Le règne des géants

 

Cinq continents témoignent

 

Easter Island <3

 

 

Que ce soit dans la Bible ou dans les plus anciens textes de l'histoire de l'humanité, il est fait mention de géants à la force démesurée, en perpétuel conflit avec les hommes. Que penser de ces êtres hors du commun ? Au-delà du mythe, ne sont-ils que le fruit de nos croyances ou alors ont-ils réellement existé ?

 

Le gigantisme est un fait scientifiquement constaté aux différentes périodes biologiques. Nous n'avons qu'à nous souvenir du gigantisme végétal de l'air primaire ou plus tard, au secondaire, de la taille incroyable des dinosaures qui peuplèrent la Terre pendant des millions d'années. La fin du tertiaire quant à lui, a vu l'émergence de mammifères gigantesques comme les mammouths. Dans cette logique, est-il stupide d'envisager l'apparition d'hommes de très grande taille dans l'histoire de l'évolution ? Des scientifiques semblent d'ailleurs avoir retrouvé quelques ossements d'hominidés de grandes statures qui accréditeraient cette hypothèse.

 

Des preuves tangibles

 

L'anthropologiste allemand Larson Kohl a découvert en 1936, sur la rive du lac Elyasi, en Afrique du Sud, les ossements humains géants. Les paléontologistes et anthropologistes allemands Gustav von Königswald et Frank Weidenreich (1873 -- 1948) ont trouvé, entre 1937 et 1941, dans des pharmacies chinoises du continent ou de Hong Kong, plusieurs ossements humains d'une taille étonnante. Le professeur Weidenreich a fait, en 1944, un exposé sur ces restes de géants, en présence de l'American Ethnological Society. Le docteur Rex Gilroy, un archéologue australien, directeur du Mount York Natural History Museum, a ouvert à Mount Victoria des empreintes fossiles de pieds de géants dont l'authenticité ne saurait être mise en doute. De plus, trois débris de mâchoires humaines gigantesques ont été trouvés : un en Afrique du Sud, un Java et en Chine du Sud. Ces fragments de squelettes géants posent aussi de nombreux points d'interrogations. Le docteur Burkhalter, de la société française de préhistoire, a écrit en 1950 dans la revue du musée de Beytouth que l'existence de géants à la période acheuléenne (stade du paléolithique ancien qui a coïncidé avec la majeure partie de la période glaciaire) est un fait scientifiquement établi. Lors de fouilles au Caucase, en 1964, on aurait retrouvé dans une grotte d'Alguetca, près de Mangliss des squelettes d'hommes mesurant 2,8 m à 3 m. Il apparaît donc évident que des chercheurs reconnus et compétents ont trouvé des éléments importants qui viseraient à confirmer l'existence de géants sur la Terre à une époque très reculée. Les textes mythologiques y font très souvent référence, mais force est de constater que le gigantisme humain est difficilement admis dans les milieux scientifiques. Le schéma darwinien et celui des anthropologistes ne font pas la moindre place aux géants alors de l'humanité. Une fois de plus, nous devons nous tourner vers les anciens textes.

 

 

Les géants de la Bible

 

La Bible constitue une source de première importance lorsqu'on veut étudier l'histoire des géants. On y retrouve de nombreux renseignements précis et concrets qui ne prétendent pas prouver quelque chose. Les mentions d'hommes de grande taille se présentent à titre de fait et ne semble pas avoir d'importance spéciale. Surtout, les passages relatifs aux géants (Genèse, Nombres, Detéronome, Josué, Samuel, Chroniques, le Livre de Job, l'Apocalypse) émanent de rédacteur variés dans le temps et l'espace : ils présentent donc tous les caractères de l'authenticité historique. La Genèse (VI , 1 - 4) apporte les éléments les plus importants : « et il arriva que les hommes commencaient à se multiplier et que des filles leur naquirent. Que les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles et ils prirent pour femmes celles qui choisirent. [...] Et il y avait des géants sur la Terre en ces temps-là et, par la suite, quand les fils de Dieu s'unirent aux filles des hommes et en eurent des enfants, ces enfants devinrent des hommes puissants qui furent des héros célèbres de l'antiquité. « Dans les Nombres (XIII , 33) : « et là, nous vîmes des géants, les fils d'Anak, qui viennent des géants, et à nos yeux, nous étions devant eux comme des sauterelles. » Nous devons constater que les hommes ne purent jamais s'entendre avec les géants. La Bible nous rapporte l'écho de leurs luttes pour le pouvoir où la conquête de nouveaux territoires. Dans le Detéronome (III , 3 à 11) : « et nous prîmes toutes leurs villes, car Og seul restait, des fils des géants, et voyez, son lit était un lit de faire, et n'est-il pas à Rabbath, chez les enfants d'Ammon, et il était de neuf coudées de long et de quatre de large, des coudées d'homme (la coudée faisait environ 0,45 mètres de long, la taille du roi Og serait donc supérieure à 4 m) » dans Josué (XVIII , 15), le patriarche dit aux enfants de Joseph : « si vous êtes un grand peuple, allez-vous-en aux pays des forêts, et découpez-vous un royaume dans les terres des géants, puisque le mont Ephraïm est trop petit pour vous. » Nous pouvons encore trouver de nombreuse mention de géants dans les Chroniques, Samuel où ces hommes gigantesques sont nommés : Sippai, Lahmi ou encore le célèbre géant philistin Goliath abattu par David à l'aide d'une fronde. « Alors sortit des lignes philistines un champion qui s'appelait Goliath, de Gat. Sa taille était de six coudées et un empan (plus de 3 m) » David défia Goliath avec mépris : « tu viens vers moi avec le glaive, la lance et le javelot, et moi je viens vers toi au nom du seigneur des armées, le dieu des bataillons d'Israël ». D'une seule pierre de sa fronde, David abattit Goliath et trancha la tête du géant avec sa propre épé. Les hébreux, envahisseurs de la Palestine, se sont donc confrontés à des armées d'hommes à leur taille des commandées par des rois géants. Les Grecs, les Égyptiens, les Mésopotamiens ont tous déclaré qu'à l'origine, ils avaient été civilisée par des dieux géants. Les tombeaux de géants, les vallées de géants, les montagnes du géant se trouvent un peu partout disséminés sur toute la surface du globe. Même si on peut supposer que le mot géant a été attribué à ces lieux très tardivement, ce fait prouve cependant qu'un peu partout, la tradition de l'existence des géants a existé.

 

 

Les témoignages grecs

 

Les Grecs nous ont laissé un important patrimoine de textes mythologiques où se développe une cosmogonie complexe. Leurs récits nous sont precieux au sens où ils semblent témoigner presque malgré eux. Ils nous ont fait parvenir ce que l'on croyait avant eux sont forcément partager ces croyances. Lorsque Platon nous parle de l'Atlantide, à aucun moment, il affirme y croire. Il se contente de rapporter un récit fait à Solon par un Égyptien. Cette objectivité est d'une importance capitale pour l'étude de l'existence des géants. Les Grecs semblent avoir entendu parler de la période de décadence des dieux. Ils rapportent des histoires complexes où foisonnent des batailles entre les Dieux et des géants, des titans, des cyclopes. Ainsi, à son retour de Troie, les Dieux décidèrent qu'Hercule les aiderait à se battre contre les géants car seul un mortel pouvait les vaincre. Les géants étaient nés sur la Terre du sang d'Ouranos. Le plus célèbre était Antée, invulnérable tant qu'il restait en contact avec sa mère, la Terre. On ne pouvait le tuer qu'en le soulevant, exploit qu'Hercule accomplit facilement. Ce qu'il faut retenir de cette mythologie aussi riche que compliquée est que les hommes participèrent aux dernières luttes contre les géants et dieux, comme d'ailleurs les Toltèques l'avaient également rapporté. Notons aussi que la distinction que faisaient les Grecs entre les Dieux et les géants n'était pas très claire. Les Dieux ne sont-ils pas en fait des géants jugés bienfaisants par les hommes ? Ainsi Prométhée enseignait l'usage du feu tandis que les cyclopes sont à l'origine de la métallurgie. D'après les récits grecs, la Terre a connu diverses périodes, terminées chacune par de grandes catastrophes. Il a existé des géants, parfois bons comme Hercule ou Prométhée considérés comme des civilisateurs, des initiateurs ne pas souvent ces créatures de grande taille étaient jugées mauvaises. Par chance, ils se sont exterminés entre eux et les derniers ont été tués par les hommes. Les récits grecs, loin d'inffirmer les traditions bibliques ou amérindiennes, les complètent au contraire admirablement.

 

 

Lorsque cinq continents témoignent

 

L'histoire de l'Égypte représente peut-être l'énigme la plus insoluble de l'histoire de l'humanité. La civilisation égyptienne semble sortir du néant, sans aucun développement ultérieur. Bien au contraire, histoire égyptienne ne s'apparente qu'à une lente décadence. Les Égyptiens eux-mêmes ont toujours regardé en arrière et considéré leur première dynastie comme la grande période d'où toutes leurs connaissances leur étaient venues. Là aussi, on retrouve la mention de géants. Hérodote parle d'un géant Hercule qui aurait été un des premiers rois-dieux d'Égypte et qui n'avait rien à voir avec l'Hercule grec. Certains textes Égyptiens affirment que les géants étaient en guerre contre les hommes et qu'ils émigrèrent en revêtant des formes d'animaux. Dans de nombreux mythes, les géants se réfugiaient dans les hauteurs lors des inondations et revenaient vers les plaines basses dans les périodes calmes. Ne peut-on pas supposer que le pharaon, imitateur des anciens dieux géant, faisait de même et que lorsqu'il n'y avait pas de montagne dans les environs, il en faisait construire une, à savoir une pyramide ? Les Thaïlandais anciens prétendaient que les hommes des premiers temps étaient d'une taille colossale. Les nordiques, quant à eux, croyaient que les premiers êtres de la création étaient grands comme des montagnes. La patrie de ses géants aurait été située vers la mythique Thulée. Thor, le dieu du tonnerre, le fils aîné d'Odin et de la Terre, possédait un marteau, nommé Mjollnir qui ne ratait jamais son coup. Avec cette arme redoutable, il passait une grande partie de son temps à combattre les géants. Mjollnir a permis notamment aux Ases de se protéger de ces créatures démesurées. Un jour cependant, un géant le dérobe et jure de le rendre la seule condition qu'on lui permette d'épouser la déesse Freya. Thor et Loki, le dieu du Mal et de la ruse, prennent alors l'apparence de la déesse et de sa servante. Lorsque pour bénir l'union, en place Mjollnir dans le giron de Thor, ce dernier enlève son déguisement et massacre tous les géants. La mythologie nordique met très souvent en scène des géants qui apparaissent là aussi comme les ennemis des Dieux et qui semblent avoir eu des problèmes pour trouver des épouses. De la même manière qu'avec l'histoire de David et Goliath, les géants sont abattus par des armes de jet, que ce soit à l'aide d'une fronde ou d'un marteau qui revenait lui-même dans la main de son lanceur. L'épopée sumériennes de Gilgamesh fait état d'être de grande taille et les mythes eskimos en parlent également : « en ces temps-là il y avait des géants sur la Terre. » Plus proche de nous, les chroniqueurs espagnols de la conquête du Pérou nous ont laissé des témoignages capitaux. Le dominicain Reginaldo de Lizarraga, qui vécut au Pérou de 1555 à 1599 et écrivit la descripçion y plobacion de las Indias, rapporte un mythe se rapportant à des êtres de stature incroyable. Cieza de Leon rapporte l'histoire d'une invasion de géants, recueillies auprès des indigènes de Santa Elena, Dans L'actuel Equateur : « de la mer arrivèrent sur des bateaux de balsa et de paille aussi grands que des vaisseaux des hommes si immenses qu'un homme ordinaire de bonne stature atteignait la hauteur de leurs genoux. [...] Comme ils n'avaient pas de femmes et que les indigènes voulaient pas d'ux à cause de leur taille, ils pratiquaient la sodomie entre eux, sans honte ni crainte de Dieu... Les Indiens affirment que Dieu leur infligea une punition appropriée à l'énormité de leur crime. Alors qu'ils étaient ensemble, sa donnant leurs pratiques homosexuelles, un terrible feu descendit du ciel avec un énorme bruit, et il en surgit un ange resplendissant, une épé acérée et brillante à la main. D'un seul coup, il les tua tous et le feu les consuma. » Nous retrouvons encore une fois, la suppression de la race géants par une intervention divine suite à une conduite jugée répréhensible. Nous pouvons faire remarquer que Platon expliquait également la catastrophe de l'Atlantide par des causes morales. Les hommes étant devenus pervers les Dieux se mirent en colère et éliminèrent leur création : « ils tombèrent dans l'indécence -ils apparurent laids- et le Dieu des Dieux, Zeus, qui règne par les lois, compris quelles dispositions misérables prenait cette race, d'un caractère primitif si excellent. Il voulut leur appliquer un châtiment afin de les faire réfléchir et de les ramener à plus de modération. » Suivant ce raisonnement, doit-on voir dans les géants mentionnés dans le texte biblique ou autres récits mythologiques, les descendants ou survivants de la lointaine civilisation atlantéenne. Concernant le Pérou, le missionnaire jésuite Pedro Lozano parlait de « géants à face de chiens et aux longues dans pointus. » rencontrés près de Cuzco. Antonio Pigafetta, historien du voyage de Magellan autour du monde (1934), donna une description d'un peuple gigantesque qu'il déclarait avoir vu de ses propres yeux en Patagonie : « un jour où nous nous y attendions le moins, un homme d'une stature gigantesque se présenta à nous... Il était si grand que nos têtes arrivaient à peine à sa ceinture. » Des indigènes du groupe de Malekula habitant les îles du Sud-Est de la Nouvelle-Guinée continuent à élever des mégalithes énormes en sculptant ces pierres en formes humaines. Ces monolithes sont taillés afin de représenter les ancêtres. Ces ancêtres étaient donc à l'origine des géants. La majorité des récits mythiques évoquent des hommes de très haute stature, souvent en moeurs dissolus et qui furent anéantis par leurs créateurs. Les concordances entre les récits sont trop semblables pour qu'ils ne soient pas considérés uniquement comme des coïncidences. Tous ces textes renvoient à une histoire commune. Pourquoi cette quasi unanimité à décrire des êtres en chair et en os et d'une taille gigantesque s'ils n'avaient pas existé ?

 

 

Une civilisation originelle peuplé de géants ?

 

 

Les géants soulèvent une interrogations quant à leur histoire, leur antériorité et leur civilisation. En effet, faut-il voir dans les textes les mentionnant un fait isolé extraordinaire où le rédacteur, surpris, se trouve confronté à un homme de grande taille, bien supérieure à la normale, comme il peut en exister de nos jours ? Ou au contraire, ses géants décrits ne sont-ils que de rares descendants, des vestiges vivant en quelque sorte, d'une antique civilisation déjà disparue au moment où les rédacteurs de textes anciens les incorporaient à leurs récits ? Dans le chapitre III de Baruch, la Bible nous donne un étonnant tableau d'une civilisation primitive : l'humanité aurait commencé par une race gigantesque extrêmement développée intellectuellement, artistiquement et psychiquement (ces géants originels auraient ainsi eu des pouvoirs sur les oiseaux les animaux). Dieu, en raison de leur mauvaise conduite, causa leur extermination et remplaça par les hommes actuels. Baruch décrit une civilisation mondiale très ancienne mais ne donne aucune indication sur le pays de ses premiers géants civilisés : « où sont-ils les chefs des nations, ce qui maîtrisaient des bêtes de la terre, ceux qui se jouaient des oiseaux du ciel, qui amassaient l'argent et l'or en quoi les hommes mettent leur confiance, et dont les possessions n'avaient point de limite, ceux qui travaillaient l'argent avec tant de soins que leurs oeuvres sont impénétrables ? Ils ont disparu, descendu à l'Hades, et d'autres ont surgi à leur place ; de plus jeunes ont vu la lumière qui ont habité sur la terre ; mais la voie de la science, ils ne l'ont pas connue, ils n'ont pas compris ses sentiers. [...] Israël, combien grande est la demeure de Dieu, et qu'il est étendu le lieu de son domaine, grand et sans fin, élevé, sans mesure ! Là naquirent les géants fameux des origines, à la haute stature et connaissant la guerre. Ce n'est pas eux que Dieu choisit, il ne leur montra pas la voie de la science. Aussi ont-ils péri faute d'avoir la prudence, ils ont péri par leur folie. » Les géants de la Bible et des traditions sont-ils des descendants de cette race gigantesque primitive, éliminée, selon la tradition, par la colère de Dieu en raison de leur attitude infamante ?

Les témoignages rapportés par les traditions toltèques du Mexique apportent une confirmation inattendue aux éléments apportés par les textes bibliques. Les Toltèques sont encore mal connus de nos jours. Seuls quelques éléments ont été rapportés par les chroniqueurs de l'époque de la conquête espagnole. L'histoire des Toltèques écrites par Ixtlilxochitl, divise l'histoire du monde en plusieurs périodes appelés « Soleils » : la deuxième époque -- le Soleil de la Terre -- vit le monde peuplé de géants, les Quinametzins, qui disparurent presque entièrement parce que des tremblements de terre détruisirent la Terre. Le Soleil du Vent fut la troisième époque, et les Olmèques et Xicalancas, races humaines, vécurent sur la Terre. Ils tuèrent les géants qui avaient survécu, fondèrent Chuchula et allèrent jusqu'à Tabasco. « Tout comme dans les récits de la bible, une civilisation peuplée de géants semble avoir dominé la Terre dans des temps très anciens. Anéantis à la suite d'un cataclysme, les quelques géants survivants furent massacrés par les humains mais ont laissé dans des récits mythologiques l'empreinte de leur existence de leur magnificence perdue

Au moment où les mythologies ont été rédigées, les géants n'étaient déjà plus qu'un lointain souvenir mais l'élément remarquable et qu'il se retrouve dans l'histoire les cinq continents. Il faut-il en penser ? L'évidence laisserait supposer que la Terre, dans son histoire la plus reculée, a connu une civilisation de géant qui a subitement disparu pour avoir fâché les Dieux. Ce qui est indiscutable dans les mythologies qui ne sont parvenues, c'est qu'elles mettent en relief les mêmes caractéristiques en ce qui concerne ces géants. Doit-on y voir un souvenir ancestral partagé par l'ensemble des civilisations ? Quelques questions restent encore en suspens. Qui était ces géants ? D'où venaient-ils ? Quelles étaient ces dieux courroucés qui semblent avoir regretté leur création, éliminant les géants pour les remplacer par le race d'hommes dont nous faisons partie ? Le moment de la destruction des géants correspond-il au déluge de Noé ou à la destruction de l'Atlantide comptée par Platon ? Autant de questions qui renvoient une histoire méconnue de l'humanité, une histoire qui reste encore découvrir en s'aidant des quelques indices disséminés dans les vieux textes.



Le monde de l'inconnu, n°278 / novembre 1999 , par Jean-Philippe CAMUS
 
NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

facebook-logo-webtreats mail-webtreats youtube twitter-webtreats
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés