Les messies biomécaniques


grey mantis

Nigel Kerner est sans doute l’un des auteurs et chercheurs les plus originaux sur le phénomène d’intrusion extraterrestre. Il possède une perspective unique et pénétrante sur le programme d’interception de l’humanité par les extraterrestres Gris qui se fonde sur une compréhension logique de nos bases existentielles respectives. Les Gris et nous. Nous et eux. Eux contre nous. Kerner a suggéré que la meilleure manière d’appréhender leurs comportements prédateurs uniques et bizarres est d’être capable de définir avec précision ce que nous sommes, ce qu’ils sont, comment ils sont « nés » et surtout où ils veulent en venir. Après avoir exploré ces questions, il examine avec un regard neuf et inquisiteur les témoignages d’intrusions extraterrestres collectés aux 4 coins du monde à la lumière des derniers développements scientifiques, particulièrement, la génétique et la physique quantique.

Kerner est, notons-le

, le premier auteur à notre connaissance à avoir établi une connexion claire entre les Archontes des évangiles apocryphes de Nag Hammadi et les extraterrestres Gris. Il a établi cette relation dès 1997 dans son premier livre, « The Song of the Greys ». Et aujourd’hui, nombreux sont les auteurs qui font également ce lien pour étayer leurs propres théories.

 

Nous sommes à l’aube d’un drame aux proportions cosmiques dont les conséquences sont dramatiquement limpides et simples: nos sociétés modernes ont désespérément besoin d’une version modernisée d’un messie qui sera capable d’établir un pont entre la science, la technologie et l’intuition d’une réalité métaphysique sous jacente. Mais pour certains, cette fameuse intuition n’est rien d’autre qu’un renouvellement des vieilles superstitions. La sacralisation de tout ce qui semble nous dépasser est un réflexe qui est vieux comme le monde.

 

Nombreux sont les whistleblowers militaires et auteurs spécialisés dans la conspiration qui tentent d’interpréter le phénomène de l’intrusion des Gris et des extraterrestres en général comme des vecteurs messianiques qui offriraient enfin à l’humanité un rapport logique entre science et surnaturel. Et ce phénomène ne cesse d’inquiéter Nigel Kerner pour une raison capitale : les extraterrestres Gris sont avant tout des machines, des drones exploratoires dénués de conscience et d’empathie. Ce ne sont que des messies mécaniques, des robots biologiques programmés dans le seul et unique but de perpétuer leur espèce à n’importe quel prix, serait-ce au prix de l’humanité toute entière. Ils doivent lutter pied à pied contre les forces entropiques qui caractérisent cet univers de matière et empêcher que leurs lignées génétiques ne se dégradent, clonage après clonage. Ils ne possèdent pas d’âme et recherchent donc dans notre « âme » qui nous relie à la source créatrice de toute chose, cette qualité d’éternité qu’ils sont incapables de saisir et de comprendre puisque ce sont des machines. Leur quête est désespérée et donc éminemment dangereuse.

 

Dans cette seconde interview exclusive qu’il nous offre, Kerner approfondit toutes ces questions fondamentales et nous offre une perspective fascinante sur ce que nous avons été, ce que nous sommes et ce que nous pouvons devenir.

 

UNE INTERVIEW AVEC NIGEL KERNER

 

Karma one :

Depuis la publication de votre livre en 1997, il y a plus de 11 ans, avez-vous rassemblé certains éléments supplémentaires démontrant que les Gris sont des drones prédateurs en pleine phase dégénérative ? Ou bien, au contraire, ne seraient-ils pas si négatifs que cela ? Avez-vous également noté l’existence d’autres entités extraterrestres prédatrices qui pourraient représenter un risque de manipulation pour notre conscience et notre culture (comme par exemple, les forces américaines qui ont représenté un risque pour les tribus natives de Nouvelle-Guinée pendant la seconde guerre mondiale ou encore l’inquisition espagnole à l’égard des amérindiens) ? Existe-t-il des indices suggérant que des espèces extraterrestres, autres que les Gris, pourraient se révéler positives pour le développement de la « conscience galactique » des êtres humains ?

Nigel Kerner :

A mon sens, depuis que le livre « The Song of the Greys » a été publié, rien n’a vraiment changé dans la nature du phénomène d’enlèvements extraterrestres. Les Gris sont toujours les créatures qui sont les plus fréquemment observées par les abductés. Budd Hopkins que je considère comme un exemple d’enquêteur sincère et objectif a constamment maintenu un regard aussi précis que possible sur les abductions, constatant lui aussi que tous les cas sur lesquels il s’était penché impliquaient des Gris. Parfois, certains témoins ont rencontré des créatures humanoïdes extraterrestres de plus grande taille connue sous l’appellation de « type nordique ». Mais les Gris se sont montrés dans chacun des cas.

 

Nous parlons en réalité d’une affaire dont l’ampleur manifeste est confirmée par des dizaines de milliers de personnes de par le monde. Les conséquences que ces événements peuvent avoir non seulement sur les victimes mais aussi sur l’humanité dans son ensemble doivent êtres prises très au sérieux. Le fait que des extraterrestres de forme humanoïde de type nordique et plus rarement encore, des entités distinctes de type reptilien semblent accompagner les Gris implique qu’il existe une sorte d’accord entre ces différentes espèces extraterrestres, ce qui constitue un fait très intéressant à prendre en considération. Cependant, les récits plus rares, moins cohérents et donc épars à propos d’autres espèces de visiteurs extraterrestres n’ont pas le même impact ni la même signification que les rapports qui dénoncent de façon cohérente des événements répétés impliquant les Gris, donc toujours les mêmes types d’extraterrestres. La puissance de ce sujet des enlèvements par des extraterrestres Gris provient justement de la cohérence des témoignages. Pour cette raison, nous ne pouvons pas être aussi certains de l’authenticité des récits plus isolés relatifs à ces autres espèces.

 

Je n’ai aucun doute à propos de la nature négative et prédatrice du phénomène d’enlèvement extraterrestre. J’ai été très clair à ce sujet dans mon livre « The Song of the Greys » et je souligne cet aspect avec vigueur dans le nouveau livre à venir.

En 2003, Richard McNally, un professeur de psychologie de l’université d’Harvard a hypnotisé six femmes et cinq hommes qui ont affirmé avoir été victimes d’enlèvements extraterrestres. Sous hypnose, sept de ces dix témoins ont rapporté avoir fait l’objet d’une extraction de sperme ou d’ovaires en vue d’opérations d’hybridation. Ces personnes ont également fait état de rapports sexuels directs avec des extraterrestres. Leurs témoignages ont été retranscrits puis reformulés sur bande audio d’une voix neutre par les chercheurs. Les enlevés ont ensuite écouté ces cassettes et leurs réponses émotionnelles ont été enregistrées en surveillant leur rythme cardiaque ainsi que la sueur qui se dégageait de la paume de leurs mains. Le même type de procédure a été employé sur 8 personnes qui avaient fait l’objet d’expériences traumatisantes sans aucun rapport avec les enlèvements extraterrestres. On a pu observer que les réactions des enlevés « étaient d’une ampleur similaire, si pas plus importante que celles des personnes qui ne pouvaient plus se libérer de souvenirs d’abus sexuels, de violences au combat ou d’autres événements traumatisants ». Mc Nally affirma également la chose suivante : « Les gens qui croient sincèrement avoir été enlevés par des extraterrestres montrent des schémas de réponses émotionnelles et psychologiques liés à ces souvenirs qui, de façon surprenante, sont identiques aux réponses qui ont été enregistrées sur des gens concrètement traumatisés dans des situations de guerre ou dans des événements du même genre ». http://www.news.harvard.edu/gazette/2003/02.20/01-alien.htm

McNally ne croit pas en l’authenticité réelle et physique du phénomène d’enlèvement extraterrestre car il estime que ce type d’événement est trompeur par nature. Cependant, son opinion à cet égard n’est pas d’une importance fondamentale car les résultats de ses expériences servent en réalité à illustrer l’effet traumatique concret et objectivable des enlèvements extraterrestres aux yeux de ceux qui n’étaient pas convaincus de la réalité tangible du phénomène. Il est incontestable que toutes les procédures développées par les extraterrestres impliquent un élément coercitif dès le moment où démarre l’enlèvement. Les procédures médicales inquisitrices qui sont le plus souvent extrêmement douloureuses sont menées alors que la victime se trouve plongée dans un état de paralysie total qui est également observé à l’occasion des expériences de nature sexuelle qui sont perpétrées sur les enlevés. Si on perçoit le phénomène d’enlèvements extraterrestres dénoncés par des témoins de première main en termes de respect de la vie sous l’angle philosophique des traités généraux d’éthique conçus par l’espèce humaine, je suis alors entièrement convaincu que le phénomène extraterrestre n’est rien d’autre qu’un phénomène négatif et prédateur. Affirmer que les Gris sont délibérément cruels ou sadiques à notre égard impliquerait qu’ils soient alors capables de développer une sorte de codex moral ou éthique. S’il s’agit effectivement de machines biomécaniques programmées, ce que je suis enclin à croire, ces créatures se révèlent incapables de développer le moindre sens psycho émotionnel, la moindre empathie. Et cela semble bien être le cas si l’on tient compte de la majorité des récits des témoins. Je crois que le professeur Jacobs et moi-même sommes les auteurs les plus constants et les plus cohérents à cet égard puisque nous avons maintenu ces prémisses tout au long de nos recherches. J’ai vraiment cherché le plus loin et le plus objectivement du monde une raison qui me ferait changer d’avis et je dois bien avouer que je ne vois pas pourquoi mon opinion changerait si je veux rester rationnel.

Le comportement des Nordiques, des Reptiliens et des Gris suggère un manque total de conscience telle que nous sommes capable de la concevoir. Ils n’auraient en réalité fait que suivre simplement des sortes d’instructions qui leur ont été programmées, des instructions qui sont contenues dans un programme autonome qui a été conçu pour préserver à n’importe quel prix leurs intérêts ainsi que les intérêts de ceux qui les ont créés dans cet univers. Selon des récits d’enlevés, les humanoïdes extraterrestres de plus grande taille semblent surveiller et diriger ce que font les Gris de plus petite taille. Ils semblent donc surveiller leur comportement prédateur. Les êtres blonds aux yeux bleus qui sont souvent aperçus en compagnie des Gris sont du même type que les entités qui se sont fait connaître auprès des Nazis et sur lesquels Hitler aurait fondé sa vision pour dessiner « l’homme nouveau du futur » et donc, l’idéal SS. Selon certaines informations, un extraterrestre blond a été « exhibé » à plusieurs membres de la haute hiérarchie nazie incluant Heydrich et Himmler (ndlr : les deux chefs de la SS) qui s’étaient rassemblés en 1936 dans les grottes d’Externsteine. Je crois que c’est lors de cette rencontre que la soi disant « solution finale » de la question juive a été implantée dans l’esprit de ces Nazis allemands qui étaient eux-mêmes des parodies de vermine humaine. Il y avait, je crois, une raison à l’aspect sensationnaliste qui les aurait motivé à mener cette campagne d’extermination mais je pourrai en dire plus à ce sujet dans le second et le troisième livre de la trilogie sur laquelle je travaille.

Un autre aspect du phénomène extraterrestre gris que j’ai pu découvrir et tenter de comprendre dans mon nouveau livre se réfère à un certain type d’expérience de mort imminente ou NDE et qui ressemble étrangement à un enlèvement extraterrestre. Ceux qui ont vécu ce type d’expériences sont troublés parce qu’ils n’ont pas pu vivre les si belles expériences extatiques qui semblent caractériser les NDE. Ils se demandent pourquoi l’univers dans lequel ils se retrouvent est si métallique et solide alors qu’ils espéraient rencontrer ce monde étherique et éphémère auquel ils s’attendent. En étudiant ces expériences et en les examinant à la lumière de mes autres recherches, j’en suis arrivé à la conclusion que les Gris attendent en réalité l’arrivée de certains sujets expérimentaux humains au moment de leur mort physique. Je crois que les Gris sont capables de capturer l’âme de certains individus au moment où le champ énergétique de l’âme quitte le corps matériel à l’état de cadavre et entame son entrée dans l’univers inter-atomique, c'est-à-dire l’espace qui se trouve entre les atomes (qui correspond aux tunnels aperçus lors des expériences de mort imminente). A l’extrême limite du champ d’existence des atomes, ils sont en attente, prêts à faire usage de leur technologie qui est capable de magnifier les forces pour capturer les champs électro-spatiaux morphogénétiques individuels -à savoir des âmes- afin de les empêcher ensuite d’entrer dans le stade d’existence ultérieur qui se trouve au-delà de la matière physique, soit au-delà de l’univers des atomes.

 

Les entités de type "Nordique" qui se seraient fait connaître auprès des Nazis

sont ceux sur lesquels Hitler aurait fondé sa vision de « l’homme nouveau du futur ».

 

Karma One :

Ces dernières années, un nombre croissant d’auteurs et de témoins privilégiés militaires se sont manifestés avec des points de vue très contradictoires à propos du phénomène d’intrusion extraterrestre.

 

Certains perçoivent ces entités comme dangereuses et prédatrices. D’autres les voient comme « neutres, professionnelles » (cfr Dean) et dénuées de compassion et d’émotions dans le sens où nous le percevons. Ils affirment que les extraterrestres nous considèrent comme une espèce parmi d’autres et agissent comme le feraient les propriétaires d’une réserve animalière en Afrique, ils nous surveillent et veillent à ce que les « animaux » ne soient pas trop nombreux et ne détruisent pas la réserve, c'est-à-dire la Terre.

 

D’autres encore, considèrent les extraterrestres, même les Gris, comme bénéfiques et même messianiques. De manière globale, ils les voient comme des êtres profondément bienveillants même si une petite minorité peut se comporter de manière diabolique. Cette partie est essentiellement représentée par le Dr. Steven Greer qui semble avoir développé un point de vue métaphysique à propos de l’intrusion extraterrestre. Greer semble penser que les extraterrestres sont bien plus avancés spirituellement et sont des « entités supérieures, interdimensionnelles et messianiques qui se révèleront à l’homme avec une message libérateur et qui nous sauveront même d’une possible apocalypse ». Que pensez-vous de ces mouvements et de ces différents points de vue ?

 

Nigel Kerner :

Il est aisé et tentant pour beaucoup de percevoir une manifestation étrangère et extra-terrestre à cette planète comme une nouvelle force messianique qui se présente à eux tel un grand et merveilleux bienfait qui bénéficiera à tous. Mais je crois que cette vision est d’une folie extrême et totale.

 

La science perçoit en gros les religions conventionnelles comme un piètre héritage de l’époque médiévale, indispensable à notre confort. Elles incarnent la vision conventionnelle d’un principe divin, une sorte de secours, d’assistance spirituelle assez archaïque que nous nous serions inventés. Les religions traditionnelles ne seraient finalement rien d’autre qu’un simple vœu pieux qui renforce l’espoir, la morale et d’autres platitudes éthiques. Elles ne visent en outre que le contrôle social des masses populaires. Tout cela ne peut se comprendre qu’à la lumière de ce que les prêtres, le pouvoir et les auteurs de toutes les invectives religieuses ont réellement fait au cours des siècles. Ils ont menti, détourné, mal interprété et manipulé toute la ressource spirituelle qui se trouve autour de l’idée du divin depuis des millénaires et ils l’ont fait le plus souvent de façon délibérée. Ils ont conçu l’idée de « Dieu » autour de principes anthropocentriques qui ne sont que la glorification de l’idée d’un père de famille ou d’un seigneur régnant sur son domaine et sur ses serfs dans le seul but de s’auto-congratuler ou encore donner plus d’ampleur et d’emprise à leur propre autorité et leurs manières de vivre.

 

En ce qui me concerne, je n’étais pas prêt à accepter qu’il existait une domination spirituelle et extrasensorielle sur la matière et sur les diverses ressources présentes dans un univers matériel jusqu’à ce que je sois confronté à la réalité du phénomène ufologique. En constatant ce fait, j’ai commencé à comprendre la logique et la raison qui se trouvent derrière cet adage de Shakespeare : « il y a bien plus de choses sur la terre et dans les cieux auxquelles la philosophie n’a jamais osé rêver». Cette phrase révèle une vérité indépassable. J’ai commencé à percevoir ce que les enseignants fondateurs de nos grands courants religieux avaient saisi, à savoir qu’il existe tout un monde qui se trouve au-delà des forces apparentes qui s’expriment dans l’univers de matière et donc au-delà des atomes. C’est un monde qui se révèle aussi réel et tangible que n’importe quel autre. Tout le contexte de cette constatation devient si clair pour moi qu’il peut même se définir de manière réaliste et terre à terre.

Ceux qui croient en un univers qui se base sur la pure matière, qui croient en tous ses produits dérivés et qui ont ainsi fondé toutes leurs échelles de valeurs et de perception des significations ultimes sont en réalité en grand danger de perdre toutes les références qu’ils ont d’eux-mêmes en les remplaçant par une référence matérialiste non vivante, en quelque sorte mécanique ou robotique, donc une référence morte. Vous ne pouvez comprendre et connaître une chose que si elle est prend sa référence au sein du « moi ». Sans cette référence liée à votre propre dimension vivante, vous êtes dans le nihilisme de Wittgenstein et de Nietzsche et par conséquent dans la démence indescriptible de l’esprit d’une machine, au cœur d’un esprit mécanique dénué d’âme. Vous êtes en fait un Gris. Il n’y a rien de plus terrifiant que cela et vous êtes incapable d’en faire l’expérience par vous-mêmes.

 

Dans son excellent article qui discute des implications éthiques du phénomène de l’enlèvement extraterrestre (http://www.ctlsoftware.co.uk/abductions.htm), Budd Hopkins souligne le fait que les extraterrestres ne semblent en aucune manière intervenir pour empêcher l’homme de faire l’expérience de la souffrance en ce bas monde. Hopkins suggère que Dieu semble également atteint par cette même indifférence. Cependant, selon moi, il y a une profonde et cruciale différence entre ces deux sources potentielles d’assistance à l’humanité.

 

Comme je l’ai dit, les extraterrestres ont eu la main bien plus qu’heureuse en intervenant dans nos affaires pour enlever et contrôler par la force des cibles humaines. Il semble donc que l’interventionnisme ne leur pose aucun problème lorsqu’ils ont envie d’être interventionnistes.

 

Cependant, en ce qui concerne cet état central de perfection et de liberté infinie qui correspond à la définition du divin, le scénario devient totalement différent.

 

Pour ceux qui ont pu lire mon premier livre, je crois que notre existence qui se développe dans un univers physique imparfait n’est pas le résultat d’un Dieu créateur qui nous aurait placé délibérément dans un état d’imperfection (et qui pourrait alors assister au spectacle) pour en tirer du plaisir. Il s’agit plutôt de l’expression de la liberté parfaite qui s’est impliquée dans un état de perfection que je nomme « expression divine », dans le but de savoir et d’expérimenter toutes les choses, en ce compris la liberté de savoir ce que c’est de ne plus être parfaitement libre et donc ce que c’est d’être imparfait. C’est cela la liberté totale et parfaite, une chose, son contraire et tous les champs du possible. Nous sommes donc le produit de nos propres choix libres. Par conséquent, ce n’est pas tant que Dieu n’interviendra pas mais plutôt simplement le fait que l’expression de la Divinité ne peut intervenir par essence et ce, afin que tous les champs du possible s’expriment. La « lumière » infinie issue de la manifestation de la divinité ne peut s’exprimer dans l’univers que dans la mesure où nous le permettons puisque nous en sommes les relais, les vecteurs et donc, nous devons pour cela ouvrir en quelque sorte grandes les fenêtres de nos âmes. Notre volonté de faire cela est suprême, plus forte que tout. Une fois que nous agissons, nous incarnons d’une certaine manière cette lumière et agissons comme un agent de l’expression divine. Mais l’état d’expression divine en elle-même est un état d’implication qui, par définition, ne peut intervenir d’elle-même. Elle a besoin d’un agent.

 

Le Christ, Bouddha, Mohammed et tous les grands enseignants étaient des incarnations physiques de la lumière de l’état de divinité de telle manière que ces êtres furent capables de faire le choix d’aider leurs congénères, un choix qui leur était propre. Les Gris (en tant qu’expression mécanique), comme j’en ai déjà parlé, ont montré qu’ils étaient capables d’intervenir et qu’ils intervenaient en réalité que de manière négative et coercitive. De ce fait, la question que pose Hopkins s’adresse bien aux Gris : pourquoi n’interviennent-ils pas pour empêcher l’être humain de souffrir ? Pourquoi est-ce que, justement, leurs interventions génèrent-elles de la souffrance et de la douleur plutôt que de la soulager ?

 

Comme je l’ai déjà mentionné au préalable, il est totalement évident que les entités extraterrestres qui ont été aperçues dans ces témoignages n’ont éprouvé absolument aucun égard pour la détresse ou la douleur humaine. Cependant, les enlevés n’ont pas non plus parlé que leur ravisseur aurait fait montre de cruauté ou de plaisir sadique. A la place, les extraterrestres ont plutôt l’air de ne rien comprendre à la douleur qu’ils infligent à leurs victimes, ce qui représente à tout le moins un sérieux problème. Si ce sont bien des créatures robotiques comme je le crois, ce manque d’empathie prend tout son sens parce qu’il est impossible de programmer de la compassion et de la sympathie dans une machine. Ces « qualités » que sont l’empathie et la compassion sont les marques de fabrique de l’être connecté au « Godverse », c'est-à-dire à l’univers du Divin. L’être vivant naturel. S’ils sont nos messies et rédempteurs du futur, on peut alors se poser la question : vers quelle terre promise nous mènent ces entités ?

Karma One :

Pensez-vous qu’il existe un risque de voir se développer une nouvelle religion dans le cadre du phénomène d’intrusion extraterrestre et qui se baserait sur un message apocalyptique de type biblique ou bien croyez-vous que ce risque est négligeable ? Dans ces temps de crises nombreuses (financière, climatique, matières premières et énergies, religions etc…), compte tenu de l’importance croissante de messages apocalyptiques et bibliques (2012, la venue de Nibiru, scénario de fin des temps), selon vous, les extraterrestres vont-ils vouloir jouer un rôle prépondérant dans ces scénarii ?

Nigel Kerner :

Les religions semblent se former de manière spontanée à chaque fois que les êtres humains en expriment le besoin. L’apparente insécurité qui est la marque de fabrique particulière de notre vie quotidienne constitue l’ingrédient idéal pour obtenir de grands effets à partir de petites causes. On va alors tout faire pour concevoir une philosophie qui va nier les effets du deuxième principe de la thermodynamique et qui a pour conséquence la dégradation de notre corps à chaque seconde de notre vie qui passe. (NDLR : L’irréversibilité des phénomènes physiques induisent les effets de l’entropie d’un système. Un système obéit à la loi d’entropie dans la mesure où petit à petit s’instaure dans tout système physique de moins en moins d’ordre, de plus en plus de chaos mais également, de moins en moins d’énergie ou encore une énergie qui est de plus en plus gaspillée –la loi des retours diminués- jusqu’à aboutir à l’entropie maximale ; à savoir la mort. Dans un système physique clos, la seconde loi veut que l’entropie est constante ou augmente de manière irréversible et ne peut en aucun cas diminuer. L’entropie d’un système isolé ne peut pas diminuer, elle augmente ou elle reste constante si la transformation est réversible. Pour être plus clair, la mort physique est un système entropique irréversible. De même, lorsqu’un verre tombe à terre, il ne peut se reconstituer). Nous sommes sans cesse en quête d’une certitude qui nous permettra de mettre un terme à cette insécurité. Nous devons faire face sans cesse à cette insécurité qui provient de cette terrible et puissante force qui nous pourrit de l’intérieur. Nous avons besoin de savoir qu’il existe bel et bien quelque chose qui peut contrecarrer cette force entropique qui nous précipite vers le chaos et vers une lente détérioration. Quelque chose qui résiste à ce processus incontournable. Quelque chose qui peut changer la mort en vie, la perte en profit.

En considérant les choses dans leur ensemble, il y a en nous, en tant qu’être humain, une ancienne mémoire qui a encodé au plus profond de notre être les souvenirs d’une réalité, d’un temps, d’un endroit ou d’une situation où tout était possible et se présentait sous une forme merveilleuse et immédiatement disponible. La perte de cette réalité nous pousse à conserver intact dans notre mémoire l’espoir de notre transformation. Nous recherchons tous les signes qui permettent au souvenir que nous avons de cet espoir de demeurer vivant et nous construisons sur base de ces signes, une philosophie, un procédé ou un système de croyance qui pourraient transformer le désespoir en espoir. Ces signes, ces anomalies acquièrent leur forme la plus puissante lorsque quelque chose va à l’encontre du connu, des lieux communs et du système (NDLR : soit le phénomène des anomalies, des manifestations surnaturelles). Par exemple, on a créé de toutes pièces un Bouddha avec ce jeune garçon qui a été découvert en train de méditer pendant plusieurs semaines selon certains, pendant plusieurs mois selon d’autres, sous un arbre dans le Nord de l’Inde. Il méditait sans s’arrêter pour manger, boire ou faire ses besoins. On en a fait une sorte d’icône qui symbolisait les attentes les plus extrêmes parce que nous avons tous besoin et envie que toutes les choses soient merveilleusement belles, bonnes et idéales.

Les créatures mystérieuses ainsi que les vaisseaux spatiaux qui définissent le phénomène OVNI constitueront le candidat idéal pour une déification dans un monde qui a perdu toutes ses illusions avec les religions spiritualisées. L’Occident et ses populations euro-caucasiennes se sont sécularisés sur la base d’un système purement matérialiste fondé sur le monde de la science. De ce fait, l’Occident recherchera une réalité finale fondée en fin de compte sur l’atome et la matière. Ils vont déifier les Gris et les définiront comme étant de nouveaux « Messires » (NDLR : Cela se vérifie par exemple dans une conception très récente du Vatican selon laquelle la vie extraterrestre intelligente doit exister et nous est sans doute supérieure parce que cette vie a été conçue par essence en dehors du péché alors que les Ecritures nous apprennent que l’homme a été conçu, entaché par le péché originel !). Il s’agira d’une variante de messies non spirituels cette fois, qui nous amèneront de bonnes choses si et seulement si nous les comprenons et si nous leur donnons une chance de les comprendre. Ils inventeront toutes sortes de choses et d’événements et les traduiront dans des termes qui incarneront la vérité authentique, une vérité qui dépassera bien entendu ce que l’être humain est capable de comprendre.

Dans mon nouveau livre (ndlr : à paraître en janvier 2010 chez l’éditeur Inner Traditions/Bear & Company), j’ai tenté d’analyser tous les indicateurs que l’on peut retrouver dans divers systèmes de croyance, qu’ils soient séculiers ou spirituels, et j’en suis arrivé à la conclusion simple, logique et incontournable que rien n’est plus éloigné de la vérité. Le phénomène Ovni est la plus grande menace à laquelle doit faire face tout être vivant naturel faisant partie de cet univers. Ce phénomène constitue la négation absolue et finale, la destruction de nos espèces et ce, grâce à une immense incompréhension et une déformation délibérée des messages spirituels et religieux de tous les grands enseignants et de ce qu’ils voulaient vraiment nous dire. Le livre consacre près de 600 pages et plus de 200.000 mots à n’expliquer que cela et je ne vais donc pas le faire dans cette réponse. Mais je crois que lorsque les esprits les plus aiguisés examinent tous les indices qui sont rassemblés, ils se rendront compte que ce que les chrétiens fondamentalistes ont désigné sous les termes d’extase, de « révélation » ou d’épiphanie n’est en réalité qu’un enlèvement ou encore la captation d’une âme. Ils verront que ces extraterrestres Gris dotés de quatre doigts sont mortellement dangereux car ils veulent s’emparer de cette planète et de ses dirigeants. Ces extraterrestres poursuivent un agenda : l’interception de milliards d’êtres humains d’un génotype spécifique appartenant à une humanité qui a été spécialement préparée sur le plan génétique, c'est-à-dire l’humanité européenne caucasienne dont les gènes ont été « travaillés » pour comporter un déficit en mélanine. Le but de cette opération glace le sang tant elle est effrayante. Derrière ces enlèvements et apparitions ciblées se dévoile un programme génocidaire fondé sur des marqueurs génétiques.

Dans mon esprit, il ne fait aucun doute que les Gris et leurs hybrides incarnent bel et bien « le Grand Prétendant », ce faux messie et ce faux dieu prophétisé dans le Livre de l’Apocalypse qui subjuguera tous les hommes grâce aux miracles qu’il montrera. Ce faux prophète a le pouvoir «de donner la vie à l’image de la Bête ». Il s’agit sans doute d’une référence aux procédures de clonage qui sont employées par les Gris. Des implants biologiques insérés sous la peau comme outils de surveillance et de localisation sont aujourd’hui déjà disponibles sur le marché. Ce genre de technologie peut incarner « la marque de la bête » que le faux prophète donne aux êtres humains et sans laquelle nous ne pouvons rien acheter ou vendre. L’un des ces implants a d’ailleurs été baptisé « Digital Angel » ou « ange digital », un titre qui semble trop ironique pour être vrai et pourtant, cet intitulé cache peut-être bien plus que de la simple ironie (NDLR : Le type d’implant « Digital Angel » a été étudié pour être employé dans le système bancaire et pourra être lu à distance par des machines). Peut-être que toutes ces technologies sont le produit d’authentiques « anges » robotiques et digitaux qui sont apparemment descendus des cieux. Pour paraphraser les termes des écritures, la Bible prophétise que « seuls ceux dont le nom n’est pas inscrit dans le livre de la vie de l’agneau sacrifié lors de la fondation du monde » vénèreront le faux prophète. Ne serait-ce pas ces êtres humains qui ont été interceptés génétiquement de façon à ce qu’ils ne puissent plus être clairement en contact avec l’Univers du Divin qui existe en eux au-delà de l’établissement de ce monde de matière ?

Quelle que soit la vérité que pourraient éventuellement contenir l’une ou l’autre prophétie, nous devons admettre que celles qui annoncent la fin des temps n’ont jamais cessé d’apparaître au cours des siècles. Bien évidemment, aucune d’entre elle ne s’est avérée fondée. Par contre, d’autres types de prophéties qui se sont réalisées permettent d’illustrer la fragilité de notre condition en tant qu’espèce. Le simple fait que la prophétie de 2012 provient de multiples sources indépendantes les unes des autres peut suggérer qu’elle contient une vérité potentielle. Mais il existe aussi cette possibilité dont je parle dans mon nouveau livre selon laquelle les Gris pourraient employer leurs technologies pour par exemple contrôler la trajectoire d’un astéroïde de façon à ce qu’il frappe des parties du monde où l’on trouve des concentrations de populations qui ne font pas partie de leur groupe humain expérimental de prédilection (qui sont les Caucasiens) et qui pourraient par conséquent interférer avec les groupes qui font partie de leurs sélections.

 

Que cette prophétie se matérialise un jour ou non, elle nous place face à notre décès, tel un agent d’une mort soudaine, terme final de notre individualité consciente et physique. Nous ne sommes qu’à quelques battements de cœur d’un deuil, celui que nous devrons faire de toutes nos attentes, de tous nos espoirs. Alors, préférons-nous nous diriger vers la mort dans l’ignorance de notre destinée ? Ou bien, préférons-nous nous émerveiller devant ce qu’il adviendra de nos pensées, de l’ensemble de nos expériences? Il me semble que si nous pouvons avoir un regard avisé sur se cache derrière la matrice de la vie physique et ses illusions, alors comme tout doit de toute façon se terminer et déboucher sur quelque chose, nous disposerons d’une vision plus pénétrante et réaliste des problèmes auxquels nous serons de toute façon confrontés. Si sans aucun avertissement préalable, tel un de ces instants hasardeux que peut générer l’univers, un astéroïde capable d’anéantir une civilisation s’approchait de nous en surgissant par surprise derrière l’éclat du soleil, il est évident que ceux qui chérissent leur individualité pourraient en pâtir. La préscience de ces événements est-elle un prix si intéressant à payer ?

Il est crucial de comprendre que ce que les gens perçoivent comme étant l’Armageddon est par nature un événement qui ne devra pas se traduire par une fin du monde explosive et terrifiante mais plutôt par le commencement d’un nouveau jour glorieux de connaissance. Une nouvelle manière de percevoir la base entière de l’existence qui ne se fonde pas sur des concepts Nouvel-Âge ou encore sur les doctrines d’un pseudo âge d’or d’ignorance fondé sur les mêmes principes de « physicalité » que l’on avait développé lors des sombres périodes médiévales. Je crois que la science nous offre de toutes nouvelles perspectives grâce à sa manière de percevoir la matière. Ce nouveau regard sur la matière nous poussera à comprendre ce qui se cache derrière toutes les énigmes de la vie. La science nous montre la matière sous un nouvel angle, une matière fondée sur un monde atomique éphémère et en même temps profondément liée à l’expression abstraite, éternelle et psycho-spirituelle de l’Univers du Divin (le Godverse). Mes recherches qui se veulent aussi objectives et logiques que possible m’ont révélées qu’il existe une forme d’affirmation d’un résultat final et glorieux et à mon sens, ce résultat parfait est une certitude en dépit des effets entropiques qui prévalent dans un univers fondé sur la matière et les forces physiques comme le nôtre. (NDLR : En d’autres termes, notre réalité, celle d’un monde constitué d’atomes, de parties et donc marqué par l’entropie ne pourra jamais contaminer l’univers parfait de la source de toute chose, le Godverse vers lequel nous nous dirigeons avec certitude)

De nombreuses prophéties émanant des diverses cultures et religions de par le monde prédisent une nouvel aube, un recommencement pour l’humanité, « un nouveau ciel pour une nouvelle terre » tel qu’annoncé dans l’Apocalypse. Pour certaines raisons, seules les prophéties de type apocalyptique ont les faveurs du monde des médias et les visions positives sont simplement jetées à la corbeille. Je ne suis pas en train de dire que le phénomène extraterrestre pourrait amener l’émergence d’une meilleure situation, loin de là. A la place, je dis qu’il y a une Cause extérieure alternative dans cette affaire, une cause qui trouve son origine dans l’univers parfait du divin, le Godverse. Cette cause d’origine transcendante (Godverse) contrecarre automatiquement et implicitement tous les obstacles placés par les Gris sur la route de l’humanité au point que nous n’avons pas eu à choisir librement ce que les Gris nous ont fait. Nous les avons subis. (NDLR : Et donc, malgré leur présence, nous pouvons leur échapper parce que nous venons du Godverse, affirme avec insistance Kerner)

Jésus Christ, je le pense, était une forme de compensation. Son héritage en mots et en actes nous a fourni une forme d’antidote pour faire face aux diverses intrusions et interceptions des Gris et à leur influence pernicieuse. Cela est résumé au mieux dans la suggestion que Jésus fit à Judas de « penser avec le cœur » (NDLR : par opposition à la pensée mentale qui reconstruit la pensée et donc le discours sur base de la peur et des émotions qui en découlent). Dans mon nouveau livre, je suggère que le Christ a aussi laissé un autre héritage, biologique celui-là, une ligne de descendants libres de toute interception génétique et qui peut guérir l’humanité de toute pollution des Gris. Dans le livre, je met en évidence des preuves de cette assertion plutôt révolutionnaire et que j’ai trouvée dans le Testament de Judas, dans d’autres textes gnostiques mais aussi dans le livre canonique de l’Apocalypse (NDLR : dans le testament de Judas, le Christ évoque l’existence de deux sortes d’être humains, deux « générations » : ceux qui sont nés sous le joug des Archontes et ceux qui en sont libres. Le texte parle de « génération », ce qui n’est pas un hasard mais montre qu’il s’agit donc d’une sorte d’emprise des archontes dès la naissance. Il ne peut donc s’agir, en langage moderne, que d’une interception et une marque génétique héréditaire). Ce qui nous arrive du « Godverse » n’arrive par conséquent que par des moyens naturels et non par le biais de la technologie ou du voyage espace temps. Donc, les messies sont nés d’un utérus et ils n’arriveront pas ici en vaisseau spatial !

Karmaone :

Pour comprendre le phénomène d’intrusion extraterrestre, il y a certes les témoignages de plus en plus nombreux des militaires et des victimes d’enlèvements. Mais pensez-vous aussi qu’une analyse en profondeur de notre patrimoine génétique ou de ses mutations successives puissent montrer que celui-ci a été manipulé par une force extraterrestre dans le cadre du développement de projets avancés d’ingénierie génétique, à l’instar de ce qui est décrit de façon imagée dans les tablettes sumériennes ? Quels sont les éléments objectifs qui démontreraient que ce projet a existé, qu’il est malveillant et que les conséquences en seraient une diminution du véritable potentiel de l’être humain ?

Nigel Kerner :

Oui, il existe de fait des éléments montrant que le génome humain a fait l’objet d’une pareille interception. La répétition de trinucléotides (ou triplet du génome) en est un exemple évident. Les répétitions de trinucléotides se distinguent de l’ADN normal (ndlr : l’ADN est composé de 4 bases, soit Adénine(A), Guanine (G), Cytosine (C), Tymine). Il y répétition de trinucléotides lorsque le même code « triple » se répète encore et encore comme par exemple la répétition CTG ; soit les trois mêmes bases Cytosine-Tymine-Guanine se répètent en une longue suite en CTG-CTG-CTG ou encore GGC-GGC-GGC). De la même manière, un clone se caractérise par la répétition de codes. Il se compose d’une cellule maîtresse qui se duplique elle-même à de multiples reprises jusqu’à former un corps complet. Je suggère que les répétitions de ces trinucléotides pourraient faire partie de leurs tentatives de nous convertir en leur format, en une expression génétique voisine de la leur. De manière très intéressante, le trinucléotide dans l’ADN peut générer une structure très inhabituelle qui permet à deux brins d’ADN enroulés en double hélice de glisser l’un contre l’autre, libérant les bouts de ces brins d’ADN avec lesquels l’enzyme générera des bases supplémentaires. Si c’était dans l’intention des extraterrestres de façonner notre ADN à leur propre usage et donc, pour y arriver, de réorganiser certaines parties du génome humain, ils devraient alors posséder une technologie qui leur permettrait de faire ce que l’on appelle l’épissage de l’ADN enzymatique (NDLR : Le décodage complet de l’ADN suit de nombreuses étapes : déroulement de l'ADN, lecture et transcription en ARN, épissage de l'ARN, traduction du code en protéine, maturation de la protéine...avant de donner lieu à l'assemblage correct des protéines dont la cellule peut avoir besoin. L’épissage est donc une des phases du décodage de l’ADN). Les maladies qui sont justement provoquées par les répétitions des trinucléotides semblent être de celles qui affectent particulièrement le système nerveux. Dans mes livres, j’ai suggéré le fait que nous « pensons » avec l’entièreté de notre système nerveux et pas seulement avec notre cerveau. Ces extraterrestres sont des entités de nature purement physique, me semble-t-il, et ils sont par conséquent incapables de détecter et de contrôler la nature non physique et immatérielle du processus de la pensée. De ce fait, ils ciblent peut être par ce moyen matériel (ndlr : celui de l’ADN) le système nerveux qui est supposé être le siège de la pensée. C’est peut être leur manière de tenter d’introduire leurs propres « signatures » dans les gènes qui codent le système nerveux de l’être humain de telle façon qu’ils puissent visualiser matériellement et génétiquement l’ingrédient manquant qui fait la différence entre eux et nous.

Il semble qu’il existe un niveau « limite » de trinucléotides qui provoquent mécaniquement et donc automatiquement l’apparition de la maladie. Il est probable qu’une fois que ces interceptions de notre ADN ont atteint un certain nombre, il n’est plus possible pour les séquences « naturelles » d’ADN de résister et elles sont alors dominées. Contrairement aux maladies génétiques classiques, dans le cadre de ces maladies générées par la répétition de trinucléotides, il ne s’agit pas d’un gène spécifique ou de plusieurs gènes spécifiques qui sont responsables de la pathologie mais c’est bien de la répétition même des codes qui provoquent l’affection. Je suggère que ces répétions empiètent sur les gènes qui sont l’expression naturelle de l’espèce humaine.

De nombreux enlevés rapportent que les extraterrestres prélèvent pour examen des spermatozoïdes ou des ovules. En fait, de nombreux examens médicaux de femmes qui affirment avoir été enlevées ont révélé que tous les ovules avaient mystérieusement disparu de leurs ovaires. Pour rappel, l’expansion des trinucléotides dans l’ADN apparaît justement dans les premiers stages du développement embryonnaire.

Selon Nigel Kerner, L'ADN mitochondrial serait un des indices forts démontrant l'interception de notre matériel génétique par des extraterrestres.

Parlons maintenant de l’ADN mitochondrial qui est, je pense, un autre élément matériel montrant l’interception génétique par des extraterrestres. Contrairement à l’autre ADN (l’ADN nucléaire ou ADN du noyau de la cellule), il se clone lui-même en une reproduction pure et simple plutôt que par le biais d’une recombinaison (via l’ARN). La plupart des biologistes pensent que les mitochondries sont les descendants directs des bactéries qui ont pénétré dans la membrane nucléaire des cellules les plus primitives dans le cadre d’un certain nombre d’infections. Ils ont alors spéculé que parmi les milliards de ces événements infectieux, un certain nombre ont pu mener au développement d’une association symbiotique entre la bactérie parasite et son hôte, la cellule nucléique. Par contre, le type de bactérie qui a pris part à ces « infections » n’a pas encore pu être défini. Ces « bactéries » ne seraient-elles pas les éléments génétiques invasifs qui furent introduit dans le génome hominidé par des êtres extraterrestres par le biais d’une série « d’infections » jusqu’à ce qu’elles soient acceptées et absorbées ? Les mitochondries (NDLR : il s’agit de structures présentes dans les cellules et qui sont responsables de leur apport en énergie) possèdent non seulement leur propres 37 gènes qui sont indépendants de l’ADN nucléaire, soit l’ADN principal mais il existe en outre une certaine proportion d’ADN mitochondrial qui sont nullement impliqués dans des fonctions qui bénéficient à la cellule. D’une certaine manière, il s’agit d’un organelle (NDLR : élément constitutif d’une cellule vivante) qui est indépendant de la cellule mais aussi de l’information génétique même que la cellule possède dans son noyau. Contrairement à l’autre ADN (l’ADN nucléaire), l’ADN mitochondrial s’avère posséder une structure circulaire distinctive. L’ADN circulaire a été employé dans le cadre de recherches où l’on a injecté des morceaux d’ADN dans des cellules parce que ces ADN ne possèdent pas d’extrémités cohésives qui pourraient être interceptées et se combiner avec le reste de la cellule (ndlr : puisque ce sont des cercles). De ce fait, il est tout à fait possible que des extraterrestres aient pu employer ces structures circulaires pour cacher quelque chose dans les 37 gènes qui composent l’ADN mitochondrial. Ce camouflage permet aux gènes de se répliquer par leurs propres moyens et donc, de maintenir leur indépendance par rapport à l’organisme humain tout en existant en même temps en son sein. Cette relation symbiotique que les cellules humaines ont avec l’ADN mitochondrial permet à ce dernier d’avoir assez d’indépendance par rapport à l’organisme hôte afin qu’il serve de canal de transmission, de conduit par lequel l’information génétique transmise par les extraterrestres peut passer. Comme je l’ai mentionné dans mon premier livre, c’est comme si cet ADN mitochondrial avait laissé une serrure au cœur des cellules humaines dans laquelle ils pourront insérer leur clé de telle façon qu’ils puissent ouvrir les informations génétiques contenues dans la cellule et les manipuler à leur guise.

En employant l’ADN mitochondrial comme un marqueur, les scientifiques ont montré de façon convaincante que les origines de l’ensemble de l’humanité sont en Afrique et remontent à plus de 200.000 ans. Si comme je le soutiens dans mon livre, l’homme de Neandertal ne fut intercepté par des extraterrestres qu’à une période plus récente, est-il alors possible que jusqu’à cette époque plus tardive et donc, avant son interception par des extraterrestres, l’homme de Neandertal ne possédait pas d’ADN mitochondrial ? Son corps peut avoir employé d’autres mécanismes cellulaires qui ont rempli les fonctions que l’ADN mitochondrial remplit aujourd’hui. L’ADN des bactéries est déjà largement employé pour coder et générer des protéines artificielles avec un grand succès. Si, comme je le suggère, la présence d’ADN mitochondrial est le fruit de l’irruption d’une bactérie dans des cellules nucléiques primitives dans le cadre d’un certain nombre « d’infections » provoquées, il est alors possible que les extraterrestres aient pu eux-mêmes employer l’ADN des bactéries de cette manière. Ils ont pu encoder cet ADN avec des gènes qu’ils ont artificiellement créés pour envahir la biologie des organismes vivants sur notre planète. Si des scientifiques disposant de notre niveau technologique sont capables de telles performances en matière de génie génétique dans la fabrication artificielle de protéines grâce à des bactéries, alors, les capacités de manipulations génétiques par des entités extraterrestres avec leur potentiel technologique en plein essor doivent être immenses.

D’autres indices d’interception génétique peuvent être découverts dans des segments mobiles de l’ADN appelés « Jumping Genes », traduit en français par « transposon » ou encore « gène sauteur » ou « gène mobile » connu également sous l’appellation « d’Alu ». Au cœur du soi-disant « ADN poubelle » (ou Junk DNA) qui forme la majorité du génome humain, l’Alu est la 283ième séquence nucléotidique qui semble à tout moment insérer une copie d’elle-même dans le génome. Au long des 30 à 60 millions d’années qui se sont écoulées, ces insertions sont apparues de manière répétée, laissant derrière elles un million de copie de la séquence « Alu » qui s’est distribuée dans l’ensemble du génome pour finir par former près de 10% de l’ensemble de l’ADN présent dans chaque cellule. Peut-être que ces millions de séquences « Alu » sont en réalité des interceptions génétiques délibérées dont seul, un certain nombre fait partie des séquences apparemment fonctionnelles de l’ADN des êtres humains alors qu’il semble bien qu’un très faible nombre de ces séquences ALUS affectent réellement les gènes qui codent et fabriquent les protéines.

Dans mon livre précédent, j’avais parlé de cette histoire tout à fait remarquable d’interception génétique d’un groupe humain particulier par des entités extraterrestres et que l’on trouve dans la Bible. L’exemple le plus parlant -une histoire des plus bizarres même selon toutes les normes même les plus étranges - est celui d’un Dieu cherchant à assassiner le fils de Moïse : «24 : Et il arriva, en chemin, dans le caravansérail, que l’Éternel vint contre lui, et chercha à le faire mourir.

25 Et Séphora prit une pierre tranchante et coupa le prépuce de son fils, et le jeta à ses pieds, et dit : Certes tu m’es un époux de sang ! Et [l’Éternel] le laissa.

26 Alors elle dit : Époux de sang ! à cause de la circoncision. » (Exode 5 : 24-26)

Dans ce récit, il semble que pour sauver la vie de son fils, Séphora, l’épouse de Moïse offre à Dieu le prépuce de son fils et donc, l’information qui y est contenue, soit sa structure génétique. Et lorsque Séphora remet le prépuce, Dieu libère le fils. Comment est-il possible qu’un comportement aussi violent et vicieux ait été jugé acceptable, voire respectable par tant de monde pendant tant de temps sans que jamais on ne se pose la moindre question sur ce genre d’attitude ? Si le soi disant « Dieu » dont parle ce récit n’est pas un clone extraterrestre à la recherche d’un programme génétique en vue d’appréhender et de contrôler l’humanité, alors de quoi s’agit-il ? Dans mon livre « the Song of the Grey », je suggère que le commandement premier fait aux enfants d’Israël de circoncire leurs fils fut un moyen pour les extraterrestres de surveiller les informations génétiques de leur « peuple élu ». En d’autres termes, les prépuces ont été récupérés par ces entités pour être étudiés tout en marquant et en identifiant les enfants ciblés. Le fait que cette histoire pour le moins remarquable ainsi que toute une série d’autres tout aussi bizarres aient pu être acceptées par tant de monde pendant tant de temps sans aucune remise en question est une indication de l’ampleur du programme mis en place par les Gris à l’encontre du « peuple élu » pour les programmer. Les hommes sont devenus aveugles, incapables de distinguer la plus simple connexion logique qui pourraient révéler l’identité réelle de leurs programmeurs.

Les instructions contenues dans « le Lévitique » relatives à ceux qui peuvent ou non approcher de l’autel sont aussi très intéressantes. Aucun porteur d’une tare physique ne peut approcher l’autel de telle manière « qu’ils ne profanent pas mon sanctuaire ». Est il possible que l’arche de l’alliance et l’autel qui en fait partie seraient en réalité des technologies, des mécanismes par lesquels les extraterrestres peuvent déterminer les êtres humains qui peuvent ou non faire l’objet d’une interception. Un exemple : seuls, ceux qui sont dépourvus de toute imperfection physique peuvent approcher l’autel et par conséquent, sont sélectionnés seuls ceux qui ont des caractéristiques génétiques qui sont moins sujettes à des mutations génétiques pouvant conduire à une infirmité ou à une faiblesse physique.

Les visions du prophète Ezéchiel sont considérées par de nombreux auteurs comme étant des visions de vaisseaux extraterrestres. Si Ezéchiel avait également été « visité » par des extraterrestres, cette étrange rencontre a pu se transformer dans le récit biblique « en une rencontre avec Dieu dans une vallée pleine d’ossements ». A l’occasion de cette rencontre, Dieu précisa à Ezéchiel que s’il voulait voir ces ossements desséchés revenir à la vie, il devait les rassembler et les couvrir de chair. Voici le texte original : « L’Eternel me dit : Fils de l’homme, ces os pourront ils revivre ? Je répondis : « Seigneur Eternel, tu le sais ». Il me dit : « Prophétise sur ces os et dis-leur : « Ossement desséchés, écoutez la parole de l’Eternel ».Ainsi parle l’Eternel à ces os : « Voici, je vais faire entrer en vous un esprit et vous vivrez, je vous donnerai des nerfs, je ferai croître sur vous de la chair, je vous couvrirai de peau, je mettrai en vous un esprit et vous vivrez ». « Après que ces corps aient pu être ranimés, ils se soulevèrent pour former une grande armée », nous rapporte la Bible. Dieu affirme alors à Ezéchiel « Fils de l’homme, ces os, c’est toute la maison d’Israël ». Et « Dieu » lui répète alors une promesse faite au peuple d’Israël : «Voici, j’ouvrirai vos sépulcres, ô mon peuple et je vous ferai sortir de vos sépulcres, ô mon peuple et je vous ramènerai dans le pays d’Israël. Je mettrai un esprit en vous et vous vivrez, je vous rétablirai dans votre pays» (Ezéchiel 37 :12 et 37 :14).

Le « Dieu » dont il est question dans ce récit ramène à la vie des corps charnels dépourvus d’âme. Mais à quelle « vie » le « Dieu » fait-il allusion lorsqu’il fait aux enfants d’Israël cette étrange promesse? Est-ce l’immortalité physique d’une entité clonée dont il est question ? Ne serait-ce pas une réminiscence du processus de momification des Egyptiens, un processus auquel les anciens égyptiens croyaient parce qu’il était essentiel de préserver le corps physique pour l’après vie ? Il semble bien que les populations sémitiques étaient les héritiers du même « Dieu ».

J’ai découvert récemment dans « l’évangile de Judas » que Judas raconte à Jésus un rêve dans lequel il voit une maison : « j’ai vu une maison et mes yeux n’ont pu embrasser sa grandeur. Des gens nobles se pressaient autour… »…. « Et Jésus répondit à Judas : « Judas, ton étoile t’a fourvoyé. ». Il poursuivit : Non, aucun être né de mortels n’est digne d’entrer dans cette maison que tu as vue car c’est un lieu réservé aux Saints. Ni le soleil, ni la lune n’y régneront, ni le jour, mais c’est là, dans ce Royaume éternel, que les Saints seront toujours en compagnie des anges saints. Voilà, je t’ai révélé les mystères du Royaume et je t’ai instruit sur l’égarement des étoiles, et (…) envoyé (…) sur les douze éons ». Judas demanda : « Maître, se pourrait-il que ma semence soit soumise au joug des archontes ? (L’évangile de Judas, Scène 3). N’est-ce pas une manière très directe pour Judas de demander à Jésus si sa propre lignée génétique n’a pas été contrôlée, manipulée et interceptée par des extraterrestres, par « un envoyé des anges des étoiles »?

Comme je l’ai expliqué dans mon premier livre, selon une opinion que j’ai construite à partir de tous les indices à ma disposition, l’humanité actuelle est le produit d’une procédure évolutive qui n’a rien à voir avec l’échelle de l’évolution naturelle ou plutôt de la « dévolution naturelle universelle » qui est en concordance avec la seconde loi de la thermodynamique, que j’ai appelée S.L.O.T.

Nous ne sommes ni le produit d’un créateur divin ni même les fruits des projets du design intelligent. Nous ne sommes pas non plus les résultats d’un processus évolutif. A la place, nous sommes les sujets d’un processus que je nommerais plutôt « dévolution ». Nous ne sommes que les pâles ombres des êtres glorieux que nous fûmes et nous avons « dévolué » vers un état grossier, brutal et restreint de physicalité à partir d’un état bien plus profond « d’être » plus évanescent, éphémère, subtil de sagesse et de liberté. L’humanité en tant qu’espèce est aujourd’hui l’amalgame d’une série d’étapes dévolutives quantiques successives. Dans un passé très lointain, nous étions des entités immatérielles (NDLR : C'est-à-dire l’Adamas, l’homme suprême, des textes gnostiques ou encore le Namlù’u décrit par Anton Parks dans Adam Genisis, terme sumérien employé par « les Dieux » et les Sumériens pour désigner l’humanité primordiale et multidimensionnelle produite par les planificateurs), qui ne subissaient aucune des restrictions émanant d’un corps physique et substantiel. Nous avons donc « dévolué » d’un état « immatériel » d’être lumineux vers des états de plus en plus substantiels, c'est-à-dire des êtres lumineux, donc constitués de particules lumineuses vers un état gazeux constitué de particules d’hydrogène puis vers un état plus aqueux, constitué de particules d’eau (combinaison d’oxygène et d’hydrogène). Aujourd’hui, notre corps est constitué principalement d’eau et d’éléments plus lourds, en particulier du carbone (des chaînes carbonées). Je crois que bon nombre de ces éléments plus lourds, en particulier les métaux, ne se seraient pas retrouvés dans notre corps si nous n’avions pas été interceptés génétiquement par des extraterrestres. Ils nous ont en quelque sorte « métallisés » pour nous relier à leur standard, à leur format et à leurs dimensions.

La physique quantique met aujourd’hui en évidence un environnement et un modèle physique où tout est possible et où chaque état de l’être contient d’infinies possibilités. Pour moi, cette infinité de potentiels se confond à un état que je nomme le « Godverse » ou l’univers du Divin. Il s’agit d’un état de potentialités parfaites, de liberté parfaite qui permet d’atteindre toutes les options d’existence, en ce compris une option qui explore la possibilité de l’imperfection et de l’erreur. Selon moi, notre existence dans cet univers physique est le résultat d’un choix qui explore cette possibilité de l’imperfection. La plupart des êtres qui surviennent dans l’univers physique à partir du « Godverse » (ndlr : soit la source de toute chose) y reviennent immédiatement mais certains de ces êtres, et cela nous inclut, en viennent à être piégés dans cette dimension, pris dans des étapes de plus en plus chaotiques d’un univers physique qui est lui-même sujet à des impulsions d’entropie, c'est-à-dire des impulsions émanant de la seconde loi de la thermodynamique (ndlr : ou loi des retours diminués) qui consiste en l’apparition de plus en plus de chaos et de désordres.

Je crois que tous les êtres vivants sont au départ des produits implicites de ce créationnisme tacite qui surgit automatiquement à partir d’une dynamique existant entre deux polarités existentielles opposées : la force du divin « immatériel » opposée aux forces « physiques » matérielles (c'est-à-dire le spirituel éternel face au monde physique dévolutif). Cette interaction continuelle génère des univers semblables aux nôtres, des univers qui sont de plus en plus matériels, de plus en plus chaotiques au niveau atomique et de plus en plus désordonnés au fur et à mesure que le temps progresse. En réalité, comme nous pouvons le voir, les choses en ce bas monde ont de moins en moins de significations. Elles se démantèlent vers un point de « non être » et de froideur absolue. Ce « non être » se révèle en fin de compte cohérent avec « l’univers des forces » ou le « Force-head » en anglais. Il faut néanmoins souligner qu’aux impulsions sous jacentes à l’univers physique s’opposent des impulsions contraires qui génèrent des états d’ordres et de cohésion de plus en plus importants. Ces états de cohésion sont l’expression de la présence implicite du « divin » en tant qu’infinité d’états comprenant tous les « états finis » de l’être en ce compris l’univers infini. Par conséquent, le libre arbitre revient à incarner un choix entre deux impulsions opposées, l’une qui mène à l’union et l’autre qui mène au chaos.

Les Gris et les autres entités extraterrestres qui ont été aperçus par des témoins ne possèdent en réalité pas de connexions avec le plan du divin, le « Godverse ». Ce sont des créatures purement robotiques. Ce sont des créatures secondaires qui ont été créées pour certaines raisons que je détaille dans mes livres et qui sont trop fastidieuses à expliquer ici en détails dans cette interview. Ces entités sont à la recherche de quelque chose qui leur permettrait de survivre dans un univers entropique et d’éviter de dégénérer. Je spécule qu’elles tentent de découvrir quelque chose que nous possédons et qu’elles n’ont pas, à savoir une ligne de connexion avec l’éternité du divin, en d’autres termes une âme. Bien entendu, ces êtres ne parviennent pas à mettre la main sur ce « quelque chose » qui leur échappe, parce qu’il s’agit de quelque chose d’immatériel et qu’elles sont incapables de comprendre en profondeur l’état de « non physicalité » et l’aspect immatériel des choses. Donc, la totalité de leur programme à l’égard de l’humanité se résume en des moyens pour atteindre ce but qui leur permettrait de remplacer leur existence temporelle par une existence éternelle.

C’est pour cette raison qu’ils essaient de faire irruption dans notre génétique et de se relier à nous. Ils ont voulu introduire leurs programmes en nous en espérant que ces programmes pourraient se transformer en quelque chose qui a la propriété de survivre éternellement.

Je définis le concept d’âme de la manière suivante : il s’agit en réalité d’une ligne qui nous relie au plan divin, au « Godhead ». Mais au plus nous restons coincer dans un univers entropique, au plus cette ligne de connexion se tord et se complexifie. En dépit de cette dévolution progressive elle reste une connexion vers un état de liberté parfaite et de connaissance. Les 95% de notre ADN qui ne servent pas à coder des protéines que nous appelons l’ADN poubelle ou Junk DNA est le reflet de notre potentiel complet et qui demeure aujourd’hui inexploité. J’affirme que dans un passé très lointain, nous utilisions 100% de notre ADN alors qu’aujourd’hui, nous n’avons accès qu’à 5%. Les scientifiques n’ont pas été capables de comprendre pourquoi nos mécanismes génétiques en arrivent à répliquer et donc à « fabriquer » une telle quantité d’ADN qui n’est pas employé en apparence. Le simple fait que cet ADN non utilisé est répliqué s’avère être un énorme contre argument à une interprétation évolutive de l’histoire humaine. Si nous évoluons comme l’affirment certains vers quelque chose de plus en plus efficace, pourquoi alors répliquer un matériel qui semble ne servir à rien ? Il est en fait bien plus probable que notre ADN poubelle est un fossile vivant de notre passé, d’un passé qui reflétait le fait que nous avons régressé et donc « dévolué » en perdant lentement le contact avec notre véritable potentiel. Si j’ai raison, si tout cela est vrai, nous perdons alors le contact avec 95 pour cent de notre potentiel génétique. Ces 95% pourraient bien constituer un laboratoire infini de réglages et d’expériences diverses pour une interception extraterrestre sur lesquelles nous n’avons pas de contrôles. De fait, la répétition des tri-nucléotides et de bien d’autres constituants de notre « ADN poubelle » pourraient bien avoir été façonnés par eux.

Rédaction : Dans votre livre « The Song of the Greys », vous soulignez que certaines lignées humaines -en fait la lignée nordique Cro-Magnon- ont été génétiquement manipulés par les Gris afin d’augmenter leur potentiel agressif dans le but de neutraliser et d’éradiquer d’autres projets raciaux humains comme les «Noirs »ainsi que toutes les ethnies aborigènes. Croyez-vous que le « projet » Cro-Magon a vraiment été conçu pour être une machine à tuer ?

Nigel Kerner : Je ne crois pas que la lignée Cro-Magnon a été délibérément conçue avec comme but premier et essentiel de devenir des fantassins, des soldats tueurs au bénéfice des Gris. Je spécule que le pigment de la mélanine est une barrière naturelle à l’irruption de leur manipulation génétique et technologique. C’est pour cette raison qu’ils ont cherché à manipuler un génotype humain qui n’avait pas cette barrière du pigment. Une fois qu’ils créèrent ce génotype, ils furent libres de façonner cet ADN et de le plier à leurs propres caractéristiques.

Je spécule également cette autre théorie dans mon nouveau livre : l’ADN est une traduction dans le monde physique de notre connexion avec le divin. Si cette connexion est interrompue par des caractéristiques extraterrestres, nous ne pouvons pas recevoir correctement l’information de la source, du divin. Si, comme je l’ai affirmé, le corps humain (NDLT : voir la forme du squelette qui ressemble effectivement à une antenne à 4 branches) agit comme une antenne de réception de signaux en provenance de l’univers du divin, l’interception extraterrestre fausse alors la réception du signal. Avec comme conséquence, le fait que nous avons commencé à perdre la conscience de l’état d’union qui est la conscience du divin. Nous finissons par perdre la référence ultime, le point d’équilibre qui donne naissance à la conscience. La conscience est la mesure de la pensée, son point de repère ultime. Dans le divin, nous vivons dans un état d’union et de symbiose avec autrui et nous ne sommes pas des entités individualisées vivant dans la séparation. Donc, le sens implicite de l’union provient de l’univers parfait du divin, source de tout, et nous avons traduit cela, dans nos traits humains par la compassion, l’empathie et la sympathie, autant de signes de l’existence de cette source du divin où tout est union. Au moment où nous avons perdu en termes de qualité, la réception de ces signaux, les signaux de « l’auto-préservation » dans un univers physique ont pris le dessus. De ce fait, nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger nos individualités sans avoir le moins du monde conscience du fait qu’un tel comportement peut affecter autrui. C’est le point précis de l’irruption de cette impulsion que nous appelons « violence », une violence qui est alors le résultat naturel de notre perte de connexion avec l’univers du divin, en d’autres termes de notre perte de relation avec ce que nous appelons communément la « conscience ». Dans le cas de l’homme de Cro-Magnon, cette perte de connexion avec la source fut précipitée par l’interception génétique de l’homme par les extraterrestres.

La violence n’est donc pas une « qualité » qui nous fut léguée par les Gris mais plutôt la conséquence de la perte de l’intuition humaine qui fut provoquée par leurs interceptions génétiques. Les Gris eux-mêmes ne sont pas vraiment violents. Ce sont des entités froides et sans émotion. Leurs procédures invasives ne sont pas plus cruelles ou violentes que ne l’est un revolver lorsque l’arme fait feu sur quelqu’un. L’arme n’est qu’une machine, rien de plus.

La violence préjudiciable des hommes blancs caucasiens européens (Cro-Magnon) à travers l’histoire à l’égard des hommes à pigmentation plus sombre a plusieurs causes. Ce mal qui semble inhérent à la complexion pâle des êtres humains « brutalise » les êtres humains possédant plus de mélanine (NDTR : pigment). Dans la majorité des cas, il s’agit d’une réponse de type psycho-émotionnelle. Cette violence raciale de l’homme contre l’homme, sa force et ses conséquences sont la racine première des pratiques les plus vicieuses et les plus sordides imaginées par le genre humain contre lui-même depuis des siècles. Je pense que la cause première de ce préjugé basé sur la couleur de peau se fonde sur le même genre de principes et de mécanismes que ce que les animaux doivent développer pour survivre dans un univers dépourvu de conscience. Ainsi les animaux doivent être capables de reconnaître des différences visuelles et des codes de couleur de façon à identifier des menaces.

Je pense que les Gris ont généré une contrainte dans le programme qu’ils ont inséré dans le génotype particulier des Euro-Caucasiens, celle de se maintenir à l’écart des autres pools génétiques, des autres groupes raciaux afin de conserver ce pool génétique intact. En plus de cette recette d’intégrisme et de bigoterie raciale, il y a le fait que les groupes humains possédant le plus de mélanine se sont avérés être résistants et hermétiques à l’interception extraterrestre. On comprend alors que les Gris aient pu avoir envie d’inspirer auprès de leurs premiers « serviteurs » parmi le groupe des humains « démélanisés » des motivations d’élimination des autres groupes.

J’emploie volontairement le néologisme « démélaniser » (NDTR : en anglais, Kerner emploie le terme « de-melanised ») et en voici la raison. Dans le livre « The Song of the Greys », j’explique que la « marque » infligée à Caïn dans le récit biblique « Caïn et Abel » se fonde peut-être sur le fait que l’archétype humain représenté par Caïn était le fruit d’une altération génétique. Il s’agissait d’une forme albinos produite de telle manière que les autres altérations et changements génétiques s’installèrent avec le temps de plus en plus facilement, au fil des générations. Il est très curieux de constater que la soi disante punition de Dieu à l’encontre de Caïn pour avoir tué Abel consista en un simple bannissement à une époque qui vantait les rigueurs de la loi du Talion. Un exil assorti du commandement que personne ne blesse Caïn en aucune manière. Voilà un ordre bien curieux de la part d’un Dieu qui avait inventé l’axiome « œil pour œil et dent pour dent ». Si ce « Dieu » était le commandant extraterrestre, et supervisait l’exercice d’interception génétique, cet ordre devait assurer commodément la sauvegarde de leurs êtres programmés avec leurs propres caractéristiques, si vous voyez ce que je veux dire. Un programme de développement d’une lignée humaine bien formatée avec, intact en eux, l’instinct de tueur ainsi que tous les autres instincts qui en découlent comme l’instinct guerrier implicite et celui de l’agression tacite. Voilà des traits instinctifs de personnalité bien pratiques en guise de pré requis pour créer un génotype très doué pour la survie.

Pourquoi la mélanine constitue-t-elle une barrière à l’interception génétique des extraterrestres ? Steve Jones, professeur de biologie à l’université de Londres suggère que la thèse du changement de pigmentation, de la couleur de peau foncée à la couleur blanche qui se serait déroulé à l’occasion de la migration de populations humaines d’Afrique vers l’Europe ne présente pas de réels avantages en termes biologiques. Pourtant, on accepte généralement sans restriction cette thèse selon laquelle une peau plus claire (en d’autres termes, transparente) absorberait une plus grande partie des rayonnements UV plus faibles que l’on trouve sous les climats nordiques. L’absorption d’ultraviolet serait nécessaire, affirme-t-on à la production de vitamine D qui est vitale pour la formation d’os et de dents solides. Le scientifique souligne qu’en dépit du fait que même si la théorie du rachitisme (faiblesse du squelette) en tant qu’explication du changement de couleur de peau est une théorie séduisante, la mélanine n’a pas disparu à cause d’un changement dans l’équilibre des vitamines. Il souligne plutôt que le rachitisme est une maladie de civilisation qui est devenue commune dans les villes au Moyen Age. Même les personnes de couleur noire n’ont besoin que d’un minimum de deux heures d’exposition au soleil pour rester en bonne santé.

"Il semble évident que les personnes possédant une pigmentation sombre possèdent une protection naturelle face à l'intrusion extraterrestre."

« A première vue, affirme le professeur Jones, « l’évolution a tort. Si l’être humain suivait les mêmes lois que celles qui s’appliquent aux animaux qui ont bénéficié de bien plus de temps, les Européens auraient du devenir noir et les Africains devenir blancs », simplement parce que les objets sombres absorbent bien plus de lumière et de chaleur (et donc, les Européens, en manque de soleil auraient développé une pigmentation sombre pour mieux absorber un soleil moins présent sous les latitudes nordiques). Cependant, il est également vrai que les noirs éliminent plus abondement de sueur que les blancs, affirme encore Jones ; « bien plus qu’il ne faut pour compenser les effets de la couleur de peau ». Une pigmentation sombre présente également des avantages évidents sous les tropiques à cause de ses propriétés de protection de la peau contre les effets néfastes des hauts taux en rayons ultraviolet. Donc, les avantages d’une peau claire, peu importe le climat sont peu évidents en termes évolutifs. Par contre, cette peau claire présente des avantages en termes d’interceptions du génome humain par des extraterrestres, des avantages qui, je le crois, sont en fait énormes.

Dans tous les récits de contacts extraterrestres, les témoins décrivent une sorte de lumière qui serait employée pour intercepter, faire bouger, immobiliser le sujet et donc, pour le soumettre à toute une série de procédures. Cette lumière semble être un moyen et un mécanisme crucial pour atteindre et interagir avec notre espèce. La mélanine, en tant que pigment sombre absorbe la lumière. Les personnes qui ont une peau plus sombre possèdent des grains de mélanine formant une structure en chapeau supranucléaire et qui entourent le noyau de leurs cellules. L’ADN qui se trouve dans le noyau de la cellule est de ce fait protégé par ces grains de mélanine qui entravent les actions des extraterrestres et la façon dont ils emploient la lumière. On a pu observer de façon récurrente que les rencontres avec des extraterrestres et avec leurs vaisseaux prennent le plus souvent place dans des lieux qui sont environnés par de hauts niveaux d’énergie électromagnétique comme des centrales électriques, des bases militaires etc. De puissants champs électromagnétiques semblent émaner des vaisseaux eux-mêmes provoquant le plus souvent des pannes de courrant dans les régions où ces événements se sont manifestés. On a découvert aussi que la mélanine possédait une propriété de conduction des champs électriques. Les propriétés conductrices de la mélanine auraient pour conséquence que ces grains agiraient comme des sortes de cage de Faraday, captant l’électricité tout en isolant le noyau et donc l’ADN de la cellule. De ce fait, la mélanine, telle une cage de Faraday, agirait comme isolant pour le noyau, empêchant les extraterrestres d’atteindre l’ADN qui se trouve dans le noyau de la cellule. Si de puissants champs électromagnétiques servent de véhicules pour ces extraterrestres pour atteindre l’humanité, alors, il semble évident que les personnes possédant une pigmentation sombre possèdent une barrière naturelle à leurs actions.

Le groupe de Jacqueline Barton de la California Institute of Technology ainsi que ses collègues ont suggéré le fait que l’ADN lui-même est une sorte de câble conducteur moléculaire (NDLR : tandis que d’autres l’ont comparé à un cristal mémoriel). Selon Cees Dekker du département de physique appliquée de l’université de Delft (Department of Applied Physics and DIMES, Delft Universityà, « l’unique assemblage de propriétés que présentent l’ADN, ses propriétés optiques, sa stabilité, ses propriétés d’identification parfaites, ses capacités d’adaptation, tout cela suggère que l’ADN peut devenir l’une des « espèces cibles » les plus cruciales dans le domaine général de l’électronique moléculaire ». (http:// physicsworld.com/cws/article/print/60)

Le groupe de recherche de Barton a mesuré la fluorescence émise par une molécule chimique (NDTR : une molécule est une combinaison d’atomes) lorsqu’elle est électriquement excitée. Ces chercheurs ont alors découvert que cette molécule n’émettait plus de lumière lorsqu’on lui rattachait une molécule d’ADN (soit une chaîne de protéines, longue suite de molécules carbonées). Les résultats qu’ils ont obtenus laissent apparaître que cette diminution ou extinction de la fluorescence de la molécule était provoquée par la charge qui quitte la molécule stimulée du donneur pour être captée par la chaîne de molécules d’ADN qui lui est rattachée et se diriger vers la molécule adjacente d’un receveur. En d’autres termes, selon eux, l’ADN se comporte comme un câble transmetteur, suggérant que l’ADN est un câble moléculaire conducteur. Si dans ce cas, l’interception génétique extraterrestre s’opère bel et bien par l’usage de la lumière et d’un champ électrique pour manipuler l’ADN qui agit comme un conducteur électrique, et qui possède des propriétés d’absorption de la lumière, alors, cette interception ne peut se dérouler correctement lorsque la mélanine, agissant comme un isolant, entre en jeux. Par contre, sans mélanine, l’ADN en tant que conducteur de champ électrique et qu’agent absorbant la lumière, favorise aisément cette interception.

De façon très intéressante, des premières découvertes qui avaient été mentionnées dans le Journal of Investigative Dermatology suggèrent que l’agrégation de la mélanine sous la forme de capsules ou de grains entourant le noyau de la cellule (NDTR : ou grains supranucléaires), semble être totalement spécifique aux cellules humaines : « En ce qui concerne les animaux porteurs de macromolécules de pigments, l’existence de grains supranucléaires de mélanine est très peu évidente » (NDLR : les pigments de mélanine seraient donc des caractéristiques purement humaines). Est-il alors possible que ces « enveloppes supranucléaires » ou grains supranucléaires que sont les pigments de mélanine et qui agissent comme isolant protecteur pour l’ADN puissent être une caractéristique qui détermine la connexion étroite entre l’âme et le « Godverse », l’univers du divin ? Les descendants de « l’Homo Sapiens Sapiens » moderne étaient tous hautement « mélanisés ». De ce fait, le manque de mélanine est apparu comme une mutation relativement récente. Si la célèbre marque de Caïn dont parle la Bible se réfère effectivement à une complexion de couleur claire, alors cette « marque » peut se révéler être un désavantage sérieux pour l’humanité mais un avantage distinct pour ces extraterrestres intercepteurs. Donc, en résumé : la lumière U.V est employée pour passer au travers de la membrane de la cellule, atteindre l’ADN, séparer les chromosomes en vue d’une manipulation génétique. La mélanine absorbe la lumière et inhibe l’action de la manipulation génétique. En ce qui concerne les humains porteurs d’une couleur de peau sombre et de grain de mélanine qui entourent la membrane nucléaire, il devient de plus en plus difficile de manipuler l’ADN dans les chromosomes. Les gens ayant une complexion claire ne possèdent plus d’un autre côté une telle protection parce qu’il leur manque justement ce bouclier que constitue la mélanine.

Il est très intéressant de noter que la vaste majorité des enlevés extraterrestres proviennent d’un brassage génétique humain européen. Ils sont les descendants les plus directs de l’homme de Cro Magnon. Il est également vrai qu’il n’y a pas de vrais points chauds concernant les manifestations d’OVNI en Afrique et en Asie (NDLR : sauf dans des territoires habités par des blancs comme l’Afrique du Sud), exception faite de la Chine et du Japon, surtout en Chine où un grand nombre d’apparitions d’OVNIS ont eu lieu ces quinze dernières années. Le plus grand nombre de manifestations d’OVNIS se concentre en Europe et en Amérique du Nord où la vaste majorité des individus qui y vivent aujourd’hui sont de lointains descendants de la lignée Cro Magnon.

Le professeur David Jacobs avait interviewé une femme victime d’enlèvements qui lui avait raconté comment on lui avait exhibé un bébé hybride humain/extraterrestre et qu’on lui avait demandé de le tenir et de le serrer dans ses bras. Jacobs lui avait demandé quelle était la couleur de peau du bébé et s’il avait la peau claire ou foncée dans l’éventail de couleurs des individus de type caucasien et voici ce qu’elle a répondu : « La peau était clair, très claire même. Tellement claire que ce petit bonhomme ne devrait pas être exposé à des UV ». Il semble que cela soit la norme pour la vaste majorité des bébés hybrides qui ont été aperçus. Mais cela fut le plus souvent interprété sous la forme de l’extraterrestre blond aux yeux bleus de type nordique qui a été fréquemment vu par de nombreux enlevés.

On a rapporté que Hitler avait été témoin d’une rencontre extraterrestre où il a pu voir son type idéal d’être –le blond aux yeux bleu- et qui lui a servi plus tard de modèle pour construire ses notions de pureté « aryenne » parfaite.

Il existe également un récit dans les pseudépigraphes ou Livre d’Enoch (Hénoch, chapitres 70 et 105) qui montre que Noé pouvait bien être de type albinos avec une peau « aussi blanche que la neige et rouge que la rose » (chapitre 105) tandis que ses cheveux étaient aussi « blancs que la laine »(chapitre 70). Tout cela semble indiquer que Noé non seulement manquait de mélanine mais semblait également bien peu « humain ». Son père Lamech affirma qu’il ressemblait « à la progéniture des anges célestes » et « qu’il était d’une nature différente de la nôtre ». De fait, Noé apparaît comme une sorte d’hybride. La nature inhabituelle de cet enfant était si remarquable que son père en était « effrayé ». Tout cela peut nous mener vers une nouvelle série de significations que l’on peut attribuer à Noé, son « arche » et son « alliance ». Est-il possible que l’arche ainsi que les animaux représentant toutes les espèces de la planète symboliseraient en réalité une expérience génétique commanditée par des extraterrestres ? Avaient-ils leurs propres raisons de « nettoyer » au préalable la terre de toutes les expériences génétiques précédentes et de préserver celles de Noé pour y travailler isolément ? Si c’est le cas, ont-ils provoqué le déluge qui mena à la grande inondation ? Ou bien, si le déluge était un phénomène naturel, sans doute provoqué par une comète, une météorite frappant la terre ou le mouvement d’un astre, ont-ils alors choisi de préserver uniquement les espèces qui faisaient partie de leurs expériences et leur projet en cours ? Il s’agit de questions très intéressantes que je laisse encore planer sans y répondre. Elles formeront un chapitre dans le troisième livre de ma trilogie.

Rédaction : Si vos lecteurs et futurs lecteurs devaient retenir quelque chose de votre travail et de vos livres à venir, quel serait le message principal que vous voudriez qu’ils retiennent ? Et avez-vous découvert de nouvelles informations qui ont remodelé votre vision et perception du problème extraterrestre ?

Nigel Kerner : Je ne suis pas un enseignant et je n’ai aucune intention de l’être. Il n’entre nullement dans mon intention de prêcher ou de fournir au monde de nouvelles significations sur le sens à donner à la vie et de nouvelles perspectives. Mais j’ai le droit d’avoir une opinion comme tout un chacun et d’en parler. Il est si facile de laisser les choses aller et de devenir une sorte de gourou dans n’importe quel domaine et pour n’importe quelle raison. Il est également facile de transformer les choses en une sorte d’opération financière hautement rentable. Je n’en ai ni l’envie, ni le besoin et je me tiens à distance des médias et du monde autant que possible. Je n’irai jamais faire des tournées de lecture de mes ouvrages ou me donner en spectacle ou que ce soit. J’exècre le statut de célébrité. La plupart du temps, il s’agit d’une poursuite vaine de la gloire. La seule chose qui compte est la découverte de l’information et pas celui qui la découvre. Mais l’information qui est découverte lorsqu’on se met à enquêter dans le domaine du phénomène OVNI est si spectaculairement prenante et si fondamentalement importante pour chaque être humain sur terre que vous n’avez d’autre choix que d’essayer de trouver un sens à cela. Il en va sans doute de la survie de l’être humain de prendre conscience de l’entièreté de son environnement, d’élargir l’étendue de sa conscience et de savoir tout ce qu’il faut savoir sur ce phénomène.

En fin de compte, la seule chose qui a de la valeur et que je peux laisser à mes enfants concerne la recherche de connaissances qui possèdent des potentiels de vérité. La moindre de mes dettes à leur égard est de prendre mes responsabilités, moi qui les ai amenés dans cet univers mortel sous leur forme actuelle. Les enfants sont absolument TOUT. Tous les enfants, partout. Ils sont ce qu’il y a de plus spécial, de plus important. Ils sont les points de pivot sur lesquels s’appuient tous les futurs changements possibles.

Laissez-moi encore vous dire que ma chasse aux mystères « OVNI-extraterrestres » et ce que ce phénomène signifie fut une expérience totalement transformatrice. Je n’aurais jamais cru ce que j’ai découvert par moi-même surtout si quelqu’un d’autre m’avait simplement raconté ces histoires. C’est donc une quête totalement individuelle qu’il faut mener personnellement. Je crois que le coup de tonnerre lourd en significations que représente l’empreinte extraterrestre sur chacune de nos vies est une chose qui nous poursuivra au-delà de notre tombe et de notre mort. Je pense avoir aujourd’hui une meilleure compréhension de l’échelle existentielle dans sa globalité. Et cette compréhension s’est déployée par la logique et la raison objective et non par le biais d’une promesse, d’une quelconque affirmation d’un religieux ou d’un professeur de science ou je ne sais quoi d’autre. La chose la plus importante que j’ai découverte est que tous les êtres vivants qui sont capables de faire des choix sont également capables de se transformer. Nous sommes tous individuellement si précieux et particulier. La chose la plus cruciale est de préserver notre capacité de penser et de faire des choix avec raison. C’est le pouvoir ultime, semble-t-il.

On peut répondre à votre dernière question de manière simple. Dans mon nouveau livre, j’ai essayé d’expliquer qu’une chose en ce monde est plus importante que toute autre pour vérifier ce que j’ai dit à propos du phénomène OVNI. Un souvenir qui a été laissé sur un bout de tissu il y a 2000 ans va nous le montrer. Ce bout de tissu est le fameux « suaire de Turin ». Les Chrétiens affirment que c’est leur droit de proclamer leurs vérités. Leurs églises se sont moquées de cette affaire en transformant en un sujet risible l’être merveilleux qui a fait en sorte que ce miracle puisse arriver. Ils se sont servis durant des siècles du mensonge et de l’hypocrisie avec leurs rites, leurs toges ornées d’or, leur papamobile, leur cardinaux en Cadillac et leurs caves du Vatican pleines de secrets et de trésors qui pourraient totalement éliminer la pauvreté sur terre si l’on avait l’idée de vendre les biens de ces églises.

Si nous comprenons le suaire, ce qu’il représente, nous n’avons pas besoin de craindre les machinations de n’importe quelles entités extraterrestres d’où qu’elles viennent dans l’univers et quelle que soit leur supériorité technologique par rapport à nous. En disant cela, je n’affirme pas que Jésus était une sorte d’extraterrestre qui serait venu nous voir dans son vaisseau. Loin de là. Je crois qu’il est venu nous avertir à propos de ceux qui font ce genre de chose. Le problème est que le même mal qui a perverti les conceptions politico-religieuses de certaines personnes depuis des millénaires a également joué un rôle politique dans l’affaire du Suaire et ce qu’il signifie pour notre espèce. Ces scélérats peuvent détruire la seule chose qui nous donne une clé pour comprendre les vérités ultimes qui sous-tendent notre existence. A mes yeux, il s’agit de l’artefact le plus crucial jamais mis à jour au cours des 15.000 années d’histoire de notre civilisation actuelle. Il se présente comme une véritable accusation des plus terrifiantes aussi bien contre les Chrétiens que contre les Juifs. Il se présente au centre même du phénomène OVNI. J’ai eu le privilège de recevoir les toutes dernières informations sur les recherches relatives à l’authenticité de l’image présente sur le linceul. Certaines de ces informations n’ont pas encore été rendues publiques ou ne sont tout simplement pas accessibles. Dans mon livre « The Song of the Greys » publié en 1997, j’ai affirmé que cette relique prouvera son authenticité et que l’estimation selon laquelle il s’agit d’un artefact du 14ième siècle s’avèrera erronée. Le suaire est examiné à nouveau par le même laboratoire de carbodatation d’Oxford parce que de nouvelles informations historiquement vérifiables a mis la date du 14ième siècle pour le suaire en doute. Il s’agit à tout le moins d’un artefact qui a minimum 7 siècles de moins que la première estimation au carbone 14 qui le datait du 14ème siècle. D’autres indices informatifs mettent puissamment en relief le fait que ce linceul a séjourné à Jérusalem ou dans ses environs il y a environ 2000 ans. Mon second livre fait la lumière sur l’ensemble de toute cette affaire pour aboutir à une conclusion que je pense être explosive.

Karmaone

© Interview Karma One - Karmapolis - June 2009

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

facebook-logo-webtreats mail-webtreats youtube twitter-webtreats
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés