anéantir l'humanité au moyen de déluges. Les hommes s'étaient en effet multipliés à un tel point qu'ils faisaient trop de bruit, gênant ainsi les dieux. Namtar, dieu de la mort et de la peste, fut, par exemple, chargé de déchaîner une maladie sur les hommes. Mais Enki, dieu créateur des hommes, réussit à les sauver. Les dieux envoyèrent d'autres calamités, mais, à chaque fois, Enki aidait les hommes.

 

Tandis que son fils, Enlil, jalousait les créatures de son père. Il décida qu'un déluge universel allait noyer toute l'humanité. Alors Enki apparut en rêve à un humain, Utnapishtim et lui donna ses instructions. ("Construis vite une arche, embarque des couples d'animaux, et tous les tiens") Alors Utnapishtim fit ce que Enki lui avait demandé. Il construisit un grand bateau, y embarqua des oiseaux, du bétail. (Des animaux purs et de ceux qui ne sont pas purs, des oiseaux et de tout ce qui rampe sur le sol. Genèse 7:8)

 

Utnapishtim fit aussi monter dans l'arche les membres de son clan. (Entre, toi et toute ta famille dans l'arche Genèse 7:1) Alors une forte pluie se mit à tomber sans interruption. Et là, première variante : les 40 jours et 40 nuits de la Bible ont rétréci au lavage. Pas étonnant, avec toute cette flotte ! "Après 7 jours et 7 nuits, la tempête se calma. Utnapishtim sortit du bateau et il fit des offrandes à tous les dieux qui avaient faim. Enlil, furieux, constata que les hommes avaient survécu au déluge." (source)L'épopée de Gilgamesh de Jacques Cassabois

 

Gilgamesh rencontre Utnapishtim, le Noé de Sumer

 

Enki suggéra un compromis : les humains ne se multiplieront plus si vite. Les maladies en décimeront un tiers. Sans cesse, dans la version sumérienne de notre création, on voit intervenir des manips génétiques pour nous brider, nous amoindrir, nous limiter de mille façons. Il se peut que les progrès de la génétique permettent de corriger ces altérations de notre génome. Dans son entreprise de dégradation, Enki ajoute un obstacle qui n'est sans doute pas génétique : les accouchements.

 

Gilgamesh, le géant sumérien

 Ils deviendront douloureux (Eve accouchera dans la douleur) et dangereux pour la mère comme pour l'enfant.  Voilà qui semble faire allusion à la grande taille des enfants. Les dieux se sont reproduits avec les humaines, donnant naissance à une race de géants. Le roi Gilgamesh qui nous raconte cette histoire, appartenait lui-même à la race des géants. Sur son portrait ci-contre, on peut juger de ses proportions et de sa force à la taille du lion qu'il étrangle sous son bras, sans effort apparent.

 

Photoshopping. Mais ça en jette.Si l'on en croit ce portrait, Gilgamesh devait mesurer entre neuf et douze mètres de haut. Un géant de douze mètres, c'est grand. Pour votre information, voici le squelette qui pourrait correspondre à la taille de Gilgamesh. Qu'on ne s'y trompe pas, ce squelette n'est pas le sien, c'est un montage. Ici comme ailleurs, certains poussent très loin l'art du fake.Bidon Ça donne toujours une idée de la taille que ferait le squelette d'un géant de douze mètres… 

 

Utnapishtim et Oannes, le Dieu Poisson des originesLes similitudes entre l'histoire d'Utnapishtim et celle de Noé sont trop nombreuses pour être le fait du hasard. Utnapishtim est la version originale du mythe biblique, car la version sumérienne est beaucoup plus claire que sa copie hébraïque. On a l'impression que les rédacteurs de la Bible ont recopié une histoire à laquelle ils ne comprenaient rien. Les tablettes sumériennes détaillaient les étapes d'une procréation scientifique, les Hébreux n'y ont vu que magie et symbolisme.

 

A cette époque, pas de prix Nobel parmi ces braves Hébreux gardiens de chèvres et meneurs d'ânes. Comment auraient-ils compris la technologie des dieux d'avant ? Ils ont réagi comme les dieux l'avaient voulu : avec admiration, soumission, dévotion, implication, et pas mal de transpiration. Les Babyloniens les ont fait bosser comme des ânes. Mais ils leur ont aussi appris à lire, à écrire. Dès qu'ils ont pu, ils sont rentrés chez euxou presque : chez les Philistins, ancêtres des Palestiniens en emportant les brouillons d'un best seller pour vingt-cinq siècles : la Bible.

 

Sur cette stèle sumérienne gravée de caractères cunéiformes, on voit Enki, le créateur, conseiller à Atra Asis de construire une arche pour échapper au déluge.Les tablettes cunéiformes comportaient une  histoire beaucoup plus ancienne, celle d'un homme appelé Atra-Haziz. Il a été prévenu par les dieux qu'un déluge terrible allait tout détruire, et qu'il devait construire un grand bateau insubmersible… Cette fois, avec l'arche et le déluge d'Atra-Haziz, on tient sans doute la version originale que toutes les autres ont reprises. Le scribe a daté la tablette de 4800 BP.Before Present Le déluge qu'elle évoque serait donc forcément antérieur. N'oublions pas qu'il y en eut plusieurs.

  

La 10ème tablette du "Livre Perdu d'Enki" décrit avec précision le Grand Déluge survenu en l'ère du Lion, il y a quelques 12.500 ans, à l'occasion du passage, hautement perturbateur, d'un énorme planétoïde dans l'orbite de la Terre. Il provoqua un réchauffement climatique et de toute une série de cataclysmes, la fonte des calottes glaciaires ayant entraîné un méga-tsunami : "Quelques jours avant le Déluge, la Terre trembla et grogna de douleur. Dans le ciel, Nibiru était comme une étoile brillante.

 

Puis le jour s'assombrit, et la lune sembla dévorée par un monstre. Aux sombres lueurs de l'aube, tout fut voilé par l'ombre de la mort, puis un coup de tonnerre retentit et le ciel se zébra d'éclairs... En ce jour inoubliable, le Déluge ouvrit ses écluses sur la Terre Blanche et la Terre du milieu. Même la Terre des Cimes trembla sur ses fondations, puis le sol se rompit dans le fracas de mille tonnerres et s'effondra dans la mer du sud. La Terre Blanche se rompit comme une coquille d'oeuf, et soudain...

 

Nammu, déesse mère des AnounnaStupeur !! Dans leurs navires du ciel, les Anounnaki se sont sentis tout petits. Un raz-de-marée gigantesque s'éleva et le ciel devint un mur d'eau. Une tempête d'une férocité inconnue se mit à hurler jusqu'au sommet de la Terre. Un cyclone entraîna les fleuves d'eau vers le nord : ils atteignirent l'Abzu et tout fut submergé. La tempête emporta les populations comme dans une bataille meurtrière. Les terres disparurent sous les eaux et avant la fin de ce triste jour, les montagnes furent englouties.

 

Les Anounnaki voyaient d'en-haut le drame se produire : Ninmah (Ninhursag, épouse d'Enki), ravagée de chagrin, criait comme une femme en couches  : " les raz de marée ont emporté toutes vies" se lamentait-elle, pleurant et gémissant. Inanna, qui se tenait auprès d'elle, pleurait et se lamentait aussi : "tout est enseveli, tous les êtres vivants, tout est retourné à l'argile." Dans les autres navires du ciel, les Anounnaki se sentaient tout petits devant une telle furie, une si grande puissance.   

 

Enki Ea procédant à ... ? à quoi, on ne sait pas exactement. Mais bon, il fait sûrement quelque chose avec son échelle à poissons.

 

Ils se lamentaient aussi, les humains étaient morts. Les fruits, les vignes, tout était détruit. L'âge d'or était englouti. Alors que la Terre était balayée d'une vague plus immense encore, les cieux se rompirent en un déluge de pluies et la Terre disparut de toute vue... Durant 7 jours, les eaux des cieux se mêlèrent à celles des mers qui avaient englouti la Terre... Les Anounnaki demeuraient autour de la Terre mais ne distinguaient plus que de l'eau, des trombes d'eau qui tombèrent encore 40 jours et 40 nuits. Les plus hauts sommets des montagnes ressemblaient à de petites îles perdues en mer."

 

Enki Ea, prince anounnaTelle est l'effroyable description du Grand Déluge. Quand, les éléments apaisés, les "dieux" redescendirent sur Terre, ils constatèrent l'ampleur des dégats, trouvant au fur à et mesure de leurs expéditions des groupes d'humains rescapés tentant péniblement de survivre au sein de cette désolation. Enki, pour sa part, avait sauvé Ziusudra (le vrai Noé) et les siens, mettant à sa disposition un sous-marin (et non pas une arche). C'est dans ce sous-marin qu'il gagna les souterrains immergés de l'Atlantique.

 

Dans leur radeau de serpents, Enki, Ziusudra et les autres dieux rescapés sont réapparus dans les Andes à 4500 m d'altitude, au beau milieu du lac Titicaca. Les Andins qui les ont vu sortir du lac se sont prosternés face contre terre. Ils grelottaient de peur et de froid, trempés par la gerbe d'écume que fit le sous-marin en jaillissant des eaux. Mais les démons à face de serpent ne semblaient pas si mauvais après tout. Alors le sorcier prit la parole : "Ces dieux seront nommés les Viracocha, car ils viennent de l'écume."       

 

 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents