Nouvelle lumière sur la Peste Noire : La connexion cosmique

© Inconnu
Peinture médiévale de la Peste Noire

Nouvelle lumière sur la Peste Noire - la connexion cosmique par le dendrochronologue1 Mike Baillie de la Queen's University de Belfast en Irlande.

Je viens de finir de lire ce livre et tout ce que je peux dire est : Wow ! C'est un livre intense ! Pas un livre long, d'ailleurs - juste 208 pages y compris les annexes. Il est concentré et économique sans mots inutiles ou vains radotages. Chaque exemple et diversion temporaire sont cruciaux pour l'argument central qui est - accrochez-vous - Mike Baillie (oui, un vrai scientifique et pas un charlatan), dit que la Peste Noire, une des pandémies les plus mortelles dans l'histoire humaine, qui est supposée avoir tué peut-être deux tiers de toute la population de l'Europe, sans parler des millions de personnes sur toute la planète, n'était probablement pas une peste bubonique mais plutôt une mort due à une(des) comète(s) !

Oh oui ! C'est étonnant, n'est-ce pas ?

Peut-être pas. Baillie a des preuves scientifiques pour soutenir sa théorie et ses preuves soutiennent réellement - et est supportée par - ce que les gens de l'époque disaient : tremblements de terre, comètes, pluies de mort et de feu, atmosphère polluée, et mort à une échelle qui est presque inimaginable. La plupart des gens aujourd'hui ne sont pas réellement conscients de ce qui est arrivé il y a juste 660 ans.

La Chine, où la Peste Noire est prétendue avoir pris son origine, a perdu la moitié de sa population (passant d'environ 123 millions à environ 65 millions).

Une recherche récente sur les nombreuses traces de morts européennes suggère également un chiffre de 45 à 50% de la population européenne totale qui est morte au cours d'une période de quatre années, bien que les chiffres fluctuent selon les endroits (ce qui est un problème comme nous le verrons).

Dans l'Europe méditerranéenne et en Italie, le Sud de la France et l'Espagne, où la peste dura environ quatre années consécutives, ce fut probablement plus proche de 70 à 75% de la population totale. (Aux États-Unis aujourd'hui, cela serait équivalent à réduire la population des 300 millions actuels à 75 millions en moins de quatre années. Cela se résumerait aussi à devoir enterrer ou se débarrasser d'environ 225 millions de cadavres !)

En Allemagne et en Angleterre, cela fut probablement plus proche de 20%. On croit que l'Allemagne du Nord-Est, la Bohème, la Pologne et la Hongrie ont dû moins souffrir pour quelque raison (et il y a quelques théories qui ne sont pas entièrement satisfaisantes).

Il n'y a pas d'estimations disponibles pour la Russie ou les Balkans, il semble donc qu'ils ont dû peu souffrir, s'ils ont souffert. L'Afrique a perdu approximativement 1/8e de sa population (d'environ 80 millions à 70 millions). (Ces chiffres soulignent réellement un des problèmes que Baillie soulève : la variabilité des taux de décès selon les endroits.)

Quel que soit le taux de décès à un endroit donné, la conclusion est que la Peste Noire a produit le plus grand nombre de morts que toute autre pandémie connue dans l'histoire enregistrée et, comme Baillie le fait remarquer, personne ne sait réellement ce que c'était ! Oh, bien sûr, pendant très longtemps tout le monde « savait » que c'était la peste bubonique, donc pourquoi Baillie remet en question ce fait bien établi ? Il n'est pas le seul.

En 1984, Graham Twigg a publié The Black Death: A Biological Reappraisal2, où il prétendait que le climat et l'écologie de l'Europe et particulièrement l'Angleterre rendaient cela presque impossible aux rats et aux puces d'avoir transmis la peste bubonique et qu'il aurait été presque impossible au Yersinia pestis d'avoir été l'agent causal de la peste, sans parler de sa diffusion explosive à travers l'Europe au cours du 14e siècle. Twigg démolit également la théorie commune d'une diffusion entièrement pneumonique. Il propose, en se basant sur l'examen des indices et des symptômes, que la Peste Noire peut avoir été en réalité une épidémie d'anthrax pulmonaire causée par le Bacillus anthracis.

Un autre scientifique peu favorable au modèle standard est Gunnar Karlsson qui a fait remarquer en 2000 que la Peste Noire a tué entre la moitié et les deux tiers de la population de l'Islande, bien qu'il n'y avait pas de rats en Islande à cette époque. (The History of Iceland de Gunnar Karlsson)

Baillie résume le problème comme suit :
On pensait que la Peste Noire de 1347 était la troisième grande explosion de la peste bubonique ; un fléau traditionnellement répandu par les rats et les puces. Les exemples antérieurs étaient la peste d'Athènes en 430 av. J.-C. et la peste à l'époque de Justinien qui arriva à Constantinople en 542 de notre ère. La peste d'Athènes fut décrite par Thucydide, et la peste de Justinien fut décrite par Procope, entre autres. [...]

La peste est supposée avoir pris son origine en Asie Centrale ou quelque part en Afrique, où la peste est endémique chez certaines populations nomades. On suppose qu'un stimulus environnemental a poussé des rongeurs infectés à quitter leur habitat normal et infecter des populations de rats, et finalement des populations humaines, dans des zones où il n'y avait pas d'immunité naturelle. On pense que le mécanisme de transfert a consisté en des puces infectées qui quittaient le corps de rats morts et allaient sur des hôtes humains qui étaient à leur tour infectés par les puces qui se nourrissaient. On pense que les routes commerciales ont apporté la maladie vers la région de la Mer Noire et de là, en Méditerranée à la fin de 1347. Elle fut ensuite introduite en Europe par l'Italie du Nord et le Sud de la France. Elle commença immédiatement à tuer les gens en grande quantité à une vitesse d'environ 1,5 km par jour. Entre janvier et l'été ou l'automne 1348, elle s'était répandue aussi loin que les îles britanniques, et en 1350 en Scandinavie et finalement même l'Islande. La diffusion semble s'être localisée à travers la France, à travers la Belgique et l'Allemagne et ensuite en Europe Centrale du sud. La première vague s'éteignit d'elle-même en 1351, bien qu'il y eut une seconde vague en 1361.

On croit généralement que la peste toucha une population déjà affaiblie en Europe. [...]

Fondamentalement, le problème concerne ces rats et ces puces. Pour que la sagesse conventionnelle puisse fonctionner, il faut qu'il y ait des hordes de rats infectés et ils doivent se déplacer à une vitesse alarmante - vous devriez presque imaginer des rats infectés se déplaçant rapidement (surtout vers le nord) libérant au moment de leur mort des tas de puces infectées. Les défauts de ce scénario sont légions. Par exemple, il n'y a pas de descriptions de rats morts étendus partout (ce point est expliqué en suggérant que soit les rats étaient dans les habitations, soit les gens étaient si accoutumés aux rats morts qu'ils ne prenaient pas la peine de les mentionner ; cependant s'ils vivaient dans les habitations, comment voyageaient-ils si rapidement ?) Cela ne semble pas important que vous soyez un berger de la campagne ou un ecclésiastique ou un habitant des villes, tous furent infectés. Pourtant étrangement avec cette maladie très infectieuse certaines villes furent épargnées. En outre, ces rats doivent avoir été heureux de se déplacer vers des zones septentrionales même si la peste bubonique est une maladie qui exige des températures relativement chaudes. Puis, quand il y a des barrières d'eau, ces rats montaient à bord de navires pour maintenir le mouvement. (Baillie)
Benedictow, un avocat du scénario des rats et des puces cité par Baillie, nous parle de ces créatures étonnantes :
Le génie stratégique de la Peste Noire fit encore un coup de maître qui accrut grandement le rythme de sa conquête de la péninsule ibérique. Peu après ses multiples invasions d'importants centres urbains le long de la côte du royaume d'Aragon, il réalisa un saut métastatique remarquable et arriva triomphalement dans la ville de St Jacques de Compostelle à l'extrême opposé, le coin le plus au nord-ouest de la péninsule ibérique. (Benedictow, O.J. 20042004 The Black Death 1346-1353: The Complete History. The Boydell press, Woodbridge.)
En 2001, les épidémiologistes Susan Scott et Christopher Duncan de l'université de Liverpool ont proposé la théorie disant que la Peste Noire pourrait avoir été causée par un virus du type Ébola, non une bactérie. Leurs recherches et découvertes sont documentées exhaustivement dans Biology of Plagues. Plus récemment, les chercheurs ont publié des modèles informatiques montrant comment la Peste Noire avait rendu 10% des Européens résistants au VIH. . (Return of the Black Death: The World's Greatest Serial Killer3 de Susan Scott, Christopher Duncan et Biology of Plagues: Evidence from Historical Populations4 de Susan Scott, Christopher J. Duncan)

Dans la même veine, l'historien Norman F. Cantor, dans son livre sorti en 2001 In the Wake of the Plague5, suggère que la Peste Noire pourrait avoir été une combinaison de pandémies comprenant une forme d'anthrax et une maladie du bétail. Il cite beaucoup de formes de preuves comprenant : des symptômes de maladie rapportés en désaccord avec les effets connus de la peste bubonique ou pneumonique, la découverte de spores d'anthrax dans une fosse de pestiférés en Écosse, et le fait qu'on savait que de la viande de bétail infecté avait été vendue dans beaucoup d'endroits ruraux anglais avant le début de la peste.

Samuel K. Cohn, cité de nombreuses fois par Baillie rejetait aussi la théorie (et c'est tout ce que c'est, et une théorie faible sur ce point !) disant que la Peste Noire était une peste bubonique. Dans l'Encyclopedia of Population, il désigne cinq faiblesses majeures dans cette théorie :
- vitesses de transmission très différentes - on a rapporté que la Peste Noire s'est répandue de 385 km en 91 jours en 664, comparés aux 12-15 km par an pour la peste bubonique moderne, qui bénéficie de l'aide des trains et des voitures.

- difficultés avec la tentative d'expliquer l'extension rapide de la Peste Noire en prétendant qu'elle fut diffusée sous la rare forme pneumonique de cette maladie - en fait, cette forme a tué moins de 0,3% de la population infectée dans sa pire explosion en Manchourie en 1911.

- Saisonnalité différente - la peste moderne ne peut être maintenue qu'à des températures allant de 10 à 26°C et requiert de l'humidité, tandis que la Peste Noire s'est produite même en Norvège au milieu de l'hiver et en Méditerranée au milieu d'étés chauds et secs.

- Taux de mortalité très différents - à plusieurs endroits (y compris Florence en 1348) plus de 75% de la population semble avoir péri ; au contraire, la plus haute mortalité pour la peste bubonique moderne, fut de 3% à Mumbai en 1903.

- Les cycles et tendances de l'infection étaient très différents entre les maladies - les hommes ne développent pas une résistance à la maladie moderne, mais la résistance à la Peste Noire s'est accrue rapidement, pour qu'en fin de compte, elle devienne essentiellement une maladie infantile.
Cohn fait aussi remarquer que bien que l'identification de cette maladie comme donnant des bubons repose sur le compte rendu de Boccace et d'autres, ils décrivent des bubons, abcès, éruptions cutanées et furoncles sur tout le corps, tandis que la maladie moderne a rarement plus d'un bubon, le plus souvent dans l'aine, et n'est pas caractérisée par des abcès, éruptions cutanées et furoncles qui sont ce que Boccace a décrit !

Le point essentiel de l'argument de Cohn est que, quelle que soit la cause de la Peste Noire, ce n'était pas une peste bubonique. (Voir aussi : Samuel K. Cohn 2002, "The Black Death: End of the Paradigm6." et The Black Death and the Transformation of the West7 (European History Series) par David Herlihy et Samuel K., Jr. Cohn)

Quand on commence à creuser le sujet, nous trouvons qu'il y a eu une étude qui prétendait que des tissus de gencive d'un cimetière de pestiférés du 14e siècle à Montpellier se révéla positif pour des molécules associées au Y. pestis (peste bubonique). Des découvertes similaires furent rapportées dans une étude de 2007, mais d'autres études n'ont pas corroboré ces résultats. En fait, en septembre 2003, une équipe de chercheurs de l'université d'Oxford ont testé 121 dents de soixante-six squelettes trouvés dans des charniers du 14e siècle. Les restes ne montrèrent aucune trace génétique de Y. Pestis, et les chercheurs soupçonnent que l'étude de Montpellier était erronée.

Ce que ces études ne soulèvent pas, est le problème que les moyens d'infection ou de transmission ont varié sauvagement, depuis le contact entre humains comme en Islande (rare pour la peste et le Bacilus anthracis cutané) jusqu'à l'infection en l'absence d'humains vivants ou récemment décédés, comme en Sicile (ce qui va à l'encontre de la plupart des virus)

À tous ces problèmes avec la théorie de la Peste Bubonique cités ci-dessus, nous devons ajouter ce que les auteurs contemporains ont enregistré. Philip Ziegler a rassemblé beaucoup de ces articles dans son livre The Black Death, bien qu'il les écarte comme une « métaphore ». Nous en regarderons quelques-uns dans un moment.

Mike Baillie n'a pas commencé à écrire un livre sur les impacts cométaires impliqués dans les grandes pandémies du passé ; il avait juste noté certains modèles étranges d'anneaux de croissance des arbres qui se trouvaient coïncider avec cette catastrophe historique et pensait que, peut-être, il y eut une sorte de dépression environnementale qui affaiblit la population humaine, rendant l'humanité susceptible à une mort par bactérie ou virus sur une grande échelle. Mais, ce qu'il trouva fut un fil pendant qui, une fois qu'il commença à tirer dessus, défit la « sagesse acceptée » sur la Peste Noire et l'envoya sur une recherche qui mena à des conclusions complètement étonnantes.

Comme mentionné, le premier indice fut les anneaux de croissance des arbres - c'est naturel, puisque Baillie est un dendrochronologue. Il compara ces anneaux de croissance des arbres pour dater les échantillons de carottes de glace qui avaient été analysés et découvrit une chose étrange : de l'ammonium. Il se trouve qu'il y a quatre occasions durant les 1500 dernières années où les scientifiques peuvent avec confiance relier des couches d'ammonium datées dans la glace du Groenland à des interactions atmosphériques de haute énergie avec des objets venant de l'espace. 539, 626, 1014, et 1908 - l'événement de la Tunguska. En bref, il y a un lien entre l'ammonium dans les carottes de glace et le bombardement extraterrestre de la surface de la Terre.

Notez maintenant que la déclaration ci-dessus est qu'il y a quatre événements qui peuvent être absolument reliés avec des interactions à haute énergie ; Baillie présente la recherche dans ce livre en montrant que la même signature exacte est présente à l'époque de la Peste Noire à la fois dans les anneaux de croissance des arbres et les carottes de glace, ET à d'autres époques de soi-disant « peste et pandémie. »

Il se trouve que le signal d'ammonium dans les carottes de glace est directement relié à un tremblement de terre qui s'est produit le 13 janvier 1348 - et Baillie découvre qu'il y a eu un auteur du 14e siècle qui a écrit que la peste était une « corruption de l'atmosphère » qui venait de ce tremblement de terre !

Comment un fléau pourrait-il venir d'un tremblement de terre ?

Baillie fait remarquer que nous ne savons pas toujours si les tremblements de terre sont causés par des mouvements tectoniques ; ils pourraient être causés par des explosions cométaires dans l'atmosphère ou même des impacts sur la surface de la terre.

Dans Rain of Iron and Ice8 de John Lewis, professeur de Sciences Planétaires au Lunar & Planetary Laboratory, co-directeur de la NASA/University of Arizona Space Engineering Research Center, et membre de l' Arizona State Space Commission, nous dit que la Terre est régulièrement touchée par des objets extraterrestres et beaucoup de ces corps explosent dans l'atmosphère comme dans le cas de la Tunguska, ne laissant pas de cratères ou d'indices durables d'un corps de l'espace.

Mais qu'il n'y ait pas d'indices durables ne signifie pas qu'il n'y a pas d'effet significatif sur la planète et/ou ses habitants ! Ces impacts ou explosions atmosphériques peuvent produire des tremblements de terre ou des tsunamis sans témoins conscients de la cause. Après tout, la surface de la Terre est composée de 75% d'eau et tout témoin assistant à la cause serait grillé et n'en parlerait jamais, donc nous n'avons aucun moyen de savoir si tous les tremblements de terre sur notre planète sont de nature tectonique ou non.

Lewis fait remarquer :
Au cours d'une année ordinaire, il y a une explosion atmosphérique d'une puissance de 100 kilotonnes ou plus. La grande majorité se produit dans des zones reculées, ou si haut dans l'atmosphère, qu'elles ne sont pas observées. Même si elles sont observées, les témoins ne peuvent voir qu'un flash de lumière au loin, ou entendre le 'grondement du tonnerre au loin' venant des océans. Ainsi même ceux qui sont observés sont souvent non reconnus (Lewis, Rain of Iron and Ice)
Comme Baillie le fait remarquer, Lewis parle d'une année « typique » et il est évident, à partir d'autres études, que les années ne sont pas toutes égales - certaines sont moins typiques que d'autres ! Baillie écrit :
Comme Lewis le fait remarquer, nous savons à partir de nombreux groupes de preuves ce que la fréquence d'impact devrait être au cours du temps. Le fait que des impacts ne soient pas dans les archives historiques [ou non admis ou discutés par les historiens ou les archéologues] ne veut pas dire qu'il n'y en a pas eu. Après tout, il y a ces champs de cratères bien-attestés qui furent formés au cours des derniers millénaires en Estonie, Pologne, Allemagne et Italie - qui ne furent pas enregistrés historiquement ; leur existence fut déduite de trous dans le sol. Nous savons donc que le mécanisme d'enregistrement est défectueux ! Ce qu'on doit ajouter...est une pièce clé de la pensée intuitive. Voici une citation de Scénario D de Lewis :

(Dans ce scénario) En 1946 une boule de feu d'achondrite de 25 000 tonnes explose à 4 heures du matin (heure locale) à une altitude de 11 km au-dessus de Fergana en Ouzbékistan. Le souffle d'une mégatonne endommage les bâtiments sur une zone de plusieurs kilomètres de diamètre, brûlant la zone avec une chaleur intense et déclenchant des milliers d'incendies. Les incendies brûlent et sont hors contrôle, tuant 4 146 personnes. Plus de 20 000 résidents sont réveillés par le flash d'une lumièrebrilliant et la chaleur pour trouver leur ville en flammes. Plusieurs tonnes de fragments de météorite sont mélangées avec les débris de 2 000 bâtiments brûlés et effondrés, où on ne peut les distinguer des fragments éraflés et noircis de brique et de pierre. (Lewis cité par Baillie)
L'argument ici est qu'il n'y a presque aucun de moyen pour dire si oui ou non un désastre/catastrophe est un impact ou au contraire un violent tremblement de terre. Le résultat est que les siècles peuvent s'écouler, avec de nombreux impacts cométaires se produisant tout le temps, et personne ne soupçonne les vrais dangers de l'espace ! Comme Baillie le fait remarquer : il y a beaucoup de tremblements de terre enregistrés dans l'histoire, mais AUCUN impact ! Et pourtant, il y a des preuves que des impacts se SONT produits - sur le sol, et dans les carottes de glace. Et il y a Tunguska.

Les rapports de l'évenement de la Tunguska nous disent que le sol trembla autour de la zone d'impact/explosion dans un rayon d'environ 900 km. Au moment d'un impact plus grand, le tremblement de terre serait proportionnellement plus sévère. Les survivants d'un tel événement qui sont suffisamment loin pour survivre, n'auraient aperçu qu'un flash, ressenti un tremblement et entendu un fort grondement. S'ils étaient trop loin pour voir le flash, ou à l'intérieur d'un bâtiment, ils ne rapporteraient qu'un tremblement de terre.

En bref, ce que le travail de Lewis apporte sur la table est l'idée que certains tremblements de terre historiques bien connus pourraient très bien avoir été des impacts. Baillie mentionne qu'une éventualité évidente est le grand tremblement de terre d'Antioche en 526 ap. J.-C. qui fut décrit par Jean Malalas :
...ceux happés par la terre sous les bâtiments furent incinérés et des étincelles de feu apparurent dans l'air et brûlèrent tout ceux qu'elles frappaient comme l'éclair. La surface de la Terre bouillait et les fondations des bâtiments furent frappées par des éclairs envoyés par les tremblements de terre et furent réduits en cendres par le feu...ce fut une merveille immense et incroyable avec le feu qui crachait la pluie, la pluie qui tombait de fours gigantesques, les flammes qui se dissolvait en averses... le résultat fut que Antioche devint désolée... dans cette terreur, jusqu'à 250 000 personnes périrent. ((Jeffreys, E., Jeffreys, M. and Scott, R. 1986, The Chronicle of John Malalas, Byzantina Australiensia, Australian Assoc. Byzantine Studies 4, Melbourne.)
Baillie fait aussi remarquer qu'une série de ce type d'impacts/explosions en altitude expliquerait plus adéquatement le problème très ancien de la fin de l'Age de Bronze dans l'Est de la Méditerranée au 12e siècle av. J.-C. À cette époque, beaucoup - d'innombrables - sites majeurs furent détruits et totalement brûlés et tout cela a été mis sur le dos de ces « Peuples de la Mer » surnaturels. Si c'était le cas, si c'étaient des invasions et des conquêtes, il devrait au moins y avoir quelque évidence de cela, comme des guerriers tués ou des signes de guerre... mais pour l'essentiel, ce n'est pas le cas. On n'a presque pas retrouvé de corps, et pas d'objets précieux sauf ceux cachés au loin comme si quelqu'un s'attendait à revenir pour eux, ou n'eut pas le temps de les retrouver. Les gens qui s'enfuirent (les événements extraterrestres ont souvent des activités et des avertissements précurseurs parce qu'une comète peut être observée en approche pendant un certain temps) furent probablement également tués au cours de leur fuite et le résultat fut un total abandon et une totale destruction des villes en question.

Et le début du Moyen Age.

Donc, la possibilité que de nombreuses destructions du passé pourraient être reliées à des impacts n'a jamais été prise au sérieux ou testée et cela pourrait être une erreur périlleuse. La question que Baillie pose, mais à laquelle il ne répond jamais, est : Quelle est la cause qui a empêché les gens de demander pourquoi il y a une peur des comètes traditionnelle et profondément enracinée dans la psyché de l'humanité ? Il fait remarquer que, oui, il y a des gens en dehors de l'université dominante qui posent de telles questions. Mais pourquoi, contre tout sens commun, le sujet est-il si largement et systématiquement ignoré, marginalisé et ridiculisé ?

La chose étrange est que, même si Baillie fait remarquer que de nombreux scientifiques de haut niveau et agences de gouvernement prennent ces choses au sérieux (Lewis, par exemple), c'est toujours ignoré, marginalisé et ridiculisé aux yeux du grand public via les médias dominants ! Baillie écrit :
Au cas où les lecteurs penseraient que c'est simplement de la rhétorique, c'est un endroit aussi bien qu'un autre pour mentionner un événement prochain. Le 13 avril 2029, un astéroïde appelé Apophis passera près de la Terre à une distance inférieure à 50 000 km. Si vous êtes vivant à ce moment-là, et que le temps n'est pas nuageux, vous serez capable de le voir passer à l'œil nu. Apophis fait plus de 300 m de diamètre. Si, quand il passera près de la Terre, il passe dans une certaine fenêtre étroite dans l'espace, alors, en 2036 il reviendra et percutera la Terre ( cette fenêtre étroite est un point où la gravité de la Terre infléchirait l'orbite d'Apophis juste assez pour assurer un impact en 2036). Si Apophis percute la Terre, l'impact sera dans la classe des 3 000 mégatonnes. Il est tout à fait raisonnable d'affirmer qu'un tel impact, n'importe où sur la planète, effondrerait notre civilisation actuelle et enverrait les survivants, métaphoriquement parlant, au Moyen Age (on pense que dans le cas d'un tel événement, les institutions globalisées comme les marchés de la finance et des assurances s'effondreraient, écroulant tout le système monétaire interconnecté, les systèmes du commerce et des transports.) Les impacts venant de l'espace ne sont pas de la fiction, et il semble hautement probable qu'un grand nombre a eu lieu au cours des quelques millénaires précédents (par dessus tous les petits exemples de formation de cratères déjà mentionnés). C'est juste que, pour quelque raison, la plupart des gens qui étudient le passé ont choisi d'éviter ou ignorer la question. (Baillie)
Avec la science, Baillie cite des preuves contemporaines - une partie de ces preuves a été reléguée dans les « mythes » - sur tout le globe qui indiquent que la Terre fut en effet soumise à un bombardement de l'espace au cours du 14e siècle et que cela peut très bien avoir été non seulement la cause du tremblement de terre du 25 janvier 1348, mais aussi la cause de la Peste Noire. Baillie cite une grande sélection de textes de comptes rendus dont l'ouvrage de Ziegler cité ci-dessus :
Sécheresses, inondations, tremblements de terre, sauterelles, tonnerre souterrain, tempêtes sans précédent, éclairs, rideaux de feu, grêlons de taille extraordinaire, feu du ciel, fumée puante, atmosphère polluée, une vaste pluie de feu, masses de fumée. (Ziegler)
Ziegler dédaigne totalement des rapports d'une comète noire observée avant l'arrivée de l'épidémie mais enregistre : brumes et nuages lourds, chutes d'étoiles, souffles d'air chaud, une colonne de feu, une boule de feu, un violent tremblement de terre, en Italie un crescendo de calamités comprenant des tremblements de terre, à la suite de quoi, la peste arriva. (Baillie)

Il se trouve que dans les années 1340, il y a eu une véritable explosion de tremblements de terre. Dans le livre de Rosemary Horrox, The Black Death, cité par Baillie, nous trouvons qu'un auteur contemporain à Padoue a annoncé que non seulement il y a eu un grand tremblement de terre le 25 janvier 1348, mais c'était à la 23e heure.
Dans la trente et unième année de l'empereur Louis, vers la fête de la Conversion de St Paul (25 janvier), il y a eu un tremblement de terre dans toute la Carinthie et Carniola qui fut si sévère que tout le monde craignait pour sa vie. Il y eut des chocs répétés, et une nuit la Terre trembla 20 fois. Seize villes furent détruites et leurs habitants tués... Trente six forteresses de montagne et leurs habitants furent détruits et on a calculé que plus de 40 000 hommes furent engloutis ou ensevelis.
(L'auteur continue à dire qu'il a reçu l'information d'une lettre de la maison de Friesach adressée au prieur de la province d'Allemagne) :
Il dit dans la même lettre que cette année-là [1348] du feu tombant du ciel consuma le pays des Turcs pendant 16 jours ; que pendant quelques jours il plut des crapauds et des serpents, qui tuèrent beaucoup d'hommes : qu'une pestilence s'est renforcée dans beaucoup de parties du monde. (Horrox)
Du livre de Samuel Cohn :
... un dragon à Jérusalem comme celui de Saint Georges qui dévora tout ce qui croisait son chemin... une ville de 40 000 habitants ... totalement démolie par la chute du ciel d'une grande quantité de vers, gros comme le poing avec huit pattes, qui tuèrent tout le monde par leur puanteur et leurs vapeurs empoisonnées. (Cohn)
Une histoire du frère dominicain Bartolomeo :
...de massives pluies de vers et de serpents dans certaines parties de la Chine, qui dévorèrent de grands nombres de gens. Également dans ces endroits, le feu pleuvait du ciel sous forme de neige (cendre), qui brûla les montagnes, le pays, les hommes. Et de ce feu monta une fumée pestilentielle qui tua tous ceux qui la sentaient en moins de vingt-quatre heures, comme ceux qui ne virent que le poison de cette fumée pestilentielle. (Cohn)
Cohn écrit :
Ces histoires n'étaient pas non plus uniquement des potins de marchands naïfs et de moines peut-être fous... [même] ... l'ami proche de Pétrarque, Louis Sanctus, avant de commencer son reportage méticuleux du fléau ... prétendait qu'au mois de septembre des déluges de grenouilles et de serpents dans toute l'Inde avait présagé la venue en Europe en janvier des trois galères génoises pestilentielles ... [même] ... le chroniqueur anglais Henry Knighton ... [rapporta comment] ... à Naples toute la ville fut détruite par un tremblement de terre et la tempête. De nombreux chroniqueurs ont rapporté des tremblements de terre dans le monde entier, qui préfiguraient le fléau sans précédent. La plupart ont réduit l'événement aux Vêpres du 25 janvier 1348. [...]

De ces tremblements de terre qui « ont détruit de nombreuses cités, villes, églises, monastères, tours, avec leurs habitants et bêtes de somme, le pire fut Villach au Sud de l'Autriche. Les chroniqueurs en Italie, Allemagne, Autriche, Slavonie et Pologne ont dit qu'elle fut totalement submergée par le tremblement de terre avec 10% de survivants. (Cohn)
Un texte continental daté du dimanche 27 avril 1348 déclare :
Ils disent qu'au cours des trois mois du 25 janvier [1348] au jour présent, un total de 62 000 corps furent enterrés à Avignon. (Horrox)
Un traité allemand découvert par Horrox dit :
Tant que la mortalité provient de causes naturelles, sa cause immédiate était une exhalaison de la terre polluée et empoisonnée qui infecta l'air dans diverses parties du monde... Je dis que ce fut la vapeur et l'air pollué qui ont été exhalés - ou pour ainsi dire purgés - dans le tremblement de terre qui s'est produit le jour de St Paul [en 1348], avec l'air pollué exhalé dans d'autres tremblements de terre et éruptions, ce qui a infecté l'air au-dessus de la terre et a tué les gens dans diverses parties du monde. (Horrox)
Comme le note Baillie, si ce tremblement de terre souvent cité était, en réalité, le résultat d'impacts cométaires, alors l'air pollué pourrait provenir d'une ou deux causes : des transformations chimiques à haute énergie dans l'atmosphère ou bien des émanations de gaz de la terre elle-même.

L'historien allemand Hecker nous informe :
Sur l'île de Chypre, la peste de l'Est avait déjà éclatée ; quand un tremblement de terre secoua les fondations de l'île et fut accompagné par un ouragan si effrayant, que les habitants ... s'enfuirent d'épouvante... La mer déborda... Avant le tremblement de terre, un vent pestiféré répandit une odeur si empoisonnée que beaucoup de personnes, subjuguées par elle, s'écroulèrent soudainement et rendirent l'âme dans des agonies terribles... et comme à ce moment des faits naturels étaient transformés en miracles, on annonça qu'un météore ardent qui descendait sur la Terre loin à l'Est, avait tout détruit dans un rayon de plus de cent lieues, infectant l'air partout. (Cohn)
Jon Arrizabalaga compila une sélection d'écrits pour essayer de comprendre ce que les gens instruits disaient à propos de la Peste Noire pendant qu'elle arrivait. Concernant les termes utilisés par les docteurs et autres personnes médicales en 1348 pour décrire le fléau, il écrit :
Un... Jacme d'Agramont, en parlait en termes d'une « épidémie ou pestilence et mortalités des gens » qui menaça Lérida depuis « certaines parties et régions voisines de nous » ... Agramont ne dit rien concernant le terme épidémie, mais il développa de manière considérable ce qu'il entendait par pestilence. Il donna à ce dernier terme une étymologie très particulière, en accord avec une sorte de connaissance établie par Isidore de Séville (570-636) dans son Etymologiae, qui devint largement acceptée dans toute l'Europe durant le Moyen Age. Il partagea le terme pestilence en trois syllabes, chacune ayant un sens particulier : pes = tempesta : 'tempête' ; te = temps, lencia = clardat : 'clarté, lumière' ; en conséquence il conclut, la pestilence était 'le temps de tempête causé par la lumière des étoiles.'
Il se trouve que Isidore de Séville vivait peu de temps après une autre période de bombardement cométaire sur l'Europe qui est aussi évident dans les études des anneaux de croissance des arbres et les carottes de glace. Le 17 août 1999, le Knight Ridder Washington Bureau publia un article de Robert S. Boyd intitulé : Comets may have caused Earth's great empires to fall9 qui comprenait ce qui suit :
L'analyse des anneaux de croissance des arbres montre qu'en 540 ap. J.-C., dans différentes parties du monde, le climat a changé. Les températures sont descendues suffisamment bas pour entraver la croissance des arbres aussi largement dispersés que l'Europe du Nord, la Sibérie, l'Ouest de l'Amérique du Nord et le Sud de l'Amérique du Sud.

Une recherche d'archives historiques et d'histoires mythologiques désigne du doigt un châtiment du ciel désastreux au cours de la même période, prétend t'on. Il y avait une référence à « une comète en Gaule si vaste que tout le ciel semblait en feu » en 540-541.

Selon la légende, le roi Arthur est mort vers cette époque, et les mythes celtiques associés à Arthur suggéraient des Dieux du ciel brillants et des éclairs de feu.

Dans les années 530, une pluie de météores inhabituelle fut enregistrée à la fois par des observateurs méditerranéens et chinois. Les météores sont provoqués par la fine poussière des comètes qui brûle dans l'atmosphère. En outre, une équipe d'astronomes de l'Observatoire d'Armagh en Irlande du Nord a publié une recherche en 1990 qui disait que la Terre aurait été soumise à un risque de bombardement cométaire entre les années 400 et 600 ap. J.-C. [...]

La famine a fait suite aux récoltes défectueuses, et sur ses talons la peste bubonique qui balaya l'Europe au milieu du 6e siècle. [...]

À cette époque, l'empereur romain Justinien essayait de régénérer l'empire romain décadent. Mais le plan échoua en 540 et fut suivi par le Moyen Age et la montée de l'Islam.
Il y a un large corpus de textes de cette période qui désigne uniformément une « atmosphère polluée, » « respirez l'air et vous mourrez », et en quelque sorte, l'océan était impliqué aussi bien que les tremblements de terre, les comètes et les boules de feu dans le ciel. Un rapport de la Faculté de Médecine de Paris préparé en octobre 1348 dit :
Une autre cause possible de corruption, qui doit être gardée à l'esprit, est l'échappement de la pourriture piégée dans le centre de la terre comme résultat des tremblements de terre - quelque chose qui s'est en effet produit récemment. (cité par Baillie)
En bref, les Français étaient au courant d'une série de tremblements de terre à cette époque qui pouvaient avoir été causés par des impacts cométaires. Un rapport de cette période dit qu'un tremblement de terre dura six jours et un autre prétend que la période fut de dix jours. De tels événements pourraient aussi produire des exhalaisons de toutes sortes de produits chimiques désagréables qui pourraient tuer. Considérez ce qui suit :

L'explosion de gaz du lac Nyos au Cameroun en 1986
[...]

Bien qu'une exhalaison soudaine de CO2 se soit produite au Lac Monoun en 1984, tuant 37 résidents locaux, une menace similaire du Lac Noyos ne fut pas anticipée. Cependant, le 21 août 1986, une éruption limnique se produisit au lac Nyos qui déclencha la libération brutale d'environ 1,6 million de tonnes de CO2. Le gaz dévala deux vallées avoisinantes, déplaçant tout l'air et asphyxiant 1 800 personnes jusqu'à 20 km du lac, la plupart des villageois, de même que 3 500 têtes de bétail. Environ 4 000 habitants s'enfuirent de la région, et beaucoup d'entre eux développèrent des problèmes respiratoires, des brûlures et des paralysies à cause des gaz.

On ne sait pas ce qui a déclenché l'exhalaison catastrophique. La plupart des géologues soupçonnent un glissement de terrain, mais certains croient qu'une petite éruption volcanique peut s'être produite au fond du lac. [...]

On croit que jusqu'à un kilomètre cube de gaz a été libéré. Parce que le CO2 est plus dense que l'air, le gaz s'écoula du flanc de la montagne où se trouve le lac Nyos et dans deux vallées avoisinantes sur une couche de dix mètres d'épaisseur, déplaçant l'air et asphyxiant tous les hommes et animaux avant de pouvoir se dissiper. Les eaux du lac normalement bleues virèrent à un rouge sombre après l'exhalaison, à cause de l'eau profonde riche en fer montant à la surface et s'oxydant à l'air. Le niveau du lac chuta d'un mètre environ, représentant le volume de gaz libéré. L'exhalaison provoqua probablement aussi un débordement des eaux du lac. Des arbres près du lac furent abattus.
Hummm... on se demande si des événements similaires peuvent être déclenchés par des impacts cométaires et si l'exhalaison des océans peut être aussi dangereuse et mortelle ? On se demande aussi, considérant le fait que des arbres furent abattus, » si cette exhalaison pouvait ne pas avoir été un événement d'impact ?

Baillie nous emmène dans la science avec des chiffres et des graphes difficiles et nous montre comment ces choses furent dites simplement par ceux qui vécurent la Peste Noire, mais pour quelque raison, les historiens modernes pensent tous que ces remarques sur les pluies de feu, la mort et l'air qui pouvaient tuer n'étaient que des métaphores pour une maladie horrible. En final, c'est la science qui doit gagner parce que des travailleurs indépendants étudiant les comètes, les tsunamis, le dioxyde de carbone, les carottes de glace et les anneaux de croissance des arbres observent tous dans leurs données quelque chose de très étrange qui se produisit globalement vers l'époque où la Peste Noire a décimé la population humaine de la Terre.

Baillie note dans ses remarques de conclusion, dignes d'être répétées ici :
Il est de plus en plus évident que le monde est divisé intellectuellement en deux. Il y a ceux qui étudient le passé, dans les domaines de l'histoire et de l'archéologie, et ne voient pas de preuves que les humains ont jamais été affectés par des impacts de l'espace. Diamétralement opposés à cette position, il y a ceux qui étudient les objets qui passent près, et quelquefois percutent, cette planète. Certains membres sérieux de ce dernier groupe n'ont aucun doute qu'il doit y avoir eu de nombreux impacts dévastateurs au cours des derniers cinq millénaires ; la période de la civilisation humaine.
Et pourtant, personne n'en parle.

Il y a réellement des données suffisantes présentées dans le livre de Baillie pour soutenir la théorie que la Peste Noire était due à un impact par des débris de comète - similaires aux impacts sur Jupiter par les fragments de la comète Shoemaker-Levy en 1994. Quant à savoir comment ces morts sont survenues exactement, il y a nombre de possibilités : tremblements de terre, inondations (tsunamis), pluies de feu, produits chimiques libérés par les explosions à haute énergie dans l'atmosphère, y compris cyanure d'ammonium et d'hydrogène, et peut-être même des agents pathogènes nés de la comète. Si cela est arrivé aussi souvent que Baillie le suggère, cela peut arriver à nouveau. Et si, comme nous le suspectons, la Terre est inscrite pour un bombardement dans un avenir pas trop éloigné, il semble qu'il y a plus de façons de mourir dans un tel événement que d'être seulement frappé par un fragment de comète.

© Jason Engle
La Peste Noire : Les légendes de dragons crachant le feu peuvent avoir pris naissance dans les désastres cométaires
New Light on the Black Death: The Cosmic Connection par le dendrochronologue Mike Baillie de la Queen's University de Belfast en Irlande, publié par Tempus, 2006.

Le Dr Mike Baillie est professeur émérite en paléoécologie à l'École d'Archéologie et de Paléoécologie à la Queen's University de Belfast en Irlande du Nord.

Baillie est un expert dominant en dendrochronologie ou datation au moyen des anneaux de croissance des arbres. Dans les années 1980, il a contribué à construire une chronologie année par année de la croissance des anneaux des arbres atteignant 7 400 ans dans le passé.

Notes:

1. La dendrochronologie est une méthode scientifique de datation fondée sur le comptage et l'analyse morphologique des anneaux de croissance des arbres. cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Dendrochronologie

2. La Peste Noire : une réévaluation biologique (NdT)

3. Retour de la Peste Noire : Le plus grand tueur en série au monde (NdT)

4. Biologie des pestes : preuves données par les populations historiques (NdT)

5. Sur les traces de la Peste (NdT)

6. La Peste Noire : Fin du paradigme (NdT)

7. La Peste Noire et la transformation de l'Occident (NdT)

8. Pluie de fer et de feu (NdT)

9. Les comètes peuvent être la cause de la chute des grands empires de la terre (NdT)

Traduction française: Henri R.
NP-le-nouveau-paradigme-copie-1 

facebook-logo-webtreats mail-webtreats youtube twitter-webtreats
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés